GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Le référentiel  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015  

 
Dicotour
 

L

   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiel
  Bibliographies

  "Dicotour"
Les mots de la Géographie du Tourisme

 

Label : cf. Marque .

C'est un signe de reconnaissance mis en place par un regroupement de professionnels indépendants désireux de bénéficier des avantages que constituent une marque commune. Ils doivent donc au préalable se mettre d'accord pour garantir un niveau identique et constant de qualité au consommateur. Cet accord librement consenti est officialisé par un cahier des charges précisant les critères de qualité ou de service et les modalités de fonctionnement de leur organisation . Le label est attribué par un organisme de contrôle externe placé sous la surveillance d'une administration. Il existe une profusion de labels. Ainsi dans le domaine du patrimoine, sous l’impulsion de la France et de l’Italie l’Union européenne a  créé en mars 2007 un classement au « Patrimoine de l'Europe », au même titre que le classement au « Patrimoine mondial » créé en 1972 sous l’égide de l’UNESCO. A l’échelle de l’Europe existent aussi les itinéraires culturels du Conseil de l'Europe, dont le développement est assuré par l’Institut européen des itinéraires culturels , ainsi que des appellations liées aux programmes européens Interreg déjà existants ; par exemple, entre la Haute-Savoie et le Val d’Aoste en Italie, les programmes « Refuges » en montagne ou RITT (Réseaux d’itinéraires touristiques transfrontaliers). Ou encore le programme Medocc sur les voies romaines en Méditerranée (Via Domitia en France). En France  le label national Musées de France a été créé ainsi que celui des Villes et pays d'art et d'histoire et les plus beaux villages de France. Il existe aussi des labels de qualité telle la marque « Parc » développée par les Parcs naturels régionaux, tel celui du Vercors qui a été un précurseur, soutiennent les producteurs de leur territoire qui s’engagent dans des démarches qualitatives et de valorisation de leurs productions. L’attribution de la Marque « Parc naturel régional» est la garantie pour le consommateur du strict respect d’une charte de qualité et donc à un cahier des charges très élaboré, répondant à quatre valeurs essentielles : l’origine, le naturel, le caractère artisanal et l’authenticité. La marque est un label collectif déposé à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI) par le ministère chargé de l’Écologie et du Développement durable.


Lac :

C'est une nappe d'eau assez étendue (  supérieure en superficie à un étang ou à une mare) et bloquée vers l'aval par un obstacle naturel ou artificiel . L'eau ne pouvant s'écouler que par un exutoire. Sur un plan géomorphologique on distingue plusieurs types de lacs : - le lac de surcreusement qui se loge dans une dépression et qui peut être d'origine glaciaire, - le lac tectonique lié à l'existence de grands fossés d'effondrement,- le lac de barrage qui peut avoir été créé par une coulée volcanique , un éboulement. Sur le plan de l'utilisation touristique de ces étendues d'eau P. Defert (1978) a élaboré qui intègre les particularités morphologiques aux utilisations touristiques. Il distingue : - le lac- écrin de forme grossièrement circulaire et encadré par une couverture forestière souvent dense ( ex.- : les lacs de cratère ou certains lacs auvergnats (maars) (lac Pavin, lac Chavert, …) ; - le lac ellipse de dimensions beaucoup plus vaste, - le lac en croissant, dont l'archétype est le lac Léman, qui possède souvent une rive basse et alluvionnaire et une rive haute , concave et bordée de corniches, - le lac vermiculé correspondant souvent à une vallée à méandres noyée noyée par une retenue d'eau consécutive à la construction d'un barrage, - le lac digité ou étoilé où l'ennoyage a concerné plusieurs vallées affluentes et souvent fortement encaissées .

 

Lagune :

C'est une étendue d'eau en liaison restreinte et épisodique avec la Mer. Elle est presque totalement fermée par un cordon littoral constitué de sables ou de galets. Ce terme est une traduction française de l'anglais lagoon qui a le double sens de "lagon" et de "lagune" . On emploie plus volontiers le terme de lagune en bordure des mers sans marées, ou à faibles marées , car les échanges d'eau avec la mer y demeurent modestes et l'eau de la lagune, ayant une salinité variable, se caractérise par un chimisme particulier .

