GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Les référentiels  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015  

 


Le tourisme dans le Monde

Le bassin méditerranéen

 L'Espagne
  L'Italie
  La Croatie
  La Grèce
  La Turquie
  L'Égypte
  La Tunisie
  Le Maroc
 

Le Tourisme de croisière

L'Europe du Nord
  Les pays scandinaves

L'Afrique subsaharienne

Les îles tropicales

  L'espace caraïbe
  Cuba
  Les Seychelles
  Les Maldives
  Les îles du Pacifique
  Les Galápagos
Les Amériques
  Les États-unis
  Le Mexique
  Le Costa Rica
  Le Pérou
  L'Amérique du sud

L'Asie

  L'Inde
  Le Népal
  L'Asie du sud-est
  Le Viêt-Nam
  La Thaïlande
  L'Indonésie
  Singapour
  La Chine

Les régions polaires

 

L'Arctique et l'Antarctique

Le Tourisme et les risques
  Le Tourisme et le Terrorisme
 

Le Tourisme et les maladies

 

Le Tourisme sexuel

Les nouveaux tourismes

  Le Tourisme spatial
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiels
  Bibliographies

      

                                                            

             
Le Tourisme en Espagne
      

Généralités
 

Des faits ...
 



"J'aime l'espagnol parce qu'il est type. Il n'est copie de personne. Ce sera le dernier type existant en Europe "  (Stendhal, Mémoires d'un touriste, 1837)

"Avant les années 1980, en général, l'Espagne c'était les corridas, le flamenco et l'Inquisition. Aujourd'hui ce sont les corridas, le flamenco et les films d'Almodovar "  (Antonio Munoz Molina)

L'Espagne occupait le troisième rang mondial pour le nombre de touristes derrière la France et les Etats-Unis avec 52,2 millions de touristes ayant visité le pays en 2009. Pour les recettes touristiques l'Espagne était alors au quatrième rang derrière la France, les Etats-Unis et l'Italie (2008). Le tourisme employait 10% de la population active et représentait 8% du PIB du pays en 2008. Les flux touristiques internationaux à destination de l'Espagne qui avaient cru de manière quasi-ininterrompue depuis 1998, ont enregistré un net ralentissement en 2008. Secoué d'abord par l'explosion de sa bulle immobilière puis par la crise financière et économique mondiale, l'Espagne est entrée brutalement en récession au deuxième semestre 2008.La crise s'est notablement amplifié en 2009.

 

LE TOURISME ESPAGNOL EN 2001-2015
 

Durant l'année 2001 l'Espagne avait reçu 75,7 millions de visiteurs, soit une croissance sur l'année précédente de 1,7%. Parmi eux 65% étaient des touristes et 35% des excursionnistes, pratiquement la même distribution que durant les 5 dernières années. Le nombre total de touristes reçu durant l'année 2001 atteint le chiffre record de 49, 5 millions, soit 3,4% de plus que durant l'année 2000 (soit 1,7 millions de touristes en plus).

En 2006 l'Espagne a reçu 96,1 millions de visiteurs dont 60,8% (58,4 millions) étaient des touristes. Les excursionnistes étaient 37,6 millions. Les arrivées  de touristes en Espagne ont augmenté de 4,5% en 2006, soit 2,5 millions de touristes de plus qu'en 2005.

En 2007 L'Espagne a reçu 59,2 millions de touristes, soit 1 million de touristes de plus qu'en 2006, soit une croissance interannuelle  de 1,7%. La même année l'Espagne a reçu 40 millions d'excursionnistes, soit une croissance de 5,6% par rapport à 2006 ( 2 millions d'excursionnistes en plus ).

