GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Le référentiel  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015  

 
Dicotour
 

R

   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiel
  Bibliographies

  "Dicotour"
Les mots de la Géographie du Tourisme

 

Raft :

C'est un radeau pneumatique au périmètre complètement fermé ( sans tableau arrière ) , aux extrémités arrondies, symétriques et spatulées, possédant des boudins transversaux à l'intérieur  pour rigidifier l'embarcation et servir de support au cadre. Toutes les longueurs existent , mais les tailles supérieures sont réservées aux très gros torrents tumultueux que l'on ne trouve pas dans nos régions. En France la longueur des rafts varie de 3 à 5,30 mètres pour une largeur comprise entre 1,50 et 2,25 mètres et une capacité de 3 à 10 personnes. L'essor du raft français est survenu au début des années 80 avec , en particulier l'association Aventures Nouvelles  (1982) qui deviendra quelques années plus tard la société A.N. Rafting . Dès l'été 1982 la Compagnie de Rafting des Arcs propose la descente de l'Isère. En 1989 le n°1 français est A.N. Rafting qui compte 89 rafts et réalise   environ 80 000 prestations. A la même époque le bassin de la Durance, lieu de prédilection du raft en France, compte plus de 20 compagnies de raft  qui assurent en haute saison la descente de plus de 200 bateaux par jour. En 1986 les compagnies de raft s'associent au sein du Groupement National de Raft ( G.N.R ) dans le but de légiférer l'activité , de créer un diplôme de moniteur et de mettre au point des normes de sécurité.

 

Rafting :

Produit touristique sportif consistant à descendre des rivières à fort courant  ou ayant des rapides en radeaux pneumatiques - les rafts - d'une capacité de 4 à 8 personnes. Les groupes sont souvent encadrés par un moniteur.

 

Raid nordique :

C'est un déplacement d'un ou plusieurs jours sur un terrain peu accidenté avec un matériel léger : skis, fixations et chaussures de fond .

 

Randonnée :

Ce terme , au sens de longue marche à caractère touristique , date des années 50. Il découle du verbe " randonner : courir longtemps "tombé en désuétude. C’est un déplacement d'agrément d'un ou plusieurs jours qui demande de la résistance physique mais qui, à la différence de l’alpinisme, est dépourvu de dangers. Il comporte habituellement des étapes et se fait le plus souvent en moyenne montagne sur des sentiers balisés dits sentiers de grande randonnée .

 

Rando-Plume :

Cette marque a été créée en 1993 par le regroupement de quatre grandes associations de randonnée: ABRI (Bretagne), CHAMINA (Massif Central), la Grande Traversée des Alpes et Randonnées Pyrénéennes. Elle est attribuée à des hébergements situés sur des itinéraires de randonnée sélectionnés selon des critères de qualité définis à travers la charte (Plume étant synonyme de douillet).

Rando accueil
http://www.rando-accueil.com/Label/RandoPlume.htm 

Les hébergements Rando plume
http://www.chamina.com/pages/randoaccueil/randoplume.asp
 

 

Rapport Piquard :

Rapport remis au gouvernement en 1973 et décrivant les perspectives d’aménagement du littoral français. Écrit par un groupe d’experts de la D.A.T.A.R et préfacé par Jean Fourastié, il sonne l’alarme d’une consommation trop rapide du littoral français ,recommande la création du Conservatoire du Littoral et fonde la doctrine française de préservation des espaces côtiers (tiers naturel, aménagement en profondeur).


 

Recettes du Tourisme :

Il s’agit des dépenses des non – résidents d’un pays réalisées dans un pays au titre de leurs frais de séjour , à l’occasion de voyages touristiques au sens large du terme .

 

Recettes du Tourisme international :

Ce sont les dépenses effectuées dans le pays d'arrivée par les visiteurs internationaux, y compris le paiement de leurs transports internationaux aux compagnies nationales de transport. Elles comportent également tout autre paiement préalable  de biens ou de services perçus par le pays de destination.

 

Récréatif ( Espace ) :

C'est un espace consacré à la récréation, c'est-à-  dire à l'exercice d'activités non productives, purement ludiques .