Lagune ( définition IFREMER)
http://www.ifremer.fr/lagune/definition.htm 

Lagune ( Techno-science.net)
http://www.techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=1153

 

Laisse :

A l'origine le terme désigne les objets flottants divers abandonnés par la mer le long de son avancée  maximale d'un jour donné. Par extension le mot en est venu à désigner la limite la plus haute atteinte par la Mer en un jour déterminé (laisse de pleine mer). On parle aussi de laisse de pleine mer de grande vive eau comme étant le terme extrême que la mer peut atteindre, en eau calme , lors des plus grandes marées   (pleine mer de coefficient 120) . On utilise aussi l'expression de laisse de basse mer, bien que la trace de la basse mer ne soit pas jalonnée par des dépôts de débris. La laisse de basse mer de grande vive eau est la limite de la découverte la plus extrême de l'estran. Elle est assez proche du zéro hydrographique, même si le réseau hydrographique est à un Pied de Roi (32,5 cm) plus bas. Cette différence étant appelée le Pied de Pilote .



Licence :

Homologation d'activité professionnelle permettant à une agence de voyages d'organiser et de vendre des voyages et séjours. La licence d’agent de voyages était délivrée par la préfecture du département de situation de l’établissement. Pour les entreprises implantées dans la région Ile-de-France, elle était attribuée par le préfet de région. À cet égard, la personne physique ou, s’il s’agit d’une personne morale, l’un de ses représentants légaux devait justifier d’une aptitude professionnelle qui s’appréciait au regard de l’un des trois critères suivants : - avoir occupé pendant trois années consécutives un emploi de cadre ou assimilé dans le tourisme (agence de voyages, association agréée de tourisme, etc.) ; - avoir une expérience professionnelle de deux ans au moins en tant que cadre dans le tourisme, et être titulaire : a) soit d’un BTS Tourisme ou Tourisme-Loisirs ; b) soit d’un diplôme de niveau III homologué par la commission technique d’homologation des titres et diplômes de l’enseignement technologique (bac + 2) ; c) soit d’une licence ou d’un diplôme de niveau équivalent ; - être titulaire d’un des diplômes mentionnés ci-dessus et avoir occupé pendant cinq ans les fonctions de cadre dans une entreprise ou une administration publique. A l’occasion du salon professionnel Top Resa, le 16 septembre 2008, le secrétaire d'état au tourisme Hervé Novelli a annoncé la suppression de la licence des agences de voyages à partir de 2009. Selon le secrétaire d’Etat, cette décision répondait à la nécessité d’une harmonisation européenne visant à la libéralisation des services définie dans la directive Bolkenstein .

 

Lido :

Terme italien désignant un cordon littoral accroché à ses deux extrémités et fermant un étang littoral. Le lido peut être percé d'un ou plusieurs graus qui mettent l'étang en communication épisodique ou pérenne avec la Mer. Il s'agit de ce fait d' un secteur côtier dunaire agrémenté de longues plages sableuses et souvent ourlé d’étangs ( lido languedocien, côte landaise) voué à une occupation touristique assez diffuse (campings, stations).

 

Lieu touristique  :

C'est un lieu investi par le tourisme. Cette activité devient sa fonction essentielle .



Ligne :

Service de transport régulier d'un point à un autre.


 

Linéaire côtier :

C'est le mode d'expression de la longueur de la côte. Le mode de mesure pose de nombreux problèmes et a fait l'objet de diverses appréciations et de multiples débats . Du point de vue de l'aménagement  on suit habituellement la laisse de pleine mer de grande vive eau, on remonte les estuaires jusqu'au premier pont et on n'inclue les îles que si elles sont habitables . On peut alors mesurer la côte totale aménageable et en comparer la longueur à celle de la côte aménagée, artificialisée ou protégée selon les nécessités du moment.



Lit :

1.-Installation couchée de dimensions supérieures à celles d'une couchette. Elle peut être en position haute ou basse, simple ou double. 2 -Unité de compte de la capacité d'accueil des hébergements, - une chambre d'hôtel homologué = 2 lits, - un emplacement de camping classé = 3 lits, - un gîte, une chambre d'hôte = 4 lits, - une résidence secondaire = 5 lits .

 

Lit majeur :

Espace situé entre le lit mineur et la limite de la plus grande crue historique répertoriée.

 

Lit mineur :

Espace fluvial formé d'un chenal unique ou de chenaux multiples et de bancs de sables ou de galets , recouverts par les eaux coulant à pleins bords avant le débordement .