En 2008 l'Espagne a enregistré sur l'ensemble de l'année une chute de 2,6 % sur un an du nombre de visiteurs étrangers, avec un total de 57,41 millions de touristes. Une chute de 8% a été enregistrée en juillet 2008 (à 7,13 millions) par rapport au même mois de 2007. Cette baisse, la plus marquée jamais enregistrée pour ce mois clef de la saison touristique espagnole, a été accentuée par le très net recul du nombre de touristes français (-21,6 % à 1,2 million), au 3e rang des visiteurs après les Anglais et les Allemands.

Secoué d'abord par l'explosion de sa bulle immobilière puis par la crise financière et économique mondiale, l'Espagne est entrée brutalement en récession au deuxième semestre 2008. Le FMI qui a abaissé récemment ses prévisions pour l'économie mondiale, estime désormais que l'Espagne connaîtra deux années de récession, avec une baisse de 3% de son PIB en 2009, puis de 0,6% en 2010 et un taux de chômage à 19,3% en 2010, record parmi les pays développés où la moyenne est estimée à 9,2%.

Jusqu’en 2007, l’Espagne avait reçu un nombre de touristes chaque année grandissant. A partir de 2007, une baisse de ce nombre a pu être observée . En effet, une diminution de 2,3% a été notée entre 2007 et 2008 (de 58,6 millions d’euros à 57,3 millions d’euros) et une baisse encore plus prononcée en 2009. Le secteur a été frappé en 2009 par la crise économique mondiale, alors que l'économie espagnole était elle même en récession depuis fin 2008. Selon les estimations du ministère de l'Industrie, l'Espagne a reçu en 2009 52,2 millions de touristes étrangers, en baisse de 8,7% par rapport à 2008. Ce recul est toutefois inférieur à celui qui était attendu (10%) par les pouvoirs publics. De plus la tendance négative s’est progressivement tassée au cours de l’année : en décembre 2009, la baisse du  tourisme n’a atteint que 3,6%.  Les nuitées dans les hôtels ont atteint le nombre de 251,9 millions en 2009, soit une baisse de 6,6% par rapport à l'année précédente. Les nuitées de résidents ont baissé de 3,2%, à environ 109,8 millions, tandis que celles des non résidents ont baissé de 9,1%, à environ 142 millions. «Les difficultés rencontrées par les économies françaises, allemandes et anglaises expliquent directement cette baisse du tourisme, l’Espagne étant la première destination de vacances au monde » (Joan Mesquida, secrétaire d’Etat espagnol au tourisme).

Les problèmes rencontrés par le tourisme espagnol dépassent largement le cadre de la crise financière et économique. En 2009 la baisse du PIB touristique a excédé, pour la neuvième année consécutive, celle du PIB global espagnol. « l’Espagne doit trouver un nouveau modèle de tourisme, remettre en question ses littoraux trop construits et essayer de redynamiser le tourisme national »( José Luis Zoreda ). Le gouvernement espagnol a décidé d’accorder 1,03 milliard d’euros au secteur du tourisme pour lui permettre de relancer ses activités en difficulté actuellement. Parmi les principales mesures décidées par le gouvernement figure l’ouverture d’une ligne de crédit de 500 millions d’euros destinés aux entreprises pour financer des investissements en vue d’améliorer l’efficacité énergétique des infrastructures touristiques et économiser l’énergie et l’eau, entre autres. Sur cette enveloppe budgétaire de plus d’un milliard d’euros, le gouvernement a alloué 170 millions d’euros à la modernisation et la construction de Paradores de tourisme, infrastructures hôtelières de luxe qui existent partout en Espagne. Le gouvernement espagnol a aussi décidé d'étendre le programme pilote « Tourisme Senior », lancé aux Baléares et en Andalousie et doté de 11 millions d'euros, qui visait à attirer les touristes retraités en basse saison. Ce plan avait déjà permis de générer 50 000 réservations. Le reste du fonds est destiné à plusieurs opérations de promotion du tourisme gastronomique (9 millions d’euros), des campagnes publicitaires (7,4 millions d’euros) et l’amélioration des parcs nationaux (10 millions d’euros). Par ailleurs un accord a été signé entre le gouvernement et les régions d'Andalousie, les îles Canaries, les îles Baléares et la Communauté de Valence qui engage ces acteurs à investir 72 millions d’euros pour la promotion à l'étranger de ces différentes destinations jusqu'en 2012. L’Espagne a dévoilé  une nouvelle campagne à l’étranger pour dynamiser son secteur touristique, avec un nouveau slogan («I need Spain») et le célèbre chef Ferran Adria en chef de file. Le slogan «I need Spain» (J’ai besoin de l’Espagne), qui remplace le «Smile, you’re in Spain» (Souriez, vous êtes en Espagne), est destiné à être vu par 400 millions de personnes dans 40 pays selon un communiqué le ministère espagnol de l’Industrie, du Tourisme et du Commerce.

