GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Le référentiel  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015  

 
Dicotour
 

S

   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiel
  Bibliographies

  "Dicotour"
Les mots de la Géographie du Tourisme

 

Saison :

Période délimitée de l'année caractérisant un flux de trafic, pouvant avoir une incidence sur la tarification. On distingue la basse saison, la saison intermédiaire, la haute saison.

 

Salon :

Manifestation professionnelle présentant des produits nouveaux dans différents domaines.

 

S.A.R : Société d’Aménagement Régional :

C’est une société d’économie mixte créée au niveau d’une région pour réaliser et exploiter des ouvrages permettant une mise en valeur . Certaines de ces opérations peuvent être de nature touristique .

 

Savane :

Le terme est issu du vocable caraïbe « sabena» et il désigne communément une formation végétale tropicale herbacée et haute au sein de laquelle dominent les graminées à rhizome (Aristida, Imperata, Pennisetum, etc…. Il existe plusieurs types de savanes : des savanes herbeuses (« campos») exclusivement constituée des formations herbeuses, des savanes buissonnantes agrémentées de plantes ligneuses de taille faible à moyenne, des savanes arborées  comportant des arbres généralement regroupés en bosquets, des savanes boisées ou forestières morphologiquement très proches des forêts claires. Ce type d’écosystème se caractérise par une biomasse animale très riche et diversifiée.

 

Schéma Directeur :

Le schéma directeur est un document de planification urbaine qui fixe les grandes lignes de l'aménagement d'une agglomération et de son hinterland sur le long terme ( 20 à 25 ans ).Il a succédé  en 1983 aux S.D.A.U . Document d'orientation, il vise à garantir la cohérence dans l'utilisation des sols et la préservation des équilibres entre espaces naturels et urbanisés. Il fixe les orientations fondamentales de l'aménagement pour les régions concernées compte tenu de l'équilibre qu'il convient de préserver entre l'extension urbaine , l'exercice des activités économiques et la préservation des sites et des paysages naturels ou urbains . Il est défini par les textes figurant aux articles L.121 .10, L.122 et R. 122 du code de l'urbanisme ( loi d'orientation pour la ville du 13 juillet 1991). Sa mise en oeuvre est à l'initiative des communes, ou, dans certains cas de carence, par l 'Etat. Le schéma directeur approuvé peut rendre inutile le recours à la procédure des U.T.N. en montagne.

 

Schéma d'Aménagement et de gestion des Eaux ( S.AG.E ) :

Document de planification fixant, pour un périmètre hydrographique cohérent, des objectifs généraux d'utilisation , de mise en valeur, de protection quantitative et qualitative de la ressource en eau. Le S.A.G.E est établi par une Commission Locale de l'Eau et est approuvé par le préfet. Il est doté d'une portée juridique car les décisions dans le domaine de l'eau doivent être compatibles avec ses dispositions. Les S.A.G.E doivent eux-mêmes être compatible avec le S.D.A.G.E

 

Schorre :

C'est la partie littorale d'un marais maritime (wadden)  qui n'est recouverte par les eaux qu'à l'occasion des plus hautes marées . Cette zone est fréquemment désignée par les appellation : "herbus" , "prés salés" , "molières " en référence à la végétation qui la recouvre .

 

S.D.T.L : Schéma départemental de Tourisme et de Loisirs .

Il définit au niveau du département une politique de développement touristique et guide les investissements.

 

S.E.A.T.E.R : Service d’Étude et d’Aménagement Touristique de l’Espace Rural.

Il a été créé en 1966 au sein du ministère du Tourisme , dissous dans les années 1990.Une partie de ses compétences revient à l’A.F.I.T.IL conseillait les élus et les porteurs de développement touristique dans l’espace rural.

 

S.E.A.T.L : Service d’Étude et d’Aménagement de l’Espace Littoral

Il a été créé en 1966 au sein du ministère du Tourisme et dissous en 1990 .

 

Segmentation de la clientèle :

Le terme désigne l'établissements de typologies de touristes  en fonction de leurs comportements , de leurs besoins et de leurs attentes. Ces typologies peuvent utiliser un ou plusieurs de ces paramètres .

