GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Le référentiel  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015  

 
Dicotour
 

P

   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiel
  Bibliographies

  "Dicotour"
Les mots de la Géographie du Tourisme

 

Pack : 

C’est une glace saisonnière qui entoure la banquise en hiver sous la forme d’une auréole. Elle se forme à la fin de l’été lorsque la température de l’air atteint –12°C e que celle de l’eau avoisine -2°C, l’eau commence alors à geler et le pack apparaît et se consolide progressivement. La dilatation de la glace consécutive à la consolidation du pack donne souvent à la surface de ce dernier une apparence chaotique caractéristique. En été le pack rétrécit et disparaît, libérant des chenaux propices à la navigation .

 

Paillote :

C'est une construction réalisée en matériaux légers (les plus anciennes possédaient une toiture de paille ). Elle est supposée temporaire car édifiée sur un terrain légalement inconstructible ( souvent en bordure de mer). Le terme désigne généralement des bâtiments à vocation commerciale dont l'illégalité résulte, soit de la réglementation concernant le terrain ( Ce peut être un terrain du Domaine Public Maritime, un terrain de propriété publique , un terrain propriété d'autrui ), soit de la réglementation concernant le droit de construire  (les lieux étant l'objet d'une servitude non aedificandi ou se situant dans la bande des 100 mètres inconstructible en vertu des dispositions de la Loi Littoral. Pendant longtemps les autorités publiques ont fermé les yeux sur ces occupations illégales du sol, en particulier sur le littoral méditerranéen, en considérant qu'il ne s'agissait que de constructions précaires. Elles tendent aujourd'hui à revenir à une application plus restrictive de la Loi .

 

Parc aquatique :

Espace de loisirs payant dont les attractions sont exclusivement ou essentiellement aquatiques. On distingue habituellement : - les parcs qui assurent une fonction purement récréative, à clientèle familiale et touristique, et que l'on retrouve dans les stations balnéaires ou à proximité de certaines grandes villes, - les parcs qui se situent en milieu urbain et qui sont basés sur un concept de sport et de remise en forme. Ces derniers s'adressent souvent à une clientèle de proximité à revenus élevés ou à une clientèle sportive soucieuse de bien-être et de forme.
 

 

Parc à thème :

Espace de loisirs culturels et distractifs fermé à prix d'entrée unique présentant des animations et des attractions autour de un ou plusieurs thèmes . Les parcs à thème sont issus d'un concept imaginé et mis en place par Walt Disney .Ils font, en général, appel à une technologie sophistiquée  ( C.A.O, robotique, automates, etc...) et ils exigent, de ce fait, un personnel très spécialisé dans leur phase de conception. Le parc à thème est créé à partir d'un ou plusieurs thèmes, tels que les contes et légendes, les nouvelles technologies ou la bande dessinée .Le thème est primordial car il est le facteur de motivation et la trame autour de laquelle s'articule les animations, le spectacle , les animations. Le but du parc à thème est  "de réussir la rencontre entre l'ambiance onirique qu'il crée et le désir de dépaysement du visiteur " ( T.Coltier ). Selon cet auteur le parc à thème est un produit issu de la synthèse de trois formes distinctes de parcs : - le parc paysager, - le parc zoologique, - le parc d'attractions." Le voyage à Disneyland ( ... ) c'est du Tourisme au carré, la quintessence du Tourisme : ce que nous venons visiter n'existe pas. Nous y faisons l'expérience  d'une pure liberté, sans objet, sans raison , sans enjeu (...). Disney c'est le Monde d'aujourd'hui, dans ce qu'il a de pire et de meilleur   : l'expérience du vide et de la liberté  " ( AUGE M. , 1997.- L'impossible voyage . Le Tourisme et ses images, Paris, Rivages Poche édit., 189 p. , p. 33 ) .

 

Disneyland Paris
http://www.disneylandparis.com/fr/introduction.htm 

Nigoland
http://www.nigloland.fr/ 

Parc Astérix
http://www.parcasterix.fr/v2/default.asp 

Les Disneyland ( Wikipédia, l’encyclopédie libre)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Disneyland

Parc de loisirs ( Wikipédia, l’encyclopédie libre)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Parc_de_loisirs

 

Parc de loisirs :

Espace aménagé comportant des moyens de loisirs de type récréatif, culturel et / ou sportif et pouvant offrir en sus un terrain de camping et de caravanage et / ou des habitations légères de loisirs ( H. L.L. ).

 

Parc d'attractions

Parc regroupant  sans thème particulier toute une gamme d'attractions et d'équipements de loisirs (manège , grand huit, etc... )souvent à sensations fortes  .

 

Parc national :

Les parcs nationaux  étaient réglementés par la loi 60-708 du 22 juillet 1960 complétée par le décret 61-1195 du 31 octobre 1961. Leur statut a été revu par la loi du 14 avril 2006 ( loi 2006-436) et les décrets  n°2006-943 et 944 du 28 juillet 2006. Ce sont des portions du territoire national préservés des interventions humaines afin d’en sauvegarder la beauté originelle et de conserver ses richesses naturelles. Initialement le parc national était composé de trois types d’espace : la zone périphérique, la zone centrale et la réserve intégrale .L'une des principales innovations de la nouvelle loi réside dans la refonte du zonage du Parc.

« Un parc national peut être créé à partir d’espaces terrestres ou maritimes, lorsque le milieu naturel, particulièrement la faune, la flore, le sol, le sous-sol, l’atmosphère et les eaux, les paysages et, le cas échéant, le patrimoine culturel qu’ils comportent présentent un intérêt spécial et qu’il importe d’en assurer la protection en les préservant des dégradations et des atteintes susceptibles d’en altérer la diversité, la composition, l’aspect et l’évolution.Il est composé d’un ou plusieurs coeurs, définis comme les espaces terrestres et maritimes à protéger, ainsi que d’une aire d’adhésion, définie comme tout ou partie du territoire des communes qui, ayant vocation à faire partie du parc national en raison notamment de leur continuité géographique ou de leur solidarité écologique avec le coeur, ont décidé d’adhérer à la charte du parc national et de concourir volontairement à cette protection. Il peut comprendre des espaces appartenant au domaine public maritime et aux eaux sous souveraineté de l’Etat. »Art. L. 331-1. de la loi no 2006-436 du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux

 Le territoire du parc n'est plus constitué par la seule partie réglementée  mais par l'ensemble du territoire  constitué par un coeur et une aire d'adhésion complétés, dans certains parcs marins, par un espace maritime dit adjacent. L'ancienne zone centrale est dorénavant dénommée coeur. A l'intérieur du coeur les réserves intégrales  peuvent être régies par une réglementation plus contraignante pour assurer une meilleure protection de la faune et de la flore. Autour du coeur, certaines communes qui auront décidé d'adhérer à la charte du parc, constitueront l'aire d'adhésion pour les quinze ans de vie de cette charte .Les communes décident librement d'adhérer à la charte du parc pour la partie de leur territoire compris dans le périmètre potentiel d'adhésion. Cette adhésion a une validité de quinze ans. Le parc national est régi par une charte dont l'initiative relève de l'État. Elle définit un projet de territoire traduisant la solidarité écologique entre le coeur et le périmètre optimal. Concernant le coeur la charte précise les objectifs de protection du patrimoine  et les modalités d'application de la réglementation définie dans le décret de création. Concernant l'aire d'adhésion, la charte  arrête les orientations de protection, de mise en valeur et de développement durable du territoire. La charte est élaborée par l'établissement public gestionnaire du parc et l'animateur en est le président du conseil d'administration du parc.  L’aménagement, la gestion et la réglementation du parc demeurent confiés à un établissement public national à caractère administratif disposant d’un conseil d’administration composé d’élus locaux, de personnalités nommées par le ministère chargé de l’Environnement, de représentants des administrations intérieures. On compte aujourd’hui 6 parcs nationaux en France métropolitaine dont 5 sont en zone de montagne ( cf. - Code Rural , art. L.241-1 à L.241-21; art.  R. 241-1 à R. 241-71 // cf. aussi PY P. , 1993 .- op.cit., p. 155 -158 ).

