GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Le référentiel  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015  


Le tourisme dans le Monde

Le bassin méditerranéen

  L'Espagne
  L'Italie
  La Croatie
  La Grèce
  La Turquie
  L'Égypte
  La Tunisie
  Le Maroc
 

Le Tourisme de croisière

L'Europe du Nord
  Les pays scandinaves

L'Afrique subsaharienne

Les îles tropicales

  L'espace caraïbe
  Cuba
  Les Seychelles
  Les Maldives
  Les îles du Pacifique
  Les Galápagos
Les Amériques
  Les États-unis
  Le Mexique
  Le Costa Rica
  Le Pérou
  L'Amérique du sud

L'Asie

  L'Inde
  Le Népal
  Fiche signalétique
  L'Asie du sud-est
  Le Viêt-Nam
  La Thaïlande
  L'Indonésie
  Singapour
  La Chine

Les régions polaires

 

L'Arctique et l'Antarctique

Le Tourisme et les risques
  Le Tourisme et le Terrorisme
 

Le Tourisme et les maladies

 

Le Tourisme sexuel

Les nouveaux tourismes

  Le Tourisme spatial
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiel
  Bibliographies

                

  Le Tourisme au Mexique

 


 

Généralités

 

                                                                                                                              

 

Le Mexique a reçu 13 millions de touristes internationaux en 2007 (+ 5,7% par rapport à 2006). Les revenus générés par ces touristes ont atteint  US$ 12,18 billion (soit une croissance  de 3,2% par rapport à 2005 (US$ 11,80 billion). La France reste le 5ème pays émetteur de touristes avec 208 635 touristes après les Etats Unis qui conservent de loin leur première place, suivis du Canada puis du Royaume Uni et de l'Espagne. Ainsi la France est donc le  3ème pays émetteur en Europe et renforce sa présence avec une augmentation de 8.7% des arrivées. Les destinations privilégiées des français restent Mexico (100 884) et Cancun (99 486) ainsi que Monterrey, ville connue pour le tourisme d'affaire,  Cabo San Lucas, destination de Basse Californie Sud et la ville coloniale de Guadalajara. En 2004 les recettes touristiques  du Mexique avaient totalisées  US$ 10,84 billion. Les touristes internationaux  (touristes frontaliers exclus) ont dépensé en moyenne  US$ 710,30 par personne  (4,7% de plus qu'en 2005 - US$ 678,40). Les arrivées de croisiéristes en 2006 s'élevaient à 6,52 millions de passagers  qui ont dépensé US$ 458,3 millions dans le pays.

 

Le Mexique a été récemment confronté à des crises d'origines diverses mais dont les incidences sur l'évolution de l'industrie touristique risquent de se révéler non négligeables.

La réputation du pays comme destination touristique a également été entachée par la flambée des meurtres liés aux cartels de la drogue. Le Mexique a enregistré officiellement en 2008 plus de 5300 morts violentes liées aux activités des cartels de la drogue. Tijuana à elle seule a connu 843 meurtres contre 337 en 2007. Le Michoacán est l'un des états les plus touchés .En quelques mois la "Familia michoacana" s'est imposée comme l'un des principaux cartels mexicains et elle a imposé sa loi dans la plupart des 113 municipalités de l'état. Depuis 2007 la criminalité organisée serait à l'origine de plus de 9000 morts. Cette guerre qui sévit entre cartels de la drogue pour le contrôle du trafic dans le pays et à destination des Etats-Unis, premier client mondial de la cocaïne, a provoqué une forte baisse du tourisme en direction notamment des Etats de la Basse-Californie, dont Tijuana est l'un des chefs-lieux. Depuis 2005 plus de 200 touristes américains ont été assassinés au Mexique. Ainsi  le nombre de touristes venant observer les baleines grises qui se reproduisent à cette période de l'année dans un lagon à proximité de Guerrero Negro, à 1000 km au sud de Tijuana, a baissé de 25% en 2008.

Le Mexique a subi le double effet de la grippe A et de la crise économique, les deux affectant gravement son économie touristique. A la fin du mois d'avril, le Mexique a été le foyer de déclenchement de l'épidémie de grippe A (H1N1) qui s'est ensuite répandue dans le monde. Le pays a pris des mesures drastiques, fermant écoles et universités, restaurants, théâtres, cinémas et ses sites archéologiques préhispaniques, très touristiques. Les touristes avaient fui, les hôtels s’étaient vidés, et l’impact économique a été évalué à 2,3 milliards, 0,3% du PIB du pays. L'épidémie ( 800 morts ) a fortement fragilisé l'industrie mexicaine du tourisme, troisième source nationale de devises après le pétrole, et les dollars envoyés à leurs familles par les travailleurs émigrés aux Etats-Unis. Le PIB du Mexique, la deuxième économie la plus puissante d'Amérique latine derrière le Brésil et la plus touchée par la crise financière dans la région, car très dépendant de l'économie des Etats-Unis voisins, a chuté de 6,9 % en 2009. L'activité industrielle a été la plus fortement touchée, avec une chute de 7,3 % par rapport à 2008, tandis que le secteur des services s'est contracté de 6,6 % sur la même période. L'économie mexicaine est entrée en récession au premier trimestre 2009, plombée dès l'automne 2008 par la crise financière mondiale. Au deuxième trimestre 2009, le PIB a fait un plongeon de 10,3 %. Au troisième trimestre, l'économie s'est contracté de 6,2 % et au quatrième, de 2,3 %.Le Mexique a été fragilisé par sa dépendance vis-à-vis des Etats-Unis, le pays le plus frappé par le ralentissement économique de ces deux dernières années, et qui pèse 80 % des exportations mexicaines. En 2009, leur pays aura connu la pire récession de son histoire depuis 1929.