En 2010, l'Espagne a comptabilisé 52,6 millions de touristes, soit 1 % de plus qu'en 2009. Si le secteur a été pénalisé en début d'année par des événements ponctuels, comme la fermeture d'espaces aériens au printemps à cause des cendres du volcan islandais Eyjafjöll, l'activité s'est ensuite reprise, avec des arrivées en hausse pendant sept mois, de mai à novembre. Sur l'ensemble de l'année 2010, plusieurs pays européens ont joué un rôle important dans cette reprise, dont la France (+2,3% par rapport à 2009), les pays nordiques (+7,2%) et l'Italie (+9,4%). Mais le principal marché émetteur est resté la Grande-Bretagne, avec 12,5 millions de touristes, malgré une baisse de 6,5% par rapport à 2009. Le montant dépensé par ces touristes a lui aussi progressé de 8,1%, à 52,9 milliards d'euros.

Les arrivées de touristes étrangers en Espagne ont augmenté en 2011, de 8,1%, soit 56,9 millions de visiteurs. Le montant dépensé par ces touristes a lui aussi progressé de 8,1%, à 52,9 milliards d'euros. Miné par la crise économique, le secteur touristique, qui représente 10,2% du PIB du pays, avait connu trois années de baisse avant de se reprendre en 2010, avec une progression des arrivées de touristes étrangers de 1%. Les révoltes dans le monde arabe ont contribué à maintenir à flot le tourisme espagnol. Une aubaine pour l'Espagne, passée en 2010 de la troisième à la quatrième place des destinations touristiques dans le monde et devancée par la Chine. Les régions traditionnellement les plus visitées en Espagne restent la Catalogne (nord-est) et l'archipel méditerranéen des Baléares, mais en 2010 les îles Canaries ont profité des projets de vacances contrariés par les soulèvements populaires en Egypte et en Tunisie. En 2011, les Britanniques et les Allemands ont été les plus nombreux à visiter l'Espagne, avec une hausse de touristes de ces pays de 9,3% et 3%, respectivement. Mais les autres nationalités ont aussi été bien représentées, que ce soit les Italiens (+8,5%), les Scandinaves (+8,4%) ou les Français (+4,6%).

 

En 2012 l'Espagne a reçu 57,4 millions de touristes. Pour se remettre en selle, le secteur a dû conquérir de nouveaux marchés, en particulier celui des Russes, dont les visites ont augmenté de 31 % durant les cinq premiers mois de l'année. Le gouvernement le soutient, en menant en Russie des campagnes de promotion, tout comme en Chine ou dans les Emirats arabes. Les hôteliers ont aussi modéré leurs prix, afin de modérer la baisse de la demande interne, paralysée par un taux de chômage de 26 %.Par ailleurs le pays a tiré profit des tensions au Maghreb, en Egypte et dans une moindre mesure en Turquie.Par ailleurs la crise économique et financière s'est répercutée sur le secteur touristique qui représente 11% du PIB de l'Espagne. Le taux de chômage  record de 24,4% de la population active s'est traduit par une baisse de la demande intérieure, qui représente 50% de l'activité touristique espagnole. A la fin du mois de juin 2012 un Espagnol sur deux n'avait toujours pas réservé de séjour ni de prestation pour cet été. Le secteur touristique qui représentait 10,3 % du produit intérieur brut (PIB) en 2009,est remonté à 10,8 % en 2011 et 11,1 % en 2012. Le tourisme pourvoit 11,4 % de l'emploi national et la baisse du chômage  est essentiellement due à ce secteur gourmand en main-d'oeuvre, mais pourvoyeur d'emplois saisonniers et de plus en plus à temps partiel.

