GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Les référentiels  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2012  

   
Le tourisme dans le Monde

Le bassin méditerranéen

  L'Espagne
  L'Italie
  La Croatie
 La Grèce
  Fiche signalétique
  Les sites du Patrimoine mondial
  La Turquie
  L'Égypte
  La Tunisie
  Le Maroc
 

Le Tourisme de croisière

L'Europe du Nord
  Les pays scandinaves

L'Afrique subsaharienne

Les îles tropicales

  L'espace caraïbe
  Cuba
  Les Seychelles
  Les Maldives
  Les îles du Pacifique
  Les Galápagos
Les Amériques
  Les États-unis
  Le Mexique
  Le Costa Rica
  Le Pérou
  L'Amérique du sud

L'Asie

  L'Inde
  Le Népal
  L'Asie du sud-est
  Le Viêt-Nam
  La Thaïlande
  L'Indonésie
  Singapour
  La Chine

Les régions polaires

 

L'Arctique et l'Antarctique

Le Tourisme et les risques
  Le Tourisme et le Terrorisme
 

Le Tourisme et les maladies

 

Le Tourisme sexuel

Les nouveaux tourismes

  Le Tourisme spatial
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiels
  Bibliographies

                          

  Le Tourisme en Grèce


Généralités


Des faits ...
 

 

 

Le Tourisme grec contemporain s’est développé en plusieurs étapes :
 

De 1950 à 1965 se situe une phase de croissance caractérisé par un tourisme nomade et un touriste résidant généralement à Athènes. Les possibilités d’accès au pays sont alors relativement difficiles et constituent des contre - incitations au développement touristique .Le but des touristes est la visite des sites archéologiques ( Péloponnèse, Delphes, Attique), de courts séjours dans les îles (Hydra, Poros), la visite de Thessalonique .De fait les principaux pôles touristiques sont Rhodes et Corfou ainsi que Mykonos , à partir du milieu des années 50. Globalement la dimension touristique du pays est relativement limitée .

 

La deuxième étape de l’évolution touristique grecque concerne la période 1965–1980. Elle est caractérisée par le développement du tourisme de vacances organisées. Le Tourisme devient alors un secteur majeur de l’économie nationale. C’est essentiellement un tourisme de vacances estivales (les ««S ») et la dimension culturelle du voyage tend à devenir un argument de vente secondaire .Cette période se caractérise par un accroissement du nombre des clients, un allongement de la durée des séjours et la mise en place d’infrastructures modernes dans trois domaines essentiellement ( l’hébergement, la circulation des touristes et les agences de voyages). Une politique volontariste de l’État renforce le développement du Tourisme dans le pays. Mais le tourisme est un levier de l’expansion économique et une source appréciable de devises. Cependant l’activité touristique reste insuffisante en raison d’une absence de planification et de toute étude d’impact concernant les incidences sociales, les études coût, de faisabilité, l’emploi, etc.…Les touristes de cette époque optent généralement pour les itinéraires classiques du Tourisme organisé, une partie seulement recherche les régions les moins peuplées. Le Tourisme organisé de masse intéresse prioritairement les îles de Rhodes, Corfou ainsi que les Cyclades ( Kos, Samos), ainsi que d’autres régions comme les îles ioniennes, les Sporades du Nord. Les touristes itinérants autonomes et les touristes en quête de culture évitent généralement la saison estivale et recherchent de nouvelles destinations ( les départements de l’intérieur et les petites îles). 
 

La troisième et dernière étape (1995- 2002 ) est celle du tourisme industrialisé de masse. Les forfaits complets de tourisme organisé l’emportent. Le nombre de touristes croît et tend à égaler celui de la population nationale. Durant les mois de juillet et août le nombre de touristes est 20 fois supérieur à celui des autochtones. Beaucoup de touristes arrivent en vols charters . Ils ne cherchent à connaître le pays que superficiellement. Les grands centres urbains sont délaissés par la demande touristique (Athènes, Thessalonique et Patras ), ils deviennent de simples portes d’entrée .