En mars 2009, un nouveau variant du virus de la grippe porcine a fait son apparition au Mexique puis aux Etats-Unis et au Canada. Cette nouvelle souche de H1N1 combinait du matériel génétique emprunté à la fois aux virus de la grippe porcine, aviaire et humaine. Au Mexique, foyer de l'épidémie, le bilan de la grippe mexicaine s'établit à 800 morts . L’épidémie a engendré une baisse du taux de fréquentation des principales destinations touristiques mexicaines, qui avoisinait les 50% au mois de mai 2009. Cancun, station balnéaire du sud-est, très prisée par les touristes européens et américains, a accusé une forte baisse sur cette période. La fréquentation était de 44,8%. La station a enregistre 70% d'annulations . Le groupe Habita, qui possède des succursales à Monterrey (nord) et dans la Riviera Maya, station balnéaire sur la mer des Caraïbes, a enregistré une perte de 1,8 million de pesos (140.000 dollars) durant la semaine prenant fin le 28 avril, date à laquelle un état d'urgence sanitaire a été instauré. Avec un taux d'occupation de 20%, le groupe a été obligé de fermer tous les restaurants et les bars. A Los Cabos, en Basse Californie, au nord-ouest, les hôtels ne seront occupés qu'à 28%. Puerta Vallarta, autre site réputé du littoral pacifique, a enregistré plus de 1.200 annulations. Les hôtels de luxe de la célèbre station balnéaire du Pacifique, Acapulco, ont annoncé vendredi un taux de remplissage de 64%. A Mexico, les hôtels n'étaient mêmes pas remplis à 15% de leur capacité. L'épidémie a entrainé une chute des taux d'occupation moyen dans les établissements de Mexico. D'après une étude publiée par STR Global , ils ont chuté de plus de 50% entre la fin avril et début mai 2009. Dès le moi de mai 2009 le président mexicain Felipe Calderon a lancé officiellement une campagne «Le Mexique vit» pour relancer le secteur touristique  sinistré .

En 2009 le Mexique a reçu 21,5 millions de touristes internationaux et réalisé 11, 28 milliards de dollars de recettes, soit des revenus en baisse de 2,014 milliards de dollars (13,29 milliards en 2008 ). Les dépenses des touristes étrangers au Mexique ont chuté de 15% en 2009  en raison de la crise économique et de la grippe A (H1N1.

164 283 touristes français se sont rendus au Mexique en 2009, soit une baisse de 21,2% par rapport à 2008. Les chiffres de fréquentation étaient régulièrement à la hausse depuis plusieurs années: 176 000 en 2006, 195 000 en 2007, 208 000 en 2008.  Le début de l'année 2010 a montré une amorce de reprise avec 15.284 touristes français au Mexique en janvier et 17.177 en février. Ces chiffres restent toujours en net retrait par rapport à ceux enregistrés pour les hivers 2007 et 2008.

En 2010 le Mexique a reçu 19,6 millions de touristes, ce qui faisait du pays la 7ème destination la plus visitée du Monde. 70 % provenaient des Etats-Unis. Les touristes américains ont été nombreux nombreux à venir au Mexique. En 2010 on a enregistré une augmentation de 10 % de visiteurs en provenance des Etats-Unis par rapport à l’année 2009. Le tourisme employait 891810 personnes soit 21792 de plus qu'en 2009. En 2010 le tourisme constituait la  troisième source de devises pour le pays. Il représentait 9 % du produit intérieur brut (PIB).

Le tourisme avait largement chuté en 2009, avec la violence des cartels qui est devenue importante dans le pays et en particulier dans la conscience nationale en raison de l’importante couverture médiatique. La souche H1N1 de la grippe avait également balayé le pays en 2009, rendant encore plus frileux les touristes. Les trois années suivantes ont vues une diminution du nombre de touristes jusqu’à l’année dernière où le nombre de touristes est revenu aux niveaux de 2008.

Le Mexique se situait au dixième rang mondial par le nombre de visiteurs internationaux avec 23,4 millions de visiteurs pour 2012. C’était déjà le premier pays latino-américain pour la fréquentation, loin devant le Brésil (5,5 millions de visiteurs). Il est à noter que la fréquentation du Mexique se situait également nettement au-dessus de celle du Canada, l’autre voisin des États-Unis, qui accueille environ 16 millions de visiteurs par an. Au total, les Nord-Américains représentaient entre 50 % et 60 % des touristes accueillis chaque année.  Le Royaume-Uni, l’Espagne, la France, l’Allemagne et l’Italie étaient les principaux marchés. Les français étaient en moyenne quelque 150 000 à visiter chaque année le Mexique. Il convient de noter également le développement des flux de touristes en provenance d’Amérique du Sud. Profitant de la prospérité récente, de plus en plus de Brésiliens et d’Argentins, visitent le Mexique pendant l’hiver austral. Par contre, on constate que la présence des touristes asiatiques est tassez faible.

En 2013, le pays avait accueilli 23,7 millions de touristes étrangers, soit une hausse de 1,4 % par rapport à 2012, et réalisé un chiffre d’affaires de 13,8 milliards de dollars, le plus élevé de ces 5 dernières années. En 2014 le Mexique figurait au top 10 des destinations les plus visités au monde, avec 29,1 millions de touristes, soit 5 millions de plus qu’en 2013, et un taux de croissance de 9,7% en 2014. En 2013 le Mexique avait accueilli 213 000 français. Avec des taux d’occupation dépassant les 80%, ce sont près de 10 millions de touristes qui se sont rendus dans la seule région de l’état du Quintana Roo et sa Riviera Maya en 2014. La même année, on ne dénombrait qu’environ 60000 français et 8% de touristes européens. Environ 78% des touristes venaient des Etats-Unis et 8 à 9% du Canada.

