GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Le référentiel  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015    

   
Des faits et des chiffres
  Définition du touriste
  Les vacances des français
 

Approche thématique

 Le Tourisme littoral
  Le Tourisme montagnard
  Le Tourisme urbain
  Le Tourisme culturel
  Le Tourisme religieux
  Le Tourisme de Santé
  Le Tourisme rural
  Le Tourisme fluvial
   
   
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiel
  Bibliographies

 Le Tourisme littoral en France

   

«On reste médusé devant le paradoxe de ces millions de touristes  qui fuient leur ville parce qu’elle est surpeuplée, bruyante, polluée  et qui viennent chercher dans telle ou telle station leurs deux semaines parfois au moins aussi surpeuplées, embouteillées, bruyantes et polluées, la seule différence étant qu’il faut payer -et généralement fort cher- pour ce privilège .On va sur la côte pour «changer d’air»  et on y reconstitue la ville avec ses immeubles, ses autoroutes, ses foules, ses stress. Il faut vivre avec son temps, disent les promoteurs »( BAVOUX J. J, 1997.- les littoraux français, Paris,  Armand Colin édit., p.160 ) .

(…) Les touristes s’y pressent. Les résidants s’y multiplient. Les peintres et autres artistes ne s’en lassent jamais. La contemplation de la mer apporte à la fois l’angoisse et la paix, la peur des catastrophes possibles  et la vie apaisante d’une grande étendue parfaitement plane et douce comme la vie. La plage qui appelle le jeu, la nudité, la liberté, est devenue le lieu de bonheur par excellence (…) » (FREMONT A., .- Aimez-vous la géographie?, Paris, Flammarion édit.,  358 p., p. 120)

«-Les français en vacances occupent-ils leur temps de la même façon qu’il y a dix ans ?

-Là encore, beaucoup fantasment leurs vacances. Ils se voudraient hyperactifs, projettent un planning hyper serré d’activités sportives ou culturelles. Mais ces envies se heurtent aux contraintes de la vie quotidienne. Ne plus bronze idiot ? Quand on examine les pratiques des français qui vont à la mer–près de la moitié des vacanciers-, ils n’ont pas d’autres occupations que la plage »

(Réponse de J. L MICHAUD, coordonnateur de : «Tourisme, chance pour l’économie, risque pour les sociétés», Paris, P.U.F édit., 1993, in : «Le Nouvel Observateur», 12-18 août 1993, p.51 .

 


DES FAITS

 

 

 

En 1999, 20 millions de français  étaient partis au moins une fois en vacances au bord de la mer. Le littoral français est l'un des secteurs majeurs de l'économie touristique et la première destination touristique avec 382,8 millions de nuitées, soit 36 % des nuitées  (320 millions en 1989 )  et 37 % des séjours touristiques  (38 % des séjours en 1989). Le littoral accueille chaque année environ 35 millions de personnes pour une consommation dépassant 270 millions de nuitées pour les Français et 92 millions pour les étrangers (chiffres de 2006).En 2006 la situation demeure pratiquement inchangée et le bord de mer reste l’espace touristique privilégié des français ( 33,1% des séjours en 2004 , 33,9% en 2005 et 33,6% en 2006 et 26,4% de la consommation touristique ).  Pratiquement tous les français  (99% ) sont allés , au moins 1 fois dans leur vie , au bord de la mer  (sondage F.N.O.T.S.I ).D’après une enquête réalisée par le CREDOC en 1998, plus de 60% des français , partis  au moins une fois en vacances d’été en 1996 ou 1997, avaient élu la mer  comme destination .Pour 15% des personnes enquêtées ce séjour s’était déroulé dans une grande station balnéaire et pour 15,5% en retrait du littoral.