Aujourd’hui la Grèce peut être définie comme une destination classique dans le Monde méditerranéen. Le tourisme hellénique présente quelques points faibles :- la dispersion des entreprises touristiques, - leur caractère familial, -le grand nombre d’ entreprises touristiques fonctionnant en toute illégalité . Ces problèmes sont souvent à l’origine d’une dévalorisation des services et ils ont contraint le gouvernement grec à rechercher des solutions pour y mettre un terme. La période contemporaine se caractérise aussi par une segmentation de la demande touristique marquée par le développement de catégories spécialisées d’offres dans l’espace hellénique. Enfin la crise économique européenne a incité la Grèce a opté pour les hébergements de catégorie moyenne et le pays est devenu une destination pour les touristes de revenus moyens .

 

En 2002 Grèce occupait le 15e rang dans la classification des grandes destinations touristiques mondiales. En 2007 le pays se place au 19ème rang mondial des destinations touristiques (soit 0,65% du marché mondial) et parmi les 15 premiers dans le bassin méditerranéen avec environ 5% des arrivées totales de touristes. Elle a reçu en 2002 14,179 millions de touristes. 94,3% étaient originaires d'Europe dont 68,9% de la Communauté européenne. 73,6% des touristes étrangers sont arrivés en avion, 5,6% par mer, 20,1% par route et 0,6% par train. En 2001 le nombre de nuitées (touristes étrangers et touristes nationaux) s'élevaient à 61567209, soit une augmentation de 0,43% par rapport à 2000.

 

Le nombre des touristes étrangers en Grèce s'est élevé à 15.449.133 personnes en 2005, en hausse de 8,28% par rapport à 2004, a indiqué mercredi le service national de la statistique (Esyee). En 2007 le pays a accueilli 13 millions de touristes ( soit une augmentation de 10% par rapport à 2006) pour un pays de 11 millions d'habitants. Le pays se place au 19e rang mondial des destinations touristiques (0,65% du marché mondial) et parmi les 15 premiers dans le bassin méditerranéen avec environ 5% des arrivées totales de touristes dans la zone. En 2007 le tourisme employait 16% de la population active du pays.

 

En 2008 le tourisme constituait la deuxième source de revenus du pays, après le transport maritime. Il comptait pour 18% des revenus et employait directement ou indirectement 850 000 personnes.

 

La Grèce a enregistré en 2009 une baisse de 6,4% de l'arrivée de touristes étrangers, avec un recul de 7,9% de la clientèle de l'Union européenne, qui représente 90% du total selon l'Autorité statistique grecque (Esa). Au total, 14,914 millions d'arrivées de "non-résidents" ont été enregistrées en 2009, selon l'Esa, dont 13,601 millions en provenance des pays européens, parmi lesquels 10,887 millions venant de l'Union Européenne. En 2008, la Grèce avait déjà perdu 1,4% de sa clientèle par rapport à l'année précédente. Les clientèles allemandes et britanniques sont restées en tête en 2009, représentant respectivement 15,9% et 14,2% du total des arrivées. Par rapport à 2008, 4,2% d'Allemands et 7,3% de Britanniques manquent toutefois à l'appel. Les Français, dont le nombre est en hausse de 5,8% ravissent la troisième position aux Italiens, qui reculent de 15%. La clientèle des Etats-Unis, marginale mais aisée, est aussi en recul de 14%, avec quelque 729.446 visiteurs. Les revenus du tourisme tels qu'enregistrés dans la balance des comptes courants ont aussi baissé en 2009, à 10,369 milliards d'euros contre 11,636 milliards pour 2008.