 

Séisme 

Une séisme résulte d’une libération brutale d’énergie accumulée par les déplacements des différentes plaques formant la croûte terrestre. La grande majorité des séismes sont localisés sur des failles et donnent lieu à des secousses plus ou moins violente du sol. Les séismes tectoniques sont, de loin, es plus fréquents et les plus dévastateurs. Ils se produisent en frontières de plaques et sont généralement localisés sur une ou plusieurs failles. Quant aux séismes d’origine volcanique ils résultent de l’accumulation de magma dans la chambre magmatique d’un volcan .la fréquence de ces séismes peut constituer le signe annonciateur d’une éruption prochaine .La puissance d’un tremblement de terre est estimée par sa magnitude, un concept développé en 1935 par le séismologue Charles Francis Richter. La magnitude se calcule à partir des différents trains d’ondes sismiques générés par le tremblement de terre. Les valeurs sont généralement comprises entre 1 et 10. Il existe par ailleurs des échelles d’intensité qui prennent en compte les effets et les conséquences du séisme. La plus connue est celle de Mercalli .

 

S.E.M ( Société d’Économie Mixte ) :

Les collectivités territoriales sont autorisées depuis le décret Poincaré en 1926 et le décret du 20 mai 1955 à participer à l’exploitation de services publics à caractère industriel et commercial en association avec des intérêts privés . La loi de décentralisation de 1982 a entraîné une refonte de leurs statuts .Les S.E.M sont des sociétés commerciales alignées sur le statut des sociétés anonymes . Dans le domaine touristique les S.E.M interviennent dans des actions concernant l’aménagement , dans la gestion des services ou des équipements publics comme les remontées mécaniques ou dans des actions d’information ( réf. - : statut : loi n° 83 - 579 du 7 juillet 1983 ( article 381 du Code des Communes ) + cf. Les sociétés d'économie mixte et le Tourisme in Cahiers d'Espaces ( juillet 1989 ) , 104 p. ). 

 
 

Séjour :

Séjour en un lieu fixe ou circuit comprenant au moins une nuit ( ou une nuitée ). Prestation comprenant l'hébergement dans un même lieu et pendant plusieurs jours consécutifs. La définition exacte de l ' INSEE est la suivante : un séjour est une période d'au moins quatre jours qui est fixe, Si l'individu est resté au même endroit, un circuit. Si l'individu a changé de lieu sans être resté au même endroit plus de trois jours. Le statistiques du tourisme sont principalement exprimées avec une unité qui est le séjour et non le touriste un séjour est comptabilisé au moment du franchissement de la frontière pour ce qui est du tourisme international. Chaque séjour se décompose lui - même en séjours détaillés représentés pour les touristes non-résidents par la combinaison d'une commune de séjour et d'un mode d'hébergement, et pour les touristes résidents par les différents pays visités. Un voyage peut intégrer plusieurs séjours .Le décompte des séjours se réduit au décompte des arrivées . Un touriste peut donc effectuer plusieurs séjours au cours d'une même année. L'unité de compte de la durée du séjour est la nuitée. Selon l'INSEE un court séjour comporte une à trois nuits  tandis qu'un long séjour en comporte quatre ou plus .

 

Séjour d'agrément  :

Selon l'INSEE ce concept se définit par une série d'exclusions .Le séjour d'agrément n'intègre pas les séjours à motif professionnel , médical  (cure avec prescription médicale), affinitaire  ( rendre visite à de la famille ) , d'études  ou de formation , de bénévolat.

 

Séjour personnel :

Visite à la famille ou à des amis ( tourisme familial ), manifestations culturelles , vacances , tourisme , agrément , loisirs , santé , manifestations sportives , foires , expositions , séjours linguistiques .

 

Séminaire :

C'est une rencontre à but éducatif , socio-éducatif ou culturel d'un groupe de personnes pendant une ou plusieurs journées autour de thèmes de travail , d'études , de réflexion . Le terme désigne aussi une réunion de formation et d'information interne à une entreprise et composée d'un petit groupe de travail de 20 à 50 personnes travaillant sur un thème spécifique .