 

La France compte 5500 kilomètres de côtes dont 3800 kilomètres en façade atlantique et 1700 kilomètres en façade méditerranéenne. Les trois façades maritimes (Mer du Nord / Manche, Atlantique y compris Bretagne/ Méditerranée), réparties sur 883 communes en bord de mer, lagunes ou étangs salés, 26 départements et 11 régions. Le littoral français désigne le littoral situé en France et soumis à la « loi Littoral » et classe les communes de métropole en plusieurs catégories :  883 communes maritimes (en bord de mer, lagunes ou étangs salés),  87 communes situés sur des estuaires ou deltas ;  151 communes en bord de lacs d'une surface supérieure à 1 000 hectares. A ces communes, il convient d’ajouter 92 communes dans les départements d'outre-mer.Ce littoral est composé pour 35 % de plages de sable, 24 % de marais et de vasières , 28 % de côtes rocheuses , 13 % de falaises . Il compte 800 estuaires. Ce littoral se caractérise par une grande diversité des écosystèmes et des paysages .1032 communes françaises sont en situation littorale et 450 d'entre elles ont le statut de communes touristiques. Elles regroupent 32 % de la population totale  sur 4,5 % de la superficie du pays. La densité moyenne y est de 246 habitants au km 2 , soit 2,5 fois la moyenne nationale . La France compte 200 stations balnéaires représentant plus de 4 millions de nuitées .Les 11 régions françaises dotées d'une façade littoral  concentrent 53% du total général des séjours  et 58,7 % des nuitées touristiques  enregistrées en France en 1995, 42% des arrivées et 38,5% des nuitées annuelles en hôtellerie homologuée, 77 % des nuitées en camping caravaning  en 1995.

 

La destination "Mer" n'a pas cessé d'être majoritaire dans les différentes enquêtes effectuées auprès des vacanciers. Elle s'est même renforcée  passant de 34% du total des nuitées des français en 1965 , à 39 % en 1993.Pour la seule période d'été cette part relative , évaluée à 39 % des nuitées en 1964 , oscillait aux environs de 46-47 % de 1976 à 1993 , avec un maximum de 51 % en 1989. Les séjours sur le littoral français métropolitain concernaient trois départs en vacances sur dix  et se répartissaient entre la côte méditerranéenne  ( 39 % ) , le littoral sud- atlantique (33 %) , la côte bretonne (18 %) et le littoral du Nord (10 % ) .Les départs vers l'Outre- Mer représaientent environ 3 % des séjours à la mer en été et 9 % en hiver .En 2006 les régions littorales les plus attractives étaient : PACA ( 8,8%), Pays de Loire ( 7,3%),Bretagne (7,6%), Languedoc-Roussillon (7,1%) et Aquitaine (6,7%).

 

On estimait à 382,8 millions le nombre de nuitées de touristes français en zone littorale auxquels venaient s'ajouter plus de 180 millions de nuitées engendrées par la fréquentation d'individus résidant à l'étranger  (37 % des non-résidents séjournent sur l'un des rivages français  surtout en été ), soit une estimation plausible de 60 millions de séjournants en une année en zone littorale, soit le double de l'évaluation pour la décennie 1960-1970.Pour près de la moitié des français, les séjours sur le littoral sont l'occasion de se reposer sans pratiquer une activité particulière (45% des personnes interrogées ( source : Enquête et vacances , partie variable de l'enquête permanente sur les conditions de vie d'octobre 1999 , INSEE ) .

Aujourd'hui le littoral demeure la première des destinations touristiques en terme de nuitées : le littoral concentre  40% des lits touristiques français sur 4% du territoire et 2% des communes ; 66,9 millions de nuitées françaises et 25,3 millions de nuitées étrangères en 2012 dans l’hôtellerie et l’hôtellerie de plein air ; 31% des nuitées touristiques des Français en 2013 et 39% sur les mois de juillet et d’août. Le littoral français attire une part de clientèle étrangère qui présente un potentiel de progression élevé (14,3 % du total des nuitées hôtelières, 45,4 % du total des nuitées de l’hôtellerie de plein air, 14 % de la clientèle des résidences de tourisme et 7,1 % pour les villages de vacances).