Le ministère du Tourisme avait tablé pour l'année 2009 sur une chute d'environ 10% des arrivées, essentiellement en contrecoup de la crise financière internationale. Une étude de la banque grecque EFG Eurobank, publiée en février 2009, avait estimé que la chute des arrivées de touristes pourrait être la plus importante depuis 20 ans du fait de la baisse des revenus consécutive à la crise financière mondiale. L'Institut de recherches et prévisions touristiques grec (ITEP), très pessimiste, prévoyait des pertes de 5% à 15% en termes de clientèle et des destructions d'emplois corollaires de 50 000 à 144 000.

La Grèce avait annoncé au début du mois d'avril 2009 la suppression pour six mois des taxes d'atterrissage et de stationnement des avions dans des aéroports en province et sur ses îles pour faire face aux répercussions négatives de la crise et stimuler son tourisme. Cette mesure a coûté 8 millions d'euros à l'état grec et a été appliquée d'avril à septembre 2009. Elle a concerné les vols internationaux et intérieurs à destination de plus d'une trentaine d'aéroports en province et sur les îles, destinations de nombreux plusieurs vols charters pendant l'été. La mesure ne concernait pas l'aéroport international d'Athènes, Elfthérios Vénizelos, gérée par société allemande Hochtief.

La crise financière et économique aura probablement un effet d'image désastreux et durable sur la destination. L’image de la Grèce avait déjà été écornée par les émeutes ayant éclaté dans les grandes villes du pays après la mort en décembre 2008 d’un adolescent tué par la police à Athènes. L’impact de ces violences urbaines reste difficile à évaluer mais il a été indéniable sur l’image de la destination.

Les grèves et les violences pèsent, après une année 2009 déjà marquée par une chute de 10% du chiffre d'affaires de l’industrie touristique. Depuis la manifestation du 5 mai 2010, les réservations de 27000 nuitées ont été annulées en Grèce. L'industrie, qui espérait bénéficier de la baisse de l'euro, s'attend désormais à un nouveau recul de 7% à 9% pour 2010. Allemands et Britanniques représentent plus d'un tiers des 15 millions de touristes annuels de la Grèce. Thomas Cook a enregistré durant le mois d’avril une baisse des ventes de 30% en Allemagne et de 24% en Grande-Bretagne. Si la saison estivale est aussi négative que prévu, le manque à gagner pourrait provoquer un effet boule de neige et alimenter de nouvelles manifestations à l'automne. Or en pleine récession, la Grèce compte surtout sur tourisme qui compte pour près de 20% de son économie de 240 milliards d'euros et emploie près d'un actif sur cinq et représente 17% du Produit intérieur brut.

En 2010 la Grèce a reçu 14,5 millions de touristes dont 820000 français, soit environ 6% de l'effectif total. Parmi les mesures incitatives destinées à encourager le développement touristique, le gouvernement grec a reconduit la suppression des taxes prélevées dans les aéroports d'état dès le 1er avril 2011 et jusqu'en 2012. Cette mesure ne concerne pas la plate-forme d'Athènes gérée par un groupe allemand. Elle concerne le décollage, l'atterrissage et le stationnement dans la trentaine d'aéroports du pays.

Les recettes touristiques de la Grèce se sont  élevées à 10,5 milliards d'euros en 2011, soit une hausse de 9,45% par rapport à l'année précédente, selon  les estimations de l'union des opérateurs du tourisme (SETE).

Le nombre de touristes a augmenté de 10,4% en 2011, soit un effectif global de 14,2 millions mais "les touristes ont été moins dépensiers, avec une dépense moyenne de 654 euros par séjour, en baisse de 0,8% sur un an". La clientèle allemande arrive en tête de la fréquentation avec 1,9 million de visiteurs (+12,9%) qui ont laissé au pays des recettes de 1,5 milliard d'euros (+12,4%), devant les Britanniques (1,4 million d'arrivées). Le marché russe enregistre la progression la plus forte, avec 691.000 visiteurs (+58% par rapport à janvier-septembre 2010) et des revenus de 691 millions, en hausse de 49%. En 2011 près de 1,5 millions de français avaient visité la Grèce , contre 868 000 en 2010.