 En 2014 le Mexique a fait son retour dans le top 10 des destinations les plus visitées par les touristes internationaux avec 29,1 millions de voyageurs. Le pays a annoncé 16,3 milliards de dollars de recettes touristiques en 2014, un record pour l’activité. En 2014 le tourisme constituait la première source de revenus du pays. Banxico, la Banque centrale du Mexique, estimait que les revenus étaient en hausse de 20,3 % par rapport à 2013 (12,7 milliards de dollars). L'augmentation du nombre de touristes américains, premier marché émetteur a joué un rôle majeur. Sur les 29,1 millions de touristes internationaux, 13,1 millions viennent des pays frontaliers, à savoir les États-Unis, le Belize et le Guatemala et'une grande partie de ces touristes débarquaient depuis la frontière nord. En 2014 le Mexique a aussi connu une hausse significative de ses performances hôtelières. En effet, sur un échantillon de 21 hôtels (soit 3 650 chambres) sélectionnés par MKG Hospitality, le taux d'occupation atteignait 71 % en 2014 et une évolution de 9,3 points de pourcentage par rapport à l'exercice précédent. Le prix moyen hors taxe était de 74,15 €, soit une hausse de 14,8 % par rapport à 2013. Cela permet au revenu par chambre disponible de grimper de 32 %. Mais la violence demeure un problème majeur qui pourrait compromettre le développement touristique du pays. Ainsi dans les années cinquante, Acapulco était dans l’une des destinations favorites des stars d’Hollywood. Mais aujourd’hui, devenue la capitale du meurtre au Mexique, la célèbre cité balnéaire de la côte pacifique est désertée par les touristes étrangers. Entre janvier et mai 2015, au moins 336 personnes ont été assassinées à Acapulco, soit une augmentation de 42% par rapport à la même période l’an passé, selon des chiffres officiels publiés par le quotidien El Universal. Sur les huit premiers mois de l’année 2015, ce sont plus de 500 personnes qui ont été tuées au total, selon ce quotidien. En 2009, 30.000 étudiants américains venaient effectuer leur « spring break » (congé de printemps) à Acapulco. En 2012, ils n’étaient plus que 500 à s’aventurer dans la moiteur tropicale de la station.

 En 2015 le Mexique a reçu 31, 2 millions de touristes. Le secteur touristique représentait 8 % du PIB et plus de 5 millions d’emplois.

Le Mexique occupe le troisième rang en tant que destination d'affaires en Amérique Latine, derrière le Brésil et l'Argentine. 74% des vols des voyageurs d'affaires sont domestiques et 26% sont des vols internationaux. Les destinations domestiques les plus populaires sont Cancun, Puerto Vallarta et Playa del Carmen, alors que la France, l'Espagne et la Chine sont les destinations internationales préférées. Selon les chiffres de CESTUR (Conseil Supérieur d'Etudes Touristiques, pour la traduction en français), sur les 197 400 réunions ou conventions qui se sont déroulées au Mexique en 2010, 44% correspondent à des événements corporatifs; 23% à des conventions, congrès et conférences; 20% à des salons et événements pour les consommateurs, 6% à des voyages d'incentives et 3% à d'autres motifs. CESTUR indique que le tourisme d'affaires au Mexique génère 18 milliard de dollars de retombées, soit environ 1,43% du PIB.  

Le tourisme est la troisième source de recettes au Mexique après le pétrole. Il génère environ 9% du PIB. Avec un total de 7 millions d'emplois directs et indirects, le tourisme est le premier employeur chez les jeunes et le deuxième chez les femmes. C'est surtout un secteur en progression constante tant pour le nombre de touristes accueillis, que de revenus générés. Les recettes en devises ont atteint 13,81 milliards de dollars en 2013 (+8,5 % par rapport à 2012). Lors de la séance d'ouverture du 39e Salon du tourisme à Cancun, en 2014, le président de pays, M. Enrique Peña Nieto, a déclaré son intention d'investir plus de 13,8 milliards de dollars dans les infrastructures du tourisme dans la période 2012-2018. Le chef de l'État a confirmé que cette industrie sans fumée est une priorité absolue du programme de développement des infrastructures nationales.

Cependant le pays se caractérise par une insécurité croissante liée au crime organisé. En 2010 15273 assassinats ont été commis dans le pays.50% de ces crimes ont eu pour cadre les trois états de Chihuahua, Sinaloa et Tamaulipas et 89% des victimes étaient  membres d'une organisation criminelle rivale. La croissance du secteur touristique est survenue en dépit de  l’augmentation des actes de violence, avec plus de 15 000 assassinats liés au crime organisé sur le territoire. Le Centre d’Etude à la Sécurité américaine ou Strategic Forecasting Inc. (Stratfor), un Centre d’Intelligence globale des Etats-Unis, a publié un rapport qui alerte sur les dangers liés à la présence du crime organisé dans d’importantes zones touristiques et balnéaires du Mexique. Les destinations de Cancún, Acapulco, Puerto Vallarta, Mazatlán, Cozumel et Isla Mujeres sont clairement désignées. Le rapport indique que ces pôles attractifs sont devenus des points de passage obligés pour le trafic de drogue et d’armes vers les Etats-Unis. Selon ce document, les ports situés dans ces zones côtières sont des points de rencontre de petites ou grandes embarcations qui transportent des chargements illégaux, un trafic facilité par les déplacements touristiques. Les trafiquants transportent leurs marchandises vers le nord du continent, et blanchissent l’argent en investissant dans des complexes hôteliers. Le rapport fait mention de Puerto Vallarta et de Cancún comme principaux points d’entrée de marchandises clandestines en provenance d’Amérique du Sud. En 2010 les régions de Mazatlán, Cozumel et Isla Mujeres ont enregistré un pic de violence, ce qui atteste d’un intérêt certain des organisations criminelles pour ces points de passage hautement stratégiques dans le trafric de la drogue à l’échelle du continent américain. Aucune des destinations touristiques n’est exempte, selon le rapport, de la violence liée au crime organisé, ce qui représente un risque certain pour les visiteurs étrangers même si le rapport ne met pas en évidence une volonté de la part des trafiquants de s’en prendre directement aux touristes.