 

Sentier de randonnée :

Sentier balisé, dont le parcours dure un ou plusieurs jours sentier de grande randonnée itinéraire national, reconnu et balisé par l'Association National de Grande Randonnée, évitant le plus possible les routes goudronnées il s'étend sur un long parcours qui peut être suivi pendant plusieurs jours sentier de petite randonnée itinéraire reconnu et balisé, souvent en circuit fermé, dont le parcours ne dépasse pas plusieurs heures.
 

Service Loisirs- Accueil :

Organisme commercial à caractère parapublic émanant d'un Comité Départemental de Tourisme et ayant pour vocation la conception , la réservation et la vente de produits touristiques réceptifs de son département  ( abréviation usuelle : S.L.A )
 

Services  :

Le terme désigne toute prestation en travail directement utile pour l’usager et sans transformation de la matière .La production de services correspond au secteur tertiaire de l’économie. Il existe une grande variété de services .les principales activités du secteur tertiaire sont le commerce , la banque , les transports , les services publics. Le Tourisme fait partie des activités de services .Les services ont la particularité de ne pas être stockables : on ne les achète que si l’on peut les consommer  et cela dans le temps même qu’il faut pour les produire.
 

Servitude :

 

C'est un ensemble de contraintes juridiques qui limite les usages qu'un propriétaire peut faire de son terrain. On distingue les servitudes de droit privé qui résultent de la configuration des lieux ( servitude de passage , servitude d'écoulement des eaux , etc... ) ou des conventions passées entre propriétaires voisins  ( servitude cour commune , par exemple ), et les servitudes de droit public ou " servitudes administratives " qui sont imposées à tous les propriétaires en vertu d'une loi ou d'un règlement au bénéfice de l'intérêt général. Toutes les servitudes foncières sont des droits réels qui sont liées au terrain et se transmettent avec lui, sans être attachées à la personne du propriétaire.

 

Servitude DFCI ( Défense de la Forêt Contre l'Incendie ) :

 

Cette servitude concerne surtout les forêts du Sud de la France car c'est dans ces régions que se trouvent majoritairement les forêts classées en DFCI ( article L.321-1 du Code forestier ).Cette servitude , dont l'assiette ne peut excéder 6 mètres , n'est pas ouverte à la circulation générale .Le préfet, selon les circonstances locales , réglementera ou interdira la circulation sur ces voies

 

 

Shuttle :

 

Voir navette.

 

 

Signe :

 

Chose perçue qui permet de conclure à l'existence d'une autre chose, à laquelle elle est liée.

 

 

Signifiant :

 

Manifestation matérielle du signe : suite de phénomènes qui constitue le support d'un sens ( opposée et liée au signifiée ) , manifestation matérielle du signe ici, image de l'aménagement ( produit )

 

 

" Sight seeing " :

 

Ce terme anglo-saxon désigne "  l’obligation de voir ce qui doit être vu " .Ce concept a été institutionnalisé et authentifié par les guides Murray , Baedeker et Joanne au XIXe siècle. Leurs choix étaient censés être fondés sur des critères objectifs .En classant et en authentifiant une ville , un monument ou un espace , ces derniers devenaient "  sights " ( sites à voir ) ou stations ( en anglais "  resorts " ( lieux où séjourner ) que dans la mesure où ils avaient été signalés comme tels .

 

 

Site :

 

C'est le cadre topographique dans lequel s'inscrit l'objet géographique .Ce sont  les caractéristiques topographiques et naturelles qui influencent l'installation de l'activité touristique en autorisant des aménagements ou en imposant des contraintes à leur développement. Le site est d'abord une entité spatiale naturelle composée de la juxtaposition de plusieurs éléments : le relief , la nature , la configuration et la couleur du soubassement rocheux , la nature et les particularités de la couverture végétale , les cours d'eau , etc…Mais le site est aussi , dans l'esprit du touriste , une image édulcorée , simplifiée mais puissamment évocatrice du pays d'accueil. Le site- image lorsqu'il acquiert une dimension emblématique peut devenir un élément incontournable de la mise en marché de la destination." ( Il ) se caractérise par une seule pratique touristique : le passage .On n'y réside pas , on le visite (... ). Il vit donc de l'activité touristique et pour certains plus ou moins de la venue de populations   dans le cadre de leurs loisirs . Aussi c'est la pratique qui fait le lieu et   non pas la nature du site " ( Knafou & Violier , 2000 , p. 377 ). En 1999 le ministère du Tourisme distinguait  785 sites culturels visités par  87 millions de personnes et 389 sites non- culturels  fréquentés par 63,3 millions de visiteurs .