 

Recréation : 

Le terme «  recréation » (et non « récréation ») est un concept nouveau développé par Knafou (1997 ) dans le dessein de «dépasser les problèmes sémantiques  entre loisirs et tourisme et loisirs touristiques ( ou « tourisme de loisir ») et , d’autre part, de tenter de donner un sens aux pratiques touristiques vues comme, au pire , étant «  gratuites » et, au mieux , ne recouvrant que le «  plaisir » , l’ « agrément» , etc…Est donc mise en avant (… ) la double idée d’intentionnalité et de projet que ne contient pas le terme de récréation » ( EQUIPE M.I.T , 2002.- Tourismes 1 .Lieux communs, Paris , Belin édit., coll. Mappemonde, 320p., p.103-104 ). « Le loisir ne concerne donc pas seulement la récréation, «détente et délassement après une activité plus sérieuse « (… ) , mais toute la recréation, « reconstitution du corps et de l’esprit » ».Dans l’esprit de son auteur le terme de «  récréation » est trop limitatif car il ne fait référence qu’à la dimension ludique et festive du processus touristique et ne prend pas en compte l’enjeu du déplacement touristique visant à la reconstitution, après le travail, du corps et de l’esprit. La recréation est entendu comme un projet se développant selon trois modalités : le repos ( rétablissement, délassement, détente), le jeu (au sens d’« action activité volontaire, accomplie dans certaines limites fixées de temps et de lieu, suivant une règle librement consentie , mais complètement impérieuse, pourvue d’une fin en soi, accompagnée d’un sentiment de tension et de joie , et d’une conscience d’être autrement que dans la vie courante » (EQUIPE M.I.T , 2002.- op.cit., p.110)) et la découverte («rupture avec le quotidien du fait de l’étrangeté des lieux et des pratiques actualisées » ) ( EQUIPE M.I.T , 2002.- op.cit., p.111-112).

 

Récréation

 

Repos venant interrompre un travail . Le terme désigne aussi les activités et les espaces nécessaires à la satisfaction de temps libre . Dans les sociétés industrielles, la récréation prend peu à peu le pas sur les activités productrices, ce qui permet aux sociétés moins avancées d'assurer des débouchés à leurs productions en vendant aux semi- oisifs des pays développés , donc de se développer à leur tour , et de se permettre ensuite de distraire une partie de leur temps pour le consacrer à la récréation .  

 

 

Récréer (se) :

 

Se divertir , se délasser .

 

 

Refuge :

 

Hébergement collectif de type simple, gardé ou non, généralement Situé en montagne et destiné à accueillir pour une ou plusieurs nuits des randonneurs ou des alpinistes.

 

 

Regard :


Un lieu touristique est dépourvu de valeur en lui-même. Il tire son sens du regard des hommes. Ce sont les perceptions socioculturelles d'une époque  qui déterminent la mise en tourisme d'un lieu. Le terme est à mettre entre guillemets (" ... ").Il désigne la sensibilité collective dominante qui présente comme désirable des objets touristiques changeant suivant les périodes .Il induit le passage du lieu, espace indifférencié , au site  distingué et valorisé par un regard sélectif  qui le dote d'un sens nouveau .La distinction de certains lieux (" l'appropriation spectaculaire de certaines portions de l'espace  "(Cazes, 1992) est le résultat d'une alchimie complexe dans laquelle interviennent des archétypes liés aux mythes fondateurs issus de la demande sociale et des représentations mentales. Cette perception du lieu n'est pas statique. Elle n'est pas définie une fois pour toutes, elle est évolutive  dans le temps mais aussi dans l'espace  comme le prouvent, au XXIe siècle, les goûts très variables en matière de tourisme de plage qui caractérisent les occidentaux et certains peuples asiatiques (les indiens, par exemple ).

 

 

Régie : (régie directe)

 

Tous les moyens utilisés pour gérer un service touristique appartiennent à la collectivité . Pour une commune l'exécutif ( le maire ) est l'ordonnateur des dépenses et des recettes , le conseil municipal fixe , par délibération , les tarifs d'accès au service dans le cas d'une prestation payante. Certaines activités peuvent faire l'objet d'une individualisation de la gestion pouvant aller jusqu'à l'institution d'un budget annexe. Ce cas se rencontre souvent pour des établissements à caractère sportif ( piscine , par exemple ).Le budget de l'équipement ne se rattache plus que par son solde au budget général de la collectivité .

 

 

Régie intéressée :

 

C'est un type de délégation de service public .La collectivité confier l'exploitation d'un service public à une personne physique ou morale de droit privé qui en assure la gestion pour le compte de la collectivité moyennant une rémunération calculée sur le chiffres d'affaires réalisé à laquelle peut s'ajouter éventuellement une prime de productivité. La régie intéressée diffère sur deux points de la concession ou de 'affermage : - le régisseur intéresse reçoit sa rémunération de la collectivité et non des usagers , - la rémunération du régisseur intéresse ne dépend pas des résultats financiers de l'exploitation car c'est sur la collectivité que pèse le risque financier.

