GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Le référentiel  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015  

 
Dicotour
 

C

   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiel
  Bibliographies

  "Dicotour"
Les mots de la Géographie du Tourisme

 

Cabanisation :

Le terme désigne une occupation illégale et abusive, mais plus ou moins concertée d'une secteur littoral par des cabanes, initialement considérées comme des habitats précaires  et non soumis de ce fait aux règlements de l'urbanisme . Dans certains pays (exemple: le Maroc ), ce type d'occupation est appelé " habitat informel de loisirs ". Ce phénomène d'urbanisation anarchique peut revêtir en France des formes variées : - installation de cabanes sur un terrain dont le cabanier est propriétaire, ou locataire, mais qui est légalement inconstructible (par exemple pour être situé dans la bande des 100 mètres ), - construction sur le terrain d'autrui, sans l'accord du propriétaire, - construction sur le Domaine Public Maritime, sans qu'il y ait eu concession préalable ou après résiliation de la concession.



C.A.F :Club Alpin Français

 Il a été fondé en 1874 sur le modèle du "British Alpine Club"   anglais (1857). Il encourage la découverte de l’espace montagnard, gère les refuges, forme les guides et propose de nombreuses activités. Le C.A.F compte en 2008 240 clubs, 5000 bénévoles et 82 000 adhérents.



Café-Couette :

Cette association regroupe actuellement environ 500 propriétaires de chambres d’hôtes .Elle assure la promotion et la réservation. Elle a été crée en 1983 et regroupe 1200 chambres réparties dans tourte la France et se rangeant sous cette marque .

 

Cahier des charges :

Dans le domaine du Tourisme, et au sens large, un cahier des charges est un inventaire (objets, moyens, délais, prix, ...) des attentes d'une clientèle vis-à-vis de ses fournisseurs potentiels. En droit de l'urbanisme c'est un document contractuel qui accompagne une vente, un lotissement, un découpage  d'immeuble en copropriétés  ou une concession. Il spécifie les charges qui incombent à l'acquéreur ou au concessionnaire, ainsi que les droits qu'il acquiert à l'égard de celui qui vend, lotit ou concède, et à l'égard des autres copropriétaires ou acquéreurs de lots. Des cahiers de charges types servent généralement de modèles à un acte déterminé, mais rien n'oblige à les adopter comme tels .



Calanque :

Indentation étroite aux bords très raides se terminant en cul-de-sac et correspondant à des formes en roche calcaire (canyon, fossé ) envahies par la mer.



Camp :

cf. Terrain de camping.



Camping :

Pratique d'une activité utilisant la tente, la caravane ou l'auto caravane comme moyen d'hébergement de loisirs (réf. - décret 59-275 du 7 février 1959 et décret 68-133 du 9 février 1968 (J.O du 13 février 1968), décret d'application 68 - 134 du 9 février 1968 (J.O du 13 février 1968) modifié par le décret 69-570 du 11 juin 1969 (J.O du 16 juin 1969).



Camping à la ferme :

Terrain de camping, en général de capacité réduite, situé sur une exploitation agricole.



Camping car :

Caravane autotractée ou véhicule automobile dont l'intérieur est aménagé pour servir de logement. Appelée aussi camping-car, mobil-home, motor-home (Commission ministérielle de terminologie du tourisme). Le stationnement nocturne des campings- cars sur les aires de stationnement en bordure de mer, et le rejet de leurs eaux suées dans les réseaux de collecte d'eaux pluviales ( qui se déversent directement en mer) est devenu une des causes principales de la pollution des eaux marines dans de nombreuses régions touristiques. C'est la raison pour laquelle ce type de stationnement est interdit dans de nombreux pays.



Canoë :

Activité sportive ou de loisirs utilisant une embarcation légère, manœuvrée à l'aide d'une pagaie simple sur un plan d'eau ou un cours d'eau.




Canotage sur radeau pneumatique :

Activité sportive consistant à descendre une rivière ou un torrent en canot pneumatique aménagé à cet effet, avec une assistance technique. Rafting en anglais.



Capacité d'accueil :

Total des unités de temps ou de fréquence d'exploitation adoptées pour désigner l'occupation d'un hébergement d'accueil qui fournit des services à caractère touristique  ( hébergement , établissement de restauration , moyens de transport , salle de spectacles , etc... ) pendant la ( ou les ) période( s ) d'exploitation, multiplié par le nombre de places .



Canyoning :

C'est un produit touristique sportif alliant la nage en eaux vives et les techniques de l'escalade pour le franchissement des parois rocheuses de ravins ou de gorges lors des déplacements des pratiquants dans le lit des rivières. Elle consiste à progresser dans le lit de cours d'eau dans des portions où ceux-ci cheminent dans des gorges ou des ravins étroits, avec des cascades de hauteurs variées (max 350 m en France métropolitaine). On utilise aussi les termes français de canyonisme ou de descente de canyon.



Capacité de charge :

Fréquentation maximale que peut supporter un équipement d'accueil culturel, sportif , touristique ou de loisirs .En 1980 dans une étude intitulée : " Capacité de charge et production touristique ", J. M. Thurot proposait la définition suivante : " Capacité de charge : fréquentation touristique que peut durablement supporter le système socio-économique régional sans se modifier irrémédiablement :- au niveau des structures économiques, sans avoir besoin de faire appel largement aux structures non régionales étrangères ;- au niveau des structures sociales sans modifier les structures sociales antérieures ;- au niveau culturel , sans modifier profondément les systèmes de valeur qui prévalent ;- au niveau environnemental, sans modifier les grandes caractéristiques écologiques initiales ". L'O.M.T a donné de la capacité de charge une définition sensiblement identique : " Le concept de capacité de charge vise à établir en termes mesurables le nombre de visiteurs et le degré de développement qui sont susceptibles de ne pas avoir de conséquences préjudiciables aux ressources  (...) C'est la capacité qui peut être atteinte sans dommage physique pour le milieu naturel et pour le milieu artificiel, sans dommage social/économique pour la communauté et la culture locale ou sans nuire au juste équilibre entre développement et conservation (...). En termes statistiques, c'est le nombre de visiteurs qui peuvent se rendre à un endroit à n'importe quelle période de pointe ou pendant une année sans qu'il en résulte une perte d'attraction ou des dommages pour l'environnement (...) On peut dire en termes généraux qu'il y a saturation ou dépassement de la capacité de charge lorsque les mouvements de personnes, nationaux ou internationaux; dépassent temporairement le niveau acceptable par l'environnement physique et humain de la zone d'accueil ou de destination " .