Les Allemands craignent l'animosité, voire la violence, que les Grecs pourraient avoir envers eux en réaction aux mesures d'austérité exigées par la chancelière Angela Merkel. En 2011, la Grèce avait reçu  2,2 millions de touristes allemands. Depuis les débuts de la crise financière de la Grèce, les relations entre les deux pays ne sont plus aussi  chaleureuses. Beaucoup de grecs sont convaincus que l’Allemagne est responsable de leurs souffrances.  La menace des grèves pèse aussi sur le choix des touristes avant de valider un voyage en Grèce. L'instabilité politique perdure. Dans les jours qui ont suivi les élections législatives du 6 mai 2012 le nombre de réservations a chuté de 50%.

La chute risque d’être  d'autant plus forte en 2012  que le pays avait connu un rebond en 2011. La Grèce avait bénéficié d'un report de la clientèle qui avait déserté la Tunisie. Beaucoup d'opérateurs s'étaient rabattus sur la Grèce avec des prix agressifs pour garder leur clientèle. Or les plans d'austérité ont provoqué une nette élévation des taux de TVA  et les tarifs ont augmenté pour les touristes. Pour 2012 le président de la fédération patronale grecque du secteur du tourisme s'attend à voir une baisse des recettes de l’ordre de 10 à 15%.

Selon le SETE (Association du patronat touristique grec) , le pays doit viser cette année à stabiliser le niveau des quelques 16 millions d'arrivées et 10 milliards d'euros de revenus touristiques atteint grâce à l'embellie de 2011, marquée par une progression d'environ 10 % en dépit de la contre-publicité faite au pays par la crise financière et sociale qu'il traverse.

Le tourisme représente la deuxième ressource économique du pays derrière la marine marchande. Mais, lourdement pénalisé par une conjoncture économique très défavorable, le tourisme grec présente, en outre, des faiblesses non négligeables et déjà anciennes

-la dépendance par rapport aux tours opérateurs : les touristes étrangers (75% de la clientèle des hôtels) ont majoritairement recours aux grands voyagistes du nord de l’Europe
-Le haut degré de saisonnalité: 75% des séjours sont effectués entre mai et septembre.
-la dépendance par rapport à un nombre restreint de pays: les touristes européens représentent plus de 90% des arrivées dont 60 à 70% viennent de l’Union européenne, notamment de Grande-Bretagne et d’Allemagne.
-l’inadéquation des infrastructures
–nombre insuffisants de golfs, de centres de congrès, etc…)

Face à ces faiblesses structurelles les pouvoirs publics ont mis en place une stratégie à multiples volets: - soutien financier massif du secteur touristique. D'ici à 2013 564 millions de subventions publiques et communautaires seront destinés à la modernisation de l'hôtellerie, à la diversification des activités touristiques et à la promotion touristique de la destination hellénique; -"ciblage" de clientèles aux aspirations différentes, outre les touristes traditionnels pour lesquels on met en avant le soleil, la mer et le patrimoine culturel, les nouvelles clientèles en provenance d'Europe centrale et orientale, les touristes chinois sans cesse plus nombreux et les touristes nationaux incités à prendre des vacances dans leur propre pays.

Le Tourisme culturel demeure un des secteurs les plus dynamiques du Tourisme grec actuel. Le nombre de visiteurs dans les musées grecs s'est élevé à 2.692.128 en 2005, en hausse de 7,6% par rapport à 2004, tandis que les entrées ont atteint 8,27 millions d'euros, en hausse de 37,2%. Le nombre de visiteurs des sites archéologiques grecs a atteint 6.893.546 personnes, en hausse de 19,1% par rapport à 2004. Ils ont rapporté 36,99 millions d'euros, en augmentation de 24,8%. Le musée archéologique national d'Athènes a été le plus visité, suivi de celui de Delphes  (Grèce centrale), du Palais des Chevaliers de Rhodes (Dodécanèse), du musée d'Héraklion (Crète), et celui d'Olympie (Péloponnèse). Les sites les plus visités ont été dans l'ordre l'Acropole d'Athènes, qui a dépassé le million de visiteurs (en hausse de 22% par rapport à 2.004), le site minoen de Cnossos en Crète avec 653.342 visiteurs (+5,3%), l'Acropole de Lindos sur l'île de Rhodes, les sites d'Olympie, d'Épidaure et de Delphes.