 

 

Réhabilitation :

 

Il s'agit de l'amélioration d'un bâti déconsidéré par son mauvais état .La réhabilitation se pratique en améliorant les toitures, les façades, le confort sanitaire , etc... Le terme désigne aussi une politique visant à remodeler des espaces considérés comme profondément  dégradés . La réhabilitation est une forme allégée de restauration. Mais elle ne se confond pas avec elle, cette dernière impliquant un retour à l'état initial. Elle ne se confond pas non plus avec la rénovation , terme improprement utilisé pour démolition- construction. Elle permet, en milieu urbain, de régénérer un quartier en évitant la  transformation radicale de son contenu social .

 

 

Relais de Gîtes :

 

Service de réservation (parfois intégré au Service Loisirs-Accueil) ayant pour vocation la commercialisation des gîtes ruraux  de son département . Certains proposent des produits de séjour à forfait comprenant des activités sportives, culturelles ou de loisirs.

 

 

Relais de Tourisme :

 

Établissement commercial d'hébergement classé, doté d'un parc ou d'un jardin et situé en général hors d'une agglomération il offre obligatoirement un service de restauration à caractère gastronomique avec un choix de menus régionaux. Son exploitation est permanente ou saisonnière. (Arrêté du 27 mars 1973).

 

 

Relais du Silence :

 

C'est une association créée en 1986 et qui regroupe 303 établissements dans 15 pays européens  , dont 159 en France , et au Canada . La chaîne dispose de 8500 chambres dont 3700 en France . Son logo représente un oiseau dans un arbre .

 

 

Relais équestre :

 

Structure d'accueil attenante ou très proche d'un centre hippique agréé, destinée à accueillir en logement individuel des cavaliers de ce centre.

 

 

Relais et Châteaux :

 

Chaîne hôtelière française regroupant 411 "maisons de prestige " dans 40 pays. En France environ 150 adhérents proposent un accueil haut de gamme dans des châteaux, des palaces ou des demeures de standing. La chaîne édite un guide accompagné d’une carte de l’Europe.

 

Relais et châteaux
http://www.relaischateaux.com/fr/

 

 

Relais fluvial :

 

Équipement plus complet que la halte fluviale car en plus des éléments propres à celle-ci, il comprend, dans la plupart des cas, une installation de descente à l'eau, des possibilités d'approvisionnement en eau potable et de branchement électrique. Il est possible d'y passer une ou plusieurs nuitées .L'amarrage à l'année y est possible.

 

 

Relais Saint-Pierre :

 

Association créée en 1963 par Pierre Choulet ( hôtelier-restaurateur du Doubs ) et qui compte 50 hôtels répartis dans les 5 grandes régions halieutiques françaises .La marque est aujourd'hui à la disposition du club "Pêche et Tourisme" de Maison de la France pour être attribuée aux hébergements hôteliers développant des produits ou des prestations " pêche " .

 

 

Remarquables (Espaces) :

 

Ce terme est utilisé, pour la première fois , par la Loi Littoral. Il est repris ensuite dans l'article L. 146-6 du Code de l'Urbanisme. Il désigne une partie de ce qui doit être préservé sur le littoral : " Les espaces terrestres et marins, sites et paysages remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel et culturel du littoral, et les milieux nécessaires au maintien des équilibres biologiques " . Un espace remarquable est donc caractérisé par des traits inhabituels qui le distingue des espaces caractéristiques. Il peut s'agit d'un paysage particulièrement beau , d'un site d'une rare qualité, d'une flore comportant des espèces rares et/ou menacées, d'un biotope propice à la survie d'une espèce animale elle-même menacée , etc...

 

 

Remontées mécaniques :

 

Installations techniques permettant de monter au sommet des pentes.

 

 

Remonte-pente :

 

Voir téléphérique, télésiège, téléski . Remontée mécanique grâce à laquelle le client est dit " téléporté " ( terme administratif ) .

 

 

Remplissage :

 

Total des nuitées d'un hébergement , ou autre unité de temps d'occupation des places d'un moyen de transport ou de tout autre équipement d'accueil qui fournit des services à caractère touristique , qui ont été vendues et effectivement utilisées durant la période considérée .