Capacité d'accueil :

Elle est évaluée au moyen d'une unité de compte commune: le lit. Lorsqu'on n'en connaît pas le nombre précis, on peut l'estimer en affectant les données recensées d'un coefficient: -hôtel homologué: nombre de chambres x 2, - camping classé: nombre de chambres x 3, - gîtes et chambres d'hôtes: nombre de gîtes et de chambres d'hôtes x 4, - résidences secondaires : nombre de résidences secondaires x  5. On obtient un chiffre qui définit l'importance de l'hébergement réceptif de la station. Ce dernier sera composé: - de lits banalisés  (mis en location) : hôtellerie, camping, meublés, etc..., - de lits non banalisés (indisponibles à la location) : les résidences secondaires accueillant parents ou amis .



Capacité d'hébergement :

Total des places d'un hébergement  (et non des " chambres ", des " lits ", ou des " logements " ).

 

Caractéristiques (Espaces) :

Le terme est utilisé pour la première fois dans la Loi Littoral et repris ensuite par l'article l.146-6 du Code de l'Urbanisme. Il désigne une partie de ce qui doit être préservé sur le littoral : "Les espaces terrestres et marins, sites et paysages remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel et culturel du littoral, et les milieux nécessaires au maintien des équilibres biologiques". Le terme est employé ici par opposition à celui de "remarquable". Il exprime le fait qu'il n'est pas indispensable que l'espace concerné  ait des traits remarquables ou des particularités rares, mais il suffit qu'il soit caractéristique du milieu, c'est-à-dire qu'il ait conservé une partie de ses éléments naturels d'origine. Tout site, non encore trop défiguré ou dégradé par des aménagements littoraux, est recevable à ce titre.



Caravanage :

Caravaning en anglais. Utilisation de la caravane comme moyen de déplacement et de séjour touristique.



Caravane :

C'est un véhicule , ou un élément de véhicule, qui, équipé pour le séjour ou l'exercice d'une activité , conserve en permanence des moyens de mobilité lui permettant de se déplacer par lui-même ou d'être déplacé par simple traction.



Carte de guide :

L'article 13 de la loi du 13 juillet 1992 fait obligation aux titulaires d'une licence d'agent de voyages, d'un agrément , d'une habilitation ou d'une autorisation d'un organisme de tourisme local d'employer des personnes qualifiées pour effectuer les visites commentées des musées et des monuments historiques. Le titre V du décret du 15 juin 1994 stipule que la qualification est reconnue aux personnes titulaires d'une carte professionnelle  qui s'obtient à la suite d'examens  spécifiques ou par la reconnaissance de titres et de diplômes. Cette obligation ne vise que les visites commentées des musées et des monuments historiques et ne concerne pas les visites commentées d'une ville. Les conditions de délivrance des cartes professionnelles aux personnes habilitées à commenter ces visites sont définies aux articles R 221-1 et suivants du code du Tourisme. Les cartes professionnelles correspondent aux qualifications suivantes: - carte de guide-interprète national, - carte de conférencier national, - carte de guide-interprète régional, - carte de guide conférencier des villes et pays d'art et d'histoire.



Catégorie :

Ensemble d'éléments d'appréciation du confort d'une prestation dont le classement dépend de la nature du service du prestataire ou de la classification propre au pays d'origine.

 

C.A.U.E. (Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et d'Environnement) :

C'est une association, financée par une taxe départementale, créée dans le cadre de la loi sur l'Architecture du 3 janvier 1997. Les C.A.U.E sont présents dans chaque département , seulement si le Conseil Général le décide . La mission du C.A.U.E est d'améliorer la qualité du cadre de Vie   en donnant des conseils à ceux qui veulent le transformer. Il doit de ce fait former les professionnels, informer le public, conseiller les particuliers qui veulent construire et conseiller l'Administration qui doit autoriser les constructions. 



C.D.C : Caisse des Dépôts et Consignations .

Elle a été créée en 1816 avec comme mission de collecter, de centraliser et de gérer les ressources de l’épargne et de les employer au bénéfice des collectivités territoriales et du développement local. Elle assure, pour le compte de l'État et des collectivités locales des missions d'intérêt général: gestion des fonds d'épargne (Livret A, LDD, etc.), financement du logement social et de la politique de la ville par l'intermédiaire de ces fonds; accompagnement des universités dans leurs projets et le financement de leur autonomie; financement, en lien avec OSEO, des petites et moyennes entreprises française ; promotion et financement du développement durable (Bluenext, Powernext, etc.); développement des territoires aux côtés des collectivités locales; gestion de régimes de retraite (48 institutions en gestion); gestion bancaire du service public de la Justice et de la Sécurité sociale (notamment les consignations) ; grand investisseur institutionnel de long terme; gestion de mandats publics (Fonds européens, registre des gaz à effet de serre...). Elle gère en outre des activités concurrentielles par l'intermédiaire de ses filiales comme l’assurance de personnes : CNP Assurances, premier assureur de personnes (assurance vie, capitalisation, assurance de dommages corporels) en France; l’immobilier (Groupe SNI (Société nationale immobilière), spécialisée dans l’immobilier locatif d’intérêt général ; Icade, ex-SCIC, holding dans l'immobilier ),…les services (Transdev (transports); Egis (infrastructures) ; Compagnie des Alpes et Belambra vvf (loisirs)). La C.D.C joue un rôle important comme opérateur dans le cadre du développement touristique ponctuel concernant des zones géographiques variées. De plus depuis les lois de décentralisation, cet organisme assure un rôle essentiel puisqu’il assure, avec la Caisse d’aide à l’équipement des collectivités locales, 86% des besoins d’emprunts de ces mêmes collectivités.Le siège de la Caisse des dépôts est situé au 56, rue de Lille (Hôtel de Belle-Isle, à côté du Musée d'Orsay).



C.D.T : Comité Départemental du Tourisme .

Les conseils généraux ont créé sous diverses appellations (C.D.T, Association Départementale de Tourisme, etc…) des organismes chargés de toutes les questions concernant le développement touristique du département .Depuis 1979 tous les comités départementaux du Tourisme ont le statut d’association. Ils ont une triple mission de promotion, de concertation et de conseil. Ils se composent en moyenne de 7 personnes parmi lesquelles des représentants des Conseils Généraux mais aussi des autres partenaires du Tourisme ( associations, professionnels, etc…).Leurs ressources proviennent d’une dotation des Conseils Généraux .



Centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle (C.R.R.F) :

Ces établissements à vocation thalassothérapique s'adressent, pour l'essentiel, aux handicapés lourds  (appareil locomoteur et affections neurologiques) et traitent aussi les séquelles des accidents. Ils fonctionnent en internat pour leur grande majorité. Leur statut est défini par un décret de 1956; ils sont soumis à un prix de journée forfaitaire quel que soit le nombre de soins. Le corps médical et le corps paramédical sont salariés; ils reçoivent des patients ou des curistes venant généralement du milieu hospitalier et pris en charge à 100% .



