GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

 

 

 

Le tourisme en France

Le tourisme dans le Monde

La bibliographie

Le dictionnaire  

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Le référentiel  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015  

 
Le tourisme dans le Monde

Le bassin méditerranéen

  L'Espagne
  L'Italie
  La Croatie
  La Grèce
  La Turquie
  L'Égypte
  La Tunisie
  Le Maroc
 

Le Tourisme de croisière

L'Europe du Nord
  Les pays scandinaves

L'Afrique subsaharienne

Les îles tropicales

  L'espace caraïbe
  Cuba
  Les Seychelles
  Les Maldives
  Les îles du Pacifique
  Les Galápagos
Les Amériques
  Les Etats-Unis
  Le Mexique
  Le Costa Rica
  Le Pérou
  L'Amérique du sud

L'Asie

  L'Inde
  Le Népal
  L'Asie du sud-est
  Le Viêt-Nam
  La Thaïlande
  L'Indonésie
  Singapour
  La Chine

Les régions polaires

 

L'Arctique et l'Antarctique

Le Tourisme et les risques
  Le Tourisme et le Terrorisme
 

Le Tourisme et les maladies

 

Le Tourisme sexuel

Les nouveaux tourismes

  Le Tourisme spatial
 
 

   Pourquoi un site ?
 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiel
  Bibliographies

 

  LE TOURISME DANS LE MONDE

 

                 Généralités  

"Le Tourisme est devenu un phénomène de civilisation... L'ampleur qu'il a acquise l'a fait passer du plan limité d'un plaisir élitaire au plan général de la vie sociale et économique" (O.M.T, Assemblée générale de Manille, 1980)

Les arrivées de touristes internationaux 1950-2020

 

En 2000 Le Tourisme mondial a progressé de 7,4% ce qui était son plus fort taux de croissance sur la décennie et presque le double de 1999. Durant l'année 2000 60 millions de voyages internationaux ont été faits en plus, ce qui équivaut au nombre de touristes qu'un pays comme l'Espagne ou les Etats-Unis reçoit en une année. Le nombre total d'arrivées internationales a atteint le chiffre record de 697 millions. Au cours de cette même année les recettes du tourisme international ont atteint  476 milliards d'Euros , soit une progression de 4,5 % par rapport à l'année 1999. Toutes les régions du Monde ont accueilli plus de touristes en 2000.La croissance a été particulièrement rapide en Asie de l'Est- Pacifique  ( progression de 14,5 % et 14 millions de touristes de plus qu'en 1999 ). L'Europe ( 58 % du tourisme international ) a enregistré  une croissance de 6,2 % pour atteindre 403 millions d'arrivées  (25 millions de plus qu'en 1999 ).

En 2001 la croissance du tourisme international, qui semblait soutenue , s'est enrayée  et les arrivées internationales ont baissé de 1,3 % sous l'effet conjoint des attaques terroristes du 11 septembre 2001 et du tassement économique des grands marchés émetteurs de Tourisme. Les arrivées de touristes internationaux ont atteint un total de 689 millions en 2001contre 697 millions en 2000. D'après , l'O.M.T pour l'ensemble du Monde pendant les huit premiers mois de l'année 2001, de janvier à août , les arrivées ont augmenté de 3% en moyenne  , soit un ralentissement de plus de 1 point par rapport à la progression annuelle moyenne de 4,3 % qui avait caractérisé la dernière décennie. Les quatre derniers mois de 2001 ont vu une chute de plus de 11% des arrivées dans l'ensemble du Monde et des baisses considérables dans toutes les régions : Afrique (- 3,5 % ) , Amériques (- 24 % ) , Asie de l'Est - pacifique ( - 10 % ) , Asie du Sud (-  24 %) , Europe (-  6%) et Moyen-Orient ( - 30 % ). D'autres évènements ont  eu un effet négatif sur l'activité touristique : La force du dollar américain  qui a contribué à un recul de 2,5 % des arrivées dans ce pays  pour les neuf premiers mois de 2001, le conflit israélo-palestinien  qui a nuit à l'ensemble de l'activité touristique du Moyen-Orient et la crise économique argentine qui a affecté le secteur touristique des pays voisins.