 

 

Renaturation :

 

Le terme désigne un essai de reconstitution d'un milieu dégradé . L'objectif poursuivi est de recréer un ensemble capable d'évoluer spontanément selon des lois purement naturelles .  

 

Rénovation :

 

Terme improprement utilisé ( mais adopté par l'usage et la réglementation) pour "démolition- reconstruction". La rénovation qui concerne en général tout le bâti d'un quartier peut être motivée par : la mauvaise qualité des bâtiments ; par leur inadaptation, qui conduit à remplacer des usines abandonnées par des logements, des logements vétustes par des bureaux ou des logements neufs ; par leur insuffisante occupation du sol ou par leur inadaptation à la circulation automobile, notamment dans les quartiers d'affaires . La rénovation a notamment existé à Paris sous   Hausmann et dans les années 1960-1970 sous l'influence des idées du mouvement moderne. Les critiques formulées à l'égard de la " rénovation - bulldozer " ( exil des anciens habitants, uniformisation sociale de Paris, fortes densités, opposition d'échelle et de style entre le tissu ancien et les quartiers rénovés... ) ont conduit les aménageurs à favoriser davantage la  réhabilitation depuis une dizaine d'années ( ainsi pour le musée d'Orsay, après l'échec des pavillons Baltard des Halles ).

 

Réserve de la biosphère :

En 1971 l'UNESCO lance le programme "l'Homme et la Biosphère" (MAB), pour développer les connaissances scientifiques nécessaires à une gestion saine et durable des ressources naturelles permettant d'assurer le développement économique et social des populations. En 1974/1976: le concept de "réserve de biosphère" est mis au point par un groupe de travail du Programme sur " l'Homme et la Biosphère " de l'UNESCO, et le Réseau de réserves de biosphère voit le jour deux ans plus tard. En 1984 : constitution du "Plan d'action pour les réserves de biosphère", formellement approuvé par la Conférence générale de l'UNESCO et par le Conseil d'administration du PNUE (Programme des Nations Unies pour l'Environnement), qui définit le cadre de cette procédure. Les réserves de biosphère travaillent dans le cadre des accords signés par les États membres de l'UNESCO : la Stratégie de Séville et le Cadre Statutaire du réseau mondial des réserves de biosphère. Leurs directives ont adoptés en 1996 et définissent les principes de fonctionnement des réserves de biosphère. Toutefois en raison de la légitimité des états, leurs applications restent sous la juridiction du pays dans lequel elles se trouvent, et s'appuient en partie sur des espaces légalement protégés, comme des parcs ou des réserves. Les réserves de biosphère sont des espaces qui sont destinés à remplir trois fonctions complémentaires : -Conservation: contribuer à la conservation des paysages, des écosystèmes, des espèces et de la variation génétique; -Développement : encourager un développement économique et humain durable des points de vue socioculturel et écologique;-Appui logistique : fournir des moyens pour des projets de démonstration et des activités d'éducation environnementale et de formation, de recherche et de surveillance continue sur des problèmes locaux, régionaux, nationaux et mondiaux de conservation et de développement durable. Chaque réserve de biosphère présente trois types de zones interdépendantes : -Une ou plusieurs aires centrales bénéficiant d'un statut de protection légal, consacrées à la protection à long terme conformément aux objectifs de conservation de la réserve et d'une taille suffisante pour remplir ces objectifs. Ces aires sont normalement soustraites aux activités humaines à l'exception des activités de recherche et de surveillance continue, voire des activités de collecte exercées par les populations locales. -Une ou plusieurs zones tampons clairement identifiées entourant l'aire ou les aires centrales ou contiguës à celles-ci. Seules des activités compatibles avec les objectifs de conservation peuvent y avoir lieu. Elles peuvent être le lieu de recherches expérimentales destinées, par exemple, à la mise au point de méthodes de gestion des ressources naturelles. Les expérimentations peuvent également porter sur la réhabilitation des zones dégradées. Des installations d'éducation, de formation, de tourisme et de loisirs peuvent y être effectuées. L'accent est mis sur l'utilisation durable des ressources naturelles au profit des communautés locales. -Une aire de transition extérieure où des pratiques d'exploitation durable des ressources sont favorisées et développées. Les populations locales, les organismes chargés de la conservation, les scientifiques, les associations, les groupes culturels, les entreprises privées et autres partenaires doivent y œuvrer ensemble pour gérer et développer les ressources de la région de façon durable, au profit des populations qui vivent sur place. On répertoriait 394 réserves de biosphères en 2001 réparties dans 94 pays. Il y en avait 459 en 2004 et plus de 480 en 2006 réparties dans plus de 100 pays sur les 5 continents. La France compte un total de 10 réserves de biosphère, dont deux sont en révision, n'étant pas conformes au cadre statutaire du réseau mondial (Camargue et Atoll de Taiaro).