Centre héliomarin (C.H.M) :

Établissement utilisant les vertus toniques ou sédatives du climat marin. Ils sont fréquentés en majorité par des enfants souffrant de rachitisme et de troubles de la croissance. A l'heure actuelle on compte en France une trentaine d'établissements de ce type.



Chaîne :

Regroupement sous une enseigne commune d'unités d'accueil présentant des caractéristiques homogènes , définies par une charte de qualité des équipements et des services. En général les exploitants de ces unités d'accueil bénéficient de services collectifs  tels qu'une centrale de réservation et une centrale d'achat .



Chaîne intégrée :

Chaîne regroupant des unités d'accueil exploitées par la même entreprise ,et à laquelle peuvent être associées des unités d'accueil franchisées.



Chaîne volontaire :

Chaîne regroupant des unités d'accueil exploitées par des entreprises indépendantes.



Chalandise (Zone de  …) :

C'est, à un moment donné et pour un effort marketing donné, le territoire sur lequel résident les consommateurs susceptibles de devenir clients. En Développement touristique on utilise aussi souvent le terme de " Zone d'attraction ". La zone de chalandise s'analyse en termes de territoire. Il est aussi possible de croiser le territoire touristique et ses produits majeurs ( 80 % des touristes dont le lieu de résidence est à moins de 300 kilomètres connaissent, où sont venus pour le produit x " .En termes de marketing, la délimitation de la zone de chalandise permet de mieux cibler les populations, de pénétrer davantage la zone d'attraction de clientèle et d'étendre éventuellement la zone d'attraction. Une fois la zone de chalandise délimitée il devient plus aisé d'évaluer la demande, d'évaluer la demande satisfaite et de prévoir ou de fixer un volume d'affaire cible .



Chalet-hôtel :

Refuge confortable assurant des prestations de repas et généralement accessible par route. Également appelé chalet refuge.



Chalet-loisir :

C'est une forme récente d'hébergement des Gîtes de France. Ce sont des hébergements situés en pleine nature dans des lieux où l'on peut pratiquer des activités sportives (V.T.T, pêche, tir à l'arc, …). Ils sont toujours regroupés sur un même site (3 à 25 chalets maximum) pour une capacité moyenne de quatre à six personnes et sont équipés d'une cuisinette, d'une salle de séjour, de chambres et de sanitaires .

 

Chaîne franchisée :

Elle regroupe des hôtels sous l’enseigne d’un franchiseur qui se charge de leur promotion et de leur commercialisation. Le franchisé constitue une société indépendante qui finance la construction de l’établissement selon le cahier des charges du franchise à qui il verse une redevance. En échange il bénéficie des services du franchiseur ( centrale de réservation ) et de la publicité faite à la marque. Elles sont le domaine privilégié des hôtels de moyenne catégorie (Climat de France, Ibis, … ) et de l’hôtellerie économique (Baladins, Formule 1, … ).



Chaîne hôtelière intégrée :

Grandes entreprises hôtelières regroupant sous une même enseigne un ensemble d’hôtels à forte capacité au confort standardisé .



Chaîne volontaire :

Regroupement volontaire d’hôteliers indépendants pour résister à la concurrence des chaînes intégrées ou franchisées .Elles conservent leur autonomie financière et juridique et respectent un cahier des charges ( Relais et Châteaux, Logis de France , … ) .



Chambre d'hôte :

Chambre aménagée pour l'accueil des touristes en milieu rural chez des particuliers et comprenant la fourniture du petit déjeuner. " Guest-house " en anglais. L'hébergement en chambre d'hôte a surtout pour but de permettre au voyageur d'être accueilli dans un cadre convivial. Il contribue ainsi à la diversification de l'offre touristique  tout en apportant un complément de ressources aux résidents de communes rurales, notamment les agriculteurs " ( Journal Officiel, 30 juillet 1998 , p. 299 ) .

 

Charte paysagère et architecturale :

C'est un document et un outil dont l'objectif  est de sensibiliser et conseiller les maîtres d'ouvrage en leur fournissant des recommandations qui prennent en compte les spécificités du pays ainsi que la typologie du paysage et du bâti. La Charte paysagère n'a aucune valeur juridique , c'est un simple document de travail et de réflexion mis à la disposition des élus locaux . Cependant cette charte peut déboucher sur des réalisations concrètes: programmation d'actions spécifiques , mise en place d'outils de gestion de l'espace , en particulier une Z.P.P.A.U.P.



Charter  :

cf. Vol affrété.

 

Chorème : 

Néologisme inventé par le géographe Roger Brunet en 1980. Le terme est issu de la racine grecque «Chora» signifiant: étendue, lieu, contrée. C’est la représentation schématique d’un espace donné («structure élémentaire de l'espace géographique» (G. Brunet)). Le but du chorème n’est pas de simplifier la réalité mais de figurer toute la complexité d’un territoire à l’aide de figures géométriques élémentaires .R. Brunet a mis au point une table de 28 chorèmes, dont chacun représente une configuration spatiale, et permettant, en les assemblant, de représenter, à différentes échelles, des phénomènes spatiaux. La chorèmatique n’est qu’une lecture, parmi de nombreuses autres possibles,  de l’espace géographique.

 

Chorème et chorèmatique de R. de Maximy
http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/pleins_textes_7/b_fdi_03_04/42943.pdf

Espace et action enseignante. Éléments pour une chorèmatique de la salle de classe de J. F Marcel (Mappemonde, 1999)
http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M399/Marcel.pdf 

La modélisation graphique dans la réalisation des atlas pour le développement de L. Arrhegini
http://www.cartographie.ird.fr/publi/geo95/communications/Arreghini.pdf

 



C.I.A.(D).T : Comité Interministériel d' Aménagement (et de  Développement ) du Territoire.

Il a été institué par le décret du 19 novembre 1960. Il se réunit à périodicité variable .Il est présidé par le Premier Ministre et il oriente à long terme  la politique d’aménagement du territoire. Il décide de l'utilisation des crédits des divers fonds relevant de son domaine de compétence et arbitre les engagements financiers des divers départements ministériels .A ce titre il est amené à se prononcer sur les contrats de plan .



Circuit :

Voyage circulaire de découverte d'un pays. Déplacement ou voyage effectué en plusieurs étapes, à l'aide d'un ou de plusieurs moyens de transport permettant la visite de plusieurs lieux touristiques. Au sens INSEE , le circuit est un séjour pendant lequel l'individu a changé de lieu sans être resté au même endroit plus de trois jours.