 

 

Site classé :

 

Ce sont des sites de caractère artistique , historique , scientifique , légendaire ou pittoresque dont la protection et la conservation doivent être assurées .La procédure se fait à l'initiative de la Commission Départementale des Sites , Perspectives et Paysages ( CDSPP ), ou après son avis . La procédure de classement dépend du statut de la personne propriétaire du site : - si le site appartient à des personnes privées le propriétaire est invité à se prononcer sur le projet de classement lors de l'enquête publique qui est ouverte par le préfet. En cas d'accord du propriétaire le classement est prononcé par arrêté du Ministre après avis de la CDSPP . En cas de désaccord le classement est prononcé par décret en Conseil d'État après consultation de la CDSPP, - si le site appartient à   l'État le classement est prononcé par le Ministre chargé des sites , - si le site appartient à une commune , un département ou un établissement public et que ceux-ci sont d'accord , la décision est prise par arrêté du Ministre chargé des sites ( Ministre de l'Urbanisme ) ou ,  en cas de désaccord , par un décret pris en Conseil d'État. Les effets du classement sont contraignants : entre autre, en sus des effets relatifs au site inscrit, ils impliquent ni destruction ni modification sauf autorisation préalable du ministre, publicité interdite dans une distance de 100 mètres dans le champ de vision, les zones de protection autour du monument rentrent dans le champ des Z.P.P.A.U. depuis la loi de 1983. La décision de classement peut s'accompagner de la mise en demeure à mettre les lieux en conformité avec les prescriptions contenues dans le classement. Aucune servitude ne peut être établie par convention sur un site classé sans l'agrément du Ministre chargé de l'urbanisme. Les travaux d'entretien et de mise en valeur peuvent être subventionnés par l 'État. Sitôt le classement effectué tous les travaux susceptibles   de modifier ou de détruire l'état et  l'aspect des lieux sont interdits sauf autorisation  expresse du Ministre après avis de la CDSPP. Le camping , la création de villages de vacances , la publicité , l'affichage sont interdits . En novembre 1997 on dénombrait plus de 2697 sites classés en France  ( réf. - Loi du 2 mai 1930, décret 69-607 du 13 juin 1969 , décret 88-1124 du 15 décembre 1988 ). 

 

 

Site classé (Outils juridiques pour la protection des espaces naturels)
http://bibliothequeenligne.espaces-naturels.fr/outilsjuridiques/_upload/pdf/fiche28.pdf

 

 

 

Site inscrit :

 

La loi du 2 mai 1930 ( + loi du 28 décembre 1967 + décrets d'application du 13 mai 1969 et du 15 décembre 1988 ) dispose qu'il est établi dans chaque département une liste des monuments naturels et des sites dont la conservation ou la préservation présente au point de vue artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque un intérêt général. Les effets de l'inscription sont moins contraignants que ceux inhérents au classement : information préalable de l'administration quatre mois avant travaux d'exploitation, interdiction de toute publicité, servitude d'utilité publique, délimitation du site reportée au POS. La demande de permis de construire tient lieu de déclaration de travaux et le permis ne peut être délivré qu'après avis simple de l'architecte des bâtiments de France. L'objectif est la conservation des paysages et des sites pittoresques  à caractère naturel. L'inscription n'est pas une mesure de protection forte , mais permet d'être averti de toute modification à venir. Le classement quant à lui permet une classification rigoureuse puisque toute modification de l'état des lieux doit faire l'objet d'une autorisation spéciale  décidée au niveau du ministre après avis de la commission des sites et de la commission supérieure le cas échéant .

 

 

Sitologie :

 

Néologisme désignant l'étude scientifique des sites c'est-à-dire les caractéristiques topographiques et naturelles qui influencent l'installation de l'activité touristique en autorisant des aménagements ou en imposant des contraintes à leur développement.