Le programme MAB de l’UNESCO
http://www.planetecologie.org/ENCYCLOPEDIE/Droit/3CONVENT/7MAB/0mab.htm

Réserve de biosphère (Outils juridiques pour la protection des espaces naturels)
http://bibliothequeenligne.espaces-naturels.fr/outilsjuridiques/?arbo=les_fiches&sel=reste:fiche&val=0:21

Les réserves de la biosphère en France
http://www.mab-france.org/

 

 

Réserve foncière :

 

Les collectivités locales sont amenées à constituer des réserves foncières afin de poursuivre leur politique d'aménagement et d'équipement public (L. 221-1 et 221-2 du code de l'urbanisme). Voir notamment Droit de préemption urbain, Zones d'Aménagement différé, Conservatoire du Littoral.

 

 

Réserve Naturelle :

 

Elle est créée en application de la loi du 10 juillet 1976 et le décret du 25 novembre 1977 ( codifiés en 1989 ) . Ce sont des parties du territoire d’une ou plusieurs communes, de superficie variable,  qui peuvent être classées en réserves naturelles lorsque la conservation de la faune, de la flore, des eaux, des gisements de minéraux et de fossiles , et , en général du milieu naturel présente une importance particulière ou qu’il convient de les soustraire à toute intervention artificielle susceptible de les dégrader Le classement peut affecter le domaine public maritime et les eaux territoriales françaises .La gestion est confiée à une association , à un organisme spécifique ou à une collectivité locale .La France comptait en 1996 123 réserves couvrant 41000 hectares ( cf. - Code Rural : art. 241-1 à L. 242-28 ; art.R. 241-1 à R. 242 -49 / Circulaire du 19 février 1986 et du 2 novembre 1987 /  Circulaire n° 95-47 du 28 mars 1995 relative aux plans de gestion écologiques des réserves naturelles/Circulaire 97-1 du 7 octobre 1997 relative à la désignation et aux missions organismes gestionnaires ) .
 

Les réserves naturelles de France
http://www.reserves-naturelles.org/accueil/accueil.asp 

Les réserves naturelles ( Ministère de l’écologie, du développement durable …)
http://www.ecologie.gouv.fr/-Reserves-naturelles-.html

  

Réserve naturelle volontaire :

 

Elle peut être demandée par tout propriétaire d'un terrain présentant un intérêt particulier pour la protection de la Nature. L'agrément est accordé par le préfet du département pour 6 ans renouvelables par tacite reconduction. Il s'accompagne d'actions de gestion destinées à maintenir la qualité d'un milieu, d'études scientifiques et d'actions à vocation pédagogique.

 

 

Les réserves naturelles volontaires (INSEE)

http://www.insee.fr/fr/insee_regions/Midi-Pyrenees/zoom/zonage/z_def_ResNat.htm

 

 

 

Résidence de tourisme :

 

Établissement commercial d'hébergement classé, constituant un ensemble homogène de chambres ou d'appartements disposés en unités collectives ou pavillonnaires et doté d'équipements propres en matière de restauration, de services et d'animation. Il est exclusivement affecté à la location, appartient à un seul propriétaire et sa gestion est assurée par un seul exploitant. Il offre des chambres ou des appartements meublés en location à la semaine ou au mois à une clientèle touristique qui, sauf exception, n'y élit pas domicile. Il comporte obligatoirement une capacité minimum d'accueil de 200 lits. C'est une formule intermédiaire  entre l'hôtel de Tourisme et le meublé de Tourisme. Cette catégorie inclut les hébergements collectifs loués à la journée, à la semaine ou au mois. Les résidences sont classées de 1 à quatre étoiles  en fonction des équipements offerts. Les services offerts sont moins étendus que dans les hôtels, les unités d'habitation sont homogènes à la différence des hôtels  et elles sont obligatoirement équipées d'un coin cuisine.Tout en proposant fréquemment des services annexes ( restauration, ménage, ...), la résidence de tourisme est moins coûteuse que l'hôtel .Elle peut disposer d'équipements de loisirs  annexes ( piscine, terrain de tennis , etc... ).  La résidence de Tourisme est exploitée de façon saisonnière. ( Décret du 13 juin 1966 ( J.O. du 14 juin 1966 ) Arrêté du 27 mars 1973 et arrêté du 7 mars 1978 ).En 2004 la France comptait 1300 résidences de tourisme  offrant 455000 lits .