 

Civilisation :

C'est l'ensemble des traits matériels et moraux ( religieux, politiques , artistiques ) qui sont communs à un groupe de sociétés. On emploie alors ce terme au pluriel. On parlera de grandes civilisations, comme la civilisation islamique, ou amérindienne, ou celtique. C'est-à-dire que l'on caractérisera une civilisation par un de ses traits. On tend alors à réserver le terme de société à des groupes humains plus restreints .On parlera de la société française  mais de la civilisation européenne ou chrétienne. On s'accorde, par ailleurs, à diviser la planète en un petit nombre d'aires de civilisations: la civilisation arabo-islamique, les civilisations de l'Extrême-Orient (sous-continent indien, civilisation chinoise ), les civilisations de l'Afrique Noire, l'Europe que l'on divisait jusqu'en 1989 entre l'Est et l'Ouest, l'Amérique anglo-saxonne .



Classement :

Pour que survienne un classement parmi les monuments historiques : L'immeuble doit présenter un intérêt historique ou artistique motivant sa préservation. Une demande de classement peut être présentée par le propriétaire ainsi que par toute personne physique ou morale y ayant intérêt au préfet de région ou au ministre de la culture. Les effets du classement sont toute aliénation, servitude ou occupation d'un édifice classé doit être portée à la connaissance du ministre chargé de la culture. L'immeuble classé ne peut être détruit, déplacé ou faire l'objet d'une restauration qu'après consentement du ministre et donc autorisation préalable. Les travaux peuvent être effectués par les propriétaires ou par l' État lui-même qui a un pouvoir d'action d'office. Depuis la loi du 30 décembre 1936, le propriétaire est tenu d'entretenir le monument classé. Les abords sont protégés par la loi du 25 février 1943 soit par le classement ou l'inscription des immeubles situés dans leur champ de visibilité (500 mètres), soit par l'application d'une Z.P.P.A.U. qui permet de moduler localement, en plus ou en moins, la règle des 500 mètres. Les deux critères (500 mètres et visibilité) doivent être réunis pour que l'avis conforme de l'architecture des bâtiments de France soit requis pour le permis de construire (article R 421-38-4). La publicité est interdite sur les immeubles classés ou inscrits. Voir aussi : inscription sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques et monument historique. 



Cléconfort :

Née en Midi-Pyrénées cette marque concerne les meublés touristiques. A l'origine de sa création, l'absence de contrôle et le vieillissement des meublés qui ont conduit un certain nombre de propriétaires à réagit et à se doter d'une charte de qualité. Le logo de CléConfort est une clé. Cette association propose des locations de vacances (meublés) classées de 1 à 4 clés selon la qualité de leurs aménagements et de leur environnement. Plus de 9000 hébergements sont commercialisés sous cette marque et la plupart sont dans des petites villes du littoral ou dans des stations thermales même si depuis peu l’association se développe aussi dans des bourgs situés en espace rural. L’association fonctionne avec des antennes présentes dans 30 départements qui veillent au respect de la charte et assurent le classement des hébergements.



Clientèle :

C'est l'ensemble des personnes usant habituellement de services touristiques ou autres . En termes de développement touristique la clientèle est caractérisée : - par des éléments d'identité  ( structure des ménages, origine géographique, catégories socioprofessionnelles , appartenances socioculturelles, ...), - des aspirations de vacances,- des capacités ( dont le pouvoir d'achat), - des périodes de fréquentation. Cette clientèle a des besoins : - d'hébergement, - de restauration, - de déplacements, - de loisirs, - de cadre de vie  ( environnement, services, soins, etc...).Elle satisfait ses besoins par des consommations  ou par l'usage de biens, services ou équipements acquis ou utilisés à titre onéreux  ou par des biens, services ou équipements utilisés à titre gracieux .

 

Climat d'alizé :

Il détermine le climat sur les îles, comme sur les façades orientales des masses continentales de la zone tropicale. Les flux déterminent de fortes précipitations sur les versants au vent, c’est-à-dire exposés directement à l’alizé et où les précipitations sont la conséquence directe de l’ascension de l’air .Par contre sur  le versant sous le vent, abrité, l’alizé devient un vent sec et chaud .Aux îles Hawaï on peut enregistrer jusqu’à 12 mètres de pluie par an sur les versants nord orientaux  au vent contre 500 mm sur les versants sud-ouest, distants de quelques kilomètres seulement. Le maximum pluviométrique est, en général, estival car l’alizé est alors plus lent donc aux mouvements convectifs, que les perturbations de la circulation est sont particulièrement vigoureux Les régimes thermiques sont assez proches de ceux des zones équatoriales  avec de très faibles variations saisonnières. Par la relative uniformité de leurs températures, par la permanence de ma brise marine et par la régularité de leurs précipitations , les climats d’alizé ont joué un rôle dans l’Histoire hors de proportion avec la surface, très faible, des liserés littoraux concernés. La constance des vents à joué un rôle déterminant dans la navigation, les températures et le régime des précipitations se sont révélés favorables aux plantations de canne à sucre et de café. 

 

Climat continental de la zone tempérée :

Plusieurs paramètres permettent de le définir : - la rigueur des hivers est une constante générale .L’hiver est long et froid. La rigueur des températures est liée à l’immobilité de l’atmosphère qui laisse prédominer les échanges radiatifs . L’hiver est non seulement rigoureux, mais aussi sec : les précipitations sont le plus souvent faibles et irrégulières, d’autant plus faibles que la permanence des hautes pressions est accusée .- La neige représente 25 à 30% des précipitations annuelles et peut tomber d’octobre à mai .Le printemps est bref. - L’été est particulièrement chaud ce qui est un trait spécifique des climats continentaux. La durée de la période végétative est brève

 

Climat équatorial :

Ce climat se caractérise essentiellement par l’uniformité des conditions tout au long de l’ année .les pressions sont basses et à peu près constantes, sans variations notables .Les vents sont rares et faibles. Les régimes thermiques sont tout aussi peu contrastés  ( la température moyenne annuelle tourne autour de 26-27°C), les contrastes saisonniers sont peu marqués et les amplitudes diurnes modestes. Par contre les précipitations sont toujours abondantes se manifestant sous la forme de violentes averses  qui peuvent dépasser 1m50 voire 2 m/an .Le nombre de jours de pluie est élevé .des valeurs de 250 jours sont fréquentes au Brésil, comme à Bornéo. De telles conditions météorologiques peuvent se révéler insalubres pour l’Homme. 