La loi présente de nombreuses faiblesses : Le projet de loi prévoit de remplacer l’impératif de protection dans le cœur du Parc par l’objectif de “développement durable”. Le cœur des Parcs avait été conçu comme une zone d’exception pour préserver le patrimoine naturel. La loi va jusqu’à autoriser la construction de centrale hydroélectrique, l’élevage hors-sol ou l’exploitation minière. S’agissant des zones périphériques, jusqu’à présent celles-ci toléraient des aménagements, sous réserve de certaines conditions (pratiques agricoles et pastorales respectueuses de l’environnement, infrastructures avec réseaux électriques enterrés,… ). Là aussi, la loi est en faveur du développement d’activités humaines. L’état se désengage de la gestion administrative et politique des parcs en donnant davantage de pouvoir aux élus et aux groupes locaux. Le financement des parcs devra être assumé en grande partie par les collectivités locales. Certains groupes de pression, actifs au niveau local (chasseurs, professionnels du tourisme, grands propriétaires etc.), pourront faire primer leurs intérêts particuliers sur l’intérêt général, en influençant les élus locaux qui seront prépondérants au sein du Conseil d’Administration de chaque parc. De plus, la zone périphérique devra faire l’objet d’une “adhésion” des communes ; les acteurs locaux devront définir une “Charte de développement durable”. Rien ne garantit, ni qu’elle respectera les impératifs de protection environnementale, ni qu’elle sera effectivement appliquée et contrôlée. Des dérives sont à craindre.

Parcs nationaux de France
http://www.parcsnationaux-fr.com/accueil/

Formes, réformes et méformes des Parcs Nationaux français ( Cafés géographiques )
http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=832

Projet de réforme du statut de Parc National
http://france.mountainwilderness.org/download/document/PNplateforme1.pdf

Loi no 2006-436 du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux
http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/loi14_04_2006.pdf 

Décret no 2006-944 du 28 juillet 2006 relatif aux parcs nationaux
http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/decretPnx_20060728.pdf 

Rapport de Jean-Pierre Giran, député du Var : "Les parcs nationaux, une référence pour la France, une chance pour ses territoires", juin 2003.http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_giran.pdf

Les zones centrales des Parcs nationaux alpins français (Ruralia, 2005)
http://ruralia.revues.org/document1094.html

 

Parc naturel régional ( P.N.R ) :

Il a été créé par décret du 1er mars 1967 et du 24 octobre 1975. C’est un territoire de quelques milliers à quelques dizaines de milliers d’hectares, régi par une charte signée par les élus des communes concernées et généralement géré par un syndicat mixte, avec pour objectif de concilier la protection de l’environnement, le développement économique et l’attractivité touristique. Leur programme est ambitieux et se développe selon trois axes : -favoriser le développement économique local, - s’ouvrir à l’accueil sans pour autant miser uniquement sur le Tourisme, - développer une mission pédagogique ( cf. circulaire 95 - 36 du 5 mai 1995 prise en application du décret 94 -765 du 1er septembre 1994 ( B.O. du ministère de l'Équipement   n° 798 - 95 / 16 du 20 juin 1996  ), Code Rural : art. 244-1 et L.244-2 ; art. R. 244-1 à R. 244-16  & PY P., 1993.- op.cit., p. 158 - 160 ).

Fédération des parcs naturels régionaux
http://www.parcs-naturels-regionaux.tm.fr/fr/accueil/

 

Parc récréatif :

C'est un espace clos consacré au jeu et à la distraction et ayant une vocation commerciale affirmée.

 

Parc résidentiel de loisirs :

Terrain d'accueil autorisé par arrêté préfectoral, destiné à recevoir au moins 35 habitations légères de loisirs et pouvant également recevoir des caravanes sa construction obéit à des normes d'équipement, mais fait l'objet d'une seule catégorie de classement. Les parcs résidentiels de loisirs, destinés à la location à la nuitée, à la semaine ou au mois pour une clientèle qui n'y élit pas domicile, sont considérés comme exploités sous régime hôtelier.

 

Parc scientifique :

C'est un espace à vocation pédagogique , marchand ou non, dont le thème principal est l'explication scientifique de la nature, de la Science ou de la technologie .

 

Partenariat européen :

C'est une exigence de nombreux programmes d'aides communautaires. Elle vise à encourager un travail conjoint  et un échange d'expériences entre partenaires d'états membres différents .

 

Passager de croisière :

Ils arrivent à bord d'un bateau de croisière et ils reviennent chaque soir à bord du même bateau pour y passer la nuit , même si celui-ci reste dans le port plusieurs jours .Cette catégorie inclut les propriétaires ou passagers de yachts .

 

P.A.T : prime d’aménagement du territoire.

C’est une subvention de l’État qui concerne à la fois les activités industrielles et les activités tertiaires et de recherches .Elle a été créée par le décret du 6 mai 1982 et profondément remaniée par le décret du 6 février 1995. Elle représente l'instrument essentiel d'aide à la localisation des activités économiques .Elle s'adresse à des entreprises  , réalisant dans des territoires strictement délimités  ( on parle alors de zonage de la P.A.T ) , des opérations concernant les activités industrielles, de recherches ou des activités tertiaires très spécialisées  dès lors qu'elles entraînent la création d'un nombre minimum d'emplois. Elle est attribuée par le ministre en charge de l'aménagement du territoire après avis du Comité interministériel d'aide à la localisation des activités ( C.I.A.L.A).Elle s'inscrit dans le cadre des aides de l'État à finalité régionale.