Le littoral français est fréquenté depuis très longtemps pour son climat, son air vivifiant, ses eaux chaudes (+ 23° C) , l'héliotropisme, la mode des " 4 S ". Aujourd'hui cette activité touristique tend à se maintenir toute l'année avec l'intensification des séjours de proximité et la diversification du tourisme événementiel.

 

L’empreinte du tourisme est nette sur l’ensemble du littoral. En 1995 la capacité d'hébergement touristique des communes littorales représentait 37 % de la capacité française . En été 13 millions de personnes occupent le littoral soit un coefficient de multiplication par 2 ou 3 de la population locale permanente. Selon une enquête  SOFRES de 1992 les 2/3 des français séjournant sur le littoral étaient hébergés à moins de 1 kilomètre de la côte.. Une commune  littorale propose 7000 lits touristiques contre 500 pour la moyenne nationale. Dans les communes des cantons littoraux  la disponibilité en hébergements touristiques est de 3350 lits, ce qui reste très supérieur à la moyenne nationale .85 des 100 premières communes françaises, selon un classement en termes d’hébergements, sont situées sur le littoral. En 2014 une typologie des communes littorales selon une étude de l’Institut Français de l’Environnement (IFEN)  distingue six groupes selon leurs capacités d’accueil. Les communes ayant une capacité « très forte » sont caractérisées par la présence dominante de résidences secondaires et d’hôtels ou de résidences de tourisme. Celles ayant une capacité d’accueil « forte » sont également caractérisées par une présence importante de résidences secondaires associée à une offre de plein air (campings, mobil homes). Il est à noter le poids très important des résidences secondaires dans les communes littorales (36 % de l’ensemble du parc de résidences secondaires). Selon une étude DGE de 2014, les communes du littoral comprennent 223 000 lits hoteliers, 435 000 emplacements sur campings et 16 300 logements meublés.  La capacité d’accueil des résidences secondaires atteint quant à elle près de 6 millions de lits en 2014.

 

 Au début des années 2000 le littoral français comptait 470 installations dont 370 ports de plaisance répartis  sur près de 300 communes du littoral métropolitain, pour un total d’environ 165000 places.37 ports ont une capacité supérieure à 1000 places  et 175 d'entre eux ont plus de 100 places. Le littoral méditerranéen abritait  52% des places  et 21 ports de plus de 1000 places .La Bretagne rassemblait , pour sa part, 23,5% des places  contre 15% pour l’Atlantique et 9% pour le littoral du Manche Mer du nord. Une Progression régulière estimée à 5% /an a localement encouragé un développement anarchique des mouillages individuels. La plaisance a connu un développement rapide depuis les années soixante. L’engouement suscité par le nautisme a suscité l’aménagement de nombreux ports dans les années soixante dix et quatre-vingts .La capacité globale d'accueil des ports de plaisance français était de 250 000 anneaux. Ces ports étaient fréquentés annuellement par près de 4 millions de plaisanciers et plus  de 850000 bateaux. Après une croissance estimée de 5 % en 2003,  le secteur de la plaisance a connu une progression de 6 à 10 % en 2004 (21.000 immatriculations nouvelles) et attendait environ 6 % de croissance en 2005. En 2005 90 % des ports français sont saturés. D’après une étude réalisée en 2004 par ODIT France (ex AFIT), il aurait fallu 54 000 places supplémentaires pour parvenir à l’équilibre, dont 1/3 en PACA, 16 % en Bretagne et 25 % sur la côte Atlantique. On recensait 4 millions de plaisanciers. La pratique de la plaisance se déclinait sous trois formes dominantes : la pêche promenade, la balade en mer et la voile loisir. La croisière ne concernait que 30 à 40 % du parc de plus de 2 tonneaux. Les compétitions, locales et régionales, intéressaient un maximum de 10 000 bateaux; quant à la course au large, elles s'adressaient à un public confidentiel.