Au terme de trois années de stagnation le tourisme a enregistré un rebond spectaculaire à partir de 2004. Durant cette année le nombre d'arrivées de touristes internationaux a progressé de 10% par rapport à 2003 qui s'était révélée une année particulièrement difficile en raison du S.R.A.S , de la guerre en Irak et de l'atonie économique. La région de l'Asie Pacifique a été celle pour laquelle la croissance a été la plus forte (+ 29% ). En Amérique les arrivées de touristes internationaux ont progressé de 10% par rapport à 2003.En Amérique du nord le nombre de touristes, qui ne cessait de baisser depuis 2001, s'est accru de 9% par rapport à 2003.Cependant le nombre d'arrivées ( 85 millions ) est demeuré très en- deçà des 91 millions enregistrés pour l'année 2000. En Amérique centrale et en Amérique du sud toutes les grandes destinations ont annoncé de fortes progressions (+ 17% et +15% respectivement ).L'Afrique et le Moyen-Orient ont enregistré des progressions estimées à +5% et +20% .En Afrique l'année 2004 fut particulièrement favorable pour les destinations situées dans la partie nord du continent avec une hausse de 17%, tandis que les destinations de la partie subsaharienne n'enregistrait qu'une hausse de 1%. Dans tout le Moyen-Orient le tourisme demeure une activité très dynamique; avec 35 millions d'arrivées en 2004 , la région devient la quatrième région du Monde en nombre de visiteurs. En 2004 l'Europe est la région qui a enregistré les résultats les moins satisfaisants. La fréquentation européenne a augmenté de seulement 4% en 2004 et en Europe occidentale le nombre de touristes s'est accru seulement de 2,3%.Il semble que les destinations " classiques " de la zone euro aient souffert de la concurrence exercée par des destinations situées en Afrique du nord et au Moyen-Orient , mais aussi en Asie Pacifique et en Amérique .

"Un proverbe dit que les peupliers ne sauraient monter jusqu'au ciel. La croissance du tourisme mondial ne saurait être indéfinie. Il est d'ailleurs difficile de regarder (...) loin (...) car, comme l'écrivait Keynes, "sur le long terme nous serons tous morts". Pour les dix prochaines années, les conditions d'une nouvelle expansion paraissent rassemblées. Le rythme de celle-ci néanmoins laisse place à une forte marge d'incertitude" ( FRANGIALLI F. , 1991.- La France dans le tourisme mondial, Economica édit. , p. 23 )

L’année 2007 a dépassé les attentes avec des arrivées de touristes internationaux atteignant – 898 millions – soit une progression de 6 % en 2007 par comparaison à 2006. Les résultats ont confirmé à la fois la croissance soutenue des dernières années et l’élasticité du secteur face aux facteurs extérieurs. Cet essor fut favorisé par la robustesse de l’économie mondiale qui, depuis plus de deux décennies, connaîssait sa plus longue période de croissance régulière.

« La croissance de l’économie et celle du tourisme sont tirées par les marchés émergents et par les économies en développement. Si les marchés établis de longue date restent les premières destinations du monde, la croissance plus rapide des nouveaux marchés confirme le principal message de l’OMT qui consiste à insister sur le potentiel du tourisme pour les pays en développement », a déclaré le Secrétaire général de l’Organisation Mondiale du Tourisme, Francesco Frangialli.

Sur les 52 millions d’arrivées supplémentaires de par le monde, l’Europe en a accueilli quelque 19 millions et l’Asie-Pacifique, 17 millions. Les Amériques en ont gagné environ 6 millions, l’Afrique 3 millions et le Moyen-Orient 5 millions.

Les différentes régions du monde ont enregistré toutes une croissance dépassant la moyenne à long terme, le Moyen-Orient se situant en tête du classement (13 %), suivi de l’Asie-Pacifique (10 %), de l’Afrique (8 %), des Amériques (5 %) et de l’Europe (4 %).

Le Moyen-Orient a totalisé 46 millions d’arrivées de touristes internationaux et a  continué d’être une des réussites touristiques de la décennie jusqu’à présent et ce, en dépit des tensions et menaces permanentes. Cette région est en train de devenir une solide destination, le nombre des visiteurs y augmentant beaucoup plus vite que le total mondial. En 2007, l’Arabie saoudite et l’Égypte ont été parmi les principales destinations sous l’angle de la croissance.

Sur fond de forte croissance dépassant 7 % par an depuis 2000, l’Asie-Pacifique, qui dynamise elle aussi le tourisme international, ont attiré 185 millions de visiteurs. Alors que le Japon (+ 14 %) démarrait comme destination, la Malaisie (20 %), le Cambodge (19 %), le Vietnam (16 %), l’Indonésie (15 %), l’Inde (13 %) et la Chine (10 %) continuaient d’améliorer leur taux de croissance.