 

Patrimoine :

Du latin patrimonium, "bien d'héritage qui descend, suivant la loi, des pères et des mères à leurs enfants" ( Littré ).Un patrimoine est un bien susceptible ,dans le futur, de conserver des potentialités d'adaptation à des usagers non prévisibles dans le présent. C'est un système de ressources donnant lieu à des flux économiques et qu'il convient de gérer de manière à préserver sa capacité à engendrer d'autres flux économiques à moyen et long terme.C'est la définition économique du terme. Le Patrimoine c'est aussi un ensemble de biens matériels et immatériels qui concourent à préserver l'autonomie et l'identité de leur titulaire et son adaptation au cours du temps. C'est la définition sociale qui se réfère à un espace assimilé à un lieu de vie et d'échanges. L'assemblée générale des conservateurs (1968) en donne , quant à elle, la définition suivante : " L'ensemble de tous les biens naturels ou créés par l'Homme , matériels ou spirituels, sans limites de temps ni de lieu". La notion de patrimoine tend souvent aujourd'hui non seulement à englober celle de monument historique mais à s'y substituer partiellement, dans la mesure où la conservation devient plus globale, moins muséographique. De fait le terme de Patrimoine englobe des réalités diverses : - Le tissu urbain mineur, qui constitue l'essentiel du bâti des villes anciennes. Sa valeur esthétique fut d'abord reconnue par des auteurs comme l'Anglais Ruskin et l'Allemand Sitte (1889). Puis leur valeur pour l'histoire et l'histoire de l'art fut soulignée par des architectes comme l'Italien Giovannonni. Enfin, leur valeur sociale, déjà reconnue en Italie (Bologne), fut consacrée par la conférence de l'UNESCO à Nairobi en 1976 ; - le bâti industriel, où la Grande Bretagne a joué un rôle pionnier. La France en a pris conscience après la destruction des Halles de Baltard en 1970. Comme souvent, on s'intéresse à un patrimoine lorsqu'il commence à disparaître de la pratique quotidienne;- l'architecture vernaculaire (propre au pays) et rurale , d'abord protégée par les pays scandinaves qui créèrent des musées de plein air dès les années 1920; - les paysages organisés par l'homme, des sites urbains aux sites ruraux; - la notion de patrimoine s'est élargie en 1988 aux "les lieux de Mémoire" après la publication des cinq volumes de Pierre Nora.

Patrimoine (Culture) ( Wikipédia, l’encyclopédie libre )
http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrimoine_%28culture%29 

La politique du patrimoine jusqu’en 2003 :-D’une politique d’État à une gestion partagée (La documentation française)
http://www.vie-publique.fr/politiques-publiques/politique-patrimoine/index/
 

 

Pavillon Bleu :

 

Label de qualité décerné annuellement par la Fondation pour l'Éducation à l'Environnement en Europe ( FEEE ), association privée basée à Londres et présente dans 20 autres pays européens .Les Pavillons Bleus sont décernés selon quatre critères : 1- l'environnement général de la commune: urbanisme en conformité avec la réglementation , équipements et propreté de l'ensemble des plages, plan de lutte anti-pollution, 2- gestion de l'eau : qualité du réseau d'assainissement et des eaux de baignade, 3- gestion des déchets: absence de décharge brute, collecte sélective des déchets ménagers prévue ou mise en place, 4- éducation à l'environnement ( campagnes de sensibilisation des résidents permanents et des touristes à la propreté et à la qualité de l'environnement. La France, première au palmarès européen 1999, a été devancée en 2000 par l'Espagne pour cause de marée noire.Un nombre record de candidatures avait été enregistrée : 217 communes ( contre 194 en 1999 ) et 113 ports de plaisance (contre 91 en 1999 ) .Sur ces chiffres 63 communes et 28 ports étaient situés dans les 5 départements touchés en totalité ou en partie par la marée noire : Finistère, Morbihan, Loire-Atlantique, Vendée et Charente-Maritime. 107 communes côtières ( 349 plages ), dont 8 situées sur le littoral atlantique  souillé par la marée noire , et 82 ports de plaisance , dont 18 situés dans la zone touchée par l'Erika , sont les lauréats 2000 du Pavillon Bleu .C'est le bassin Rhône Méditerranée- Corse (RMC) qui arrive en tête avec 45 communes labellisées pour 63 candidatures .On notera que Saint-Tropez a été recalé cette année pour deux raisons . En premier lieu une des sept plages de la station est polluée épisodiquement de manière récurrente .En second lieu Saint-Tropez n'a pas satisfait à un des critères d'obtention du label selon lequel la moitié au moins des plages de la commune doit avoir des eaux de bonne qualité.


 

 

Pays  ( cf. - " Bassin de vie " ) :

 

Ce concept est développé dans les lois d'aménagement du territoire de 1992 et de 1995 qui incitent les communes à se regrouper en unités cohérentes (culturelles, géographiques, économiques, touristiques , etc... ) afin de poser les bases d'un développement économique plus harmonieux et plus efficace. On peut définir le pays comme un territoire présentant une unité d'ordre géographique et/ou historique et/ou culturelle , etc... Cette unité conférant aux communes membres un sentiment d'appartenance marqué à une même sphère géographique et culturelle ainsi que la conviction de partager une même communauté de destin. L'idée de base du Pays est celle d'un territoire fortement approprié par ses habitants et exprimant son identité par des projets communs de développement local dans lesquels le Tourisme peut jouer un grand rôle. Ce n'est ni un échelon administratif, ni une collectivité territoriale .

 

 

Pays d’Accueil Touristique  :

 

C'est aujourd'hui un label national géré par la Fédération Nationale des Pays d'Accueil Touristiques (F.N.P.A.T.). A l'origine le P.A.T constitue un ensemble communal cohérent sous l’angle de son intérêt touristique et où la coopération peut s’organiser. Créés en 1976 les P.A.T ont connu un succès rapide. Ils constituent une structure majeure du Tourisme Vert car ils concernent environ 20 % du territoire national. Ils se sont réunis en 1988 dans le cadre d'une fédération nationale. Ils possèdent une agence de voyages: Qualitour, chargée de commercialiser leurs 65 produits actuellement labellisés. Les P.A.T ont une mission clairement déterminée par une charte  et ils doivent agir en partenariat avec les administrations et les collectivités impliquées  dans le développement touristique local ( cf. PY P. , 1991, op.cit., p.167 -168 ). "Un Pays d'Accueil Touristique est une destination touristique à la Campagne  avec une promesse pour le client (...). Le Pays d'Accueil Touristique donne la tonalité  ( ... ) et devient garant de la qualité " (Charte des Pays d'Accueil Touristique, avril 1994 ). Le Pays d'Accueil Touristique est "une affirmation du Tourisme de Pays  avec un contenu très fort  : tourisme de découverte , tourisme de Nature , tourisme de patrimoine et de la Culture, tourisme de rencontre basé sur l'authenticité et la qualité  " ( HENRY O., secrétaire général de la Fédération Nationale des Pays d'Accueil Touristique ) .