 

Climat méditerranéen  :

C’est un climat de transition entre la zone tempérée et la zone subtropicale .Il domine entre les 30e et 40e parallèles : province du Cap en Afrique du sud, sud-ouest de l’Australie, Californie américaine mais c’est autour du bassin méditerranéen qu’il connaît sa plus grande extension. Dans le bassin méditerranéen le climat est quasi-totalement déterminé par des circulations méridiennes .Pendant la saison fraîche le bassin méditerranéen est envahi par des circulations d’ouest d’origines atlantiques ou, plus fréquemment, locales dues à des circulations méridiennes d’air polaire froid qui provoquent au contact des eaux chaudes de la Méditerranée une cyclogenèse active. L’été les invasions froides se raréfient  et la sécheresse se généralise durant une période temps qui varie avec la latitude et l’éloignement de la façade maritime. Dans le climat méditerranéen le volume des pluies est médiocre, presque toujours inférieur à 1 mètre et tend à se réduire en direction du tropique .Par contre les effets orographiques peuvent provoquer un gonflement notable des précipitations. Ces précipitations surviennent surtout durant la saison fraîche .Pluies de saison froide et sécheresse d’été ne conviennent guère à la vie végétale. Le nombre de jours de pluie est en général peu élevé (inférieur à 100) et ces dernières tombent sous forme d’averses violentes. La relative rareté des précipitations explique la faiblesse de la nébulosité et l’importance de l’insolation. ( la durée annuelle de l’insolation est rarement inférieure à 2500 heures ).Les régimes thermiques se caractérisent par de forts contrastes  entre un hiver doux ( température moyenne du mois le plus froid supérieure à 10°C , un nombre de jours de gel peu élevé) et un été partout très chaud  avec des maximums absolus pouvant excéder 40°C. 

 

Climat montagnard de la zone tempérée :

Plusieurs paramètres permettent de le définir : - l’accroissement des précipitations avec l’altitude , - la diminution des températures avec l’altitude ( 0,6°C par 100 mètres ), - atténuation de l’amplitude diurne et des extrêmes absolus, - l’augmentation du nombre de jours de gel avec l’altitude, - le raccourcissement la période végétative,- l’importance des quantités de neige. Ce climat se caractérise aussi par des contrastes de versant qui peuvent  être importants .Il s’agit essentiellement de l’opposition nord-sud: l’adret ( la soulane, l’endroit ) s’opposant à l’ubac  ( l’envers, l’ombrée ) plus frais et plus humide. L’influence de l’exposition, comme des facteurs précédemment cités, croît de manière notable, avec l’altitude .  

 

Climat océanique :

Les climats océaniques vrais caractérisent les façades ouest des continents, ce sont les climats océaniques vrais. Leur extension est minime mais leur étirement en latitude est considérable: du 60e au 40e parallèle sur la côte ouest des Etats-Unis, du 65e au 42e parallèle  en Europe, etc… L’air qui envahit par l’ouest les continents est toujours d’origine maritime et, de ce fait, ses caractéristiques sont celles qu’il a acquis lors de son long passage au dessus de l’océan: il est toujours humide, souvent instable, doux l’hiver et frais l’été. Aussi l’atténuation des extrêmes est une des caractéristiques majeures de ce type de climat. Si le froid est rare et bref, le temps est instable et change en moyenne tous les deux ou trois jours. Les vents y sont souvent forts ( à Brest on enregistre 80 fois par an des vents de plus de 55 km/h ). L’humidité est autre constante de ce type de climat et la pluviosité est en général forte ( Brest: 1205 mm/an, mais le record a été relevé à l’ouest de l’île méridionale de la Nouvelle Zélande, sur la côte des fjords , à Milford Sound avec 6,20 mètres de pluie par an .Le maximum de précipitations se situe en automne ou en hiver. La forte nébulosité explique l’irrégularité de l’insolation qui totalisent 1800-2000 heures par an. Les amplitudes thermiques saisonnières sont faibles .L’écart entre la température moyenne du mois le plus chaud et du mois le plus froid est généralement comprise entre 10° et 15°C. Les jours de gel sont peu nombreux  ( 4 à Ouessant, 17 à Brest ), quant à la neige, elle est peu abondante , voire rare .



C.N.A.F :

 

Caisse Nationale des Allocations Familiales qui diffuse des bons de vacances aux familles à revenus modestes .



C.N.T : Conseil National du Tourisme :

 

Cet organisme consultatif créé par un décret du 11 février 1986 rassemble des experts et commandite des rapports et débat des intérêts du Tourisme. C’est un organisme consultatif qui a pour rôle de donner son avis sur toutes les questions dont il est saisi par le Ministre du Tourisme sur les objectifs et l’exécution du plan, sur les projets de textes législatifs ou réglementaires ayant une incidence sur le Tourisme .

 

 

Coche de plaisance ("House-boat") :

 

Bateau de location habitable équipé pour permettre le séjour de 4 à 12 personnes. On distingue deux catégories d'embarcations bien différenciées : - la vedette fluviale , - la " pénichette" .



Coche d'eau :

 

Grand bateau couvert servant au transport des voyageurs et des marchandises d'une ville à une autre et dont l'énergie était fournie par le halage animal.


 
Code :

 

Système conventionnel de signes, signaux ou symboles, grâce auquel un émetteur peut transmettre un message, une information, une idée à un " récepteur " en ce sens l'aménagement est un code dont la création artificielle fait l'objet de convention explicites entre les différents types d'usagers.

 

 

Code de l'Urbanisme   :

 

C'est un recueil dans lequel ont été réunis les lois , décrets et règlements concernant l'Urbanisme, l'Environnement et, de manière plus générale l'Aménagement du Territoire. L'ensemble est regroupé en deux grandes parties: - L (les Lois) et - R (les Règlements) avec une numérotation logique permettant à chaque texte de trouver sa place avec de nouveaux numéros d'articles . 

 

Colonie  :

Le terme désigne une dépendance territoriale d’un état située outre-mer, administrée directement par les représentants de la métropole et ne disposant pas de la personnalité juridique internationale .



Comité de massif :

 

Organisme ayant pour rôle de définir les orientations et les actions prioritaires pour le développement et la protection du massif. Il participe à l’élaboration des contrats de plan État- région. Il en existe 7 : Massif central, Pyrénées, Vosges, Jura, Alpes du Nord, Alpes du Sud, Corse .



Commissariat Général du Plan :

 

C'est un organisme de planification créé en 1946 et chargé de mener et de susciter des analyses prospectives sur des sujets d'intérêt général pour l'avenir de la France et le cadrage des politique de l'État. Depuis l'abandon des lois de Plan le rôle du Commissariat au Plan a été sensiblement modifié. Il s'articule désormais autour de trois axes majeurs : - le développement de l'économie française dans le cadre de la mondialisation et de l'intégration européenne , - le renforcement de la cohésion sociale, - la modernisation des instruments de l'action publique. Le Commissariat au Plan assure le secrétariat du Conseil National d'Évaluation et participe de ce fait à l'évaluation des contrats de plan État- Région .



