GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Le référentiel  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015  

 
Dicotour
 

T

   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiel
  Bibliographies

  "Dicotour"
Les mots de la Géographie du Tourisme

 

Table d'hôte :

Lieu ou étape de restauration offert dans un cadre familial, généralement en prolongement de la chambre d'hôte. Elle permet d'assurer la restauration de clients en chambre d'hôte , gîte rural , de groupe ou en camping à la ferme. Cette possibilité de se restaurer  n'est offerte qu'aux personnes logeant sur place , ce qui différencie la table d'hôte d'un restaurant. De plus des limites sont fixées en ce qui concerne le nombre de personnes accueillies et les conditions du service proposé. Les Tables d'hôte servent des produits et des plats du terroir .

 

Taux de couverture touristique

Rapport entre les recettes et les dépenses touristiques .

 

Taux de départ en vacances:

C'est un indice permettant de mesurer la part des individus ayant effectué au moins un séjour de quatre nuits ou plus hors de leur domicile habituel.

 

Taux de mobilité touristique  ( TMT ) :

Indice élaboré par Schmidthauser ( 1992) .il se subdivise en en deux : -le taux moyen de mobilité touristique  : P1 x 100/ P2 où P1 est le nombre de touristes parti une ou plusieurs fois sur une période donnée et P2 la population totale du foyer émetteur , - le taux absolu de mobilité touristique : dp1 x 100/ P2 où dp1 est le nombre total des déplacements effectué par une population ou un groupe de population donné sur une période donnée  et P2 la population totale du foyer émetteur .L'indice de mobilité touristique  ( IMT ) correspond au rapport entre le Taux absolu de mobilité touristique ( TAMT ) et le taux  moyen de mobilité touristique  ( TMMT ).Exemple : l'Italie en 2002.Le taux de départ était de 63,9% ( soit 31,3 millions de personnes âgées de 15 ans ou plus ), la population totale était de 57 millions d'habitants .Le taux moyen de mobilité touristique ( TMMT) était de : 31,3 x 100 /57 = 54,9 , le taux absolu de mobilité touristique ( TAMT ) était de : 93 x 100 / 57 = 163,1 et l'indice de mobilité touristique ( IMT ) était de : 163,1 / 57 = 2,97.

 

Taux d'occupation :

Il correspond au rapport entre la capacité disponible et son degré d'utilisation. Le taux peut se référer soit à l'utilisation des chambres, soit à celle des lits. En principe les taux d'occupation sont calculés sur la base des nuitées de touristes aussi bien nationaux qu'internationaux .

 

Taxe Départementale sur les Espaces Naturels Sensibles ( T.D.E.N.S ) :

Elle est prélevée par les départements à partir d’une retenue sur les demandes de permis de construire .Elle permet aux conseils généraux de mener une politique d’acquisition des espaces naturels menacés , de gérer ces sites , de les aménager pour leur ouverture au public.

 

Taxe de séjour :

Elle a été instituée en 1919 pour répondre à la nécessité de créer des ressources supplémentaires pour les communes qui recevaient à certaines périodes de l'année un nombre important de touristes   et, de fait, avaient des charges supplémentaires. Après 1959 où elle était obligatoire, elle est devenue une taxe communale facultative . Ses modalités de recouvrement ont été modifiées par la loi du 6 janvier 1988 portant amélioration de la décentralisation. Cette loi a élargi le champ d'application de la taxe et a instituée la possibilité de choisir entre la taxe de séjour, jusque là en vigueur , et la taxe de séjour forfaitaire nouvellement établie. Les communes n'ont plus besoin nécessairement d'être classées et de bénéficier de la dotation touristique supplémentaire de la Dotation Globale de Fonctionnement ( D.G.F ) pour bénéficier de cette taxe .Peuvent instituer la taxe de séjour: - les communes bénéficiant de la dotation pour les communes touristiques et thermales de la DGF ( Dotation Globale de Fonctionnement ),- les communes du Littoral ( loi du 3 janvier 1986 ), - les communes de Montagne ( loi du 9 janvier 1985 ) et les communes qui réalisent des actions de promotion en faveur du Tourisme ( participation au financement d'un syndicat d'initiative ou d'un O.T, installation d'un camping municipal, réalisation d'équipements à vocation touristique, financement de campagnes de promotion, etc....Les groupements de communes peuvent se substituer aux communes pour instituer une taxe de séjour forfaitaire ( cf. supra ) . Aux termes de la loi du 5 janvier 1986 et du décret d'application en date du 6 mai 1988, la taxe de séjour est fixée par nature et par catégorie d'hébergement variant de 1 à 7 F maximum par personne et par nuitée de séjour (personne non domiciliée dans la commune et n'y possédant pas de résidence ).Ce sont les logeurs, hôteliers et propriétaires qui perçoivent la taxe et la reversent au receveur municipal. La commune peut prévoir le versement d'un acompte de 50 %.
 

 

Taxe de séjour forfaitaire :

Son régime a été fixée par la loi du 5 janvier 1988 ( décret du 6 mai 1988 , compte 754 ). La taxe forfaitaire , comme la taxe de séjour est facultative .Les commune peuvent l'instituer par une délibération du Conseil Municipal  qui devra également préciser la nature des hébergements auxquels s'applique la taxe .Le Conseil Municipal fixe , avant la saison , un tarif pour chaque hébergement  ( de 1 à 7 F maximum ) .Le montant de la taxe peut être réduit par application d'un coefficient fixé par le Conseil Municipal par nature d'hébergement .Le coefficient tient compte de la fréquentation habituelle . Comme pour la taxe de séjour ce sont les logeurs , hôteliers et propriétaires qui paient la taxe au receveur municipal en fin de saison .Un acompte peut être versé .

 

Taxe locale d'équipement :

La T.L.E. est une contribution de droit commun affectée au financement des équipements publics. Elle repose sur la construction, la reconstruction et l'agrandissement des bâtiments de toute nature (art. 1585 - A du Code général des Impôts ). L'assiette de la T.L.E. est la valeur de l'ensemble immobilier comprenant les terrains et les bâtiments qu'il est projeté de construire. Depuis la loi du 26 juillet 1991, cette valeur est déterminée forfaitairement en appliquant à la surface de plancher développée hors oeuvre une valeur au mètre carré variable selon la catégorie des immeubles.