Avec un total estimé de 44 millions de voyageurs internationaux, l’Afrique avait toujours le vent en poupe puisqu’elle maintenait sa croissance de 2006 et que, depuis 2000, sa croissance annuelle moyenne était de 7 %. En 2007, l’Afrique du Nord (8 %) semble avoir eu des résultats légèrement meilleurs que l’Afrique subsaharienne (7 %), essentiellement grâce à la progression de 14 % du Maroc. Alors que plusieurs pays de l’Afrique subsaharienne soumettaient de bons résultats, la présence de l’Afrique du Sud sur le marché continuait à s’affirmer en raison de la publicité faite autour du pays hôte de la Coupe du monde de football de la FIFA en 2010.

Les Amériques retrouvaient leur vigueur et faisaient plus que doubler leur taux de croissance qui avait été de 2 % en 2006. Cette situation s’expliquait par la reprise du marché du tourisme récepteur aux États-Unis (10 %) et par les très bons résultats des destinations de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud favorisés par la force de l’euro et par les flux touristiques réguliers en provenance des États-Unis.

L’Europe, plus grande région de destination du monde avec plus de 50 % de toutes les arrivées de touristes internationaux, enregistrait en 2007 une croissance supérieure à la moyenne et atteint un total de 480 millions de touristes. Des destinations comme la Turquie (18 %), la Grèce (12 %) et le Portugal (10 %) ou l’Italie et la Suisse (toutes deux 7 %) faisaient la preuve de l’effet positif de la reprise persistante de l’économie de la région en 2007.

En 2008, le nombre d'arrivées de touristes internationaux s'est élevé à  925 millions,  ce qui représente 17 millions d'arrivées de plus qu'en 2007 et une progression  de 2%. La demande touristique a considérablement baissé au cours de l'année en raison de l'instabilité extrême de l'économie mondiale (crise financière, hausses des cours des matières premières et du pétrole, fortes fluctuations des taux de change), qui a entraîné une perte de confiance des consommateurs et des entreprises et la récession économique mondiale que nous connaissons actuellement. La croissance du tourisme a connu un coup d'arrêt au second semestre 2008, avec un léger recul des arrivées de touristes internationaux, cette tendance devant se poursuivre en 2009.

En 2009 Les arrivées de touristes internationaux au niveau mondial ont diminué de 4,3 %  pour se chiffrer à 880 millions. « La crise économique mondiale, à laquelle s'est ajoutée l'incertitude liée à la pandémie de grippe A(H1N1), ont fait de 2009 l'une des années les plus difficiles pour le secteur du tourisme » a déclaré le Secrétaire général de l'OMT, Taleb Rifai. L'Europe a particulièrement souffert. Les arrivées de touristes y ont reculé de 6 % en 2009, après un premier semestre particulièrement difficile (- 10 %). Les destinations d'Europe centrale, orientale et du Nord ont été particulièrement touchées, l'Europe occidentale, méridionale et méditerranéenne enregistrant des résultats relativement meilleurs. En 2009, l'un des pays européens les plus touchés par la crise du tourisme mondial aura été l'Espagne qui a enregistré une baisse de 8,9% des arrivées de touristes (52 millions de touristes), la plus forte baisse jamais enregistrée en douze ans. L'exercice 2009 aurait été encore pire pour le tourisme espagnol s'il n'avait pas été sauvé par le tourisme intérieur qui a compensé en partie les fortes pertes de touristes étrangers. Le continent américain a enregistré une baisse de 5 % des arrivés, mais la croissance a repris aux Caraïbes au cours des quatre derniers mois de 2009. L'Asie et le Pacifique (-2 %) ont redémarré de façon spectaculaire. Si les arrivées ont baissé de 7 % entre janvier et juin 2009, une croissance de 3 % a été constatée au cours du second semestre, qui rend compte de l'amélioration des résultats et des perspectives économiques de la région. L'Afrique (+5 %) a enregistré de bons résultats, en particulier les destinations subsahariennes.