Les États de Sonora, Chihuahua, Coahuila, Sinaloa, Durango, Nayarit restaient déconseillés par le site du Quai d’Orsay , sauf raison impérative et les Etats du Tamaulipas et de Nuevo León (à l’exception de la ville de Monterrey) sont formellement déconseillés. Certaines grandes villes du Nord comme  Ciudad Juárez, Chihuahua, la conurbation Gómez Palacio/Torréon étaient aussi dans le rouge. Les autorités recommandaient en outre d'éviter de circuler sur les grands axes routiers traversant ces régions. Considérés pourtant comme des régions touristiques, ces deux Etats ont connu ces dernières années une recrudescence de la violence liée au narcotrafic. Concernant le Michoacán, le ministère des affaires étrangères français précisait :"En raison de la brusque aggravation des troubles à l’ordre public dans l’Etat de Michoacán et des opérations des forces de l’ordre en cours, il est désormais formellement déconseillé de se rendre dans le sud de cet État à partir de la ville d’Uruapan (région connue comme "Tierra Caliente") et jusqu’à la côte." Le nord de l’Etat de Michoacán et sa capitale Morelia restait quant à eux en orange (déconseillé sauf raison impérative). La situation était à peine meilleure dans le Guerrero classé en orange, cependant les villes touristiques d'Ixtapa et d'Acapulco faisaient figure d'exception en restant en jaune.

Face à la concurrence internationale le Mexique possède de solides atouts. L'étendue et la  diversité de ses côtes , son climat chaud et ensoleillé, ses paysages attirent des milliers de visiteurs en quête d'exotisme. La côte Pacifique rendue célèbre par Acapulco  est célèbre pour ses vagues,  celle du Golfe est réputée pour son ambiance tropicale  et celle des Caraïbes pour la transparence de ses eaux, ses plages de sable blanc et sa faune sous-marine. 60% des touristes viennent au Mexique pour profiter du soleil et de la mer ce qui explique la localisation essentiellement littorale des principales chaînes  d'hôtels nationales et internationales. Un autre atout du Mexique réside dans la beauté de ses paysages : les déserts de la Basse Californie et du Sonora, la forêt du Petén, Les montagnes et les volcans du centre, ... A ces richesses naturelles il faut aussi ajouter un patrimoine archéologique et historique important : villes mayas du Yucatan et du Chiapas, grands centres urbains et religieux du plateau central (Teotihuacan, Monte Alban, ...). Le Tourisme culturel est très fortement développé au Mexique comme dans les états voisins d'Amérique centrale. Pour développer l' "archéo-tourisme " plusieurs pays, outre le Mexique, le Guatemala, le Belize, se sont regroupés  au sein d' El Mundo Maya, une structure destinée à coordonner leurs efforts pour développer la mise en valeur touristique des anciennes cités mayas . Outre les cultures précolombiennes le Mexique offre aussi aux touristes de superbes villes d'époque coloniale : villes minières du nord (Guanajuato, Zacatecas, San Luis Potosi,...), capitales régionales (Merida, Oaxaca, Puebla, Morelia, Guadalajara,...). L'ethnotourisme connaît aussi un développement rapide, issu du désir d'un nombre croissant de touristes étrangers de rencontrer des cultures indigènes  (comme des Huicholes de la Sierra Tarahumara). Le Tourisme est à l'origine du développement de l'artisanat indien  (Le marché de San Cristobal de Las Casas est un lieu de rendez-vous pour les indiens de la région qui viennent des huipiles tissés à la main et autres objets traditionnels ).

 

L'impact du Tourisme est particulièrement significatif dans les zones dépourvues de ressources . Au Quintana Roo, dominé par Cancun, Cozumel et Isla Mujeres, plus de 50% du P.I.B dépend des activités touristiques, 64 % des établissements appartiennent à des secteurs de l'économie  qui dépendent du Tourisme ( hôtels, restaurants, commerces divers ).Le Tourisme occupe plus de 40% de la population active . L'industrie du bâtiment mexicaine a largement profité de la construction des hôtels  et des infrastructures touristiques. En 1970 elle participait pour 6,4% au P.I.B du territoire. En 1975 elle atteignait 26%. En Basse Californie du sud où le Tourisme connaît un essor croissant on retrouve la même situation : 27% du P.I.B et 57 % des établissements en dépendent. La proximité des Etats-Unis et de son marché potentiel a joué un rôle capital dans le choix des investisseurs publics et privés. La croissance des " Cabos " ( Cabo Santa Luca, San Juan de Cabo) et de La Paz  rappelle celle de Cancun. Les Cabos et la Paz regroupent 62% des établissements et 76% des chambres du secteur hôtelier de l'état .

 

Le site de Cancun est révélateur des choix stratégiques opérés  par le Mexique dans le domaine du Tourisme .Le site a été choisi par ordinateur  afin de déterminer quelle serait la zone la plus propice à l'installation d'un complexe hôtelier haut de gamme destiné à une clientèle internationale. Avec ses 240 jours de soleil par an,  sa température moyenne annuelle de 27,7°C, sa mer limpide et ses plages de sable fin, Cancun a remporté tous les suffrages. A l'origine (en 1969 !) Cancun n'est qu'un modeste village de pêchers  de moins de 200 habitants. Sous l'égide de la F.O.N.A.T.U.R  deux villes distinctes furent réalisées : la zone hôtelière placée entre la mer et la lagune  et la cité réservée aux mexicains qui travaillent dans les établissements touristiques  et dans les services publics. Ce partage  de l'espace urbain a abouti à une ségrégation de fait. Cancun recevait plus de 700 000 visiteurs par an dans les années 1980 et plus de 1, 7 millions aujourd'hui .  pour une population fixe d'environ 50000 habitants .La ville contribue à 53 % du P.I.B de l'état, alors que la population de la capitale, Chetumal  ( 80000 habitants) ne contribue qu'à 10 % du P.I.B . La zone de Cancun fonctionne comme une enclave dans une zone encore largement sous-développé et son impact sur le reste de la région reste encore très faible. Ce phénomène se retrouve dans de nombreuses villes touristiques du pays. Par ailleurs les problèmes posés par une croissance urbaine rapide  sont multiples et soulève d'énormes difficultés: dégradation de l' environnement, pollution, spéculation foncière, vives tensions concernant le problème de l'eau. Très souvent les centres touristique souffrent d'une infrastructure déficiente, ainsi Cancun doit faire venir son électricité de Mérida distante de 300 kilomètres . L'industrie touristique reste une activité dominée par des capitaux étrangers ou par des décisions émanant des autorités fédérales. La part des décisions locales est faible même si le Tourisme a permis a certaines régions de bénéficier d'équipements ( aéroports et routes,  par exemple ) qui pourraient, dans le futur, servir à un développement plus diversifié et plus harmonieux .Les migrations touristique sont globalement et majoritairement orientées du nord vers le sud. Elles sont en effet principalement le fait d'habitants du Nord-est des Etats-Unis et du Canada .