 

 

Résidence secondaire :

 

C'est un logement fixe autre que le logement principal et dont le propriétaire peut disposer à sa guise.

 

Résident :

 

C'est celui qui a sa résidence en un endroit ( Ne pas confondre avec le participe présent résidant ).

 

 

Résidentiel :

 

L'adjectif désigne ce qui est affecté aux résidences principales ou secondaires des habitants d'une région . Un quartier résidentiel est celui dans lequel la majeure partie des constructions sont affectées à l'habitation , et non à l'Industrie et aux Services .

 

 

Restauration :

 

Le terme désigne des opérations visant à remettre en état un ensemble immobilier présentant un intérêt archéologique, historique ou artistique .La restauration se fait dans le respect de l'architecture existante .

 

 

Résultat touristique :

 

C'est le résultat économique du Tourisme pour un pays . Il est calculé sur la base : - de la somme des recettes de son tourisme interne  et du solde de son tourisme international, - ou de la différence entre le total des recettes de son tourisme intérieur  et les dépenses de son tourisme émetteur.

 

 

Ria :

 

Ancienne section de vallée fluviale envahie par la mer lors de la dernière transgression marine .

 

 

Risque majeur :

Le risque majeur résulte d'une juxtaposition entre un aléa et des enjeux humains économiques ou environnementaux. C’est un aléa majeur qui se caractérise par la gravité exceptionnelle de la menace. L’imminence de l'accident provoque une situation de crise telle que "la société se trouve dépassée par l'immensité du désastre".Le risque majeur relève du risque collectif. Les risques domestiques, les accidents de la route, les pollutions chroniques, les risques alimentaires, l'insécurité urbaine n'en font pas parties. Un risque est la confrontation d'un aléa avec des enjeux. Il peut être classé en trois types : Les risques naturels : avalanche, feu de forêt, inondation, crue torrentielle, mouvement de terrain, cyclone, tempête, séisme, éruption volcanique et submersion marine. Les risques technologiques : dus à l'action de l'homme, ils regroupent les risques industriels, nucléaires, biologiques, de ruptures de barrages. Les risques de transports collectifs (personnes, matières dangereuses) sont des risques technologiques. Les enjeux varient selon la localisation de l'accident.

 

Rivages de France :

 

Association des communes gestionnaires des terrains du Conservatoire du Littoral.

 

Rivages de France
http://www.rivagesdefrance.org/

 

 

Riviera :

 

C'est un nom commun qui est issu de l'appellation géographique des rivages italiens  du golfe de Gênes .Par extension le terme désigne un secteur côtier rocheux ( Côte des basques, Côte d’Azur ) abrité des intempéries et occupé par des équipements touristiques dès la fin du siècle dernier .

 

 

Roulotte :

 

Véhicule habitable tracté par un cheval. 

 

 

Route historique :

 

C'est le premier type de route touristique créé en France. La marque a été déposée en 1989 conjointement par l'association "Demeures historiques" et la Caisse Nationale des Monuments Historiques et des Sites " (C.N.M.H.S). Une route historique est crée et animée par plusieurs associations de propriétaires de sites  regroupées pour donner vie à un thème historique fort,   réel ou légendaire et exploiter leurs équipements touristiques. Ces propriétaires sont unis par une charte.Une fédération nationale regroupe 25 routes historiques ( 1999 ). Elle est attributaire de la marque  et contrôle le respect de la charte (Fédération Nationale des Routes Historiques, La Demeure Historique, 57 quai de La Tournelle, 75005 Paris, 01 55 42 60 00 ).
 

 

Route touristique :

 

C'est un itinéraire touristique ayant pour thème le patrimoine bâti, des personnages célèbres, la gastronomie, la Nature, etc... Il en existe plus de 300 à l'heure actuelle. Cette formule permet de relier les prestataires , les lieux , les touristes aux producteurs ainsi que , de manière plus générale, le produit au client. Ce sont des projets collectifs  et structurants pour en territoire en même temps qu'un projet de développement local et d'animation. 

 

 

 

 

Cliquez la lettre recherchée

 

 
 

 

 

Page  en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme | La bibliographie | L'examen


 


 
 


Cette page a été mise à jour le 27/06/15

Copyright © 2007 by KEROURIO