 

 

Pays d'Art et d'Histoire :

 

Concept développé en 1985 faisant suite et dans la lignée des conventions " Villes d'Art " . C'est aussi un label déposé la même année à l'Institut National de propriété industrielle. Le premier Pays d'Art et d'Histoire a été créé en 1987. Dans un premier temps le label était attribué sur le seul critère de qualité du Patrimoine, d'autres critères sont ensuite intervenus : la volonté de la collectivité territoriale d'animer et valoriser son patrimoine, l'insertion du label dans une vision globale d'un projet culturel du pays, la volonté d'établir une synergie des différents acteurs du territoire, l'articulation avec les autres types de conventionnement de la Direction de l'Architecture et du Patrimoine ( secteurs sauvegardés, ZPPAUP, ... ). Le candidat au label dépose un dossier de candidature  auprès de la Direction Régionale des Affaires Culturelles. Le dossier est instruit en partenariat entre la D.R.A.C et le service central , puis soumis à l'avis du Conseil National des Villes et Pays d'Art et d'Histoire. La convention doit s'assortir de quatre objectifs précis : - sensibiliser la population locale, - initier le public jeune au Patrimoine , - cultiver un Tourisme de Qualité , - mettre en place une politique de communication autour du Patrimoine. La convention prévoit aussi la réalisation d'une salle d'architecture et du Patrimoine appelée à devenir un centre d'interprétation concernant le Patrimoine du Pays. La collectivité concernée s'engage à mettre en place un service d'animation du Patrimoine sous la responsabilité d'un animateur du Patrimoine et à soutenir financièrement les actions mises en oeuvre. Pour assurer le lancement et le suivi de cette politique la ville doit établir une commission de coordination  à laquelle participe le ministère. Ce dernier apportant un concours financier, scientifique et technique à la collectivité locale. Il existe à l'heure actuelle ( chiffres de janvier 2001 ) 17 Pays d'Art et d'Histoire .

 

Paysage :

C'est un élément essentiel de la publicité touristique. Il peut se réduire à une " image décor standard " prétexte publicitaire engendrant l'indispensable dépaysement chez le Touriste. C'est un paysage- décor peu utilisé mais intensément regardé et qui constitue un élément indissociable de l'ambiance touristique générale .Le paysage peut aussi jouer un rôle plus actif en devenant support de l'activité touristique. C'est le cas de la montagne alpine devenues support incontournable de la pratique des ports d'hiver. Ce paysage peu regardé  joue un rôle touristique déterminant.  

 

Paysage humanisé :

 

C'est un paysage aménagé par l'Homme en vue de le mettre à sa convenance .

 

 

 

Paysage naturel :

 

Paysage dans lequel l'intervention humaine n'est pas directement visible . 

 

 

 

Paysage source :

 

Selon J. P Lozato-Giotart ( 2006 ) c'est un paysage considéré comme une ressource touristique .

 

 

 

Pèlerinage :

 

C'est un déplacement organisé vers un lieu marqué par la vie ou les actes d'une personne reconnue comme sainte  ou par la rencontre de celle-ci avec un signe de l'Au- Delà considéré comme un miracle .

 

 

 

Péniche-hôtel :

 

Ce sont d'anciennes péniches réaménagées d'une capacité moyenne de 12 lits. Ce produit a surtout été développé sur les canaux de Bourgogne . Il permet à une clientèle , majoritairement étrangère de découvrir les sites , la gastronomie et le vignobles bourguignons.

 

 

 

" Pénichette " :

 

La silhouette de cette embarcation rappelle celle des bateaux fluviaux de commerce traditionnels . C'est un type de coche de plaisance équipé d'un confort optimal pour permettre aux personnes embarquées de vivre à bord dans les meilleures conditions possibles ( chambres  simples ou doubles, salles de bains, douches , cuisines ). La conduite de ce type de bateau n'exige pas que le pilote soit titulaire d'un permis de conduire sauf sur certaines zones où la navigation est réputée difficile. Ce produit touristique a été importé dans les années 1970 par les britanniques .

 

 

 

Pension complète :

 

"American plan ".Formule de séjour hôtelier comprenant la disposition d'une chambre ou d'un appartement et la fourniture du petit déjeuner continental et de deux autres repas.

 

 

 

Période d'ouverture :

 

Époque de l 'année où la prestation se trouve ouverte à tous les publics, sans exclusion ce qui implique l'indication des périodes de fermeture pour congés annuels, jours fériés, fin de semaine...

 

 

 

P.E.R. (Plan d'exposition aux risques) :

 

Les P.E.R. constituent une servitude d'utilité publique pour les secteurs soumis à des risques naturels majeurs tels que inondations, avalanches, mouvement de terrain ou séismes. Ils définissent des zones " rouges " réputées inconstructibles, des zones bleues ou des utilisations ou occupations légères sont autorisées sous réserve du respect des prescriptions édictées par le règlement du plan et des zones "blanche" sans risques prévisibles. Ce document, en affichant la nature du risque, permet de fixer les règles de prévention et lie les indemnisations éventuelles à l'accomplissement de cette prévention. Le décret du 3 mai 1984, la circulaire 67 du 20 juin 1988 et le décret du 11 octobre 1990 encadrent sa mise en œuvre, prescrite par arrêté préfectoral.

 

 

Permis de construire :

 

Quiconque désire entreprendre ou implanter une construction à usage d'habitation ou non, même ne comportant pas de fondations doit, au préalable, obtenir un permis de construire sous réserve des dispositions des articles L 422-1 à 5. Cette obligation s'impose aux services publics de l'État, des régions, des départements et des communes comme aux personnes privées. Sous réserve des dispositions des articles L 422-1 à L 422-5, le même permis est exigé pour les travaux exécutés sur les constructions existantes, lorsqu'ils ont pour effet d'en changer la destination, de modifier leur aspect extérieur ou leur volume et de créer des niveaux supplémentaires.

 

 

Personne morale :

 

Opposé à " personne physique ". Toute personne morale doit posséder des statuts  qui définissent avec précision dans quelles conditions sont désignées les personnes qui ont le pouvoir d'agir en son nom. Le patrimoine de la personne moral est totalement distinct de celui de son dirigeant , même si la personne morale n'est pratiquement constituée que d'une seule personne physique .

 

 

P.I.C (Programme d'Initiative Communautaire) :

 

Les P.I.C sont financés par les fonds structurels européens et ils permettent de traiter un problème spécifique ou de mettre en oeuvre des actions pilotes .Ils constituent pour la Commission Européenne une possibilité d'intervention directe dans des secteurs jugés prioritaires ou essentiels à l'achèvement du Marché Unique .L'initiative Leader s'appliquant aux zones rurales fragiles est un exemple démonstratif de Programme d'Initiative Communautaire .

 

 

Piétonnier (Sentier) :

 

C'est un itinéraire aménagé , ou créé spontanément soit sur le domaine public, soit à travers des propriétés privées, pour permettre le passage des piétons (et d'eux seuls, à l'exclusion notamment des cavaliers et des pratiquants de V.T.T). La fréquentation du sentier piétonnier doit être maintenue à un niveau tel que le piétinement , en abîmant les sols, ne devienne pas un facteur d'accélération de l'érosion et de dégradation de l'écosystème. Cette gestion des sentiers peut conduire à la mise en place de divers aménagements destinés à freiner leur détérioration ( escaliers rustiques, systèmes de drainage des eaux, etc ... ) .

 

 

Plage :

 

Accumulation de matériaux meubles et mobiles d’origine surtout fluviales apportés par le déferlement et les courants côtiers . Cette partie du littoral se caractérise par l'instabilité de sa masse sédimentaire et donc par l'impossibilité de peuplements animaux ou végétaux stables. Les plages sont généralement constituées de matériaux sableux, mais dans certaines régions le terme est étendu à des accumulations de galets. Le terme n'est guère utilisé , dans le langage courant ,  avant le milieu du XIXe siècle . A partir de cette époque, la plage devient un lieu touristique fréquenté pour les bains de mer, ainsi que pour d'autres activités  ( bronzage , jeux de plage, etc ... ) .