Commission :

 

Pourcentage inclus dans un prix public et accordé par un fournisseur à un intermédiaire en rémunération de son intervention.
 

Commonwealth :

C’est une association internationale d’états qui étaient, jadis, des colonies britanniques. Cette association, régie aujourd’hui par le statut de 1931, comprend 49 états membres ( ou « Dominions » ) dont la reine d’Angleterre est le symbole en tant que chef du Commonwealth. Ce dernier recouvre des pays très divers tant sur le plan ethnique, que sur les plans idéologique et économique. Les institutions du Commonwealth sont très souples et évoquent une confédération d’états. Des conférences à portée générale regroupent les premiers pays des pays membres et des conférences spécialisées peuvent grouper les ministres sur un thème préalablement déterminé. Dans le cabinet britannique un ministre est toujours  spécialement chargé des relations avec le Commonwealth. Les pays du Commonwealth n’ont pas d’ambassadeur auprès de la Grande-Bretagne  mais un haut-commissaire pouvant entrer en relation avec tous les services britanniques .

 

Communauté d'agglomération :

 

C'est un établissement public de coopération intercommunale qui regroupe plusieurs communes formant, à la date de sa création, un ensemble de plus de 50 000 habitants d'un seul tenant et sans enclave autour d'une ou plusieurs commune centre de plus de 15 000 habitants. Ce seuil de 15 000 habitants ne s'applique pas lorsque la communauté d'agglomération comprend le chef-lieu du département.



Commune :

 

C'est la plus petite des collectivités territoriales .Elle est gérée par un maire et un conseil municipal   d'élus. En France les communes, qui reposent sur un découpage d'origine très ancienne, sont très nombreuses ( plus de 35 000 ) .
 


Compte du Tourisme :

 

Mis en place au milieu des années 80, ce travail constitue un instrument d’évaluation des flux touristiques et des dépenses qu’ils engendrent, offrant au gouvernement et aux professionnels un outil d’aide à la décision et la possibilité de comparer les bilans touristiques européens.

 

 

Compte satellite du Tourisme :

 

Cette expression a été créée par les Nations -Unies. L'idée de départ était de mesurer  l'importance d'un secteur de l'économie qui n'est pas toujours bien représenté dans les comptabilités nationales. Le Tourisme comprend ainsi une partie du secteur agricole  puisque les touristes consomment des produits de l'agriculture. Il comprend aussi une partie du secteur du bâtiment qui s'occupe de la construction de l'infrastructure touristique. Il englobe ainsi une grande part des secteurs de transport  et des télécommunications. Le compte satellite du Tourisme accompagne les Comptes de la Nation  en s'intéressant , sans interférer avec les totaux , à chaque secteur qui comporte une composante touristique. Il débouche sur des chiffres qui précisent la contribution du Tourisme au P.I.B et il permet de mettre en parallèle le Tourisme et les autres secteurs figurant dans la comptabilité nationale. C'est l'Organisation Mondiale du Tourisme (O.M.T) qui a défini le cadre conceptuel du compte satellite du Tourisme  qui fixe des normes internationales pour mesurer la contribution du Tourisme à l'économie d'un pays. L' O.M.T encourage les pays à élaborer un C.S.T

 

Concentration (des entreprises) :

 

C'est un processus au cours duquel la taille des unités de production s'accroît et le poids relatif des unités les plus importantes s'accentue, pour tendre à une plus grande efficacité, une plus grande rentabilité et une plus grande extension de pouvoir .
 


Concession :

 

C'est un contrat administratif par lequel une personne publique appelée le concédant, confie, sous son contrôle, à une personne, en principe privée, le concessionnaire, la gestion, aux risques et périls de cette dernière, d'un service public. La concession est le fait de faire reposer la gestion d'un service public sur un opérateur privé à la fois en investissement et en fonctionnement .

 

 

Conférence :

Discussion, principalement organisée par une société savante ou des scientifiques, portant sur un sujet particulier, articulée autour d’un agenda précis. Il s’agit d’une rencontre, en public, où des spécialistes d’une question donnée font le point sur leurs connaissances. La conférence, à but didactique, peut également être l’occasion d’échanges de points de vue avec les participants. Elle est souvent organisée dans le cadre d’un congrès ou d’un colloque.



Congrès :

 

C'est une rencontre inter-professionnelle réunissant un nombre important de participants. Les congrès peuvent être régionaux, nationaux ou internationaux. Ils ont pour but la diffusion de connaissances ou l'échange d'informations et d'opinions.Organisé en règle générale à des fréquences fixes, le congrès est un événement initié par un ou plusieurs organismes scientifiques (type fédération, association professionnelle, société savante, pouvoirs publics, universités…) à un moment et sur un lieu précis. À forte valeur ajoutée pédagogique, le congrès permet la diffusion et l’échange des connaissances ainsi que la confrontation des expériences de spécialistes sur un thème donné. À noter : les congressistes, réunis car ils ont un ou plusieurs centres d’intérêt en commun, règlent généralement une participation financière.



Conservatoire du littoral et des rivages lacustres :

 

Établissement public de l'État à caractère administratif créé par la loi du 10 juillet 1975 qui a pour mission de mener, dans les cantons côtiers et dans les communes riveraines des lacs et plans d'eau d'une superficie au moins égale à 1 000 hectares, une politique foncière de sauvegarde de l'espace littoral, de respect des sites naturels et de l'équilibre écologique, et ce après avis des conseils municipaux intéressés. Il peut procéder à des opérations foncières et exercer, à défaut du département, le droit de préemption prévu à l'article L 142-1 du code de l'urbanisme. Le Conservatoire du Littoral a acquis au cours des 15 dernières années plus de 200 sites soit une superficie de plus de 30 000 ha et il assure la protection de 400 km de rivages soit 7% du territoire national." Le Conservatoire est un opérateur de sens  in situ et in visu, sur le plan matériel comme symbolique. Par son intervention de type polyvalent -sur les espèces, le bâti, le paysage - il fabrique une Nature inédite du patrimoine distincte    des notions classiques de patrimoine urbain, rural ou maritime " ( KALOARA B. , 1995. - Le Conservatoire du Littoral ou l'intervention d'une autre raison patrimoniale , Les Petites Affiches  n° 1, 2 janvier 1995 , p. 14-16 ).
 



Consommation touristique ou para touristique :

 

Elle correspond à la consommation touristique intérieure à laquelle s’ajoutent des dépenses des excursionnistes et de la clientèle locale auprès des activités caractéristiques du Tourisme .