En 2013, le ministère de l’Écologie recensait 470 ports de plaisance en France. Ces installations correspondaient à environ 165 000 places ou anneaux. Les côtes de la Manche et de l’Atlantique en accueillaient 52%, la Méditerranée 47 %. La région Côte d’Azur et la Bretagne restaient les championnes dans ce domaine. Pourtant très marine, l’outre-mer ne possède que 1% des ports de plaisance recensés.Les statistiques nous indiquaient encore que 75 % des bateaux résidents sont à moteur pour seulement 25 % de voiliers. Enfin, 72,5 % des embarcations étaient inférieures à 6 mètres de long.Dans les années 1960, la France comptait seulement 66 ports de plaisance et 88 000 bateaux. La mission Racine en 1970 inaugurait un grand plan d’aménagement du littoral pour développer le tourisme de masse. Aujourd’hui le nombre de plaisanciers est estimé à 4 millions et 800 000 bateaux sont immatriculés. Le profil type du plaisancier est un homme de plus de 50 ans gagnant au minimum quatre mille euros par mois. Quant à la filière nautique avec ses composantes - production, distribution, services - regroupe 4 900 entreprises, génère un chiffre d’affaires de 4,16 milliards d’euros et comptait plus de 45 000 emplois en 2007.

Outre leur impact physique sur la dynamique côtière, les ports perturbent aussi l‘écosystème marin. Jusque dans les années 2000, les bateaux déversaient leurs eaux usées directement dans la mer. Le projet « ports propres » a ralenti cette pollution des eaux sans résoudre le problème : le traitement des eaux usées à bord des navires régi par la convention internationale marine Marpol prévoit que seuls les navires transportant plus de 15 personnes ont l’obligation de traiter ou stocker leurs eaux usées. Les bateaux de plaisance construits avant 2008 bénéficient d’une réglementation plus souple qui n’impose pas d’installation de traitement ou de réservoirs de stockage. Mais la pollution la plus préoccupante vient des traitements antifouling à base de PCB, molécule très toxique, qui protège la coque des bateaux. Ces polluants utilisés pendant de nombreuses années se sont déposés au fond des ports et ressurgissent à la moindre opération de dragage. Leur retraitement, leur évacuation et leur stockage sont parmi les plus gros problèmes environnementaux actuels en zone littorale.

Le littoral est caractérisé par une très forte variabilité de l’offre touristique selon des façades, avec une nette opposition entre les côtes du nord et du sud de la France, la situation de la Corse étant spécifique. Sur le littoral de la Mer du Nord / Manche alternent des secteurs touristiques à l’offre variée avec des secteurs dont l’offre touristique est plutôt faible. Sur les façades atlantique et méditerranéenne l’offre est très forte, avec une part importante « d’entrée de gamme » sur le littoral atlantique alors que l’offre « haut de gamme » est importante sur le littoral méditerranéen. En Corse, les capacités d’accueil sont plus faibles que sur la façade méditerranéenne continentale.

 Le littoral français souffre de la sur fréquentation touristique. Sur 5500 kilomètres de littoral plus de 1000 sont urbanisés  et près de 2000 kilomètres sont "mités" (40% du littoral atlantique mais près de 96% du littoral des Alpes-Maritimes sont urbanisés ). Mais la fréquentation sur le littoral tend à stagner pendant la période estivale. Elle n’est plus soutenue que par la hausse des séjours au printemps et dans une moindre mesure en automne. Le début de saison constitue donc une véritable opportunité pour valoriser les territoires littoraux, rentabiliser les investissements, pérenniser les emplois touristiques, dans une approche différente et complémentaire de l’offre balnéaire estivale.La valorisation touristique des plages et la réhabilitation et la commercialisation de l’immobilier de loisir dans les stations littorales restent des éléments essentiels d’une politique touristique pour la destination littorale.