 



Plage aménagée :

 

Rivage plat et découvert qui se termine en pente douce qui dispose d'aménagements tels qu'escaliers d'accès, sanitaires, tentes, vestiaires, etc...

 

 

Plage artificielle  :

 

C'est une plage créée de toutes pièces ( ex-nihilo ) en un lieu où il n'y avait pas de plage antérieurement. La création d'une plage artificielle se distingue de la réalimentation des plages qui est une simple restauration .Une plage artificielle ne peut connaître une certaine pérennité que si 'on créé les conditions d'un maintien durable du sable apporté de l'extérieur sur la plage. Divers aménagements doivent être mis en place : création de barres latérales interdisant la dérive littorale, création d'une rampe régulière sur l'avant-côte, etc ... Il faut aussi que le sable apporté soit suffisamment grossier pour se maintenir sur la plage artificielle malgré la forte énergie de la Mer qui avait, jusqu'alors , empêché son maintien sur cette portion du littoral. Une plage artificielle n'est établie qu'après une étude économique approfondie garantissant que sa fréquentation couvrira les frais engagés. Cet impératif de rentabilité à court   terme explique que nombre de plages artificielles sont payantes ou concédées en location à des exploitants qui acquièrent ainsi le droit d'en louer une partie. Seule une bande garantissant l'exercice du droit de passage doit, dans tous les cas , être préservée .

 

 

Plage de poche :

 

Le terme désigne une couverture sableuse peu épaisse (généralement moins de 5 mètres) recouvrant un socle rocheux aplani ( avant l'Holocène ) et située dans le fond d'une baie rocheuse et ouverte . Ce type de plage est fréquent en Bretagne .


 


Plaine :

 

C'est une surface plane ou légèrement ondulée  sur laquelle les rivières coulent à fleur de sol.

 

 

Plaisance :

 

Forme de navigation pratiquée pour l'Agrément ou pour le Sport. La navigation de Plaisance apparaît en Angleterre dès la fin du XVIIIe siècle sous la forme du " Yachting " qui connaît un essor fulgurant dans les pays anglo-saxons de la première moitié du XIXe siècle. Jusqu'à la Seconde Guerre Mondiale ce type de loisirs reste l'apanage quasi-exclusif d'une minorité de privilégiés . La démocratisation de cette activité ( surtout à partir des années 60 ) est liée à différents facteurs : - la mise au point de nouvelles techniques et de nouveaux matériaux de construction, - le rôle de certains pionniers (comme Philippe Vianney, fondateur en 1947 du Centre Nautique des Glénan), - le développement des loisirs et l'augmentation du pouvoir d'achat durant les " Trente Glorieuses ". En 1951 la France comptait 25000 bateaux de plaisance immatriculés , 552000 en 1981 et plus de 900000 en l'an 2000 .


 

 

Plaisance fluviale de croisière :

 

Elle s'effectue à bord de bateaux fluviaux français ou étrangers habitables qui fréquentent le réseau national.

 

 

Plaisance fluviale de transit :

 

Elle se pratique à bord de bateaux habitables non immatriculés comme bateaux   fluviaux français .Ce sont des bateaux étrangers ou maritimes français qui utilisent le réseau national des voies navigables intérieures pour relier les différentes zones de navigation maritimes  telles que la liaison Manche Atlantique, la liaison Atlantique Méditerranée , etc...

 

 

Plaisance pré littorale :

 

Elle désigne des bateaux immatriculés dans les quartiers maritimes mais qui stationnent sur le domaine public fluvial , souvent pour hiverner en eau douce à l'abri de la Mer. Hormis leur séjour hivernal ces bateaux naviguent peu sur le réseau fluvial.

 

 

Plaisancier :

 

Usager de la Plaisance . N. BERNARD ( 2000 , p. 69 et suiv.) distingue plusieurs catégories d'usagers : - les plaisanciers résidants "usagers locaux utilisant très régulièrement le port, équipement de proximité dans lequel ils effectuent l'essentiel de leurs dépenses nautiques ", - la clientèle extérieure fidélisée " (elle ) ne réside pas près du port, mais y est attachée de diverses façons : par la possession d'une résidence secondaire, par la présence sur place de membres de la famille, ( etc... ), - les plaisanciers de passage, " groupe plus fluctuant qui compose une véritable clientèle touristique " .

 

 

Plan :

 

C'est un projet qui vise à atteindre une série d'objectifs pour l'aménagement de l'Espace et qui retrace les moyens nécessaires pour les atteindre .C’est aussi un document qui rassemble l’ensemble des dispositions arrêtés par les autorités publiques pour l’exécution d’un projet se proposant de résoudre un problème économique ou social. Les plans peuvent concerner l’ensemble de la vie économique ou seulement un secteur d’activité ou encore une région .


 

 

Plan Départemental des itinéraires de Randonnée et de promenade (P.D.I.R.P ) :

 

Document institué en 1983 ( loi 83-663 du 22 juillet 1983 ) dont "l'objectif est de favoriser la découverte des sites naturels et des paysages en développant la pratique de la randonnée ".Sont surtout visée par le texte de loi la pratique de la randonnée pédestre ainsi que la randonnée équestre. Les conseils généraux ont obligation d'établir un schéma départemental de randonnée et de promenade. Le projet de plan est ensuite soumis aux collectivités locales directement impliquées dans l'élaboration des tracés concernés

 

 

Plan de zones sensibles aux incendies de forêt :

 

Ce plan détermine les zones dans lesquelles les travaux de construction sont soit interdits, soit soumis à des conditions particulières de sécurité et définit les mesures de prévention à mettre en oeuvre dans les secteurs construits, tant par les propriétaires que par les collectivités ou établissements publics. Élaboré sous la responsabilité du préfet en concertation avec le conseil régional ou le conseil général et après consultation des communes concernées, ses effets sont ceux d'une servitude d'utilité publique affectant l'utilisation du sol ( loi 91 du 3 janvier 1991 et décret 273 du 23 mars 1992 ).

 

Plateau:
 

Surface plane entaillée par des vallées encaissées .

 

 

Platier :

 

C'est une plate-forme rocheuse occupant l'emplacement d'une ancienne falaise qui a reculé sous l'effet de l'érosion dans sa partie aérienne , mais dont il subsiste les fondements dans sa partie sous-marine . Le terme est synonyme de " plate-forme d'abrasion" et de " plature " .