 

Technopole :

Mot créé par Pierre Laffite ( qui a lancé la première application française - Sophia-Antipolis , près de Nice , en 1969 - inspiré du modèle américain de la Silicon Valley ) . Le mot est masculin au début et il désigne un espace d'un type nouveau qui rassemble universités , laboratoires , entreprises industrielles. L'objectif poursuivi est de susciter des échanges de projets entre chercheurs , universitaires , chefs d'entreprises et ingénieurs pour stimuler les innovations industrielles .Le mot devient ensuite féminin à partir du moment où ces espaces industriels de nouvelle génération ont été pris en charge par les villes dont ils étaient proches lorsque ces dernières étaient bien dotées en laboratoires et universités .Certaines villes en ont même créé. Le Technopole porte désormais le nom de la ville associée à sa création ou à son développement ( Rennes-Atlante ; Metz 2000 , ... ).

 

Technotourisme :

Le terme désigne des produits et des équipements exigeant des infrastructures et des investissements lourds (complexe intégré, parc à thème , ventre de thalassothérapie, etc... ). Il s'oppose à " écotourisme ", une activité nécessitant des infrastructures et des pratiques plus " légères " et plus diffuses  ( parcs et réserves, randonnées  "légères ", ski de fond , etc... )



Téléphérique :

Remontée mécanique constituée d'une cabine portant les voyageurs et se déplaçant sur un ou plusieurs câbles porteurs aériens .

 

Télésiège :

Remontée mécanique constituée de sièges accrochés régulièrement sur un câble sans fin. Les télésièges sont accessibles par des non skieurs.

 

Téléski :

( synonyme . - : remonte-pente ) Remontée mécanique permettant aux skieurs, debout sur leurs skis, de gagner un point élevé.

 

Temps libre / Temps libéré :

Si le temps libre correspond à l’ensemble des moments passés hors travail , le temps libéré représente la durée des temps de loisirs dégagé des obligations de la vie courante ( alimentation , sommeil ).

 

Tente ( à armature ) :

Désignation d'une tente à armature rigide, comprenant différents modèles elle est parfois appelée " carrée " ou "  familiale ".

 

T.E.R : Tourisme en Espace Rural .

C’est une structure fondée en 1970 et regroupant initialement trois acteurs du tourisme rural : la Fédération des Logis et Auberges de France , la Fédération Nationale des Gîtes Ruraux et V.V.F. Cette structure est maintenant élargie par une "    tête pensante " du tourisme rural.

 

Terrain de caravanage :

Terrain aménagé exclusivement pour le stationnement collectif des caravanes. En France, ces terrains sont classés en deux catégories (la première offrant le plus de confort) par un arrêté préfectoral les autorisant à fonctionner. Outre les caravanes et auto caravanes, ce terrain peut accueillir un maximum de 34 habitations légères de loisirs ( voir H.L.L.).

 

Terrain de camping :

Terrain d'accueil recevant des tentes, caravanes et auto caravanes. Dans les terrains de camping en France, on distingue 3 catégories de terrains : les terrains de camping " déclarés ", les aires naturelles de camping et les terrains de camping aménagés. Depuis le décret 84 - 227, la réglementation applicable au camping et au stationnement des caravanes est regroupée dans un chapitre unique du Code de l'urbanisme ( art. R 443-1 à 16 ). Certains points sont communs aux deux régimes telle l'interdiction des deux activités sur les rivages de la mer, dans les sites classés, inscrits ou en instance de classement, dans les champs de visibilité des monuments historiques classés, inscrits ou en instance de classement, dans les zones de protection du patrimoine architectural et urbain ( Z.P.P.A.U.) , dans un rayon de 200 mètres des points de captation d'eau ( art. R 443-9 ). Le stationnement des caravanes et le camping en dehors des terrains aménagés sont libres sous réserve de l'accord du propriétaire, des dispositions de l'article R 443-9. Le stationnement des caravanes est également interdit dans les bois, forêts, parcs classés par un POS comme espaces boisés à conserver. En outre, le camping et le stationnement des caravanes peuvent être interdits par arrêté municipal sur la base des motifs indiqués à l'article R 443-10 ( salubrité, sécurité et tranquillité publiques, atteinte aux paysages, aux zones pittoresques, etc ... ). Ces arrêtés d'interdiction ne peuvent être pris qu'après avis de la commission départementale d'action touristique. Voir également l'article L 146-4 de la loi du 3 janvier 1986 ( loi " littoral " ).

 

Terrain de camping aménagé :

Terrain de camping classé de 1 à 4 étoiles ( nombre croissant avec le confort ) par un arrêté préfectoral l'autorisant à fonctionner. Contrairement aux aires naturelles de camping et aux terrains de camping déclarés , les terrains aménagés peuvent non seulement recevoir des tentes , caravanes et auto - caravanes mais aussi un maximum de 34 habitations légères de loisirs.

 

Terrain de camping "déclaré" :

Terrain pouvant fonctionner sans autorisation préfectorale mais faisant l'objet d'une " déclaration " en mairie. La capacité habituelle des terrains déclarés est de 6 abris de camping ( dont au maximum 5 caravanes ) et de 20 personnes. Dans certains département, ces nombres peuvent être légèrement augmentés par dérogation préfectorale. Par contre, ils sont réduits à 3 abris de camping et 10 personnes dans les " périmètres sensibles  ".

 

Terrain de jeux , de sports  :

C'est un espace aménagé en vue de l'exercice d'un certain nombre d'activités de loisirs , soit des activités sportives suivant des règles ( tennis , football , golf ) , soit des activités plus ludiques ( escalade , skate-board , agrès ) . La création de tels terrains peut constituer un facteur de fidélisation de certaines clientèles et elle a aussi l'avantage de réduire la pression touristique sur les espaces naturels .  