 

 

 


Pour en savoir plus …le tourisme littoral en chiffres
 

 

 


1-Les ports de plaisance français  (nombre de places en 2000 et 2014)  

 

 

En 2000 la France comptait 5 ports ont de 2 400 à 4 350 places, 22 de 1 000 à 2 000, 62 de 500 à 1 000 ; la majorité a moins de 500 places. Côte atlantique et Manche : La Rochelle Minimes 3 200 ; Arcachon 2 400 ; Brest Moulin Blanc 1 325; Cherbourg Chantereyne 1 000 : La Trinité 1 225 ; Saint-Malo 1 200 ; Pornichet 1 150; Les Sables-d'Olonne 1 021 ; Le Crouesty 1 000; Royan 960; Saint-Quay-Portrieux 820. Méditerranée : Port-Camargue 4 347 ; Saint-Cyprien 2 600; Cap d’Agde 2 500; Antibes Vauban 1 800; La Grande Motte 1 370; Bandol 1 350 ; Hyères 1 350; Marseille Pointe Rouge 1 200 ; Toulon 1 193 ; Marseille vieux port 1 167 ; Le Lavandou 1 100; Leucate 1 100; Saint-Laurent-du-Var 1 087; Barcarès 1 000; Le Canet 997 ; Port la Napoule 960; Les Embiez 700; Cogolin 150.

La navigation de plaisance en mer représentait en 2014 une flotte de 979 918 unités (au 31 août 2013 hors DOM-TOM) : - 74,6 % sont des navires à moteur, -75,2 % % sont des navires d’une taille inférieure à 6 mètres. En 2014 on dénombre environ 470 ports et installations de plaisance en mer pour l’accueil des navires et une cinquantaine de ports et haltes fluviales regroupées principalement dans la fédération française des ports de plaisance (FFPP). Ces installations correspondent à environ 165 000 places recensées. A ce parc, il convient d’ajouter les mouillages individuels ou collectifs hors ports, le long du littoral, le plus souvent dans des estuaires abrités. Le nombre de plaisanciers est estimé à 4 millions.

 

 


2-Indicateurs de l'importance touristique des régions à façade littorale

 

 

 

 

 

Déplacements personnels (1995 )

Capacité d'hébergement

Part du littoral ( en % ) dans les capacités catégorielles d'accueil françaises

S
(ML)

S
 (%)

N
(M)

N
( %)

HH

CC

HH

CC

RT

VV

RS

Chambr. (M )

Nuitées (M )

Emplac. (M )

Nuitées
( M )

Nord Pas de Calais

5,3

3,3

21,8

2,5

16,05

3,56

11,6

1,2

1,0

3,7

0,7

0,6

2,0

Picardie

4,4

2,8

16,6

1,9

7,85

1,47

10,4

0,9

2,6

2,3

-

0,2

2,1

Haute-Normandie

4,3

2,7

16,0

1,8

9,92

1,88

6,7

0,7

1,7

1,1

1,7

0,4

1,7

Basse-Normandie

5,9

3,7

28,5

3,3

14,46

3,37

30,3

2,9

2,5

2,9

0,7

1,3

3,9

Bretagne

10,4

6,6

65,6

7,6

24,79

5,88

87,1

9,9

4,4

9,7

2,5

5,5

6,6

Pays de Loire

11,5

7,3

60,2

6,9

20,48

3,98

81,2

10,5

3,4

8,9

3,4

4,4

6,2

Poitou-Charentes

7,4

4,7

39,9

4,6

15,33

4,03

53,5

7,0

2,1

6,0

1,0

4,9

3,3

Aquitaine

9,6

6,1

63,5

7,3

34,35

7,27

96,7

12,3

5,8

10,8

6,8

14,1

5,9

Languedoc-Roussillon

9,9

6,3

78,5

9,0

26,55

5,75

106,7

15,0

4,8

12,9

7,0

12,9

9,7

PACA

13,9

8,8

106,3

12,2

69,2

15,92

97,7

12,4

11,8

11,8

28,3

16,9

14,1

Corse

1,0

0,6

12,6

1,4

10,46

1,66

22,6

2,3

2,5

5,7

1,8

6,6

1,9

Total régions Littorales

83,6

52,9

509,5

58,5

249,44

54,77

604,2

75,1

42,4

75,8

53,9

67,8

57,4

Total France

157,6

100

867,8

100

611,54

142,95

818,9

97,9

100

100

100

100

100

 

( S : séjours , N : nuitées, HH : Hôtellerie homologuée, CC : Camping caravaning, RT : Résidences de Tourisme , RS : Résidences secondaires, VV :Villages de vacances  ). Sources: D.T,  O.N.T, I.N.S.E.E (d'après G. CAZES, 2000.- La fréquentation touristique des littoraux français  : une remarquable " durabilité ", L'Information Géographique n°4, 289-299, p. 293, tableau 2 ).