 


Documents annexes :
des chiffres

 

 


 

1-Principaux indicateurs touristiques de la Grèce ( 1994- 1999 )

TIR : Tourisme international récepteur , AR : Arrivées par régions , AMT : Arrivées par modes de transport , NTRH : Nuitées du Tourisme récepteur en hôtels et établissements assimilés , NTRR : Nuitées du tourisme récepteur en établissements collectifs , H : Hébergements  , PT : Paiements touristiques , T.I : tourisme international . ( * ) : en milliers , ( ** ) : en millions d'euros .
 

 

-

1994

1995

1996

1997

1998

1999

TIR

-

-

-

-

-

-

Visiteurs

11231

10712

9782

10588

11364

12606

Touristes

10642

10130

9233

10070

10916

12164

Croisiéristes

589

592

549

518

448

442

AR

-

-

-

-

-

-

Amériques

364

324

298

314

291

305

Europe

9981

9647

8541

9405

10331

11556

Asie de l'est

228

261

314

281

224

225

AMT

-

-

-

-

-

-

Air

8752

8479

7684

8148

8646

9962

Rail

43

37

28

37

32

39

Route

914

774

943

1320

1404

1366

Mer

1519

1422

1127

1084

1282

1239

H

-

-

-

-

-

-

Nombre de chambres

259481

281636

289446

296096

304232

308452

Nombre de places-lits

489866

533812

548785

561068

576876

584973

Recettes du TI

3905

4136

3723

3772

6182

5471

 

 


2-Arrivée des touristes étrangers aux frontières par nationalités ( 1991 - 2000 )
 

 