Terrorisme :

Action politique violente menée par des individus ou des minorités organisées contre des personnes , des biens ou des institutions .Les objectifs du terrorisme sont très variables : obtenir l’indépendance d’un état, renverser un régime établi ,…Les manifestations du terrorisme sont variées : sabotages , pose d’explosifs , prise d’otages, assassinats , etc…

 

Thalassothérapie :

Usage thérapeutique des bains d'eau de mer chauds et d'algues marines, en association avec l'influence des conditions bioclimatiques créées par les relations existant entre les milieux marins et terrestres environnants. L' Académie de Médecine et le Conseil Supérieur du Thermalisme ont proposé la définition suivante  : " La Thalassothérapie est l'utilisation , sur un site marin privilégié , et sous surveillance médicale , des bienfaits des éléments du milieu marin , dans un but préventif ou curatif . Les éléments du milieu sont le climat marin, l'eau de mer, les boues marines , les algues marines , le sable et toutes les substances venant de la mer" .

 

Thermalisme :

Le thermalisme est l’ensemble des activités liées à l’exploitation et à l’utilisation des eaux thermales soit l’ensemble des moyens médicaux, sociaux, sanitaires, administratifs et d’accueil, mis en œuvre pour l’utilisation, à des fins thérapeutiques, des eaux minérales et thermales, des gaz thermaux et des boues. Le mot thermalisme implique que soit utilisée une eau dont les vertus curatives sont reconnues par le corps médical. On recense plus de 1 200 sources d’eaux thermales en France. Leur composition chimique particulière leur confère des vertus thérapeutiques reconnues par l’Académie de Médecine. On compte en France115 établissements thermaux répartis sur 102 stations thermales. En 2008, 492 331 patients ont reçu une prescription médicale de cure thermale .

Le site officiel du thermalisme français
http://www.france-thermale.org/ 

Le thermalisme du Massif Central : du curiste au touriste, des stations thermales à thermal’land ? de M. Lohez
http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=515 

Rapport sur le thermalisme français de P. Delomenie ( octobre 2000 )
http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/014000042/0000.pdf

Rapport sur le thermalisme français (IGAS), liste des annexes
http://www.sante.gouv.fr/htm/actu/thermal/annexes.htm

 

Tirant d'eau :

Distance verticale entre la ligne de flottaison d'un bateau et sa quille .

 

TO : cf. Organisateur de voyages

 

Tombolo :

Forme d'accumulation littorale par laquelle un point d'appui , généralement rocheux  et situé en avant de la Terre, est relié à la terre ferme. Le terme d'étymologie italienne , avait , au départ une connotation exclusive de cordon dunaire , mais il s'emploi aujourd'hui pour désigner des formes non sableuses , des galets par exemple . Quand le point d'appui est large , il peut relié au Continent par deux tombolos distincts , enfermant une zone basse et humide (  lagune , marécages)( tombolo double ) .

 

Topoguide :

C'est une brochure facilitant le parcours d'un sentier , en général déjà balisé , ou d'une voie d'eau . Les topoguides comportent des cartes , des descriptions de trajet , des informations pratiques et souvent des commentaires sur les pays et les monuments , ainsi que des rappels historiques .

 

Touring Club de France ( T.C.F ) :

Fondé en 1895 , cet organisme a œuvré pour promouvoir la connaissance des régions françaises et le droit aux vacances pour tous .Il a été récemment dissous .

 

Tourismatique :

C'est l'ensemble des démarches , méthodes , applications et outils de l'Informatique et de ses dérivés ( télématique , bureautique , monétique , etc... ) au service des activités de Tourisme et de Loisirs .

 

Tourisme ( "  touring " en anglais ) :

Ce vocable apparaît en Angleterre en 1811.Le terme correspondant français "    tourisme " apparaît dans le supplément Larousse de 1877 ("  goût , habitude touriste . On sait que le tourisme scientifique a suscité chez les femmes une très riche curiosité " ). L’A.I.E.S.T donne la définition suivante du Tourisme en 1971: " Ensemble des rapports et des phénomènes résultant du voyage et du séjour dans une localité de personnes qui lui sont étrangères et n’étant par ailleurs lié à aucune activité lucrative ". D’autres définitions ont été proposées par divers auteurs. On peut citer Boyer ( 1964 et 1982) : "  Ensemble des phénomènes résultant du voyage et des séjours de personnes hors de leur domicile quand ces déplacements tendent à satisfaire ,dans le loisir, un besoin culturel de la civilisation industrielle " et Michaud  (1983): " Le Tourisme groupe l'ensemble des activités de production et de consommation auxquelles donnent des déplacements assortis d'une nuit au moins passée hors du domicile habituel. Les motifs du voyage étant l'agrément, les affaires, la santé (thermalisme et thalassothérapie ) ou la participation à une réunion professionnelle, sportive ou religieuse".( cf. LOZATO-GIOTARD J.P., 1993, op.cit., cf. -: La définition adopte par le Conseil Supérieur du Tourisme en 1978 et complété par l'Annuaire Statistique du Tourisme , fig. 1a, p. 4.). D'après les Recommandations sur les statistiques du Tourisme de l'Organisation Mondiale du Tourisme  élaborées en 1991 à la Conférence internationale sur les statistiques des voyages et du tourisme d'Ottawa  approuvées en 1993 par les Nations Unies: " Le Tourisme comprend les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans les lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année , à des fins de loisirs , pour affaires et autres motifs " .


 

Tourisme affinitaire :

Le terme désigne un tourisme pratiqué par des personnes qui rendent visite à des amis ou à de la famille .

 

Tourisme associatif :

Ensemble des associations de tourisme ayant pour vocation des activités touristiques , réceptives ou émettrices .Généralement , on englobe aussi sous cette appellation les organismes mutualistes    et sociaux ( émanant de comités d'entreprises et de caisses de retraite    par exemple ) ayant des missions similaires et /ou collaborant avec le secteur touristique associatif .

 

Tourisme commercial :

C'est l'ensemble des entreprises de Tourisme à vocation marchande et à but lucratif , par opposition au Tourisme associatif et territorial .