 

Pluie :

Précipitation atmosphérique liquide  formée de gouttes d’eau issues des nuages ; le diamètre de celles-ci varie généralement entre 0,5 et 4mm ( S’il est compris entre 0,1 et 0,4 mm , il s’agit de la bruine, appelée aussi crachin en Bretagne ). Le processus de déclenchement de la pluie varie selon les zones climatiques .Dans les pays tempérés et froids , les gouttelettes d’eau surfondue  (liquide bien qu’à une température inférieure à 0°C ) qui , au sommet d’un nuage voisinent avec des cristaux de glace, s’évaporent et se déposent sure ces cristaux , qui tombent par gravité  et fondent en traversant les couches plus chaudes de l’atmosphère .la pluie ne se déclenche que si la masse d’air se refroidit dans toute son épaisseur, généralement sous l’effet d’une ascendance violente, dont les causes permettent de distinguer plusieurs sortes de pluie :  - les pluies littorales  où un flux d’air marin franchissent le littoral est ralenti par frottement et s’élève, - les pluies orographiques résultant de la rencontre d’un relief qui oblige la masse d’air à l’élever le long des pentes, d’où pluies sur le versant au vent, avec effet de fohn sur le versant sous le vent; - pluies de convection thermique  sous les latitudes équatoriales quand le fort réchauffement du sol provoque  une ascendance de l’air dont l’humidité se condense en lourds cumulus, - les pluies cyclonales  liées à un phénomène d’ascendance le long des fronts froid et chaud des perturbations ( l’air froid plus lourd glisse sous l’air chaud et le chasse en altitude où il se condense ).Le passage d’une dépression cyclonale se traduit de ce fait  par des pluies fines de front chaud, suivie d’une brève éclaircie et de fortes averses de front froid .la quantité de pluie tombée en un lieu  et son intensité se mesurent à l’aide d’un pluviomètre .

 

Plus Beaux Villages de France :

L'association "Les Plus Beaux Villages de France" a été créée en 1982 dans le dessein de protéger , promouvoir et développer les communes identifiées par son label. Les critères d'adhésion obligatoires concernent surtout le caractère rural de la commune (la population agglomérée au chef-lieu doit être inférieure à 2000 habitants), la présence d'un patrimoine architectural et/ou naturel attesté par au moins deux périmètres de protection concernant un monument ou un site inscrit ou classé. La commune doit aussi répondre à d'autre spécificités tant urbanistiques (abords du village entretenus, homogénéité des constructions , diversité des cheminements ) qu'architecturales ( Choix des matériaux et des couleurs, etc...).la qualité du patrimoine doit s'accompagner d'une volonté manifeste de le promouvoir à travers des animations et manifestations diverses. En 2000 le label concernait 139 villages français, la plupart situés dans les zones rurales touristiques du sud de la France ( Lot, Aveyron, Dordogne, Corrèze, Vaucluse ).

Les plus beaux villages de France
http://www.les-plus-beaux-villages-de-france.org/

 

Pluviométrie ( Régime pluviométrique ) :

Pour mettre en évidence la manière dont se répartissent  les précipitations au cours des saisons, on établit des graphiques où sont reportés les hauteurs moyennes mensuelles des précipitations .On établit pour chaque mois un coefficient pluviométrique en rapportant la valeur moyenne observée  à ce que serait la hauteur mensuelle d’eau si les pluies étaient distribuées de façon rigoureusement égale  pour chaque jour de l’année . 

 

 

Pôle d'Économie du Patrimoine ( P.E.P ) :

 

C'est une démarche territoriale s'appuyant sur le patrimoine diversifié des territoires pour développer des projets économiques . Elle permet de fédérer l'ensemble des habitants et des acteurs locaux autour d'un projet dans une logique de développement durable .Le P.E.P s'organise autour du principe de l'intercommunalité et il peut prendre la forme d'une association, d'un syndicat intercommunal ou d'une communauté de communes .Les exigences préalables à la mise en œuvre de la démarche sont: un territoire cohérent, un thème patrimonial fédérateur et un projet de développement global. A la date de 2001,  37 P.E.P avaient déjà été créés et une dizaine étaient en projet . Parmi les P.E.P lancés en 2001, on peut citer : un P.E.P dans le Vaucluse " Ocres, argiles et terres du Lubéron " sur la valorisation des ressources minérales et la revalorisation de ces filières, un " P.E.P littoral varois " centré sur l'ancien site militaire des Bormettes et sur la gestion du paysage littoral du massif des Maures à la rade d'Hyères, etc....


 

 

Politique Qualité :

 

Dans une entreprise ou sur un territoire la démarche qualité s'inscrit dans une politique dynamique et mobilisatrice . Elle est un élément stratégique intervenant dans l'optimisation des ressources d'une entreprise ou d'un territoire. Les outils de la Qualité sont de quatre types : - les contrôles, - les cercles de qualité, - les actions de formation, - l'assurance qualité .Les cercles de qualité sont des petits groupes de 5 à 10 volontaires appartenant au même atelier ou au même bureau de l'entreprise. Ce cercle se réunit régulièrement afin d'identifier, d 'analyser et de résoudre les problèmes de qualité et autres ( sécurité, productivité, etc… ).Ils élaborent une solution grâce au travail en groupe. La formule cercle de qualité peut être utilisée dans une ville ou dans un territoire pour analyser les conditions de développement ou pour optimiser les ressources locales .Les actions de formation sont destinées à initier aux techniques modernes de vente et de gestion . L'assurance- qualité peut se définir par un ensemble d'opérations comme l'élaboration d'une charte d'accueil ou de qualité, la création d'une image de marque commune à des points de vente , etc…

 

 

Port de plaisance

 

Abri et aire de stationnement pour les navires de plaisance. La France possède à l'heure actuelle 261 ports de plaisance maritime et 35 ports de plaisance fluviaux. Ils offrent environ 160 000 places à flot. Ce réseau portuaire français est un des mieux structurés du Monde : 70% des ports de plaisance maritimes et fluviaux sont regroupés au sein d'une fédération Française des ports de Plaisance créée en 1979. Diverses typologies ont été élaborées concernant les ports de Plaisance . La plus récente (N. BERNARD, 2000, p. 26 et suiv. ) distingue 4 types de port : - Les "ports en site naturel " implantés dans des sites présentant des qualités d'abris naturels, -Les "ports de Plaisance réalisés dans des infrastructures préexistantes", - Les ports de Plaisance présentant " des structures lourdes réalisées en avant du trait de côte", - "Les ports de très grande capacité d'accueil réalisés en retrait du trait de côte " .

 

 

Port à sec ( " Dry berthing " ) :

 

La formule consiste à ranger sous des hangars les navires de plaisance entre deux sorties en Mer . Les bateaux sont placés sur des râteliers par des chariots élévateurs. Les "ports à sec " offrent de nombreux avantages pour la collectivité d'accueil et pour les plaisanciers: limitation de la consommation d'espace littoral, coût inférieur aux structures portuaires lourdes, gain de place non négligeable, facilité pour le gardiennage et la maintenance des navires, etc... Mais ce mode d'aménagement portuaire présente aussi des inconvénients : - manutention délicate des navires dans les secteurs du littoral à fort marnage, esthétique discutable des hangars de stockage. Ce type de port de plaisance est né aux États-unis où il a rencontré un certain succès. Il s'est développé récemment sur la côte française ( Martigues, Toulon, La Ciotat, Mandelieu-La Napoule, ... ).
 

 

Port d'hivernage :

 

C'est un port bien abrité et où les bateaux , qui ne sortent pendant durant l'hiver , peuvent trouver un abri sur ( bassins d'hivernage ) pendant la mauvaise saison .