PAYS

1991

1995

1999

2000

ALBANIE

 -

128.211

673.061

717.263

AUTRICHE

288.317

347.301

501.602

474.996

BELGIQUE-LUXEMBOURG

179.754

245.572

332.913

331.942

BULGARIE

157.910

136.504

202.848

240.219

FRANCE

470.945

551.798

545.981

602.353

ALLEMAGNE

1.561.113

2.272.911

2.450.137

2.395.185

YOUGOSLAVIE

518.644

270.347

_

_

YOUGOSLAVIE

_

260.764

103.077

158.670

FYROM

_

_

128.051

234.464

DANEMARK

211.883

324.369

336.248

338.603

SUISSE

126.241

259.072

308.138

322.575

ROYAUME-UNI

1.674.875

2.224.885

2.433.033

2.772.256

IRLANDE

44.085

62.252

48.649

58.837

ESPAGNE

104.655

94.920

99.288

115.432

ITALIE

517.145

643.473

745.915

823.245

CHYPRE

104.041

98.059

139.386

134.753

NORVEGE

68.396

142.013

269.419

314.224

PAYS-BAS

450.065

505.616

616.807

655.285

HONGRIE

107.685

91.170

123.280

147.996

UKRAINE

 _

10.652

32.843

_

FEDERATION RUSSE

 _

129.184

104.910

102.071

POLOGNE

47.535

49.665

115.152

153.664

PORTUGAL

16.586

20.858

21.034

8.815

ROUMANIE

17.919

38.868

72.689

98.728

SUEDE

261.946

459.276

468.793

485.749

TCHECOSLOVAQUIE

130.129

 _

_

_

REPUBLIQUE TCHEQUE

 _

107.882

174.508

197.527

SLOVAQUIE

 _

13.536

46.217

59.726

FINLANDE

216.131

102.553

188.971

156.573

AUTRES EUROPEENS

80.995

32.882

37.063

113.813

TOTAL DES EUROPEENS

4.850.174

7.855.784

8.789.371

9.219.271

TOTAL EUROPE

7.356.995

9.363.829

11.320.013

12.214.964

JAPON

57.902

89.457

83.971

78.410

ISRAEL

36.989

54.264

154.987

115.697

LIBAN-SYRIE

15.637

15.651

18.347

23.488

TURQUIE

53.531

49.018

80.502

133.954

IRAN

4.226

5.960

3.809

3.330

AUTRES PAYS DU MOYEN-ORIENT

5.474

7.919

7.854

11.689

AUTRES PAYS ASIATIQUES

44.859

111.547

84.806

85.248

TOTAL ASIE

218.618

333.816

434.276

451.816

EGYPTE - SOUDAN

20.020

21.449

24.045

36.711

UNION SUD-AFRICAINE

13.527

12.062

10.196

12.202

AUTRES PAYS AFRICAINS

17.948

15.175

13.799

12.042

TOTAL AFRIQUE

51.495

48.686

48.040

60.955

ARGENTINE

5.092

9.703

5.089

4.877

BRESIL

8.523

10.851

4.531

3.648

MEXIQUE

3.642

4.539

4.200

3.704

U.S.A.

180.429

239.684

229.314

218.731

CANADA

47.101

50.309

51.680

55.670

AUTRES PAYS AMERICAINS

10.983

8.694

10.447

13.583

TOTAL AMERIQUE

255.770

323.780

300.213

305.261

AUSTRALIE

66.566

54.453

50.516

58.525

AUTRES PAYS OCEANIE

8.489

5.613

5.982

9.072

TOTAL OCEANIE

75.055

60.066

56.498

67.597

Ex- URSS

78.194

 _

_

_

TOTAL

8.036.127

10.130.177

12.164.088

13.095.545

CROISIERES

235.131

581.968

441.840

471.908

 TOTAL

8.271.258

10.712.145

12.605.928

13.567.453

       

 

 

 
3-Le Tourisme en Grèce , 1956-1990 :arrivées des touristes, nombre de lits et recettes touristiques ((*):$ 000 ).
 

 

ANNEES

ARRIVEES DE TOURISTES

NOMBRE DE LITS

RECETTES TOURISTIQUES (*)

1956

210 301

-

-

1957

261 738

-

-

1958

276 000

-

-

1960

400 000

-

-

1968

1 018 000

-

-

1970

1 454 629

118869

1936

1971

2 058 277

-

3053

1972

2 529 414

-

3927

1973

2 951 236

-

5149

1974

1 998 001

-

4843

1975

2 975 487

185275

6994

1976

4 070 411

-

9011

1977

4 461 084

-

10811

1978

5 081 033

-

14733

1979

5 798 360

265552

18597

1980

5 271 115

276498

19789

1981

5 577 109

286020

21002

1982

5 463 860

311089

17126

1983

5 258 372

318515

13813

1984

6 027 266

333816

14990

1985

7 039 428

348171

16535

1986

7 339 015

359377

21322

1987

8 053 352

375367

28358

1988

8 351 182

395812

30598

1989

8 540 962

423790

27220

1990

9 310 492

438355

37078

   


4-
Le tourisme en Grèce ( 1993-2004)
( en millions de touristes ) et le produit touristique grec
 

 

 

1993 9,91
1994 11,3
1995 10,7
1996 9,78
1997 10,59
1998 11,36
1999 12,6
2000 13,57
2001 14,67
2002 14,91
2003 14,78
2004 14,42

 

 

 

Le profil du produit touristique grec

Source : Banque Nationale de Grèce, mai 2005 

 

 
Segments Grèce
 
 

 