 

Le tourisme mondial a connu une forte reprise en 2010 avec une hausse de 6,7% des arrivées de touristes internationaux (Les précisions de l'O.M.T. tablaient sur une croissance de 5 à 6%), soit 935 millions d'(arrivées contre 920 à 930 millions prévus initialement. Le tourisme mondial a dépassé ses chiffres d'avant la crise (913 millions en 2008). L'Asie a été la première région à récupérer avec 204 millions d'arrivées (soit une croissance de 13%). L'Afrique qui avait été la seule zone dans le vert en 2008, a enregistré une hausse de 6%. Le Moyen-Orient affiche une croissance de 14%, la zone Amérique 8% et l'Europe 3%. Le tourisme a profité de "méga-évènements": l'Exposition universelle de Shanghai, le Mondial de football en Afrique du sud, les J.O. d'hiver au Canada et les jeux du Commonwealth en Inde. "Une fois de plus le tourisme a montré qu'il est un secteur très résistant" (Taleb Rifai, janvier 2011) .

Les arrivées de touristes internationaux ont grimpé de 5% en 2013, atteignant le chiffre record de 1 087 millions. Malgré les défis économiques mondiaux, les résultats du tourisme international ont largement dépassé les attentes puisque 52 millions de touristes supplémentaires ont parcouru le monde en 2013.« L’exercice 2013 aura été une excellente année pour le tourisme international » a affirmé le Secrétaire général de l’OMT, Taleb Rifai, avant d’ajouter : « Le secteur du tourisme a montré à quel point il était capable de s’adapter aux évolutions des marchés, de dynamiser la croissance et de créer des emplois dans le monde entier, malgré des défis économiques et géopolitiques persistants. D’ailleurs, pour de nombreuses économies, le tourisme a été l’une des rares industries à apporter des nouvelles positives ».

 

 

Le nombre de touristes internationaux s’est élevé à 1 milliard 138 millions en 2014, soit 51 millions de plus qu’en 2013. Cette hausse de 4,7 % traduit pour la cinquième année consécutive une croissance supérieure à la moyenne depuis la crise économique de 2009.« Ces dernières années, le tourisme s’est avéré être une activité économique étonnamment forte et résiliente et un secteur apportant une contribution essentielle à la reprise économique, générant des milliards de dollars de recettes d’exportation et créant des millions d’emplois. Cela s’est vérifié pour de multiples destinations à travers le monde, et tout particulièrement en Europe, région qui peine à se remettre de l’une des périodes économiques les plus sombres de son histoire », a déclaré le Secrétaire général de l’OMT, Taleb Rifai, lors de l’ouverture à Madrid du Forum d’Espagne sur le tourisme mondial.

La croissance des recettes du tourisme international pour 2014 aura probablement suivi de près celle des arrivées (Les chiffres des recettes du tourisme international pour 2014 seront publiés en avril 2015). En 2013, les recettes du tourisme international ont atteint 1 197 milliards de dollars, soit 230 milliards de plus qu’en 2008, année qui avait précédé le début de la crise.« Pour 2015, nous prévoyons une poursuite de la demande à mesure que s’améliore la situation de l’économie mondiale, même si de nombreux défis pointent encore à l’horizon. L’aspect positif, c’est que le cours du pétrole est tombé à un niveau jamais observé depuis 2009. Cela va faire baisser les coûts du transport et stimuler la croissance économique en augmentant le pouvoir d’achat et la demande des ménages dans les pays importateurs de pétrole. Cependant, cela risque aussi d’avoir des répercussions négatives sur certains pays exportateurs de pétrole qui constituent désormais d’importants marchés émetteurs de tourisme », a ajouté M. Rifai.

L’Europe (+4 %), la région la plus visitée avec plus de la moitié des touristes internationaux dans le monde, a reçu 22 millions d’arrivées supplémentaires en 2014, pour un total de 588 millions. Avec de tels résultats, le tourisme a apporté une contribution majeure à la reprise économique en Europe. L’Europe du Nord et l’Europe du Sud et méditerranéenne ont tiré la croissance (+7 % dans les deux cas), tandis que les résultats ont été plus modestes en Europe occidentale (+2 %). En Europe centrale et orientale (0 %), les arrivées ont stagné après trois années de forte croissance.

 En Asie-Pacifique (+5 %), les arrivées de touristes internationaux ont augmenté de 13 millions pour atteindre 263 millions. Les progressions les plus marquées ont été enregistrées en Asie du Nord-Est et en Asie du Sud (+7 % dans les deux cas). En Océanie, les arrivées ont augmenté de 6 %, tandis que la croissance a ralenti en Asie du Sud-Est (+ 2%) par rapport aux années précédentes. 