 

Le nombre de visiteurs étrangers a atteint en 2013 son plus haut historique, à 60,6 millions . L'Espagne a consolidé sa place de troisième destination mondiale, derrière la France et les Etats-Unis. Le tourisme, qui représente directement 11 % du PIB national et 12 % de l'emploi, s'affirme comme le principal moteur économique de l'Espagne, troisième puissance mondiale en nombre d'entrées derrière les Etats-Unis et la France et seconde en revenus derrière les Etats-Unis, selon l'Organisation mondiale du tourisme (OMT).

 

 

Le tourisme a confirmé en 2014 son statut de moteur de la croissance espagnole. C'est « sans doute un des secteurs clefs pour la reprise de l'économie », a d'ailleurs reconnu  le ministre espagnol de l'Industrie, de l'Energie et du Tourisme, José Manuel Soria.Pour la deuxième année d'affilée, l'Espagne a ainsi battu son record, avec 65 millions de touristes internationaux (+7,1 %), consolidant ainsi sa place de troisième destination touristique mondiale. 2014 a été"la meilleure année de l'histoire touristique de notre pays", proclamait le ministre espagnol de l'Industrie et du tourisme Jose Manuel Soria. Le secteur, qui apporte directement et indirectement plus de 15 % du PIB espagnol, d'après le Conseil mondial du voyage et du tourisme (WTTC), a crû de 2,9 % en 2014, selon Exceltur. L'organisation patronale précise que le tourisme a généré 49 milliards d'euros en devises.Les Français ont été parmi les plus nombreux à venir dans le pays, avec environ 10 millions de touristes qui ont fait le déplacement. Seuls devant les Français, ce sont les Britanniques qui sont les plus nombreux à visiter l’Espagne, avec 14,39 millions de visiteurs.Le nombre de touristes russes qui avait fortement progressé en Espagne ces dernières années a diminué de 10,3% en un an, suite à l'effondrement du rouble.Les régions les plus attrayantes restent la Catalogne, avec la Costa Brava et Barcelone, qui ont enregistré 25 millions de voyageurs en 2014. Le mois d'août a par ailleurs été le mois de tous les records : 9,1 millions de touristes sont venus visiter le territoire, c’est 8,8% de plus qu’en 2013 à la même période, et cela marque une tendance historique. 2014 a été aussi marqué la reprise du tourisme national . Alors qu'en 2013, le nombre de visiteurs nationaux était redescendu au niveau de 2004, le taux de départ des espagnols s'est sensiblement accru, favorisant ainsi des secteurs très pénalisés par la crise, comme les agences de voyages ou encore les centres de loisirs. Cette reprise a été aussi visible dans les transports et notamment dans l'Ave, le train à grande vitesse espagnol, dont le nombre de passagers a augmenté de plus de 14 %. La politique de prix agressive de la Renfe, l'opérateur ferroviaire public, n'y est néanmoins pas étrangère.