 

 

S.I.V.O.M :

 

Syndicat intercommunal à vocations multiples créé par l’ordonnance du 5 janvier 1959.Il constitue un support technique et décisionnel pour favoriser des opérations de développement local.

 

 

S.I.V.U :

 

Syndicat intercommunal à vocation unique créé par la loi du 22 mars 1890.

 

Ski  :

Historique - Sport qui permet de se déplacer sur la neige les pieds chaussés dans de longs patins de bois relevés à l’avant  et appelés eux-mêmes skis .Le mot est issu du norvégien et il apparaît en français en 1841 dans un article de la revue  «  Le Magasin pittoresque »  intitulé  «  Le Skie ( sic ) ou patin des neiges » .C’est en Russie , non loin de la Mer Blanche que l’on a retrouvé la plus ancienne gravure représentant un skieur , son âge a été estimée à 12000 ans .A Hoting , en Suède , dans une tourbière on a retrouvé un ski datant de 4000-5000 ans. Dans les régions nordiques le ski fut utilisé comme moyen de locomotion associé à la vie quotidienne.Le ski connut une phase de développement nouvelle au XVIIIe siècle sous la forme de jeux sportifs, surtout en Norvège  où des compétitions furent organisées dans plusieurs provinces dont celle du Télémark. L’inventeur de la technique du saut fut un paysan du Télémark , Sondre Nordheim ( vers 1840 ) dont le record établi en 1860 (30,50 m) fut tenu jusqu’en 1893.L’histoire du ski sportif débuta avec le concours de Holmenkollen ( course de 17 kilomètres , saut et combiné des deux épreuves ) près de Christiania (Oslo)  en 1892.EN France le premier essai fut effectué en 1879 à Chamrousse par un alpiniste grenoblois M.Duhamel. Mais c’est la traversée du Groenland par l’explorateur Fridtjof Nansen en 1888 qui contribua à populariser le ski. Son succès, relaté dans un livre , rencontra un immense succès , en particulier dans les Alpes. Le premier ski-club est fondé à Glaris en 1893 par Christof Iselin .Depuis les premiers Jeux Olympiques d’Hiver ( Chamonix, 1924 ) le ski fait partie des Jeux  d’abord sous ses disciplines originelles : le fond et le saut, ensuite par les disciplines du ski alpin  (descente , slalom spécial et slalom géant ).

Ski story
http://www.skistory.com/F/sommaire/sommaire.html 

L’histoire du ski dans les Pyrénées
http://www.pyrenees-passion.info/histoire_ski.php 

Les sports nordiques : histoire du ski
http://softquipeut.crdp3-poitiers.org/c-m-parthenay/soft2003-4/histoire/index.htm

 

Ski alpin :

 

Descente de pistes de neige préparées, à l'aide de skis et chaussures spéciales. Les pistes comportent une ou plusieurs traces matérialisées dans la neige, selon un fléchage indiquant au skieur le degré de difficulté pour lui assurer des conditions normales de sécurité, conformément à la définition de la Fédération sportive concernée et à la réglementation en vigueur.

 

 

Ski de fond :

 

Pratique du ski nordique sur des pistes spécialement tracées, entretenues et fléchées, excluant toute dénivellation trop importante.
 

 

Slikke :

 

C'est la partie amphibie d'un marais se développant en zone maritime (wadden). Cette zone, généralement dépourvue de végétation ,  est recouverte par les eaux lors de chaque marée et ne se découvre qu'à marée basse .

 

 

S.M.V.M. : Schéma de Mise en Valeur de la Mer.

 

Ces schémas, définis par la Loi Littoral et le décret 1252 du 5 décembre 1986, fixent les orientations fondamentales de la protection, de l'exploitation et de l'aménagement du littoral en déterminant les vocations des différents secteurs de l'espace maritime et les principes de compatibilité applicables aux usages correspondant. Leur rôle est aussi  d'être : "Les instruments privilégiés de la concertation et de l'arbitrage des conflits d'usage entre les diverses activités terrestres et maritimes  et ils permettent d'assurer la cohérence des politiques sectorielles conduites par les nombreux acteurs de la vie littoral" (Secrétariat d'État à la Mer, 1989). L'État est responsable de son élaboration en collaboration avec les différentes partenaires impliqués dans l'aménagement du Littoral: organisations professionnelles, collectivités  locales , milieu associatif , ... Le S.M.V.M est opposable  aux documents d'urbanisme existants, tout particulièrement aux P.O.S  qui devront être compatibles avec leurs dispositions.