3-La fréquentation des espaces littoraux français

 

 

  été 2004 été 2005 été 2006
Environnement en séjour en nuitées en séjour en nuitées en séjour en nuitées
Mer 33,10% 46,00% 33,90% 46,10% 33,60% 45,90%
Montagne 13,40% 17,10% 13,70% 17,80% 13,30% 17,00%
Campagne 35,70% 31,90% 35,40% 32,10% 35,40% 36,10%
Lac 4,80% 6,00% 5,00% 6,10% 4,90% 6,30%
Ville 32,60% 25,90% 31,50% 25,20% 32,10% 25,30%
Source : SDT / Direction du Tourisme /TNS Sofres - étés 20045 à 2006

 


4-Pavillon Bleu des ports de plaisance 2014

 

 

Crée en 1985 par l’Office Français de la Fondation pour l’Education à l’Environnement en Europe (FEEE), le Pavillon Bleu valorise chaque année les communes et les ports de plaisance qui mènent une politique permanente en faveur d’un développement durable et de qualité. Le label est présent dans 48 pays à travers le monde sur plus de 3850 plages et ports de plaisance. La France occupe la troisième place dans le classement international avec un nombre de sites labellisés en constante augmentation. Depuis 27 ans, 344 communes et 155 ports de plaisance ont pu bénéficier de cette distinction. Les quatre premières régions Pavillon Bleu port de plaisance sont : la Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Languedoc-Roussillon, la Basse Normandie et la Bretagne. L’objectif- Cet écolabel permet de sensibiliser et de motiver les collectivités locales ou les gestionnaires de port de plaisance afin qu’ils prennent en compte le critère « environnement » dans leur politique de développement économique et touristique, en complément et en renforcement des directives nationales et/ou européennes obligatoires. Les communes et ports de plaisance doivent répondre à des critères dans les domaines de l’éducation à l’environnement comme la mise en œuvre d’un management environnementale ; la gestion du site ; la gestion du milieu avec par exemple la mise en œuvre de politique de réduction des dépenses en énergie et en eau ainsi que la gestion des déchets.

 


Pour en savoir plus …le tourisme littoral sur le Net
 

 

Le tourisme littoral . DGE ( Direction générale des entreprises ), 2015 . La France dispose de 5.500 km de côtes sur les trois façades maritimes (Mer du Nord / Manche, Atlantique y compris Bretagne/ Méditerranée), réparties sur 883 communes en bord de mer, lagunes ou étangs salés, 26 départements et 11 régions….

Tourisme littoral par Aurélien Guingand & Thierry Quintrie-Lamothe, AES_Tourisme littoral_V2_MMDN, 10 p.

La Loi littoral. Fiche pratique, FNASSEM. La loi Littoral détermine les conditions d’utilisation et de mise en valeur des espaces terrestres, maritimes et lacustres. Elle s’applique aux communes riveraines des océans, mers, étangs salés et plans d’eau naturel ou artificiel de plus de 1000 hectares…1 p.

Bilan de la loi Littoral et des mesures en faveur du littoral, septembre 2007, Résumé du rapport du Gouvernement au Parlement portant bilan de la loi Littoral et des mesures en faveur du littoral, 127 p.