Troisième destination mondiale, derrière la France et les Etats-Unis, l'Espagne bat depuis trois ans des records d'accueil de touristes étrangers. Elle a accueilli en 2015 environ 68,1 millions de visiteurs étrangers (en hausse de trois millions par rapport à 2014), qui ont dépensé plus de 65 milliards d'euros. Pour la fédération patronale espagnole du tourisme Exceltur, un tiers de cette hausse est à mettre sur le compte de la menace terroriste pesant sur d'autres pays du pourtour méditerranéen aussi très recherchés pour leurs plages et le soleil, comme la Tunisie, la Turquie et l'Egypte. Les Européens, Britanniques en tête, devant les Français et les Allemands, représentent près de 80% du contingent des touristes en Espagne. Le Royaume-Uni, avec 15,6 millions de touristes ( +4,5%) , demeure le principal marché émetteur, suivi par la France avec 11,5 millions de touristes ( +8 ,9%) et l’Allemagne ( 10,2 millions de touristes, +1,2%). La Catalogne demeure la principale destination avec 17,4 millions de touristes ( +3,7%), suivie par les Baléares ( 11,6  millions, + 2,7%) et les Canaries ( 11,6 millions, +1%). Les attaques djihadistes - en Tunisie ou en Egypte, en 2014, puis en Turquie en janvier 2015 quand onze Allemands avaient été tués à Istanbul - ont éloigné les touristes de ces destinations au profit de l’Espagne. Cet afflux compense la baisse drastique du nombre de touristes russes qui fréquentaient en masse le littoral espagnol avant la dépréciation du rouble. En 2015, leurs visites ont chuté de 32,7%, selon l'Institut national de la statistique, mais la crainte du terrorisme en Turquie pourrait changer la donne.

Des inscriptions “tourismophobes” sont apparues aux  Baléares et dans certains quartiers de Barcelone. En février 2016 ils étaient 300 à manifester dans Barcelone. Sur leurs banderoles, on pouvait lire : “Nous sommes des quartiers. Stop au tourisme de masse”. L’afflux touristique provoque  une hausse importante du coût du logement qui fait fuir les résidents. La vieille ville de Barcelone a perdu 13 000 habitants en huit ans. Pourtant, dans la capitale catalane, “le tourisme représente 15 % du PIB et plus de 150 000 emplois : un impact économique de plus de 10 milliards d’euros par an”, rappelle le journal. Pas de quoi tranquilliser les quelque 13 % de “tourismophobes”, qui évaluent “négativement ou très négativement que leur ville soit une destination touristique de référence” selon les statistiques municipales. Aux Baléares, graffitis et manifestations prolifèrent aussi. Quand arrive la saison touristique, la demande en lits est si grande que les appartements conçus pour les locaux ou les travailleurs temporaires sont maintenant loués aux touristes à des prix inaccessibles. 

Pour la deuxième année d'affilée, l'Espagne a ainsi battu son record, avec 65 millions de touristes internationaux (+7,1 %), consolidant ainsi sa place de troisième destination touristique mondiale
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/26/01/2015/LesEchos/21863-090-ECH_l-espagne-a-enregistre-un-nombre-record-de-touristes-etrangers-en-2014.htm#ikHL0oRzlhWcO6AM.99
   

  
Le tourisme en Espagne
( documents en ligne- accès réservé )
 

   Le tourisme en Espagne (cours)

   Le tourisme en Espagne (vocabulaire)

   Petit lexique de la civilisation hispanique

   Fond de carte muet de l'Espagne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Instituto de Estudios Turísticos : A través de esta sección se puede acceder a un cuadro resumen, con datos de los principales indicadores estadísticos, relacionados con el sector turístico en España, que ofrecen el Instituto de Estudios Turísticos y otros Organismos Oficiales Españoles.

Instituto Nacional de Estadistica. (Spanish Statistical Office)

La lógica de las estadísticas de turismo en España : Dentro de la organización de la estadística vinculada al turismo en España, tradicionalmente se ha mantenido una división de tareas, por un lado las estadísticas de oferta, con gran tradición y continuidad dentro del panorama estadístico español, se han situado dentro del ámbito del INE, mientras que las estadísticas de demanda han sido elaboradas por la administración turística por medio del Instituto de Estudios Turísticos ( juillet 2013 )

Estadísticas de turismo en Barcelona. Hace más de 20 años que Turisme de Barcelona elabora indicadores sobre la actividad turística de la ciudad de Barcelona, a partir de trabajos de campo propios y de fuentes ya existentes. Algunas de las encuestas mediante las cuales se obtienen los principales resultados son: la encuesta a directores de hotel y la encuesta a turistas que visitan la ciudad. Los datos generados se recogen en informes y publicaciones desde 1989.