 
« Mer–soleil »
 

70%

 
Visites de site 
 

10%

 
Urbain 
 

6%

 
Vert 
 

6%

 
Autres 
 

8%

 

 

 


5-La Fréquentation touristique des différentes régions de la Grèce , 1982-1990 ( 1 - Nuitées du Tourisme international , 2 - Total des nuitées touristiques )

 

 

 

 

1982

1985

1989

1990

1

2

1

2

1

2

1

2

Attique

6011

7686

6331

7912

5606

8029

5703

8276

Thessalie

601

1514

598

1469

466

1398

535

1413

Chalcidique

821

1096

1271

1618

1228

1480

1119

1333

Corfou

3015

3298

3487

3787

2617

2989

2678

3094

Crète

5426

5947

7490

8090

7846

8498

8836

9436

Rhodes

5447

6005

6709

7118

7135

7602

7543

8004

Cyclades

544

757

658

902

675

902

642

921

Reste de la Grèce

7788

14219

9073

16014

7365

13380

7957

13881

TOTAL

29995

40522

35617

46910

32938

44278

35013

46358

            
          
 


6 -Les 10 sites archéologiques grecs les plus visités en 2006
 

 

1. Acropole d'Athènes

 1.002.459 visiteurs

22,00%

2. Cnossos (Crète)

653.342

5,30%

3. Acropole de Lindos (Rhodes)

461.758

15,90%

4. Olympie (Péloponnèse)

446.806

14,10%

5. Épidaure (Péloponnèse)

393.270

39,60%

6. Delphes (Grèce centrale)

322.900 

-3,30%

7. Mycènes (Péloponnèse)

287.404

34,80%

8. Sounion (Attique)

255.605

60,10%

9. Corinthe (Péloponnèse)

174.156

31,50%

10. Mystra (Péloponnèse)

124.820

+ 2 8,2%

 

 


7 -Biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial
 

 


 

Acropole d'Athènes (1987)

Centre historique (Chorá) avec le monastère de Saint Jean « le théologien » et la grotte de l'Apocalypse sur l'île de Patmos (1999)

Délos (1990)

Monastères de Daphni, Hossios Luckas et Nea Moni de Chios (1990)

Monuments paléochrétiens et byzantins de Thessalonique (1988)

Mystras (1989)

Pythagoreion et Heraion de Samos (1992)

Site archéologique d'Épidaure (1988)

Site archéologique d'Olympie (1989)

Site archéologique de Delphes (1987)

Site archéologique de Vergina (1996)

Sites archéologiques de Mycènes et de Tirynthe (1999)

Temple d'Apollon Épikourios à Bassae (1986)

Temple d'Apollon Épikourios à Bassae (1986)

Ville médiévale de Rhodes (1988)
 

 

 

 

 


Office national hellénique du Tourisme
http://www.grece.infotourisme.com/index.htm 

Statistical Data/ - Tourism/ - Accommodation Statistics ( National Statistical Service of Greece )
http://www.statistics.gr/table_menu_eng.asp?dt=0&sb=STO_1&SSnid=%20-%20Tourism&Dnid=%20-%20Accommodation%20Statistics 

Grèce: la fréquentation des sites archéologiques et musées a grimpé en 2006
http://www.amb-grece.fr/actualites/statistiques_musees.htm 

Office National Hellénique du Tourisme
http://www.gnto.gr/?langID=4 

La société Marmara ( Encyclopédie libre Wikipédia)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marmara_Voyages

National statistical services in Greece
http://www.statistics.gr/new_site/English/MainPage/index_eng.htm

Les chiffres du tourisme en Grèce
http://www.amb-grece.fr/presse/grece/tourisme.htm 

Carte politique de la Grèce
http://www.lib.utexas.edu/maps/europe/greece_pol96.jpg 

Carte de la Grèce ( géographie physique )
http://www.lib.utexas.edu/maps/europe/greece_rel96.jpg 

