GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Les référentiels  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2011  

 
Le tourisme dans le Monde

Le bassin méditerranéen

  L'Espagne
  L'Italie
  La Croatie
  La Grèce
  La Turquie
  L'Égypte
  La Tunisie
  Le Maroc
 

Les croisières en Méditerranée

L'Europe du Nord
  Les pays scandinaves

L'Afrique subsaharienne

Les îles tropicales

  L'espace caraïbe
  Cuba
  Les Seychelles
  Les Maldives
  Les îles du Pacifique
  Les Galápagos
Les Amériques
  Les États-unis
  Le Mexique
  Le Costa Rica
  Le Pérou
  L'Amérique du sud

L'Asie

  L'Inde
  Le Népal
  L'Asie du sud-est
  Le Vietnam
 L'Indonésie
 Borobudur
  Les sites du Patrimoine mondial
  La Thaïlande
  Singapour
  La Chine

Les régions polaires

 

L'Arctique et l'Antarctique

Le Tourisme et les risques
  Le Tourisme et le Terrorisme
 

Le Tourisme et les maladies

 

Le Tourisme sexuel

Les nouveaux tourismes

  Le Tourisme spatial
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiels
  Bibliographies

                                                               

  Borobudur
Fiche

             

L’île de Java reçut le bouddhisme vers le milieu du 1er millénaire. Selon un schéma courant en Asie et qui se retrouve en diverses régions , le succès du Bouddhisme est essentiellement dû au soutien du pouvoir royal et au maintien de contacts suivis avec le nord-est de l’Inde. La culture indienne a profondément marqué l’évolution historique de Java du fait de la présence de grandes voies commerciales traversant l’île . 

Borobudur est situé non loin des confluents des rivières Elo et Progo dans la plaine de Kedu , à 42 kilomètres au nord-ouest de Yogya. 

La dynastie bouddhiste des Cailendra (750-850) passe pour être les bâtisseurs du Borobudur , sans que l’on puisse situer avec certitude la date du début de construction du temple. L’année 775 est considérée comme une estimation valable . Il est probable que le temple fut initialement construit pour être un sanctuaire hindouiste  et il aurait été terminé comme un sanctuaire bouddhiste. Le temple fut abandonné au Xe siècle quand la royauté se déplaça vers le centre de Java . 

C’est en 1814  que le gouverneur britannique de Java Sir Thomas Stamford Raffles commença les premiers travaux de déblaiement et de défrichement du site. En 1907 les hollandais  commencèrent des relevés topographiques, des études et des dessins sous  la direction du Dr.Van Erp. Dans les années 1970 la dégradation du monument contraignît le gouvernement indonésien à faire appel à l’UNESCO  pour sauver le monument. Il fallut 10 ans de travaux  (1973-1983 ) et plus de 20 millions de dollars pour mener à bien l’entreprise de sauvetage du monument . 

 

 

Le Borobudur occupe une place centrale dans l’art bouddhiste de Java .Cette remarquable construction fut érigée vers 800.Par sa décoration , comme par ses dimensions elle diffère des autres temples et stupa présents sur l’île. Le monument comporte près de 500 images grandeur nature du Bouddha et près de 3 kilomètres de reliefs sculptés .Le monument démantelé et reconstruit à plusieurs reprises , a fait l’objet de nombreuses études .Pour certains il s’agirait d’un mandala tridimensionnel , pour d’autres d’un monument funéraire ou d’un monument traduisant la volonté de rattacher le souverain au divin. Pour les bouddhistes d’aujourd’hui il demeure un lieu de méditation permettant au pratiquant de se rapprocher de l’Ultime Vérité . 

Le Borobudur , situé au sommet d’une colline peu élevée, affecte un plan carré, chacun de ses côtés mesurant 112 mètres .Il se compose de neuf niveaux. L’essentiel de ses 2500 mètres de décor en relief et de ses plus de 400 bouddhas sculptés en ronde bosse, se concentrent dans les quatre galeries emmurées de la partie intermédiaire .Il faut y ajouter les 72 statues qu’abritent les tupas creux des trois terrasses circulaires les plus élevées. Quant au stupa terminal, le plus grand, il contenait une image inachevée du Bouddha. 

La division tripartite du monument fait allusion aux trois mondes : le niveau inférieur serait le royaume terrestre, celui des simples mortels «enchaînés » par la loi du Karma («Kamadhatu » ou «  sphère des désirs ») , suivi du monde céleste («Rupâdhâtu » ou «sphère de désirs ») c’est la «  sphère moyenne», celles des « éveillés »  qui font l’apprentissage du renoncement de la délivrance, surmonté du monde du sans-forme («Arupadhatu » ou «  Sphère de l’ absence de forme » ), c’est la «  sphère haute », celle des «illuminés »  qui ayant maîtrisé le désir, ont atteint le nirvana . 

Le «Khamadhatu »  forme la base du monument, soit un carré de 123 mètres sur 123. La base inférieure du «kamadhatu »  comporte une frise ininterrompue de reliefs  dont les frises illustrent les lois du «karma». Cette partie basse a été recouverte d’un revêtement de pierre qui dissimule les reliefs, dont une partie seulement est visible. Dans l’art khmer plus tardif on rencontre aussi des reliefs ainsi enfermés et traitant de thèmes comparables, notamment la terrasse des éléphants à Angkor Thom . 

Le «Rupadhatu » est formé de cinq terrasses carrées  et constitue le corps moyen du sanctuaire .Les terrasses carrées de cette partie intermédiaire comprennent la majorité des bas-reliefs .Ils s’inspirent de divers textes connus, en particulier du « Lalitavistara », dépeignant les évènements allant de la naissance du Bouddha  au premier sermon dans le «parc des gazelles » à Sarnath, ainsi que des récits des «jataka » qui illustrent les actes de foi accomplis durant le long voyage qui conduit à l’acquisition de l’Eveil. Plus des ¾ des reliefs du Borobudur sont consacrés à des épisodes tirés du «Gandhavyuhâ » , l’histoire d’un jeune homme à la recherche de la vérité et dont le parcours est très semblable à celui du Bouddha.

 L’ «Arupadhatu » c’est-à-dire le tiers supérieur du monument comprend trois terrasses circulaires  sur lesquelles sont disposées 72 stupas creux  couronnés d’un grand stupa central. L’absence de bas-reliefs, la pierre nue, la simplicité des formes  des stupa est synonyme d’achèvement .Les 72 stupa présentent tous l’aspect de cloches : des cercles concentriques en pétales de lotus en constituent la base, le corps principal est un dôme ajouré  percé d’ouvertures en forme de losanges  ou de carrés. Ils contiennent de grands bouddha  assis Le stupa central, d’un diamètre de quinze mètres  qui couronne l’édifice ne contient à l’heure actuelle aucune statue de Bouddha . 

Il semblerait que Borobudur ait commencé à être construit vers 770 pour être un monument hindouiste .Vers la fin du VIIIe siècle il avait été modifié pour répondre à sa vocation bouddhique et devenir un stupa ou un mandala .

 

 

 

 


Liens cartographiques

 

Page en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme  | La bibliographie | L'examen


 

 


 
  Cette page a été mise à jour le 04/08/11

     

Copyright © 2007 by KEROURIO