Turistas en Gran Canaria y Canarias, por meses. FRONTUR CANARIAS. Gran Canaria, 2008-2016

Le tourisme en Espagne . Missions économiques. Fiche de synthèse, 17 juillet 2006, 4 p.

La stratégie touristique de l’Espagne de M. Jaime-Axel RUIZ, Directeur de l'Office Espagnol du tourisme en France. "Les conférences de l'IREST", Direction du Tourisme, Mardi 21 octobre 2008, 21 p.

Espagne .« L’Espagne prend la tête : d’après nos estimations, la croissance moyenne en 2015-2016 de la France, l’Allemagne et l’Italie réunies devrait se situer à environ 0,9% alors que celle de l’Espagne atteindrait environ 1,8 %, soit le double ». J. Castillo, Recherche Natixis (Groupe BPCE), Interview de : M. Diego Daccarett, Directeur Espagne

The evolution of tourism in Spain. The case study of Benidorm (Alicante) de Ana Espinosa Seguí, Human Geography Department, University of Alicante, 46 p.

Benidorm, un destino turistico de altura de T.M Martinez, Gran Tour: Revista de Investigaciones Turísticas nº 2 (2010) pp. 8-22. Pocos destinos turísticos son tan denostados como sucede con Benidorm. Bien sea por su urbanismo centrado en potentes rascacielos, por haberse especializado en el turismo de sol y playa o por ser un destino de masas, Benidorm forma parte de los discursos perversos del turismo. Injustamente, en determinados foros se hace difícil hablar bien de Benidorm. El objetivo de este texto es valorar, sin prejuicios previos, lo que realmente es y representa Benidorm en el turismo.

El exito de un destino turistico : el Benidorm de Mario Gaviria de T.Mazon, E.D Laguna & J.A Hurtado, Revista bda Casa da Geografia de Sobral ( RC .GS ) , vol.14,n°1, p. 81-95

L’espace touristique des Baléares de R. Knafou & M. Segui LLinas, Mappemonde 1, 1991, 4 p. Les Baléares, première destination touristique de l’Europe offrent l’image d’un tourisme essentiellement littoral, plus diversifié qu’on ne l’imagine habituellement …

Baléares : un laboratoire du tourisme en Méditerranée de M.Segui-Llinas, Plan Bleu, centre d’activités régionales, Sophia-Antipolis, juin 2004, 67 p.

Le développement du tourisme rural à Majorque: une stratégie d’aménagement durable des îles Baléares? De Aurélie Volle, Rives nord-méditerranéennes [En ligne], 12 | 2002 . Le fort développement du tourisme rural à Majorque ces dix dernières années représente des enjeux importants pour cette île, d’une part dans un contexte local de rénovation de l’image des Baléares et de recherche de la diversification de l’offre touristique et, d’autre part, dans celui plus global du développement durable.

An assessment of the impact of tourism in the Balearic Islands de C. Polo & E. Vialle , Tourism Economics, 2008, 14 (3), 615–630, According to the official Institute of Tourist Studies, the Balearic Islands, a Spanish region with just over one million inhabitants, received 9.6 million international arrivals in 2005 out of 55.8 million for the entire country…

Barcelona Cruise Facilities 2013 Europe's Leading Cruise Port, Creuers del Port de Barcelona & Palacruceros,  17 p. According to the National Geographic magazine, “Barcelona is one of the 10 cities in the world which must be visited once in a lifetime”. The capital of Catalonia has a wide variety of cultural, architectural and leisure attractions that make it one of the most highly-visited cities in the world. Thanks to its charms and Mediterranean climate the city receives millions of tourists every year. The Port of Barcelona, located in the heart of the city, has contributed to the attraction of tourist by modernizing its facilities, welcoming more than 2.408.000 passengers in 2012….