Le Mexique a pour ambition d’occuper la cinquième position mondiale des destinations touristiques préférées d’ici l’année 2018. Le pays espère capter 40  milliards de dollars grâce au tourisme d’ici 2018 et créer 4 millions d’emplois directs et 12 millions d’emplois indirects.

 

 


Documents annexes:
Le tourisme au Mexique: des chiffres...
 

                                                                                                                                     
                                                                                                                                
  


Place du Mexique dans le tourisme mondial
en 1998 et en 2020
 

 

Rang

Pays

Arrivées de touristes internationaux (millions)

Croissance ( % )

1

France

74.5

2.0

2

États-unis

52.7

8.7

3

Espagne

48.5

3.7

4

Italie

41.2

12.8

5

Chine

31.2

15.5

6

Royaume-Uni

24.9

_15.5

7

Fédération russe

22.8

23.2

8

Canada

20.4

4.9

9

Mexique

20.0

5.0

10

Allemagne

18.9

10.5

La place du Mexique dans le Tourisme mondial en 1998
 

Rang

Pays

Arrivées de touristes internationaux
(millions)

Part de marché

Taux de croissance 1995-2020 (%)

1

Chine

137.100

8.6

8.0

2

États-unis

102.400

6.4

3.5

3

France

93.300

5.8

1.8

4

Espagne

71.000

4.4

2.4

5

Chine

59.300

3.7

7.3

6

Italie

52.900

3.3

2.2

7

Royaume Uni

52.800

3.3

3.0

8

Mexico

48.900

3.1

3.6

9

Fédération russe

47.100

2.9

6.7

10

République tchèque

44.000

2.7

4.0

La place du Mexique dans le Tourisme mondial en 2020


Le tourisme international au Mexique ( 2000-2006)
 

 

  2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
Visiteurs 105,673.52 100,718.84 100,153.19 92,329.85 99,249.73 103,146.06 97,701.00
Touristes internationaux 20,641.52 19,810.46 19,666.68 18,665.40 20,617.74 21,914.93 21,352.60
Touristes frontaliers 10,050.00 9,659.00 9,784.00 8,312.00 9,065.00 9,381.00 8,745.00
Touristes frontaliers piétons 878.00 980.00 1,085.00 949.00 1,236.00 1,312.00 1,231.00
Touristes frontaliers automobilistes 9,172.00 8,679.00 8,699.00 7,363.00 7,829.00 8,069.00 7,514.00
Excursionnistes internationaux 85,032.00 80,908.38 80,484.51 73,664.45 78,041.31 81,231.16 76,348.39
Passagers de croisières 3,467.00 3,805.38 5,135.51 4,974.45 6,492.96 6,707.16 6,516.39

 


La place du Mexique dans le Tourisme américain
(1985-2001)
 

 

 

 

Classement

Arrivées (en milliers/,000)

1985

1990

1997

2001

1997

1999

2001

États-unis

1

1

1

1

47752

48492

45491

Mexique

3

2

2

3

19351

19043

19810

Canada

2

3

3

2

17669

19411

19679

Puerto Rico

6

4

4

5

3242

3024

3551

Brésil

5

5

5

4

2850

5107

4773

Uruguay

4

9

6

7

2316

2073

1892

République dominicaine

8

8

7

6

2211

2649

2882

Chili

10

7

8

8

1644

1622

1723

Bahamas

12

11

9

9

1618

1577

1538

Colombie

7

6

10

18

639

546

616

Jamaïque

9

12

11

11

1192

1248

1277

Cuba 

11

10

12

10

1153

1561

1736

Costa Rica

24

23

13

12

811

1032

1131

Venezuela

21

17

14

16

814

587

584

Guadeloupe 

19

14

15

17

660

561

521

Aruba

22

22

16

15

650

683

691

Pérou

26

19

17

14

635

692

798

Guatemala

18

24

18

13

576

823

835

Équateur

23

15

19

19

525

518

641

Total 1-20

24

21

20

20

112239

110249

110169


Arrivée des touristes aux frontières (1991-1995)
(* : en milliers) et Hébergement (1986-1997)
 

 

Régions et Pays

1991

1992

1993

1994

1995

Part de marché

 

Amériques *

15719

16753

15931

16724

19784

98.1

 

Amérique du Nord*

15395

16390

15522

16285

19339

95.9

 

Canada

260

276

237

213

197

1.0

 

États-unis*

15135

16114

15285

16072

19142

94.9

 

Autres Amériques

324

363

409

439

445

2.2

 

Europe

328

362

473

412

339

1.7

 

Non spécifié

20

31

36

46

39

0.2

 

Total

16067000

17146000

16440000

17182000

20162000

100.0

 

2-

 

Catégorie

1986

1988

1990

1992

1994

1996

1997

Total

Hôtels

6,822

7,6

7,984

8,488

8,744

9,05

9,184

98,912

Chambres disponibles

305,543

310,47

333,547

355,189

363,579

381,522

382,364

4,141,426

Chambres occupées

131,225

140,879

154,66

157,964

162,519

190,747

192,701

1,917,584

Taux d'occupation des chambres

54.9

54.1

54.1

53.0

50.4

53.3

56.5

-


Le Tourisme international au Mexique  ( 1994 - 1998 )
 

 

-

1994

1995

1996

1997

1998

Tourisme international récepteur

Visiteurs ( ** )

82.944

85.446

90.404

92.915

95.632

Touristes ( ** )

17.182

20.241

21.405

19.351

19.810

Arrivées par régions

Amériques ( ** )