 

 

P.O.S. : Plan d'Occupation des Sols ( L 123-1 et suiv. du Code de l'urbanisme), actuellement : P.L.U ( Plan local d'urbanisme )

 

Le POS prend en compte, sur le territoire d'une commune, les objectifs de protection et les besoins en matière d'aménagement, notamment l'habitat, l'emploi, les services et les transports des populations actuelles et futures. Il fixe les règles d'utilisation du sol et détermine un droit d'utilisation opposable aux tiers pour chaque parcelle. Il définit les affectations futures à usage collectifs (emplacements réservés ). L'ensemble de ces orientations et dispositions sont réunies dans un règlement et des plans à l'échelle cadastrale accessibles au public dès approbation. Le POS est défini par les articles L.123 et R.123 du code de l'urbanisme. L'élaboration est menée sous l'autorité et la responsabilité de la commune avec l'association obligatoire des services de l 'État et, à leur demande, d'autres personnes publiques ( collectivités locales ou chambres consulaires). Il peut être révisé à l'initiative de la commune ou de l'État. La loi sur la solidarité et le renouvellement urbains, qui doit être examinée en deuxième lecture à l'Assemblée Nationale à partir du 27 juin 2000, transforme le P.O.S en P.L.U (Plan Local d'Urbanisme ). Il devra comporter un véritable projet urbain et non un simple zonage définissant l'affectation des sols ( Un exemple de P.O.S : celui de Ferney-Voltaire).

 

Le Plan local d’urbanisme (PLU)
http://www.lacub.com/projets/02_plu.shtm 

Le Plan local d’urbanisme ( PLU ) ( Wikipedia, l’encyclopédie libre)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_local_d'urbanisme 

Le PLU, plan local d’urbanisme
http://www.gralon.net/articles/immobilier--location-vacances/liens-utiles/article-le-plu--plan-local-d-urbanisme-253.htm


 

P.R :

 

Label octroyé par la Fédération Française de Randonnée Pédestre ( F.F.R.P. ). Le P.R ( Itinéraire  de Promenade et de Randonnée ) est un itinéraire de randonnée et de promenade en boucle, d'une durée assez courte ( de quelques heures à une journée maximum )et balisé en jaune ( trait horizontal de 10 X2 cm). Les critères souhaitées par la F.F.R.P pour la labellisation de sentiers en sentiers de Promenades et de randonnée sont les suivants : - proposer des points de départ situés à proximité de zones d'accueil (villages, hameaux, sites touristiques, etc…), - offrir des possibilités de stationnement à la fois suffisantes et intégrées à l'environnement et prévoir éventuellement un ravitaillement, une restauration, un hébergement, - offrir dans un secteur donné des circuits de longueurs et de difficultés variées pouvant éventuellement se combiner entre eux. 

 

 

P. R. N. : Périmètre de risques naturels.

 

Ce document délimite une zone soumise à un risque connu et soumet les terrains exposés à des conditions spéciales de construction ou à l'interdiction totale de construction (article R 111.3 du code de l'urbanisme). Le périmètre est prescrit par le préfet.
 


 

Pratiques culturelles  :

 

Ce sont des activités de consommation, de participation, voire de création, liées aux loisirs et aux communications, à la vie intellectuelle et artistique : lecture, télévision, cinéma, théâtre, fréquentation des musées et des monuments , etc… L’INSEE  entreprend  régulièrement  des enquêtes sur les pratiques culturelles  des français  mettant en évidence des différences significatives  selon les catégories socio-professionnelles et le lieu de résidence. Le qualificatif «  culturel » est employé ici dans son acceptation française  d’origine  (« culture de l’esprit»)  tout en ayant un sens plus large que celui de culture savante

 



Précipitation :

Phénomène atmosphérique apportant au sol, par une chute , les produits de la condensation. Les précipitations peuvent survenir sous forme liquide ( pluie, bruine, crachin ) ou sous forme solide (grêle, grésil, neige ). Les précipitations sont toujours engendrées par des ascendances ( déplacement de l'air du bas vers le haut )qui par détente et refroidissement entraîne la formation de vapeur d'eau. Les gouttelettes issues de ce phénomène de condensation ne descendent vers le sol qu'après une phase de grossissement liée à divers processus. Les types de précipitation sont déterminés par les mécanismes des ascendances : ascendances frontales, cyclonales, convectives, ascendances d'instabilité, ascendances forcées au dessus d'un relief, etc...

 

 

Pratiques touristiques :

 

Le terme désigne l'ensemble des actes accomplis par un touriste durant son déplacement touristique.


 

Prestation :

 

Les prestations touristiques sont les sous-ensembles composant le produit touristique: hébergements, restaurants, transports, etc....

 

 

Prestation non assurée :

 

Prestation initialement programmée, mais commercialisée par le prestataire.

 

 

Produit de terroir :

 

Ce sont des produits spécifiques d'un territoire et de l'histoire de ce territoire. Les pouvoirs publics ont instauré des critères permettant d'identifier la qualité de ces produits  : Appellation d'Origine Contrôlée (A.O.C), les labels rouges, les certifications de conformité et le label" Agriculture biologique ". Les labels européens ont été adoptés par la France en 1992 : Appellation d'Origine Protégée (A.O.P), Indication Géographique Protégée (I.G.P), Attestation de Spécificité ( A.S ) .

 

 

Produit intérieur brut ( P.I.B ) :

 

C'est la valeur de la production réalisée  à l'intérieur du territoire  d'un état au cours d'une année  par l'ensemble des agents économiques  y compris les entreprises étrangères installées dan le pays. Le P.I.B est calculé à partir de la somme des valeurs ajoutées  c'est à dire la valeur de la production des entreprises  diminué des consommations intermédiaires  qu'elles utilisent pour produire (matières premières, bien intermédiaires, énergie ) .Il prend en compte l'ensemble des biens et des services payants ainsi que ceux qui sont fournis gratuitement par les services publiques . Il est utilisé comme un instrument de mesure de la production d'un pays et son taux de croissance sert à exprimer la croissance économique.

 

 

Produit national brut ( P.N.B ) :

 

C'est la valeur de la production réalisée au cours d'une année par l'ensemble des agents économiques nationaux y compris la production qu'ils réalisent hors de leurs pays. Le PNB est calculé en faisant la somme des valeurs ajoutées des différentes entreprises d'une même nationalité produisant sur leur territoire national ainsi qu'à l'étranger. Le PNB peut être très différent du PIB dans les pays en développement où l'activité des entreprises étrangères est importante. En revanche, leurs valeurs sont proches dans un pays comme la France compte tenu du fait que si de nombreuses entreprises françaises produisent à l'étranger ont au même moment une production sur le territoire français .