Measuring Sustainability in Tourism in the Balearic Islands. The CITTIB (Centre for Tourism Research and Technologies of the Balearic Islands) sponsors the Tourism Sustainability Watch (TSW), which conducts the task of scientifically defining the parameters of environmental diagnosis and the dissemination of results. This document is the summary of its main results, with a prior explanation of its technical framework that includes the concept of ‘sustainability’ and its precedents, the criteria for selecting and developing indicators and their link to the model of the geographic study of tourism booms established by Onofre Rullan (1998).

Pilgrims and pilgrimages : Fatima, Santiago de Compostela and Taize de H.Vilaça , Nordic Journal of Religion and Society (2010), 23 (2): 137–155 , 19 p.

Situación actual y perspectivas del turismo en las Illes Balears. Bases para una contribución a la reflexión sobre su futuro , Coordinador general: D. Alejandro Forcades Juan y Coordinador ponente: Dr. Onofre Martorell Cunill , Cambra de Comerç Cercle d’Economia de Mallorca, Palma, abril 2003, 41 p.

IBESTAT. Institut d’Estadistica de les Illes Balears.

Estadísticas del turismo. Govern de les Illes Balears. Indicadores de demanda turística por islas. Se publican datos mensuales y anuales en valores absolutos sobre los movimientos de los turistas nacionales y extranjeros. Los datos sobre pernoctaciones y estancia media de los apartados de oferta turística (Fuente: INE) y de demanda turística (Fuente: IBESTAT e IET) son diferentes porque proceden de distintas operaciones estadísticas. Los datos de oferta se basan en encuestas cumplimentadas por los establecimientos turísticos y las de demanda, en encuestas realizadas directamente a los turistas en los puertos y aeropuertos de las islas. Además, los datos de demanda incluyen también las pernoctaciones en alojamientos no turísticos (viviendas propias y de amigos o familiares, entre otras).

Oficina de Acogida al Peregrino, Cathedral de Santiago. Bienvenidos a la página oficial de la Oficina de Acogida al Peregrino de Santiago de Compostela. En la Oficina de Acogida al Peregrino recibimos a los peregrinos que llegan a la ciudad y que han caminado o han venido en bicicleta o a caballo hasta la Tumba del Apóstol Santiago el Mayor. Es aquí donde ponemos el sello final de la Catedral de Santiago en las “credenciales de peregrino” y donde se expide el certificado tradicional de la peregrinación, la conocida “Compostela”….

Andalucía en cifras. El turismo a través de las Estadísticas y las Infografías. La investigación, el análisis, los datos o las predicciones en materia turística son vitales para el sector. Averiguar cómo es y cómo funciona la actividad turística en Andalucía y estudiar las tendencias son factores claves para saber si vamos por el buen camino. En esta sección encontrarás toda la información necesaria sobre Andalucía a nivel de datos estadísticos presentados en informes e infografías…

Análisis y Estadísticas del Turismo en Andalucía. Consejeria del Turismo y Deporte. Novedades, Balances Turísticos en Andalucía, Segmentos Turísticos en Andalucía, Mercados Turísticos en Andalucía, Mercados Turísticos en origen, etc…

IDESCAT. Web de la Estadistica Oficial de Catalunya. Catalunya. Turistas extranjeros. 2010-2014 por país de origen. Generalitat de Catalunya. Institut de Estadistica de Catalunya.

 

 


Liens cartographiques

 

Page en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme | La bibliographie | L'examen


 


 
       

Cette page a été mise à jour le 19/08/16

 

Copyright © 2007 by KEROURIO