16.724

19.862

21.020

18.941

19.392

Europe ( ** )

412

339

341

347

357

Arrivées par modes de transport

Air  ( ** )

5.011

5.626

6.317

6.978

7.241

Route ( ** )

12.171

14.615

15.088

12.373

12.569

Arrivées par motif de visite

Loisirs,détentes et vacances ( ** )

4.617

4.687

5.298

5.994

-

Affaires et motifs professionnels ( ** )

693

700

802

774

-

Autres ( ** )

11.872

14.854

15.305

12.583

-

Nuitées et durées de séjour

Nuitées du tourisme récepteur HA ( ** )

19.894

24.910

28.278

30.574

29.547

Hébergement

Nombres de chambres ( ** )

363.579

370.298

381.522

382.364

396.968

Nombre de places- lit (** )

727.158

740.596

763.044

764.728

793.936

Taux d'occupation

50,4

51,2

53,3

56,4

56,4

Paiements touristiques

Recettes du tourisme international ( * )

6.363

6.179

6.934

7.593

7.897

Dépenses du Tourisme international ( * )

5.338

3.171

3.387

3.891

4.268

Recettes du transport international ( * )

619

668

775

808

814

Dépenses du transport international ( * )

542

416

576

662

625

 (*) : en millions d'euros , (**) : en milliers

Source : Compendium de statistiques du Tourisme, World Tourism Organisation



 


Le Tourisme international à Cancun, Los Cabos et Loreto (1975-2000)
 

 

CANCUN

Indicateurs touristiques  ( Source : FONATUR )

 Année

 

Chambres

Visiteurs

Arrivées des vols

 

 

Nombre d'hôtels

Total

Taux d'occup.

Total

Etrangers

 

 

 

 

%

0

0

%

TOTAL

vols comm.

vols charters

1975

15

1,322

61.0

99.5

27.3

27.4%

1,013

1,013

0

1976

22

2,023

60.9

180.5

67.0

37.1%

3,245

2,987

258

1977

30

2,494

68.0

265.2

116.6

44.0%

4,82

4,49

330

1978

37

2,763

70.9

309.8

149.5

48.3%

5,03

4,625

405

1979

41

2,923

77.0

395.8

199.7

50.5%

5,639

5,268

371

1980

47

3,93

66.0

460.0

241.6

52.5%

4,894

4,511

383

1981

54

5,225

64.0

540.8

276.8

51.2%

6,448

6,152

296

1982

52

5,258

64.0

643.8

336.4

52.3%

9,325

8,893

432

1983

52

5,709

81.0

754.6

510.2

67.6%

10,805

9,93

875

1984

57

6,106

72.0

713.9

499.6

70.0%

10,059

9,299

760

1985

59

6,591

72.0

729.9

503.0

68.9%

9,822

8,993

829

1986

65

7,028

81.0

869.3

641.9

73.8%

12,044

10,89

1,154

1987

86

8,91

83.0

960.6

760.5

79.2%

12,332

10,978

1,354

1988

95

11,891

56.0

838.2

657.5

78.4%

10,804

9,411

1,393

1989

103

15,31

57.0

1,153.6

857.1

74.3%

12,255

9,866

2,389

1990

110

17,47

68.0

1,575.7

1,180.5

74.9%

18,445

14,452

3,993

1991

107

17,971

69.0

1,912.1

1,432.4

74.9%

20,521

15,615

4,906

1992

106

18,003

75.0

2,046.0

1,557.8

76.1%

25,215

18,862

6,353

1993

109

18,54

72.0

1,979.1

1,492.4

75.4%

26,515

19,333

7,182

1994

113

18,859

69.1

1,958.1

1,445.2

73.8%

25,819

16,765

9,054

1995

121

18,891

75.8

2,154.6

1,665.8

77.3%

28,079

18,543

9,536

1996

122

19,754

77.8

2,305.5

1,832.6

79.5%

30,456

20,74

9,716

1997

124

20,381

81.1

2,640.2

2,086.4

79.0%

33,658

25,181

8,477

1998

133

21,802

76.3

2,652.0

2,004.7

75.6%

34,744

25,257

9,487

1999

140

24,61

71.6

2,818.3

2,072.2

73.5%

34,225

23,808

10,417

2000

142

25,434

73.8

3,043.8

2,254.6

74.1%

36,711

25,019

11,692

 

Le Tourisme international à Cancun (1975-2000, source : FONATUR )

 

 

LOS CABOS

Indicateurs touristiques

 

 

Chambres

Visiteurs

Arrivées des vols

Année

nombre d'

Total des

Taux d'occup.

TOTAL

Étrangers

 

 

 

 

hôtels

chambres

%

0

0

%

TOTAL

vols comm.