 

Tourisme culturel :

C'est un déplacement dont la motivation principale est d'élargir ses horizons intellectuels en accroissant ses connaissances et en satisfaisant sa curiosité à travers la découverte des " biens culturels "   matériels ( monuments  , musée , site , ... ) ou immatériels  ( traditions , évènements festifs , ... ). Par définition la notion de Tourisme culturel n'est pas spécifique à un type d'espace car la Culture est partout présente : sur le littoral comme en montagne , à la campagne comme à la ville. Cependant c'est le milieu urbain qui reste le lieu privilégié de cette forme de Tourisme. 

 

Tourisme d'affaires :

Le terme désigne l'ensemble des voyages déterminés par l'activité économique . Il comprend : - des déplacements individuels à but professionnel, - les réunions ( congrès, colloques et séminaires ) , - la participation à des salons comme exposant ou comme visiteur, - les voyages d'études et les voyages de stimulation ( incentive travel) .

 

Tourisme de circulation :

Il est représenté par les nomades et les itinérants qui partent à la découverte du Monde dans le désir de vivre autrement et de connaître l'Ailleurs.

 

Tourisme de Nature :

Cette expression désigne toutes les activités touristiques dont la pratique exige un cadre naturel. Certains auteurs utilisent aussi cette notion avec une connotation plus qualitative où le touriste n'est plus un consommateur d'espaces mais un acteur respectueux de l'espace naturel qui l'accueille. Dans cette dernière définition le concept de Tourisme de Nature devient quasi-synonyme d ' "Écotourisme"

 

Tourisme de pays :

Cette expression a été utilisé pour la première fois par le parlementaire français J. J. DESCAMPS dans un rapport rédigé en 1993 à l'intention du Ministre de l'Équipement et des Transports et relatif au Tourisme en Espace Rural . Le rapport de DESCAMPS s'intitule : " Pourquoi et comment développer en France le Tourisme de Pays ? " .La formule a fait florès avec la mise en application de la loi du 4 février 1995 instituant les " pays " comme " des territoires présentant une cohésion géographique, culturelle , économique et sociale " ." Le tourisme rural , qui se distingue du tourisme industriel ou de station, peut se définir comme un tourisme " local " , un tourisme " de pays " , voulu et maîtrisé par les gens d'un pays , un tourisme de rencontre, un tourisme de partage " ( GROLLEAU H. & RAMUS A., 1996.- Tourisme rural, un retour aux sources , p. 36 ) .

 

Tourisme de proximité :

Voyages ou séjours à une distance relativement courte ( moins de 200 Km ) du domicile, généralement pour de courtes durées , semaine de 6-7 nuitées, mini- semaine de 5 nuitées , milieu de semaine    de 4 nuitées , ou fin de semaine  ( " week-end " ) d'1-3 nuitées .
 

 

Tourisme de transplantation :

Il est représenté par les vacanciers sédentaires ou villégiateurs qui s'arrangent une vie de vacances aussi proche que possible de leurs habitudes quotidiennes.

 

Tourisme diffus (Synonymes: Tourisme aréolaire, Tourisme d'arrière-pays, Tourisme périphérique ) :

Forme de Tourisme peu intensive, localisée essentiellement en milieu rural. Il se traduit par des initiatives dispersées aussi bien en termes d'équipements que d'hébergements. Sa localisation fréquente dans des régions rurales confrontées à des difficultés économiques et à un processus de désertification en fait très souvent un Tourisme subventionné

 

Tourisme doux :

L'expression désigne un Tourisme qui se démarque des formes artificielles et impersonnelles du Tourisme de masse.

 

Tourisme durable ( cf. Tourisme soutenable )

Une activité touristique durable est "une activité qui respecte et préserve à long terme les ressources naturelles, culturelles et sociales et contribue de manière positive et équitable au développement économique  et à l'épanouissement des individus qui vivent, travaillent ou séjournent  sur ces espaces" ( Sommet de la Terre, 1992 ).

 

Tourisme émetteur  ( Outbound Tourism ) :

Ensemble  des moyens techniques et commerciaux qui permettent à des consommateurs de choisir  et d'acquérir , dans leur région de résidence , les prestations de services et les produits dont ils bénéficieront lors de leurs voyages  ou de leurs séjours dans des destinations touristiques, nationales ou étrangères.

 

Tourisme équestre :

" C'est un déplacement de plus de 24 heures qui a pour support principal les équidés et qui justifie une promotion destinée à une clientèle autre que locale "( M. Beaumet & E. Rossier, 1994 , op.cit .,  p. 55 )  C'est une activité touristique reposant sur la pratique de la randonnée à cheval . Il existe trois types de Tourisme équestre : - une pratique occasionnelle dont les pratiquants s'adonnent à cette discipline de manière ponctuelle , - un Tourisme équestre d'initiés pratiquant la promenade ou l'excursion à cheval et conjuguant ce loisir avec la pratique du Tourisme culturel ou d'autres activités, - un Tourisme équestre pour initiés sportifs pratiquant la vraie randonnée . D'après les statistiques du Service des Haras le nombre total de cavaliers en France était estimé à 471 000 en 1990 contre 200 000 en 1975 . 240 000 étaient titulaires d'une " licence de cavalier ". Les produits de loisirs à cheval sont très divers: - découverte- initiation pour jeunes , adolescents et adultes , - randonnées libre sou accompagnées, montées ou attelées, - séjour pour enfants , produits multi- activités cheval , etc...

 

Tourisme équitable :

Le tourisme équitable et solidaire met au centre du voyage l’homme et la rencontre dans une logique de développement des territoires. Il se caractérise par une implication des populations locales et une répartition des ressources générées par l’activité touristique. Les opérateurs touristiques sont en partenariat direct avec les communautés locales, qui sont rémunérées équitablement et participent directement à l’élaboration commune et à la gestion des séjours. « Le tourisme équitable est donc un système proposant plus d'équité entre tous les intervenants mais aussi les "acteurs passifs" du tourisme comme les populations d'accueil et leur environnement qui n'ont pas toujours l'occasion de s'exprimer » ( F. El Alaoui )

La charte du tourisme équitable ( Croq' Nature voyages) définit cette activité comme suit :

« Le tourisme équitable est un ensemble d’activités et de services, proposé par des opérateurs touristiques à des voyageurs responsables, et élaboré par les communautés d’accueil, autochtones (ou tout au moins en grande partie avec elles). Ces communautés participent de façon prépondérante à l’évolution de la définition de ces activités (possibilité de les modifier, de les réorienter, de les arrêter).