Littoral :

Au sens géomorphologique il s'agit du domaine compris entre la limite des plus hautes mers et la limite des plus basses mers, mais en fait c'est, par extension et dans le langage géographique courant, l'ensemble du domaine influencé par les forces marines agissant au contact du Continent. Le littoral comprend : - la Côte c'est à dire une bande de terres contigüe à la Mer  et qui ne subit l'action marine que de manière indirecte, - le Rivage qui est la zone soumise directement aux actions marines . Dans le langage des aménageurs, le littoral est une bande de plusieurs kilomètres de largeur qui a pour limite extérieure le trait de côte .Côté terre toute délimitation générale étant impossible, on utilise une approche fonctionnelle selon laquelle le littoral est un territoire vivant en symbiose directe avec la côte. Pour le juriste la délimitation du littoral se fait en fonction des limites des circonscriptions administratives locales. C'est ainsi que la "Loi Littoral" du 3 janvier 1986 retient la notion de "communes littorales ", c'est-à-dire les communes riveraines des mers et océans, des étangs salés et des plans d'eau intérieurs d'une superficie supérieure à 1000 ha, ainsi que les communes riveraines des estuaires et des deltas  lorsque elles sont situées en aval de la limite de salure des eaux.

 

Littoral d'émersion :

C'est un littoral dont les caractères les plus frappants sont liés à une baisse récente du niveau de la Mer . Le phénomène est lié , non à une véritable baisse du niveau de la Mer , mais à une remontée du niveau du sol du au phénomène de glacio-isostasie (remontée de l'écorce terrestre liée à l'atténuation de la surcharge glaciaire). Des phénomènes tectoniques locaux peuvent aussi intervenir .

 

Littoral de submersion :

C'est un littoral dont les particularités les plus marquantes sont liées à une remontée du niveau de la Mer survenue récemment. La plupart es littoraux du Monde sont des littoraux de submersion. La ria bretonne ou les calanques provençales sont des illustrations très connues de ce phénomène de remontée récente des eaux .



Logotype :

Graphisme consacré et déposé qui représente un mot, un sigle, une forme. Il devient alors le signe de reconnaissance d’une marque ou d’une entreprise .



Loi Littoral :

La loi du 3 janvier 1986 relative à l'aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral est une loi d'aménagement et d'urbanisme, à l'instar de la loi " montagne " . Elle figure aux articles L 146-1 et L 146-9 du Code de l'urbanisme. La loi littoral détermine les conditions d’utilisation et de mise en valeur des espaces terrestres, maritimes et lacustres. Elle s’applique aux communes riveraines des océans, mers, étangs salés et plans d’eau naturel ou artificiel de plus de 1000 hectares. Cette loi est une loi d’aménagement et d’urbanisme qui a pour but : - la protection des équilibres biologiques et écologiques, la préservation des sites, des paysages et du patrimoine culturel et naturel du littoral, - la préservation et le développement des activités économiques liées à la proximité de l’eau, - la mise en œuvre d’un effort de recherche et d’innovation portant sur les particularités et les ressources du littoral . Différents dispositifs de la loi participent à la protection du patrimoine et des paysages : - maîtrise de l’urbanisme : extension en continuité ou en hameau nouveau intégré à l’environnement, mais limitée par la création de coupures d’urbanisation et dans les espaces proche du rivage ; non constructibilité dans la bande littorale des 100 mètres (calculé à compter de la limite haute du rivage), - protection stricte des espaces et des milieux naturels les plus caractéristiques du patrimoine naturel et culturel du littoral, - élaboration de schémas de mise en valeur de la mer (SMVM).

Loi relative à l'aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral, 1986 ( Légifrance)
http://www.legifrance.gouv.fr/texteconsolide/UPEDE.htm 

Loi n° 86-2 du 3 janvier 1986 , relative à l'aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral ( Ministère des transports, de l’équipement, du tourisme,…)
http://www.mer.equipement.gouv.fr/littoral/01_loi_littoral/04_textes_de_loi/

Loi littoral et loi montagne : de nouvelles dispositions
http://www.dossiersdunet.com/spip.php?rubrique40

Loi littoral (Outils juridiques pour la protection des espaces naturels)
http://bibliothequeenligne.espaces-naturels.fr/outilsjuridiques/?arbo=les_fiches&sel=reste:fiche&val=0:13



Loi Montagne :

La loi du 9 janvier 1985 relative au développement et à la protection de la montagne est une loi d'aménagement et d'urbanisme en zone de montagne. Elle figure aux articles L 145-1 et R. 145-1 et suivants du Code de l'urbanisme. Le principes d'aménagement et de protection en matière touristique reposent notamment sur le concept d'Unités. La loi Montagne reconnaît la spécificité d’un espace, de son aménagement et de sa protection. Elle définit la montagne comme une zone où les conditions de vie sont plus difficiles, freinant ainsi l’exercice de certaines activités économiques, entre autre lié à l’altitude, aux conditions climatiques et aux fortes pentes. Chaque zone est délimitée par un arrêté interministériel. La loi reconnaît 7 massifs en France: Jura, Vosges, Alpes du Nord, Alpes du Sud, Corse, Massif central et Pyrénées. Elle est une loi d’aménagement et d’urbanisme et a pour but de permettre aux populations montagnardes de vivre et de travailler dans leurs régions en surmontant les handicaps naturels, économiques et sociaux.