Vols charters

1976

10

544

50.3%

34.4

19.6

57.0%

0

0

0

1977

11

594

44.0%

43.1

23.6

54.8%

380

380

0

1978

11

619

53.1%

54.9

31.4

57.2%

907

907

0

1979

11

619

59.9%

63.8

38.4

60.2%

1,046

1,046

0

1980

12

729

61.9%

70.3

39.2

55.8%

1,373

1,373

0

1981

14

943

55.1%

81.7

37.0

45.3%

1,493

1,491

2

1982

15

1,309

36.0%

135.1

60.8

45.0%

1,573

1,571

2

1983

15

1,319

46.0%

116.0

84.7

73.0%

2,229

2,229

0

1984

15

1,218

61.0%

131.0

103.2

78.8%

2,951

2,949

2

1985

15

1,219

53.0%

134.8

105.5

78.3%

3,168

3,167

1

1986

15

1,243

60.0%

146.7

120.6

82.2%

3,205

3,196

9

1987

15

1,269

65.0%

171.2

147.5

86.2%

3,03

2,976

54

1988

18

1,672

46.0%

156.7

138.3

88.3%

2,652

2,58

72

1989

20

2,186

45.0%

189.9

165.2

87.0%

3,525

3,482

43

1990

22

2,531

49.0%

255.7

228.0

89.2%

4,625

4,53

95

1991

27

2,846

58.0%

311.4

266.0

85.4%

4,819

4,58

239

1992

33

3,143

51.0%

297.2

240.3

80.9%

4,169

3,711

458

1993

34

3,243

52.0%

314.9

251.1

79.7%

4,46

3,897

563

1994

36

3,663

55.1%

361.8

311.4

86.1%

4,807

3,947

860

1995

36

3,71

61.4%

448.9

390.5

87.0%

5,478

4,247

1,231

1996

39

4,072

73.5%

547.5

478.7

87.4%

7,113

6,241

872

1997

41

3,906

63.5%

556.7

490.2

88.1%

7,494

6,743

751

1998

42

4,359

55.2%

472.0

392.0

83.0%

7,629

6,938

691

1999

44

4,842

60.3%

520.0

442.2

85.0%

7,314

6,84

474

2000

44

4,842

59.7%

546.2

464.2

85.0%

7,68

7,127

553

 

Le Tourisme international à Los Cabos ( 1976-2000 ) ( source : FONATUR )

 

 

LORETO

Indicateurs touristiques 1976 -2000

 

 

chambres

Visiteurs

Arrivées des vols

Année

Nombre

Nombre de

Taux d'occupation

Total

étrangers

%

 

 

 

 

d'hôtels

chambres

%

0

0

 

Total

Vols comm.

Vols charters

1976

5

138

43.0

12.3

6.3

51.2%

1,008

1,008

0

1977

6

170

40.0

12.8

6.6

51.6%

1,555

1,555

0

1978

6

170

46.0

15.8

8.3

52.5%

437

437

0

1979

6

170

46.0

15.9

8.3

52.2%

830

830

0

1980

8

549

36.0

24.0

10.6

44.2%

889

889

0

1981

5

467

44.0

55.8

18.3

32.8%

1,115

1,089

26

1982

5

454

27.0

54.7

36.6

33.1%

861

860

1

1983

6

517

22.0

46.2

18.4

60.2%

919

918

1

1984

5

397

47.0

47.7

31.1

65.2%

856

851

5

1985

6

416

48.0

45.0

28.4

63.1%

1,15

1,148

2

1986

6

415

46.0

49.1

30.7

62.5%

839

837

2

1987

6

422

48.0

52.9

34.5

65.2%

672

670

2

1988

6

413

37.0

50.4

29.7

58.9%

501

500

1

1989

6

459

25.0

36.1

22.4

62.0%

613

609

4

1990

6

455

27.0

38.1

26.1

68.5%

601

598

3

1991

5

385

30.0

40.0

28.5

71.3%

813

796

17

1992

6

396

29.0

43.3

32.0

73.9%

934

934

0

1993

7

229

32.0

32.1

21.2

66.0%

725

725

0

1994

7

232

39.1

33.8

21.8

64.5%

748

727

21

1995

7

381

36.4

36.0

23.6

65.6%

666

666

0

1996

8

435

43.0

53.0

38.0

71.7%

1,295

1,269

26

1997

9

435

59.4

55.2

40.4

73.2%

1,253

1,14

113

1998

12

438

57.9

57.9

42.8

73.9%

1,28

1122

158

1999

13

469

52.8

54.6

38.7

70.7%

1,175

1,081

94

2000

13

471

46.8

58.5

42.5

72.6%

1,133

1,083

50

Le Tourisme international à Loreto (1976-2000) ( Source: FONATUR)
  

 

 

 

 

 

 

 

Le tourisme international au Mexique ( 2013-2014 )

 

Le tourisme de croisière au Mexique (2014 )

 

 


Documents annexes :
Le Tourisme au Mexique sur le Net
 

 

DATATUR- Secretaría de Turismo , sistema nacional de la informacion estadistica del sector turismo de Mexico, dont Noticias del Sector .

SECTURDF | Estadísticas - Ciudad de México, Estadisticas

History and Development of Tourism in Mexic by William M.Bryan, 2 p.

Restoring Mexico’s International Reputation by Roberto Newell G., Working Paper Series on U.S.-Mexico Economic Integration, June 2011, The conventional wisdom in the United States is that Mexico is a mess- nearly a failed state in the opinion of some- unable to move forwards in several critical dimensions and mired down in frustrating and rancorous debates that seem never to be resolved: in sum, a back-water hardly worth a second look except for the spill-over effects of war against organized crime. This perception is fed by daily reports in the press about yet one more grisly crime, the noise derived from incessant conflicts between leading factions in Mexican politics…, 40 p.

Resultados de la Actividad Turística, enero – diciembre 2013, SECTUR , Secretaria del Turismo, 23 p. De acuerdo con lo reportado por el Banco de México, el número de turistas internacionales hacia México alcanzó los 23.7 millones, siendo ahora éste el nuevo máximo histórico en nuestro país….

FONATUR, Mexico un gran destino, SECTUR, Mision y Vision : Identificar, concretar y detonar proyectos de inversiones sustentables en el sector turístico, orientados al desarrollo regional, la generación de empleos, la captación de divisas, el desarrollo económico y el bienestar social, para mejorar la calidad de vida de la población ; Convertirse en un instrumento estratégico clave para el desarrollo de la inversión turística sustentable en México, contribuyendo a la mejora e igualdad social, la consolidación y modernización de destinos turísticos y la competitividad del sector turístico, en beneficio de la población.

NATIONAL TOURISM POLICY REVIEW OF MEXICO, OCDE, October 2001, On December the 1st, 2000, a new administration was inaugurated. In accordance with the “Ley de Planeación”, the Planning Law, the National Development Plan 2001 – 2006 was published last May, setting out the overall government strategy for the coming six years. Deriving from the national plan, a number of sectoral programmes have been published or are in the process of being published. One such is the National Programme for Tourism due to appear in late October 2001. It is on the different drafts for that document that the present paper draws for its policy sections…., 22 p.