Elles participent aussi à leur gestion continue de façon significative (en limitant au maximum les intermédiaires n’adhérant pas à ces principes du tourisme équitable).

Les bénéfices sociaux, culturels et financiers de ces activités doivent être perçus en grande partie localement, et équitablement partagés entre les membres de la population autochtone. 

(…)

Les activités touristiques proposées localement doivent être pensées et gérées pour contribuer directement au développement durable des communautés et territoires d’accueil.

3b/ Les bénéfices tirés de ces activités touristiques, en particulier ceux des organismes de promotion et de vente, sont réinvestis majoritairement dans des actions de développement local maîtrisées par les communautés d’accueil. »

(…)

Le tourisme équitable et le tourisme solidaire sont des notions très proches car ils sont pensés tous les deux comme des systèmes d'aide au développement local des territoires d'accueil grâce aux revenus du tourisme.

ATES, Association pour le Tourisme Equitable et Solidaire
http://www.tourismesolidaire.org/ 

La charte du tourisme équitable
http://www.croqnature.com/tourismeequitable.htm 

Le tourisme équitable ( Le site du Routard.com )
http://www.routard.com/mag_dossiers/id_dm/19/ordre/2.htm 

Le tourisme équitable de F. El Alaoui (Master de Management du Tourisme - ESG, Paris, 1999)
http://elalaoui.free.fr/

Tourisme équitable Guide de l'économie équitable
http://tourismeguideeconomieequitable.blogspot.com/

Le tourisme équitable et solidaire ( PFCE - Plate-Forme pour le Commerce Equitable, Janvier 2009 )
http://www.commercequitable.org/fileadmin/user_upload/gene/Tourisme_Equitable_et_Solidaire_MAJ_0109.pdf
 


Tourisme intérieur :

Ensemble des prestations touristiques : - des citoyens d'un pays à l'intérieur de leur propre pays , constituant son Tourisme interne , - et des visiteurs étrangers qui voyagent et / ou séjournent dans ce pays , constituant son Tourisme réceptif. Tourisme intérieur = Tourisme interne + Tourisme récepteur .

 

Tourisme international :

C'est l'ensemble des flux et des consommations touristiques entre un pays  ( ou un groupe de pays caractérisé par une unité géographique et / ou politique ) , comprenant son Tourisme réceptif   ( ou Tourisme d'exportation ) et son Tourisme émetteur ( ou Tourisme d'exportation ) .La différence entre leurs recettes et dépenses  permet , pour les besoins de la comptabilité de l'état , de déterminer le solde de ses échanges touristiques  et de le prendre en compte dans le calcul de la balance de son commerce extérieur . Tourisme international = Tourisme récepteur + Tourisme émetteur .

 

Tourisme interne :

Consommation touristique des citoyens d'un pays  ( ou d'un ensemble de pays  caractérisé par une unité géographique et / ou politique ) à l'intérieur des frontières de ce pays  ( ou de cet ensemble de pays). Dans certains pays le Tourisme interne représente jusqu'à 70 % des séjours dans les hôtels et les autres types d'hébergement dans des maisons particulières .

 

Tourisme médical :

Le tourisme médical se définit comme le déplacement d’un malade dans un pays autre que celui de sa résidence habituelle pour s’y faire soigner à moindre coût que dans son pays de résidence ou de faire soigner à l'étranger ce qui ne pourrait être traité chez lui. Plusieurs phénomènes peuvent expliquer le développement de cette activité : - les disparités de niveau de vie entre pays qui permettent, dans un pays moins développé, d'abaisser le coût de revient de l'offre de soins par rapport au pays d'origine du patient. Une opération du cœur, par exemple, revient à environ 32 000 euros aux Etats-Unis et 16 000 euros en Europe, contre moins de 3 000 euros en Inde. Pour un acte dentaire de 300 à 400 dollars aux USA, son équivalent en Inde est de 20 à 40 dollars. Un lifting complet du visage (voyage et hôtel compris) peut coûter 4 500 dollars en Afrique du sud, moitié moins qu’en Occident ,- les disparités d'infrastructures sanitaires,- les disparités de législations/réglementations qui vont se traduire par un renchérissement d'actes chirurgicaux dans certains pays, du fait des primes d'assurances obligatoires souscrites par les praticiens et répercutées dans leurs tarifs ou qui limitent l'accès à certains actes médicaux tels que l'avortement ou la stérilisation, - La non/faible prise en charge, en particulier en France, de certaines interventions comme la chirurgie esthétique (hors chirurgie réparatrice) par la Sécurité sociale.

L’Inde est l’un des pays pionniers du tourisme médical. Ce type de tourisme aurait rapporté près de 300 millions d’euros en 2003, et il pourrait peser près de 2 à 3 milliards d’euros d’ici à 2012, selon le cabinet d’études McKinsey. Les premiers touristes médicaux étaient des patients des nations voisines : Népal et Bangladesh et du Moyen-Orient. Désormais, ils viennent des anciennes Républiques soviétiques, de Grande-Bretagne, des Etats-Unis ou du Canada. L’Asie du sud-est continue d’engranger de bons résultats. 700 000 patients étrangers sont soignés tous les ans en Thaïlande. Le pays a ainsi généré près de 560 millions d’euros de revenus en 2005. L’Afrique du Sud et les pays du Maghreb ont également développé toute une gamme de soins qui vont de l’opération de la cataracte au Maroc à la chirurgie plastique en Tunisie et en Afrique du sud. La Hongrie et la Roumanie se sont, eux, spécialisés dans les séjours dentaires, recherchés de plus en plus par les patients en raison de l’explosion des prix dans les cabinets dentaires en Europe de l’ouest. 

Le tourisme médical comporte cependant des risques non négligeables. En effet, le gouvernement français s'exonère de toute responsabilité. Les Ministères du Tourisme et de la Santé ont conjointement émis des mises en garde contre de telles pratiques dès juillet 2005. L'absence de garanties proposées par les agences est soulignée, notamment vis-à-vis de la qualification des médecins, des pratiques de l'anesthésie ou du respect de l'hygiène et de l'asepsie. Les autorités françaises ne peuvent pas contrôler les actes réalisés à l'étranger.