 


Consommation touristique intérieure :

 

Agrégat de dépenses effectuées par les touristes français et étrangers sur le territoire économique (France métropolitaine). Le Ministère du tourisme distingue : la consommation des touristes français et étrangers auprès des activités dites "caractéristiques marchandes de l'industrie touristique" (dépenses d'hôtels, de restaurants et cafés, de loisirs touristiques et de services d'organisation de voyages ) nommée TO la consommation liée aux séjours ( TO + hébergements non marchands, alimentation, autres services, achats de biens durables) nommée Ti la consommation touristique intérieure ( = Ti + transport entre domicile et lieu de séjour, achats préalables aux voyages, dépenses préalables aux foires et salons, consommation de services touristiques non marchands ) nommée T2 la consommation touristique et para touristique (= T2 + dépenses des excursionnistes et de la clientèle locale auprès des activités caractéristiques du tourisme ), nommée T3.

 



Contrat de plan État/Région :

 

Ils remplacent depuis 1984 les schémas d'aménagement régionaux. Ils sont définis par la loi du 2 mars 1982 et le décret du 21 janvier 1983. Ils définissent les actions que l’État et la Région s’engagent à mener conjointement par la voie contractuelle pendant la durée du Plan. Il s’agit d’une convergence des objectifs nationaux et des volontés régionales. Leur champ d’application est vaste et différent selon la région considérée. Ils offrent un cadre administratif de référence  et l'occasion tous les 5 ans, de mettre en cohérence les priorités de l'État, de la région et des autres collectivités territoriales. Divers partenaires économiques et sociaux peuvent entrer en jeu (communes, départements, syndicats, associations, et instituts régionaux ).Leur logique repose sur trois principes : la contractualisation par objectif, la sélectivité et la diminution significative du recours aux " financements croisés " .



Contrat de pays :

 

Le projet d'un pays peut donner lieu à un contrat avec l'État et la Région dans le cadre du volet territorial des contrats de plan État -Région. Les pays sont définis par la circulaire du 11 janvier 1975 et l’instruction interministérielle du 20 septembre 1977. Le pays constitué en groupements de communes ( syndicat, district, communauté , association ) passe un contrat avec la région. Ces contrats poursuivent les œuvre amorcées par les P.A.R, les P.N.R, les O.P.A.H. Leur objet est de contribuer à définir la notion de pays et de revitaliser les zones rurales en déclin à partir d’une solidarité entre petites villes et campagnes .Leur moyen d’action : lutter contre le dépeuplement par la mise en valeur des ressources du pays , l’organisation ou le développement des activités et de l’accueil de jeunes actifs . Pour établir un contrat de Pays, ces derniers doivent élaborer une charte de développement et être constitués soit en établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre, soit en groupement d'intérêt public de développement local, soit en syndicat mixte.
 

 

Conventions interrégionales de massif :

 

Elles sont un élément nouveau de la contractualisation État-Régions. Elles s'inscrivent dans l'évolution de la politique de la Montagne marquée par plusieurs étapes dont la "Loi Montagne" de 1985 et les décisions du C.A.D.T du 15 décembre 1998. C'est dans ces deux textes que la prise en considération des massifs dans les contrats de plan est , pour la première fois , exprimée, et notamment : " (...) les préfets coordonnateurs de massif , en , collaboration avec les comités de massif , élaboreront les stratégies interrégionales de l'État pour chacun des massifs français ". Ces orientations sont confirmées par L. Jospin , Premier Ministre , lors du Conseil National de la Montagne du 19 mars 1999 : "Les préfets ont reçu instruction de préparer les schémas interrégionaux de massif. De même les prochains contrats de plan devront consacrer à la Montagne, un volet spécifique, élaboré collectivement par toutes les régions concernées ". Les orientations exprimées dans ces conventions se traduisent par un certain nombre d'actions - types : - la connaissance du Marché et de la Clientèle , - le développement d'actions de communication autour de produits spécifiques, - l'appui aux filières et à leurs créations ( randonnée, Patrimoine naturel, etc...), - la requalification immobilière . Pour être éligibles les projets présentés doivent répondre à,   au moins,  un des trois critères suivants : - avoir une finalité interrégionale, - venir en complément de démarches interrégionales, - avoir un caractère innovant et/ou reproductible .



C.O.S :

 

Coefficient d’occupation des sols correspond à un pourcentage constructible par rapport à la superficie des terrains .

 

 

 

Courbe de niveau :

 

C'est une ligne imaginaire reliant, sur une carte, des points d'égale altitude. En mer , les courbes de niveau portent le nom d'isobathes . L'usage des courbes de niveau suppose l'existence d'un zéro topographique, soit local, soit général, ainsi que d'un matériel de nivellement.

 

 


Cours d’eau domaniaux :  

 

Les cours d'eaux domaniaux font partie, avec les lacs domaniaux, du Domaine Public Fluvial (D.P.F ). On distingue: - les cours d'eau domaniaux inscrits à la nomenclature des voies navigables  ( gestion de la compétence du ministre chargé des transports ). L' État est tenu d'assurer l'entretien de ces cours d'eau et des ouvrages ( écluses, barrages, ... ) pour permettre la navigation, - Les cours d'eau domaniaux rayés de la nomenclature des voies navigables, mais maintenus dans le D.P.F  ( Gestion de la compétence du ministre chargé de l'Environnement ). L' État est tenu de faire les travaux nécessaires au seul maintien de la capacité naturelle d'écoulement de ces cours d'eau, - Les cours d'eau domaniaux concédés par l'État pour leur entretien et usage à des collectivités locales .



Court séjour :

 

Départ pour une durée supérieure à une journée et inférieure à trois jours .

 



Court de tennis :

 

Terrain équipé pour la pratique du tennis, conformément aux normes définies par la Fédération sportive concernée.

 



C.R.A.P.A. :

 

Circuit Rustique d 'Activités Physiques Aménagé balisé, sur lequel on pratique la course à pied, la marche de relaxation, en effectuant les exercices qui y sont conseillés, à la rencontre d'obstacles naturels et artificiels.

 



C.R.E.D.O.C :

 

Centre de recherche et de documentation sur la consommation



Crénothérapie :

 

Application thérapeutique des eaux minérales. Désignation scientifique du Thermalisme, la Crénothérapie peut aussi s'intégrer dans le Thermalisme, ce dernier terme étant alors conçu comme un ensemble incluant en les associant la cure de boisson, la cure externe ( éléments constitutifs de la Crénothérapie ), mais aussi un ensemble de facteurs autres tels que le climat, la diététique, la relaxation, le repos.



Croisière :

 

C'est une navigation touristique comportant des escales . Elle peut de ce fait durer plusieurs jours ou plusieurs semaines . Elle s'effectue soit à bord d'un navire de luxe spécialement équipé pour héberger des centaines de croisiéristes, soit avec de petites unités familiales capables d'héberger confortablement plusieurs personnes pour une assez longue durée .