 

Société de consommation :

C’est une société dont le ressort principal est la consommation des ménages sans cesse stimulée par les nouveautés et l’omniprésence de la publicité .Elle peut laisser, à tort, entendre que la société a atteint l’abondance .or certains besoins restent insatisfaits ; d’autres dont remarquer que  la véritable abondance réside dans la limitation maîtrisée des besoins, ce qui est tout le contraire des sociétés actuelles fondées sur la publicité. La société de consommation semble s’apparenter au concept du consommateur-roi, celui-ci dirigeant la production par sa demande; or dans l’esprit de ceux qui emploie ce terme dans un sens péjoratif, elle correspond au contraire à une société dominée par les entreprises  qui manipulent le consommateur et oriente ses choix pour assurer des débouchés à leur production .
 

S.O.F.R.E.S :

 

Société Française d’Études par Sondages

 

 

Solde touristique :

 

C'est la balance des paiements touristiques d'un pays résultant de la différence entre les recettes de son tourisme réceptif et les dépenses de son tourisme émetteur . Le calcul du solde touristique d'une zone géographique déterminée (pays, région, département, etc...) peut aussi résulter de la différence entre le volume des touristes reçus dans cette zone et le volume des touristes émis par cette même zone .

 

 

Speedsail :

 

Char à voile utilisé sur les grandes plages ventées

 

 

Station :

 

Du latin "  stare " : se tenir debout et "  stati " : arrêt. C’est un mot ancien dans plusieurs langues européennes dont le français où il apparaît au XIIe siècle avec comme sens à la fois l’action de s’arrêter et la désignation d’un lieu aménagé pour l’arrêt de véhicules ( trains , taxis , etc… ).Le sens dérivé de " lieu de villégiature " apparaît plus tardivement au milieu du XIXe siècle et il est souvent accompagné de qualificatifs comme balnéaire , thermale , …La station est " la forme la plus élaborée de l'offre touristique résidentielle ( ... ).Elle est faite pour accueillir des personnes pour des séjours de courte ou de longue durée " ( Macé , 1987 )." C'est une unité spatiale d'hébergement et d'équipement concernant un volume de lits et offrant un ensemble de prestations généralement diversifiées .Elle est gérée comme une ville , mais surtout elle peut être appréhendée et dirigée comme un pôle de vente de services constitué de sites multiples " ( Vlès , 1996 , p. 27 )." La station touristique se définit par la primauté de l'activité touristique dans un lieu, elle est créatrice du lieu et toujours dominante. La station se caractérise par la présence d'une population permanente , ce qui en fait également un lieu de vie " ( Knafou et al. , 1997, p.200 )" La station se définit par l'omniprésence de l'activité touristique  , qui est créatrice du lieu et conserve une place prépondérante. Ce lien , consubstantiel entre Tourisme et station , fait de la station le seul lieu territoire touristique .C'est à dire qu'il a été construit , aménagé pour les touristes qui , en retour , se le sont appropriés de manière pleine et entière." ( Knafou &  Violier , 2000 , p. 377 )." Les stations sont des destinations touristiques à part entière plus ou moins autonomes,proposant aux touristes des activités et des installations variées , dans des cadres ou à des fins fort divers" ( O.M.T , 1999 ) ." [ Elles ] sont des unités d'hébergement et d'équipements concentrant un volume suffisant de lits et offrant un ensemble de prestations relativement diversifiées" ( Frangialli F. , 1991 ).En France la station est aussi un titre accordé par les ministères compétents après délibération sur un dossier présenté par les communes concernées ( cf.  Station classée)

 

 

Station classée :

 