 

Tourisme national :

C'est l'ensemble des consommations touristiques : - des citoyens d'un pays à l'intérieur de leur propre pays , constituant son Tourisme interne ; - des citoyens de ce pays voyageant et / ou séjournant  dans des pays étrangers , constituant son Tourisme émetteur . Tourisme national = Tourisme interne + Tourisme émetteur .

 

Tourisme réceptif :

Ensemble des éléments de patrimoine , équipements , activités et services d'une destination touristique, destinés à être mis à la disposition de ses visiteurs. Par extension ce sont aussi les performances économiques de ce dispositifs d'accueil .

 

Tourisme responsable (ou Tourisme éthique) :

Le tourisme responsable ou tourisme éthique est un type de tourisme alternatif qui a pour objectif le développement économique des populations locales par un apport substantiel du tourisme à l’économie locale, par une rémunération juste des partenaires locaux, par le développement d’échanges culturels, par le souci de la préservation dans le long terme des ressources naturelles et culturelles, par la volonté de provoquer une rencontre authentique entre les autochtones et les voyageurs. Ce type de tourisme met en valeur la responsabilité individuelle et la responsabilité sociale des entreprises composant la chaîne du tourisme.

 

Tourisme rural communautaire :

Le terme est surtout employé en Amérique latine. «Une activité économique solidaire qui met en relation une communauté autochtone avec des visiteurs dans une perspective interculturelle, avec la participation consentante de ses membres. Le but est de valoriser le patrimoine culturel et de gérer durablement les ressources naturelles avec une redistribution équitable des bénéfices » ( R. FLORES, président de la Fédération pluriculturelle du tourisme communautaire en Équateur (FEPTCE). Le tourisme rural communautaire est défini comme : 1-un tourisme complémentaire aux activités traditionnelles d’agriculture, d’élevage et de pêche, 2-un tourisme rural qui se développe au sein du monde paysan, 3-un tourisme communautaire c'est-à-dire qui se développe sous forme collective pour la gestion et la propriété de l’initiative touristique, de l’attention touristique, de la juste répartition des tâches et des bénéfices, 4-un tourisme qui cherche à associer rentabilité économique et durabilité sociale et environnementale, 6-un tourisme qui valorise les moyens disponibles (ressources naturelles, traditions, culture, patrimoine archéologique, etc…),7-un moyen de promouvoir des espaces d’échanges sociaux et culturels.

 

Tourisme solidaire :

C’est une forme de tourisme qui implique la participation à une opération concrète de développement (construction d’une école, d’un dispensaire, d’une arrive d’eau, etc.…) demandée et organisée par la population des pays récepteurs. La grille établie par l’U.N.A.T (Union Nationale des Associations de Tourisme ) a déterminé 5 piliers pour tout projet de tourisme solidaire : 1-La sensibilisation des voyageurs ( préparation au voyage, questionnaire au retour), 2-Les possibilités de contacts effectifs avec la population autochtone via des rencontres, activités culturelles et logement chez l’habitant, 3-les problématiques environnementales, 4-L’implication dans un ou plusieurs projets de développement local gérés par la population d’accueil, 5-Les retombées économiques locales. En 2006 une enquête a été réalisée par IPSOS , en collaboration avec le ministère des Affaires étrangères, sur le tourisme solidaire. Elle révèle que 28,8% des personnes interrogées avaient déjà entendu parler du concept, que 30% l’associaient au commerce équitable et que 77% de ceux qui ne le connaissaient pas l’identifiaient à une forme de solidarité au sein du groupe, de voyageurs. Le concept est largement utilisé, et parfois abusivement, comme outil marketing par les agences .

Le tourisme solidaire et le tourisme équitable sont des notions très proches car ils sont pensés tous les deux comme des systèmes d'aide au développement local des territoires d'accueil grâce aux revenus du tourisme.

Tourisme solidaire et développement durable
http://www.tourisme-solidaire.org/

Tourisme et développement solidaires
http://www.tourisme-dev-solidaires.org/

Tourisme solidaire - Définitions, actualités et ressources
http://www.voyageons-autrement.com/index/tourisme-solidaire.html

Tourisme solidaire (Ritimo, Cdtm34, 2007)
http://www.ritimo.org/dossiers_thematiques/tourisme/tourisme_intro.html

 

Tourisme soutenable ( Sustainable Tourism ) :

Courant de pensée affectant les politiques de développement touristique depuis la fin des années 80 . "Le tourisme durable représente la forme de développement, d'aménagement, d'activité touristique qui respecte l'environnement, préserve à long terme les ressources naturelles et culturelles, (il) est socialement et économiquement durable et équitable" (définition de la Commission européenne ). C'est le rapport Brundtland "Our common Future" (1987 ) qui a imposé le concept de Développement durable .Ce dernier s'est étendu à diverses activités , dont le Tourisme .  La conférence mondiale du Tourisme durable ( Lanzarote , 1990 ) a adopté une déclaration formulant dans son point 1 : " Le développement touristique doit reposer sur des critères de durabilité ; il doit être supportable à long terme sur le plan écologique , viable sur le plan économique et équitable sur le plan éthique et social pour les populations locales (...) . Le Tourisme étant un puissant instrument de développement , il peut et doit jouer un rôle actif dans la stratégie de développement durable .Une bonne gestion du Tourisme doit donc garantir le caractère durable  des ressources dont cette activité dépend". Par ailleurs le document de Lanzarote rappelle que " le développement du Tourisme peut favoriser le rapprochement et la paix entre les peuples (...)  ( et susciter ) un partage plus équitable des bénéfices et des charges engendrées par le Tourisme ( ...), le développement du tourisme doit reposer sur des critères de durabilité , il doit être supportable à long terme sur le plan écologique , viable sur le plan économique  et équitable sur le plan éthique  et social pour les populations locales "

 

Tourisme spatial :

Le tourisme spatial est le tourisme qui concerne l’espace. Il trouve ses origines dans l’action de la Space Tourism Society fondée en 1996 qui s’efforce développer le tourisme spatial en dirigeant la recherche, en effectuant des démarches tant sur le plan politique que financier et en suscitant l’intérêt auprès du public.