 

 

Produit touristique :

 

Élaboration d’une offre touristique mise sur le marché. Dans une définition restrictive c’est un assemblage ou une combinaison de prestations et de services (hébergement, restauration, animation, transport, etc…) autour d’un site ou d’une activité particulière ( " On qualifie de produit  une attraction touristique , naturelle ou culturelle, un lieu avec ses équipements distractifs, voire un hébergement ou une activité pratiquée , qui sont proposés à la curiosité et à la consommation des visiteurs , sans élaboration commerciale affinée " ( CAZES, 1992, p. 69 ). Par extension on qualifiera de "produit touristique " une attraction touristique , un lieu équipé pour le tourisme, un type d’hébergement ou une activité touristique sans qu’ils fassent pour autant l’objet d’une élaboration commerciale cohérente. Le produit touristique présente un certain nombre de traits spécifiques : - il est impalpable, - il conjugue simultanément production et consommation, - il fournit un service qui ne peut être stocké,- il ne bénéficie d'aucune  protection légale  ( il n'existe ni brevet d'invention ni brevet d'exploitation pour un voyage par exemple ) (cf. LOZATO - GIOTARD J.P., 1991. - op.cit. , cf. Diachronie du produit touristique , p. 257, fig. 81 ).


 

 

Produit à forfait :

 

Produit touristique vendu pour un prix forfaitaire, inférieur à la somme des prix publics des prestations de services complémentaires  qui le constituent, justifié par leur réservation et leur consommation globale .

 

 

Produit à la carte :

 

Produit touristique assemblé par le consommateur à partir d'une gamme de propositions de prestations  de services pré- sélectionnés  par le producteur, et dont le prix , négociés en vue d'une fréquence de ventes  à de nombreux acheteurs,permettent d'accorder une tarification forfaitaire .

 

 

Produit à thème :

 

Produit touristique constitué autour d'une activité dominante à caractère sportif , culturel, éducatif , ludique ou autre . 

 

Produit fermier   :

 

Cette dénomination est réservée aux produits finis commercialisés par les agriculteurs eux-mêmes, individuellement ou collectivement .C'est un produit régional générateur de valeurs économiques sous trois conditions : - la vérité de ses qualités spécifiques qui les distingue du produit courant, - le respect des normes sanitaires strictes lors de sa transformation, - l'organisation commerciale comme moteur d'entraînement du processus de valorisation .

 

 

Produit intégré :

 

Produit touristique dont toutes les composantes ont été assemblées selon un programme de voyages, de séjour ou de croisière qui ne pourra, en principe, pas être modifié .

 

Produit "pull" :

 

Produit qui attire les consommateurs et que ceux-ci demandent spontanément, en raison de son caractère indispensable, de sa situation de service public ou de monopole, d'insuffisance de l'offre par rapport à la demande ou bien de forte notoriété.

 

 

Produit "push" :

 

Produit qui doit être "poussé" vers les consommateurs par la distribution et des actions promotionnelles pour en susciter l'identification et en provoquer l'achat, en raison de sa faible notoriété , du contexte concurrentiel et de l'insuffisance de la demande par rapport à l'offre.

 

 

Produit réceptif :

 

Produit touristique ne comprenant pas le transport d'acheminement  depuis la région d'origine  des clients jusqu'à la destination , et organisé par un ( ou des ) prestataire (s ) de services , une agence de tourisme réceptif , un service Loisirs- Accueil ou un Office de Tourisme .

 

 

Programmation :

 

Dans la mise en oeuvre des fonds structurels européens, la programmation est la phase qui est caractérisée par la sélection des projets qui bénéficieront d'un investissement communautaire .

 

Projet :

 

Projeter c'est se représenter les réalités de l'avenir avec la volonté de les infléchir dans un sens conforme à une stratégie et à des objectifs d'action pré-établis. C'est une démarche spécifique qui permet de structurer méthodiquement et progressivement une réalité à venir. Le projet est donc un travail de prospective   ( décrire et évaluer ce qui sera, la réalité à venir ) et un travail de sélection ( assigner ce que l'on veut qui soit ). On peut distinguer un projet de situation qui ne décrit que le résultat terminal et un projet d'action qui décrit aussi les interventions qui doivent permettre de conduire à la situation. La réalisation d'un projet s'inscrit dans le temps ce qui induit qu'il évoluera au cours de son élaboration et qu'il continuera d'évoluer aux différentes étapes de sa réalisation .Il doit donc être l'objet d'ajustements résultant d'une évaluation continue.

 

 

Projet ( de développement touristique ) :

 

Un projet de développement touristique est mis en œuvre pour élaborer une réponse aux besoins d'un utilisateur, d'un client ou d'une clientèle .Il se définit donc en premier lieu par rapport aux buts que l'on souhaite atteindre. Il est aussi caractérisé par les actions qui sont à réaliser afin d'atteindre le but fixé. Il se caractérise par les moyens qui seront utiles à son aboutissement (utilisation de ressources humaines, matérielles, financières; mise en place d'organismes spécifiques , etc…).Enfin il induit des enjeux et des risques qu'il faut déterminer et dont il est nécessaire d'évaluer l'importance

 

 

Projet-pilote :

 

C'est un projet particulièrement démonstratif que la Communauté Européenne entend soutenir particulièrement  afin de favoriser l'émergence de " laboratoires d'idées " qui permettront à terme d'enrichir les politiques européennes. Certains projets pilotes bénéficient d'un financement communautaire de 100% .

 

 

Promenade nordique :

 

C'est une pratique du ski nordique sur des chemins bien reconnus : terrains et conditions faciles, pistes préparées ou en neige vierge et distances réduites .

 

 

Promoteur :

 

C'est un acteur de l'immobilier qui prend le risque d'acheter un terrain à bâtir et de le faire construire lui-même, s'il est à la fois promoteur et constructeur) en espérant  dégager un bénéfice suffisant pour couvrir ses risques et sa marge d'activité. Le plus souvent un promoteur travaille avec de l'argent emprunté. Dans les opérations importantes, d'autres financiers partagent les risques et les profits. Par ailleurs une fois les " fonds propres " rassemblés , des crédits peuvent être obtenus  auprès des banques. Le promoteur peut aussi exercer simultanément la fonction d'aménageur .

 

 

Promotion :

 

C'est la mise en oeuvre de certaines techniques de communication permettant de pousser un produit vers ses clients potentiels   et d'en donner une image positive .

 

 

Protection des sites :

 

Voir site inscrit et site classé, zone de protection ( Z. P. P.A.U. ), monument historique.

 

 

P. S. M.V. : Plan de sauvegarde et de mise en valeur.

 

Ce document, très proche du contenu d'un P.O.S. est établi au sein d'un secteur sauvegardé. Il détermine le secteur dans lequel des ensembles d'immeubles présentant un caractère historique ou esthétique remarquable sont à conserver en l'état, restaurer ou mettre en valeur. Sa mise en oeuvre est définie par les articles L. et R. 313 du code de l'urbanisme. La responsabilité en incombe à l'État.

 

 

Pré-ZAD :

 

Périmètre provisoire de ZAD. Le périmètre de pré-ZAD est opposable aux tiers jusqu'à la publication de l'arrêté de ZAD et au plus tard 2 ans.

 

 

 

 

   

Cliquez la lettre recherchée

 

 
 

 

 

Page  en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme | La bibliographie | L'examen


 


 


 
Cette page a été mise à jour le 27/06/15

Copyright © 2007 by KEROURIO