20 ans de loi Littoral. 20 ans d’application de la loi Littoral : quel bilan ? Bilan et propositions pour la protection des espaces naturels.  UICN, comité français. A l’occasion du 21ème anniversaire de la loi Littoral, le Comité français de l’Union mondiale pour la nature (UICN) a dressé le bilan de 20 ans d’application de la loi. Les conclusions du rapport montrent que cette loi importante, qui initiait en 1986 une politique volontariste de préservation des espaces remarquables et de gestion intégrée des zones côtières, a été mal appliquée et érodée. Un renouveau de la politique de protection du littoral doit être engagé avec une application plus rigoureuse de la loi et l’adoption d’une nouvelle stratégie faisant une attention particulière à l’outre-mer…., 24 p.

Le marché de la plaisance en France. Mieux comprendre les pratiques, les besoins et les attentes des plaisanciers, par B.Royaux et alii , ODIT France, 210 p. Secteur particulièrement actif, la plaisance constitue un facteur important de dynamisation pour les destinations littorales touristiques. Dans un contexte difficile en termes notamment de capacités d’accueil, mieux connaitre les pratiques des plaisanciers actuels, comprendre leurs attentes et leurs besoins, s’interroger sur l’évolution du marché de la plaisance, identifier de nouveaux modes de consommations, sont autant d’éléments nécessaires à la réussite d’une politique ambitieuse de développement de l’offre nautique à l’échelon local comme à l’échelon national.

L’observatoire des ports de plaisance, Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, 36 p. La charte d'engagement et d'objectifs pour le développement durable des ports de plaisance signée le 5 décembre 2008 entre le ministère, la Fédération française des ports de plaisance et l'Association nationale des élus du littoral énonce à l'article 2 : « Un observatoire des ports de plaisance sera mis en place par le ministère en 2009, notamment pour suivre l'évolution des capacités d'accueil des bateaux de plaisance dans les ports ».

La plaisance en quelques chiffres (2012-2013), 30 p., 1 - Flotte des navires de plaisance au 31 août 2013 en eaux maritimes. 1.1 - Immatriculations délivrées en …

La navigation de plaisance : une activité touristique « amphibie » entre espaces de pratique et territoires de gestion par E. Sonnic, Maison Européenne des Sciences de l'Homme et de la Société. Jan 2008, Lille, France. 18 p. Dans le contexte du tourisme de masse, la plaisance est une expression particulière de territorialité à travers divers équipements sur la frange littorale (ports, marinas, chantiers navals, cales de mise à l’eau…) et des flux tant maritimes que terrestres (itinéraires en mer des plaisanciers entre ports et objectifs de balade, liaisons domiciles-points d’embarquement, navettes domicile-travail des professionnels de la plaisance, etc.). Ce caractère « amphibie » confère à la plaisance une place atypique au sein des territoires touristiques…

La plaisance française : dynamisme et esprit de conquête. La plaisance française a le vent en poupe. Sa bonne santé repose d’abord sur le savoir-faire des entreprises qui se manifeste à travers une multitude de métiers : construction de bateaux, voileries, accastillages, chantiers d’entretien, infrastructures… Elle est également portée par la tradition des grandes courses au large, qui stimule le secteur en favorisant la recherche en matière de design, de nouveaux matériaux, d’électronique, 15 p.

Les Ports de Plaisance en Europe par EUROMARINA / FFPP. Depuis une cinquantaine d’années, la navigation de plaisance connaît en Europe une expansion continue liée à celle de la civilisation des loisirs dans les nations développées…

Les ports de plaisance. Premier bilan et perspectives, Fédération française des ports de plaisance ( FFPL), 4 p.

Les ports de plaisance. Impacts sur le littoral par Jean-Louis Mauvais, IFREMER, 1991, 177 p. La navigation de plaisance a connu, en France, une croissance importante depuis 25 ans.En 1966, il y avait très peu de ports conçus pour la plaisance ; les 30 000 bateaux de plus de deux tonneaux utilisaient certains emplacements ou bassins de port de pêche et de commerce, des mouillages installés dans les baies abritées

 

 

 

Page en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme   | La bibliographie | L'examen


 


 
 
    Cette page a été mise à jour le 10/07/15

  Copyright © 2007 by KEROURIO