Actuellement la seule société fournissant ce type de service est Space Adventures Ltd.  Elle détient un contrat d’exclusivité avec l’agence  spatial fédérale russe (FKA). Les places sont vendues jusqu’en 2009. Les cinq premiers «touristes» à s’être envolés (de 9 à 11 jours) à bord du vaisseau spatial Soyuz vers la International Space Station sont: Dennis Tito (Américain, avril 2001), Mark Shuttleworth (Sud-Africain, avril 2002), Gregoy Olse (Américain, octobre 2005) et Anousheh Ansari (Américaine/Iranienne, septembre 2006) et Charles Simonyi( Américain, avril 2007). Cette compagnie envisage de développer  plusieurs autres produits, dont deux sièges disponibles pour une mission autour de la lune et déjà 200 réservations pour un produit suborbital offert à 3 millions USD le billet.

Le premier vol suborbital à 100 km d’altitude a été annoncé pour la fin de 2008 par Virgin Galactic et son fondateur Richard Branson Ils affichent à ce jour une liste d’attente de 200 noms (avec dépôt) pour ce type de vol. Le prix des billets a été fixé à 200 000 USD. Le prix devrait baisser vers les 30 000 à 40 000 dollars si le succès est au rendez-vous. Le vol nécessite 3 jours d’entraînement. C’est un vol parabolique à plus de 100 kilomètres d’altitude. Deux pilotes et six passagers prendront place à bord de l’appareil SpaceShipTwo conçu par la société Scaled Composites pour un vol d’une durée de 2 ½ heures. Les «astronautes» pourront vivre l’état d’apesanteur. La navette atteindra la vitesse de 2500 milles à l’heure, soit 3 fois la vitesse du son. Un vol par semaine est prévu et l’on espère passer par la suite à 1 ou 2 vols par jour.

 

En juin 2007 Astrium, la filiale d’EADS a présenté la maquette d’un avion fusée pouvant emporter quatre passagers à une altitude de plus de 100 kilomètres pour un séjour en apesanteur de tris minutes. Le premier vol pourrait se dérouler en 2012. Astrium envisage de s’emparer de 30% du marché du tourisme spatial suborbital et de constituer une flotte de 20 véhicules en 10 ans.

Parallèlement la course aux spaceports (base de lancement d’un vaisseau spatial) commerciaux est engagée. Blue Origin construit un spaceport au Texas et AERA Corp. négocie avec le Pentagone pour se servir de la base de lancement de Cape Canaveral en Floride. Après avoir effectué ses premiers vols à Mojave en Californie, Virgin Galactic déménagera sa base au Southwest Regional Spaceport de New Mexico (actuellement en construction). L’ancienne base militaire d’Oklahoma devient le 6e spaceport à être approuvé par la Federal Aviation Administration (FAA) pour effectuer des vols commerciaux. Singapour et les Émirats arabes unis veulent aussi se lancer dans la course.

Plusieurs entreprises jonglent avec l’idée de construire un hôtel spatial, mais aucun projet n’a dépassé l’étude de faisabilité. Richard Branson souhaite voir ce projet se concrétiser de son vivant. Récemment l’homme d’affaires américain Robert Bigelow, fondateur des hôtels Budget Inn, a acquis les plans d’un habitat spatial gonflable, Transhab, issu d’un projet développé par la NASA puis abandonné. Son entreprise Bigelow Aerospace a lancé un premier prototype à échelle réduite d’hôtel orbital, Genesis, en juillet 2006.

 

Tourisme spatial : tout le monde sur le pont !
http://www.ioonos.com/cms/actualites/tourisme-spatial-astrium.html

Virgin Galactic
http://www.virgingalactic.com/

Space Tourism Society
http://www.spacetourismsociety.org/Welcome.html

Bigelow Aerospace
http://www.bigelowaerospace.com/

Les sites du tourisme spatial
http://www.spacetourismsociety.org/Sites.html

Space adventures
http://www.spacetourismsociety.org/Sites.html

 

Tourisme sportif :

Le terme désigne l'ensemble des produits et des services qui utilise le Sport à des fins touristiques . Le Sport , et les activités physiques de manière générale , sont appréhendés comme le moyen dont dispose le Tourisme pour se développer. Le Sport peut être central dans les motivations   qui orientent le choix du touriste ( ex.- : le Tourisme d'aventures, le Tourisme lié aux spectacles sportifs ) .Il peut aussi être périphérique à l'orientation générale du séjour touristique et constituer un " plus " au produit déjà existant  ( ex.-: une après-midi de golf ou de " pêche au gros " proposée à des congressistes ) .
 

Tourismologie

Néologisme forgé en 2000 par J. M. Hoerner dans un article publié par la revue "Espaces" ( N°17 ): " Pour la reconnaissance d'une science touristique " ?. Le terme désigne une nouvelle ( ? ) discipline scientifique  ayant vocation à " (... ) [étudier] les voyages ou les déplacements de personnes , appelées touristes dans le sens le plus large , qui effectuent une dépense dans un établissement touristique .Il s'agit d'une science humaine  pluridisciplinaire de synthèse plus appliquée que fondamentale " ( HOERNER J. M. & SICART C., 2003, p.13 )

 

Touriste :