D’après la loi de 1919 ce sont des communes , fractions de communes , groupements de communes qui offrent soit un ensemble de curiosités naturelles , pittoresques , historiques ou artistiques , soit des avantages résultant de leur situation géographique ou hydrominéralogique, de leur climat ou de leur altitude , tel que des ressources balnéaires , thermales , maritimes , sportives ou uvales , peuvent être érigées en stations classées ( Réf.- : loi du 24 septembre 1919 ( J.O du  mai 1920 ) et loi du 3 avril 1942 ( J.O du 29 mai 1942 ) , art. L.141-1 à L. 143 - 3 et art. L.233 - 29 à L. 233 - 51 du Code des Communes  )
 

 

Station de retailing ( de commerce de détail ) :

 

Ce terme désigne des villes où l'activité touristique est dominée par un tourisme de chalands  étrangers qui s'y rendent pour des raisons de change monétaire ou de faible taxation sur les produits.

 

 

Station-écrin spécialisée :

 

Élément de la typologie des espaces touristiques élaborée par LOZO-GIOTARD ( 1993 , p. 129-162 ) .Ce sont des stations balnéaires , particulièrement fréquentes sur les littoraux basques et normands et qui se caractérisent par un espace totalement structuré par et pour le Tourisme. Deauville et Biarritz en sont les exemples types. La quasi-totalité de l'urbanisme est structuré en fonction du seul Tourisme." C'est presque une conquête touristique , une colonisation de l'ancien espace rural et maritime par une clientèle fortunée  (… ). Le milieu marin a été le principal facteur d'attrait et de dépaysement .( De nos jours ) le maintien d'une clientèle aristocratique et bourgeoise, renforcé par l'apport des catégories aisées des classes moyennes, explique la pérennité d'un espace touristique évitant les fronts de mer bétonnés (…) ( LOZATO-GIOTARD , 1993 , p. 130 )

 

 

Station intégrée :

 

Station nouvelle fonctionnelle , planifiée et réalisée en totalité par un promoteur unique. Elle se traduit par un " paysage néogénique " particulièrement reconnaissable : - par un urbanisme d'inspiration urbaine , des équipements techniques ambitieux et de grande ampleur , une clientèle très " ciblée" et souvent isolée du milieu d'accueil . Dans les Alpes françaises l'exemple- type de station intégrée est fournit par La Plagne inaugurée en 1962 dans le cadre du " Plan Neige". En zone littorale les stations balnéaires du plan Racine d'aménagement touristique du littoral languedocien se rattachent souvent à ce type .

 

 

Station touristique d'eaux vives :

 

Base touristique installée sur un cours d'eau dont la dynamique fluviale permet l'exercice de la gamme la plus diversifiée de sports d'eaux vives ( rafting , hydrospeed , canyoning , etc... ).Elle comprend des infrastructures d'appel , des équipements d'accueil  ( hébergements, restauration , commerces et services ) et des infrastructures   d'animation et de loisirs aquatiques .Ces dernières peuvent être conçues selon le principe du " circuit bouclé " ( descente de rivière , canal de remontée , plan d'eau d'initiation en amont ).D'autres activités touristiques annexes peuvent se pratiquer sur la base .

 

 

Station Verte de Vacances :

 

C'est une des structures les plus connues et les plus représentatives du Tourisme vert. Les Stations Vertes   regroupent soit des communes isolées , soit " des ensembles touristiques "  ayant signé ne charte et reçu une homologation de la fédération Française des Stations Vertes de Vacances. Elles sont au nombre de 58 unités rassemblant 870 communes . Leur capacité d'accueil dépasse 185000 lits , 75492 emplacements de camping , 48046 chambres d'hôtel, 61599 places en gîtes , meublés et centres de vacances. Ce sont soit des bourgs , soit des petites bourgades ne dépassant 6000 habitants .L'attribution du panonceau portant un coq stylisé qui les individualise  se fait sur le respect d'un certain esprit et sur l'existence d'un certain nombre d'équipements bien définis : présence ou proximité immédiate d'un plan d'eau ou d'une piscine publique ainsi que court de tennis , parcours de randonnée et salle de sport ; un hébergement suffisant ( 200 lits au moins ) varié et relativement confortable  ( terrain de camping 2 étoiles , hôtel classé Tourisme )  ...
 