Carte des divisions administratives de la Grèce
http://www.lib.utexas.edu/maps/europe/greece_div96.jpg 

Carte historique de l’Attique
http://www.lib.utexas.edu/maps/historical/shepherd/attica_shepherd_p16.jpg 

Carte historique de la Grèce ( - 700 / - 600 )
http://www.lib.utexas.edu/maps/historical/shepherd/beginnings_hist_greece.jpg

Carte de la Grèce antique
http://barbara.chez.tiscali.fr/civili/cartgr.htm

L’Acropole d’Athènes
http://hellada.free.fr/acropole.html 

Athènes dans l’Antiquité ( Académie Orléans-Tours )
http://www.ac-orleans-tours.fr/hist-geo-grece/athenes/ath0.htm 

Carte de la Grèce
http://www.alpha-omegaonline.com/Grece-Carte.gif

Tourisme, patrimoines culturel et naturel en Grèce
http://culture.coe.fr/Infocentre/pub/fr/frout3.12.html

Les Météores ( Grèce ) ( photographies )
http://membres.lycos.fr/jgallay/meteores/
http://www.ifrance.com/travelpics/Grece/LesMeteores/Meteores.htm
http://www.ifrance.com/travelpics/Grece/lesMeteores1/lesmeteores10.htm 

Introduction au Mont-Athos
http://poseidon.csd.auth.gr/athos/f_index.html 

Welcome to Mount Athos
http://www.medialab.ntua.gr/athos/uk/general/top.htm 

Le Mont-Athos
http://whc.unesco.org/sites/fr/454.htm

Fond de carte muet de la Grèce ( Intercarto )
http://www.intercarto.com/html/cartotheque/grc_01.htm 

Fond de carte muet de la Grèce
http://www.sciences-po.fr/cartographie/cartotheque/cartotheques/fonds_cartes/fonds_etats/europe_etats/grece.gif

Fond de carte muet de la Grèce
http://www.ac-orleans-tours.fr/hist-geo-carto/7cvect/grece.gif

Le bassin oriental de la Méditerranée ( fond de carte muet )
http://www.sciences-po.fr/cartographie/cartotheque/cartotheques/fonds_cartes/fonds_ensreg/mediterranee_ensreg/italcasp.gif

Le tourisme de masse menace la Méditerranée de L .Fanjeaux
http://www.seamply.fr/contenu_article.asp?article=1728 

New trends in the Greek tourism market
http://www.acci.gr/trade/No16/88-91.pdf 

Positive perspectives for the Greek tourism
http://www.acci.gr/trade/No18/50.pdf 

2004 dangers and opportunites for the Greek tourism (Business 2005.gr )
http://www.business2005.gr/eC_ENNewsItem.asp?id=1755&lg=en 

Sustainable tourism in the Greek islands …de G. Zaharatos et P. Tstartas
http://www.fundp.ac.be/prelude/manifestations/rhodes/actes/zaharatos.pdf 

The tourism in the Greek islands
http://www.eurisles.org/Textes/Strategy/Notes/the_tourism_greek_islands.htm 

Policies for the development of the Greek mountains de D. Katsaros
http://www.mtnforum.org/resources/library/katsd02a.htm 

Tourist development impacts on the spatial transformation of the Greek islands. The case study of Kos insular area de I. Byron ( abstract )
http://ideas.repec.org/p/wiw/wiwrsa/ersa02p130.html
Article en version complete :
http://www.ersa.org/ersaconfs/ersa02/cd-rom/papers/130.pdf 

Greek employers' proposals cause tension in tourism sector
(european industrial relations observatory on-line )
http://www.eiro.eurofound.eu.int/1997/12/feature/gr9712144f.html


 

 

 

 

 

 
 


Liens cartographiques

Page en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 


 
                

 

                  Cette page a été mise à jour le 01/09/12

 

                      Copyright © 2007 by KEROURIO