Tout visiteur dont le séjour dans le pays visité comporte au moins une nuit ou est supérieur à 24 heures. Le motif peut être soit personnel ( agrément, visite à de la famille ou à des amis... ) soit professionnel ( mission, réunion, ... ). Le statistiques du tourisme sont principalement exprimées avec une unité qui est le séjour et non le touriste. Un touriste peut effectuer plusieurs séjours au cours d'une même année ( cf. - PY P. , 1996.-" La définition internationale du touriste " in : Le Tourisme , un phénomène économique , Paris, La Documentation Française édit.,  166p. , p. 87 ).En prenant appui sur deux figures emblématiques du voyage Phileas Fogg et Robinson Crusoë, le sociologue J. D Urbain distingue deux types de touristes : -le touriste de circulation représenté par les nomades , les itinérants qui,à l'image de Phileas Fogg partent à la découverte du Monde. C'est moins la distance que l'état d'esprit d'ouverture au Monde, moins le voyage en soi que le désir de vivre autrement , le désir de connaissance de l'Ailleurs et de l'Autre, qui caractérise ce type de voyageurs; -Le touriste de transplantation représenté par les vacanciers sédentaires ou villégiateurs, comme Robinson Crusoë sur son île, ils s'arrangent une vie de vacances aussi proches que possible de leurs habitudes  quotidiennes .Le villégiateur n'est pas un touriste ."Il est comme Robinson, il explore son île pas le Monde".La villégiature est un voyage d'agrément qui n'est pas vraiment touristique. Dans leur grande majorité les français sont des villégiateurs ."Quand 45% des français s'installent sur la plage pendant 3 à 5 semaines, cela veut dire que pratiquement la moitié de la population vacancière s'immobilise, se sédentarise, revient généralement sur le même lieu de vacances et ne recherche absolument pas le dépaysement" .
 

 

Touriste international :

Toute personne qui, sans distinction de race , de sexe, de langue ou de religion , pénètre que le territoire d'un état contractant autre que celui où elle réside habituellement  et y séjourne pendant 24 heures au moins et 6 mois au plus  au cours d'une même période de 12 mois, si son voyage est du à un motif légitime autre que l'immigration.

 

Touristicité :

Ce terme désigne le caractère fonctionnel touristique d'un espace . Il qualifie cet espace touristique en termes de poids économique ( degré d'insertion économique ) et en termes de présence dans le paysage et d'aménagement du territoire ( degré d'insertion spatiale ) .Le degré de touristicité s'apprécie à travers une multitude d'indices : parcs d'hébergements , statistiques de fréquentation , chiffres d'affaires des entreprises touristiques , etc...

 

Touristification ( cf.- : Mise en Tourisme ) .

Le terme désigne le processus de développement touristique d'un espace et le résultat de ce processus. C'est le processus par lequel se construit un espace touristique (ou le processus d'appropriation de l'espace par le Tourisme, donc l'évolution de la touristicité dans le Temps).Il se manifeste par l'occupation progressive de l'espace par des hébergements et des équipements, par une polarisation croissante des flux dans l'espace et dans le temps et par des retombées diverses sur le milieu d'accueil en termes socio-économiques. Le terme peut aussi désigner la part (excessive ? ) accordée à l'activité touristique. Il fait alors allusion aux méfaits que le Tourisme peut exercer sur les populations réceptives et sur l'environnement. Dans ce cas la touristicité mesure le degré de mise en tourisme d'un lieu et se traduit dans le domaine scientifique par le rapport du nombre de touristes pouvant être accueilli au nombre d'habitants. La touristification induit un développement spontané  et non planifié de l'activité touristique ( J. M DEWAILLY , p.31 in AMIROU et alii, 2005 ).

 

Tour-opérateur : cf. - Organisateur de voyages

 

Tour-opérateur réceptif :

C'est une agence de Tourisme d'accueil qui programme des voyages et des séjours dans sa propre région ou son propre pays , afin de les commercialiser auprès de la clientèle nationale .

 

Tout-Terrain ( véhicule )  :

C'est un véhicule , avec ou sans moteur , adapté à la circulation hors des routes . Le passage des véhicules tout-terrain peut dégrader durablement la végétation et les conséquences sur des milieux naturels fragiles ( comme les dunes littorales ou les marais maritimes ) peuvent en être très coûteuses . La loi du 3 janvier 1991 " relative à la circulation des véhicules terrestres dans les espaces naturels et portant modification du Code des Communes " prévoit que les véhicules tout terrain ( 4 X 4 et " motos vertes " ) ne pourront quitter , sous peine d'une amende ( 5000 F ) , voire de l'immobilisation du véhicule , les routes et chemins ruraux , publics ou privés , ouverts à la circulation . Liberté est laissée aux Maires et aux Préfets d'interdire par " arrêté motivé " certaines portions de voie aux engins qui pourraient " compromettre la tranquillité publique " , la protection des espaces naturels , des paysages ou des espèces animales et végétales. Cette loi rapproche la France de législations en vigueur dans d'autres pays européens , l'Allemagne notamment .On notera aussi que la Haute-Savoie  réglemente la pratique du 4  X 4 depuis 1987 et le Finistère depuis 1989.

 

Train touristique :

Ce sont des lignes ferrées permettant l'accès à un site touristique et dont le matériel et l'environnement préservé constituent en eux-mêmes des attractions touristiques. Les chemins de fer touristiques sont nés de la reconversion des lignes ferroviaires implantées en zone de montagne. Après 1960 la fermeture massive des lignes secondaires par la SNCF a déterminé beaucoup d'amateurs à continuer l'exploitation des voies les plus pittoresques et les mieux conservées. L'UNECTO ( Union des exploitants de chemins de fer touristiques et de musées ) fédère aujourd'hui 512 kilomètres de lignes touristiques répartis sur 38 réseaux .Ces lignes avaient accueilli plus de 800000 voyageurs en 2000.
 

Trekking :

Ce vocable remonte aux années 1970. Il désignait une randonnée collective effectuée dans des pays montagneux lointains comme le Népal ou les Andes . Il permet la découverte de paysages grandioses avec un effort physique soutenu mais sans danger . Le terme désigne un raid pédestre, sous la responsabilité de guides, avec l'accompagnement de porteurs pour le matériel et les vivres. Il ne s’applique pas à la France où les grands espaces permettant ce type de randonnée n’existent pas.  
 

Typologie  :

Du grec « tupos » : figure  , modèle . C’est le classement d’un phénomène aux manifestations variées , en types  c’est-à-dire en formes ayant des traits caractéristiques selon un ou des critères donné (s) .

 

 

 

 

Cliquez la lettre recherchée

 

 
 

 

 

Page  en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme | La bibliographie | L'examen


 


 


 
Cette page a été mise à jour le 27/06/15

Copyright © 2007 by KEROURIO