Structures agraires :

 

Le terme désigne le régime d'exploitation et de propriété des espaces agricoles .

 

 

Stratégie :

 

" Ensemble d'actions coordonnées en vue d'obtenir une réussite " ( Définition du " Robert " ). On peut la définir comme l'art de préparer une action. On parle couramment de " stratégie de développement " .Pour qu'un acteur développe une stratégie , il faut qu'il prenne en compte , dans une configuration globale , tous les éléments interdépendants de ceux sur lesquels il entend agir lui -même ( dont l'action des autres acteurs ) .Il doit agir sur les éléments qui lui sont directement accessibles pour infléchir ceux qui ne sont pas directement accessibles .Il doit projeter un processus prévisionnel c'est à dire la succession d'états de la configuration d'ensemble .Il doit enfin contrôler le déroulement du processus  et réajuster , si nécessaire , sa procédure d'action .La stratégie finalise l'activité de développement en lui fixant , à travers un un but  à atteindre , un niveau de performance. Elle est indissociable de l'action ( objectifs / projets ) dont elle constitue le préalable et le terme.


 

Styles de vie :

Manières de vivre , codes de conduite propres à un groupe social. Si la notion de genre de vie est associée en priorité aux conditions matérielles et environnementales d’existence, celle de style de vie  insiste d’abord  sur les comportements , les formes de sociabilité  et les normes de valeur qui gouvernent les conduites .Le style de vie a partie liée avec la distinction : les conduites , les goûts , la consommation  ne prennent véritablement  leurs sens que rapportées au souci qu’ont les individus  et les groupes de  se démarquer d’autrui et de s’affilier à leur groupe d’appartenance .
 

Syndicat Mixte :

Ils sont établis par la loi du 31 décembre 1970 et constitués par accord entre les communes , les syndicats de communes , les districts , les chambres de commerce et les autres établissements publics. Ces structures sont conçues pour créer et gérer des équipements touristiques , sportifs et socio-éducatifs. 

 

Syndicat National des Agents de Voyages ( S.N.A.V. ) :

Ce syndicat regroupe plus de 1300 agents de voyages titulaires d'une licence d'Etat ( chiffres de 1999 ) , soit 3600 poins de vente  ( ou 80 % du chiffre d'affaires de la profession ).Le S.N.A.V gère aussi une caisse de caution qui accorde une garantie  aux clients de ses adhérents  ( Association Professionnelle de Solidarité du Tourisme ). Il a , par ailleurs , un rôle de défense et de représentation de la profession .

 

 

Syndicat de rivière :

 

Syndicat regroupant les collectivités territoriales (communes, départements ) compétentes géographiquement sur une vallée ou une partie importante de celle-ci, dont l'objet est de mener toutes actions concernant la gestion de la rivière et de ses affluents ( assainissement, restauration des milieux, travaux d'entretien, animation de la politique locale sur ce thème, etc... )


 

Syndicat d'Initiative :

 

Office de Tourisme non classé . cf. Office de Tourisme .

 

 

Synergie :

 

La mise en commun des énergies est une entreprise difficile sur le terrain en raison de la multiplicité des acteurs touristiques mais elle est cependant indispensable car elle garantit le fait , que tout au long du séjour touristique , chacun des intervenants pourra guider le client dans ses désirs et l'orienter vers des partenaires capables de répondre à ses besoins. Le principe de base est qu'il faut valoriser l'offre touristique dans sa diversité .Pour parvenir à valoriser cette offre il faut que tous les acteurs s'approprient la diversité de ce patrimoine et s'en fassent les ambassadeurs auprès de la clientèle. La mise en œuvre du principe de synergie est une des missions essentielles des offices. C'est à eux qu'il convient de construire et conduire une stratégie visant à mobiliser les énergies et les acteurs autour d'objectifs communs. Amélioration des niveaux de compétence , mise en valeur de " produits-phares " , élaboration de stratégie marketing, etc…

 

 

 

 

Cliquez la lettre recherchée

 

 
 

 

 

Page  en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme | La bibliographie | L'examen


 


 


 
Cette page a été mise à jour le 27/06/15

Copyright © 2007 by KEROURIO