La région des Amériques a affiché les meilleurs résultats en termes relatifs, avec une hausse de 7 %, en accueillant 13 millions de touristes internationaux supplémentaires, pour un total de 181 millions. La croissance a été tirée par l’Amérique du Nord (+8 %) – le Mexique ayant enregistré une croissance à deux chiffres –, et les Caraïbes (+7 %). Les arrivées en Amérique centrale et en Amérique du Sud (+6 % dans les deux cas) ont augmenté à un rythme largement supérieur à la moyenne mondiale, atteignant un taux deux fois plus élevé que celui enregistré en 2013.

 Au Moyen-Orient (+4 %), le tourisme international montre des signes de reprise, avec de bons résultats pour la plupart des destinations. La région a attiré deux millions d’arrivées supplémentaires, portant le total à 50 millions. Le nombre de touristes internationaux en Afrique a progressé d’environ 2 %, ce qui équivaut à une hausse d’un million du nombre d’arrivées. La région a accueilli au total 56 millions de touristes. Si le nombre d’arrivées en Afrique du Nord est demeuré faible (1%), l’Afrique subsaharienne a vu son nombre de touristes internationaux augmenter de 3 %, et ce malgré la flambée de maladie à virus Ebola dans certains pays d’Afrique de l’Ouest. Les résultats pour l’Afrique et le Moyen-Orient doivent être pris avec précaution dans la mesure où ils s’appuient sur des données aussi limitées que volatiles.

"Le Tourisme figure manifestement parmi les phénomènes économiques et sociaux les plus remarquables du siècle qui s'achève. Il ne fait aucun doute qu'il conservera cette place dans le siècle qui vient. (...) Dans la plupart des pays, le Tourisme fait désormais partie des secteurs de l'économie les plus dynamiques et dont la progression est la plus rapide"(Organisation Mondiale du Tourisme (O.M.T), 2000.-Faits saillants 2000, 2ème édition, août 2000, O. M. T édit., Madrid, 28 p., p. 1 )

(...) d'ici à 2020 le nombre d'arrivées de touristes internationaux dans le Monde s'élèvera à 1561 millions, les dépenses correspondantes atteignant  plus de 2000 milliards  d'euros. Ces chiffres représentent une croissance moyenne annuelle respectivement de 4,1 et 6,7  pour cent, soit une progression très supérieure au taux de croissance mondial prévu (3 pour cent par an maximum). L'importance  considérable  de ces chiffres  ne doit pas nous empêcher de voir que le tourisme international présente encore un fort potentiel. (...) la part de la population mondiale engagée dans le Tourisme  est estimée à tout juste 3,5 pour cent  (...). Autrement dit, l'industrie en est encore à ses débuts " (Organisation Mondiale du Tourisme, 1999.-Tourisme, horizon 2020, résumé (édition mise à jour), décembre 1999, 48 p., p.3 .)

Et demain ?

"Que nous réserve l'avenir? Qui aurait prédit, il y a cinquante ans, une quelconque postérité touristique aux gorges inaccessibles ou aux cascades de glace. Nos descendants  passeront-ils leurs journées dans les arbres. Fréquenteront-ils assidûment les marécages? Se promèneront-ils dans les mangroves? Délaisseront-ils totalement leur environnement pour se regrouper dans des bulles artificielles. Iront-ils  sur d' autres planètes ou chercheront-ils à jouir de l'apesanteur dans un quelconque resort flottant dans l'espace? Pratiqueront-ils le "tourisme virtuel" (Dewailly, 1997). Achèteront-ils des souvenirs touristiques qu'on placera dans leur cerveau, à l'instar de Doug Quaid, héros du film de science-fiction "Total Recall" de Paul Verhoeven? Nul doute que les pratiques touristiques ne sont pas figées  et qu'elles évolueront notablement, ce qui aura pour conséquence de modifier la localisation du tourisme " (STOCK M. ( Coordination ), 2003.- Le Tourisme. Acteurs, lieux et enjeux, Paris, Belin édit., coll. Belin sup. Géographie, Licence- IUT, 304 p., p.107 )

 

 
 

   

Mot exact résultats par page
Powered by X-Recherche

 

 

Page  en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 

 

 


Accueil  |  Pourquoi un site ?  | Historique du tourisme |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme | La bibliographie | L'examen | Les cours en ligne


 


 


         Cette page a été mise à jour le 29/06/15.

 

        Copyright © 2007 by KEROURIO