 


 
Croisière à thème :

 

C'est une croisière dont l'animation est centrée sur un thème : musique, danse, jeux,  histoire, sports, etc...

 



Croisière  de plaisance :

 

C'est la mise à la disposition de couchettes en zone maritime à bord d'un navire, en navigation intérieure sur un bateau, dont les aménagements permettent la vie à bord avec un confort minimum. Le plaisancier peut être novice car il ne lui est, en général, demandé aucune participation à la manœuvre  ni aux tâches domestiques .

 

 

Croisiériste :

 

Visiteur hébergé sur un bateau de croisière. Il s'agit soit d'un bateau qu'il possède ou qu'il a loué , soit d'une grosse unité de navigation capable d'accueillir plusieurs centaines de touristes. Le croisiériste a, de ce fait , un comportement d'excursionniste , c'est-à-dire, qu'il profite des agréments touristiques d'une région , mais sans en utiliser les hébergements .



C.R.T :

 

Comité Régional du Tourisme. Ils ont été institués sous le gouvernement de Vichy par les lois du 12 janvier 1942 et du 5 janvier 1943. Ils ont été réformés par la loi du 3 janvier 1987 relative à l’organisation régionale du Tourisme .Cette dernière oblige à la création d’un C.R.T par région. C’est le Conseil Régional qui détermine la nature juridique du C.R.T ( association, G.I.E , S.E.M, etc…) et ses principes d’organisation. Il fixe également la composition du C.R.T. Le C.R.T élabore la schéma régional de développement touristique et des loisirs et met e œuvre la politique du tourisme de la Région notamment dans le domaine des études, de la planification, de l’aménagement, de l’équipement, des aides aux hébergements, etc…Les ressources des C.R.T proviennent en majeure partie de dotations des conseils régionaux ( réf. - : loi du 3 janvier 1987, p. 454 (   J.O du 13 janvier 1987 , p. 454) cf. aussi   PY P. , 1987, La réforme de l'organisation régionale du Tourisme, A. J. D. A. ,juin 1987 , p. 386  ) .



Culture :

On peut la définir comme le fonds commun d’une nation ou d’un groupe humain plus restreint. Elle est constitué d’éléments divers : langue, art, folklore, échelle de valeurs , éléments empruntés au Passé .C’est une notion globale construite sur l’opposition à la nature : relève de la culture tout ce qui est acquis et transmis ( par opposition à l’inné ), tout ce qui fait des hommes des êtres créateurs de leurs propres conditions d’existence. En ce sens tout groupe humain partage une culture dans la mesure où toute société, quelle qu’elle soit, élabore et pratique des techniques, des règles de conduite et construit une représentation du Monde, etc… Les ethnologues qui ont imposé ce sens  ont voulu battre en brèche la vision ethnocentrique dominante  de la supériorité des «  sociétés civilisées »  ( en l’occurrence l’Europe ) sur des sociétés « non civilisées», « sauvages», démunies des richesses de la culture. La notion anthropologique de culture peut s’articuler autour de deux pôles : - la culture comme ensemble global , c’est la «  totalité où entrent les ustensiles et les biens réglant les divers groupements sociaux, les idées et les arts, les croyances et les coutumes » ( Malinowski) .Ce concept englobe le tout social, avec la société, - la culture comme modèle de comportement  (« pattern »), c’est alors « la configuration des comportements  appris et de leurs résultats, dont les éléments composants sont partagés et transmis par les membres d’une société donnée "  (Linton) .l’accent est ici mis sur les systèmes de valeur, sur l’orientation fondamentale d’une société ou d’un groupe humain.
 

 


Culture de masse :

 

C’est l’ensemble des connaissances et des valeurs véhiculés par les mass médias ( presse, radio, télévision, publicité) et autres entreprises culturelles (industries du cinéma, du disque, parcs de loisirs ). Le phénomène de culture de masse est historiquement récent  et il est associé aux notions de « société de consommation » ou de «civilisation des loisirs » .En amont du processus l’importance des moyens engagés (capitaux, personnel ), la standardisation des produits, expliquent que l’on parle d’industrie culturelle. Ce développement de la culture de masse a été présenté comme un facteur d’uniformisation culturelle.
 


Cure externe :

 

Application de l'eau thermale ou de ses dérivés ( gaz, algues, boues, vapeurs ) au contact de la peau et des muqueuses. Par extension, utilisation des massages, saunas, techniques de rééducation, gymnastique assistée ou non, prescriptions diététiques, etc.


 


Cyclisme :

 

Pratique sportive de la bicyclette sur circuit, piste ou itinéraire, conformément à la définition de la Fédération sportive concernée et à la réglementation en vigueur.

 

 

Cyclone : 

Ils sont aussi appelés «hurricanes », «typhons ». Ils se forment uniquement sur la mer. De fait , ils touchent les îles et les côtes, mais ne s’enfoncent guère à l’intérieur des continents. Ils ne peuvent se former que sur les mers les plus chaudes  ( où la température des eaux de surface est de l’ordre de 26°C ).Ils intéressent pour l’essentiel l’Océan Indien, le domaine caraïbe, le Pacifique central. Ce sont des phénomènes saisonniers se développant exclusivement en été et en automne avec un maximum de fin de saison chaude quand la température de la mer est la plus élevée. A l’origine il s’agit de simples dépressions tropicales; certaine se creusent et passent au stade de la  tempête, puis du typhon lorsque le vent atteint 120km/h. Leur dimension varie entre 60 et 200 kilomètres de diamètre. Au cœur l’œil du cyclone  constitue une zone de subsidence avec des vents faibles et un temps un peu nuageux  alors que tout autour les vents sont très forts ( les vitesses supérieures à 200 km/h ne sont pas rares) tournant dans le sens cyclonique. Les ascendances très brutales sont responsables de la violence des précipitations. Le cyclone se déplace le plus souvent d’est en ouest suivant une trajectoire quasi-rectiligne

 

Cyclone ( Terra Nova )
http://www.dinosoria-.com/cyclone.htm

Qu’est-ce-qu’un cyclone tropical ? (Météo France)
http://www.meteo.fr/temps/domtom/antilles/pack-public/cyclone/tout_cyclone/definition.htm



Cyclotourisme :

 

Voyage ou promenade à bicyclette, se pratiquant seul ou en groupe sur des parcours étudiés à l'avance ou improvisés.

 

 

Fédération française de cyclotourisme ( FFC)
http://www.ffct.org/

 

 

 

 

 

Cliquez la lettre recherchée

 

 
 

 

 

Page  en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme | La bibliographie | L'examen


 


 


 
Cette page a été mise à jour le 05/07/15

 

Copyright © 2007 by KEROURIO