Loi n° 85-30 du 9 janvier 1985 relative au développement et à la protection de la montagne
http://geo.hmg.inpg.fr/caplain/aviation/loimontagne.html

1985-2005 : vingt ans de loi Montagne .Bilan et propositions
http://www.uicn.fr/pdfs/loimont.pdf

La loi montagne ( Vie publique)
http://www.vie-publique.fr/documents-vp/loimontagne.pdf




Loi Paysage :

Nom donné à la loi n° 93-24 du 8 janvier 1993 sur la protection et la mise en valeur des paysages. Cette loi a été complétée par un décret d'application n° 94-2438 du 11 avril 1994. Elle concerne la protection et la mise en valeur des paysages qu’ils soient naturels, urbains, ruraux, banals ou exceptionnels. Elle vient compléter les lois « Montagne » et « Littoral ». Elle est surtout une loi d’aménagement et d’urbanisme. Les directives de protection et de mise en valeur du paysage établies par le décret d’application (n°94-283) de la loi « Paysage » datant du 11 avril 1994, ont vocation à régir « des territoires remarquables par leur intérêt paysager », territoire définis par l’Etat en concertation avec les collectivités territoriales concernées. Ces directives paysagères sont surtout des instruments de gestion qui doivent être prises en compte dans les documents d’urbanisme. Elles fixent des orientations et des principes fondamentaux concernant la qualité des constructions et les conditions de réalisation des travaux, ainsi que des recommandations.

Loi no 93-24 du 8 janvier 1993 sur la protection et la mise en valeur des paysages et modifiant certaines dispositions législatives en matière d'enquêtes publiques ( Légifrance)
http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=ENVX9200202L



Loi sur la protection de la Nature :

Votée le 10 juillet 1976. Elle pose que " la protection des espaces naturels et des paysages, la préservation des espèces animales et végétales , le maintien des équilibres biologiques auxquels ils participent et la protection des ressources naturelles contre toutes les causes de dégradation qui les menacent sont d’intérêt général ". Elle est composée de 43 articles réparties en 6 chapitres. Cette loi est également à l’origine des listes d’espèces animales et végétales sauvages protégées. De plus, elle pose les bases de la réglementation en matière de faune sauvage captive par un établissement qu’il soit scientifique, d’enseignement, de recherche ou d’élevage. La loi de juillet 1976 créée les réserves naturelles.

Loi n° 76-629 du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature (AdmiNet)
http://www.admi.net/jo/loi76-629.html



Loisir :

C'est une activité récréative pratiquée à son domicile ou hors de son domicile. C'est aussi le temps dont on dispose pour faire commodément quelque chose , en de hors de ses occupations habituelles et des contraintes qu'elles imposent.


 
Loisir de proximité :

Ce sont des activités récréatives s'exerçant dans un environnement proche (par exemple la périphérie des villes) .



Long séjour  :

Séjour comprenant quatre nuits ou plus , ce dernier n'étant pas seulement le fait d'un vacancier mais aussi de séjours de Santé , pour affaires , scolaires , etc ...



Lotissement :

Toute division (d'une propriété foncière en vue de l'implantation de bâtiments qui a pour objet ou qui sur une période de moins de dix ans a eu pour effet de porter à plus de deux le nombre de terrains issus de ladite propriété ) est soumise à une autorisation de lotir, une autorisation de vente des lots, une autorisation de délivrance des permis de construire sur les lots (articles L. 315.1 et R. 315.1 du 27 juillet 1977 et suivants du code de l'urbanisme). Le lotissement se distingue du simple " morcellement " dans lequel le terrain reste agricole. Le lotissement , à la fois division et viabilisation d'une propriété , reste soumis à contrôle et autorisation. L'autorisation de lotir est subordonnée à la réalisation par le lotisseur des travaux de viabilisation prévus dans le projet. Pour éviter que les engagements du lotisseur ne soient pas tenus, la vente des lots de terrains à bâtir est interdite tant que la viabilisation n'est pas achevée ou qu'une banque n'a pas donné sa garantie de bon achèvement à cette viabilisation.
 

 

 

 

 

 

Cliquez la lettre recherchée

 

 
 

 

 

Page  en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme | La bibliographie | L'examen


 


 


 
Cette page a été mise à jour le 27/06/15

Copyright © 2007 by KEROURIO