Tenure, tourism and timber in Quintana Roo, Mexico: land tenure changes in forest ejidos after agrarian reforms by James Barsimantov and alii , International Journal of the Commons, Vol. 4, no 1 February 2010, pp. 293–318 , We present and apply an analytical framework for understanding land tenure change in the wake of radical land policy modifications in Mexico’s communal tenure system. We posit that the changes in land tenure vary as a result of a complex interplay of drivers external and internal to the land tenure unit. Using interview and socio-economic data, we apply this framework to six ejidos in Quintana Roo, Mexico….., 26 p.

SWINE FLU, DRUG WARS, AND RIOTS: MEDIA AND TOURISM IN OAXACA, MEXICO by JOSHUA ARLO CROSBY, B.A. University of Florida, 2008, A thesis, Department of Anthropology , University of Central Florida, Orlando, Florida, 2010; This thesis examines how travelers evaluate and process mass media news stories about local events. Thanks to its colonial architecture, white sand beaches, and indigenous history, the southern Mexican state of Oaxaca receives millions of foreign and domestic visitors each year. Between 2006 and through 2009 Oaxaca has received a great deal of negative international media coverage, including stories of street riots, drug violence, and the fall out of the H1N1 flu virus. The overall impact of these unfavorable reports, and the resulting decline in the local tourism industry, has been predictable and severe…, 68 p.

Cancun’s tourism development from a Fordist spectrum of analysis by Rebecca Torres, tourist studies, 2002, Sage publications, Tourism scholars in recent years have posited a global paradigmatic shift from Fordist to more post-Fordist and neo-Fordist modes of tourism production and consumption. This article provides a brief literature review of transformations in global tourism production and consumption from a Fordist spectrum of analysis. Following a discussion of tourism development in Cancun and the surrounding state of Quintana Roo, this article draws on empirical data from a survey of 615 visitors to the Yucatan Peninsula and 60 Cancun hotels to provide a contextual application of the Fordist spectrum in understanding the nature of tourism production and consumption in the region….31 p.

Economic and Social Impacts of Tourism in Mexico by Tamar Diana Wilson, Latin American Perspectives 2008; 35- 37. In developing its tourist industry, the Mexican government had three main goals: earning foreign exchange, creating employment, and diverting internal migration toward tourism development poles. Statistics on employment and in-migration to Mazatlán, Puerto Vallarta, Cancún, and Los Cabos show that it has been relatively successful in achieving these goals. However, Mexico has increased its dependency on loans, foreign capital, and foreign patronage and has imposed costs on the working class employed in low-waged and precarious tourist jobs, including de facto social and economic apartheid.

TOURISM DEVELOPMENT IN CANCUN, MEXICO: AN ANALYSIS OF STATE-DIRECTED TOURISM INITIATIVES IN A DEVELOPING NATION  by Holly Renee Pelas,  A Thesis Submitted to the Faculty of the Graduate School of Arts and Sciences of Georgetown University , 2011, 87 p.

Tourism Development, Medical Tourism, and Safe and Secure Tourism in Mexico, CÁMARA DE COMERCIO MÉXICO-ESTADOS UNIDOS, August 2011, 6 p.

Mexico’s Drug Trafficking Organizations: Source and Scope of the Violence by June S. Beittel, Analyst in Latin American Affairs, April 15, 2013, Congressional Research Service, Violence is an inherent feature of the trade in illicit drugs, but the violence generated by Mexico’s drug trafficking organizations (DTOs) in recent years has been unprecedented and remarkably brutal. The tactics—including mass killings, the use of torture and dismemberment, and the phenomena of car bombs—have led some analysts to speculate whether the violence has been transformed into something new, perhaps requiring a different set of policy responses. Most analysts estimate there have been at least 60,000 homicides related to organized crime since  2006. Some analysts see evidence that the number of organized crime-style homicides in Mexico may have reached a plateau in 2012, while other observers maintain there was a decline in the number of killings…., 50 p.

The impacts of  the cruise industry on  tourism destinations  by J.G. BRIDA &  S. ZAPATA AGUIRRE, Sustainable tourism as a factor of local development , Monza, Italy, 7-9/11/2008, In this paper we describe the evolution of the cruise tourism industry and we analyze different impacts on tourism destinations of this segment of the travel industry. The study includes the discussion of economic, social, environmental, cultural and political effects. We present data to analyze and compare the performance of the main cruise destinations and cruise lines, 4 p.

Mexico's Drug Cartels by Colleen W. Cook , Congressional Research Service, October 16, 2007, 20 p., Mexico, a major drug producing and transit country, is the main foreign supplier of marijuana and a major supplier of methamphetamine to the United States. Although Mexico accounts for only a small share of worldwide heroin production, it supplies a large share of heroin consumed in the United States. An estimated 90% of cocaine entering the United States transits Mexico. Violence in the border region has affected U.S. citizens. More than 60 Americans have been kidnaped in Nuevo Laredo, and in July 2007, Mexican drug cartels reportedly threatened to kill a U.S. journalist covering drug violence in the border region….

El turismo cultural en Mexico . Resumen Ejecutivo del Estudio Estratégico de Viabilidad del Turismo Cultural en México, CESTUR (Centro de Estudios Superiores en Turismo ), En los últimos años, las instituciones culturales y turísticas, tanto de México como del extranjero, han realizado esfuerzos para analizar el turismo cultural y los subsegmentos que lo conforman; si por el lado del turismo existe cierto acuerdo tácito sobre sus limites, en el caso de la cultura la discusión es más amplia. En este sentido, la Secretaría de Turismo de México (SECTUR) reconoce en su Programa Nacional de Turismo 2001-2006, la interdependencia de los sectores turístico y cultural en el manejo de los espacios patrimoniales y la necesidad de establecer una estrecha cooperación en la definición de  estrategias de planeación, desarrollo y promoción., 18 p.

Programa de Turismo Sustentable en México, SECTUR, Dirección General de Planeación Estratégica y Política Sectorial,  21 p.


Liens cartographiques

 

Page  en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme  | La bibliographie | L'examen

 


 


 
  Cette page a été mise à jour le 19/08/16

 

Copyright © 2007 by KEROURIO