GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Les référentiels  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015  

 
Dicotour
 

Z

   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiels
  Bibliographies

  "Dicotour"
Les mots de la Géographie du Tourisme

 

Z.A.C. : Zone d'aménagement concerté.

 

La Z.A.C est une procédure qui permet à une collectivité publique d'équiper des terrains en vue de réaliser une opération d'urbanisme (logements, commerces, services, activités touristiques ou autres). Elle définit à la fois des règles d'urbanisme qui traduisent la structure et le contenu du projet, un bilan financier qui précise le financement des équipements publics nécessaires au "besoin" de la zone, des relations contractuelles avec un aménageur public ou privé chargé d'acquérir, d'équiper et de commercialiser les terrains lorsque la collectivité ne réalise pas elle-même l'opération. La collectivité publique est l'initiateur du projet qu'elle réalise en régie directe, par voie de concession avec un Société d'Économie Mixte ou un établissement public, par voie de convention avec un aménageur privé. Dans ce dernier cas seulement elle est dégagée de sa responsabilité financière. La procédure (articles L.31 1.1 à 311.6 et R. 311.1 à 311.19 du code de l'urbanisme) est de compétence communale dans les communes ayant un POS approuvé, de compétence de l ' État dans les autres cas.
 

 

 

Z. A. D. : Zone d'aménagement différé.

 

Les Z.A.D (L. et R. 212 - 213 du code de l'urbanisme) permettent aux communes ou à l 'État de constituer des réserves foncières en vue de la réalisation d'opérations d'aménagement. Un arrêté du préfet ou un décret en conseil d 'état (si la commune émet un avis défavorable) délimite un périmètre à l'intérieur duquel une collectivité publique a le droit de se porter acquéreur prioritaire des biens en voie d'aliénation par leurs propriétaires. La ZAD devient opposable aux tiers, après exécution des mesures de publicité légale, pendant 14 ans. Toute aliénation volontaire à titre onéreux d'immeuble bâti ou non, de droits 50ciaux donnant vocation à la propriété ou à la jouissance d'immeuble ou partie d'immeuble, doit faire l'objet d'une déclaration d'intention d'aliéner (D.I.A.) sous peine de nullité. Ce document est adressé à la mairie de la commune où se situe le bien. Le bénéficiaire du droit de préemption dispose de deux mois pour exercer son droit de préemption.

 

 

Z.N.I.E.F.F :

 

Zone Naturelle d’ Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique instituée en 1982 sur la base d’un recensement général des richesses naturelles du territoire français. L'inventaire ZNIEFF est réalisé à l'échelle régionale par des spécialistes dont le travail est validé par  le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (C.S.R.P.N.)  nommé par le préfet de Région. Les données sont ensuite transmises au Muséum National d'Histoire Naturelle pour évaluation et intégration dans un fichier national informatisé .Cet inventaire est permanent et dans chaque région un fichier régional est disponible dans chaque D.I.R.E.N.   Entièrement cartographiées elles ne sont pas opposables à des tiers mais elles sont la plupart du temps prises en compte par les P.O.S et les études d’impact des projets d’aménagement .On distingue deux types de Z.N.I.E.F.F : celles de type I correspondent à des sites ponctuels ( bois, pelouses, marais), remarquables ou exceptionnels selon le nombre d'espèces rares ou menacées qu'ils abritent ; celles de type II sont de vastes ensembles écologiques diversifiés et sensibles   correspondant soit à une unité morphologique ( vallée, estuaire, delta, ... ), soit à une formation végétale de grande taille ( forêt, lande, ...).Au 1er février 1996 on dénombrait 14 755  Z.N.I.E.F.F. en métropole (  12820 de type I et 1935 de type II) et 222  Z.N.I.E.F.F. dans les départements d'Outre-Mer. (cf. - Circulaire 91-71 du 14 mai 1991 du Ministère de l'Environnement ; article 23 de la loi 91-24 du 8 janvier 1993 sur la protection et la mise en valeur des paysages et modifiant certaines dispositions législatives en matière d'enquêtes publiques  ( J.O du 9 janvier 1993 ) ).
 


 

L'inventaire ZNIEFF (DIREN Auvergne)
http://auvergne.ecologie.gouv.fr/PorteAConnaissance/Znieff1/Définition.asp

Circulaire n° 91-71 du 14 mai 1991 relative aux zones naturelles d'intérêt écologique faunistique et floristique ( La lettre email des maires)http://www.journaldesmaires.com/interface/diverscommuns/circ17.html 

Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique ( Wikipédia, l’encyclopédie libre)http://fr.wikipedia.org/wiki/Zone_naturelle_d'int%C3%A9r%C3%AAt_%C3%A9cologique,_faunistique_et_floristique

 


Zonage :

 

C'est la délimitation précise de l'aire d'intervention des fonds structurels européens  (une région , un bassin d'emploi, un canton, ...) . Le zonage est défini par la Commission Européenne sur proposition des états-membres .

 

 

Zonage ( Principe de ... ) :

 

Dans les documents d'urbanisme le principe de zonage  consiste à répartir un territoire considéré en tranches affectées chacune à une ou plusieurs occupations ou utilisations. On distingue habituellement le zonage de protection dont l'objectif est de conserver un espace naturel en l'état (réserve naturelle, zone classée, site inscrit, ...) et un zonage d'aménagement permettant de poursuivre plusieurs objectifs de développement, de mise en valeur et de protection en rendant chacun de ces aspects solidaire des autres .

 

 

Zone de Montagne :

 

La zone de montagne comprend le territoire des communes qui sont situées clans une proportion d'au moins 80% de leur superficie à une altitude supérieure à 600 m au-dessus du niveau de la mer, ou dans lesquelles dénivellement entre les limites altimétriques inférieure et supérieure cultivé n'est pas inférieur à 400 m .Peuvent en outre être classées en zone de montagne, les communes ne répondant pas aux critères ci-dessus d'altitude ou de dénivellement du territoire cultivé, mais dont l'économie est étroitement liée à celle des communes limitrophes satisfaisant aux conditions définies à l'article précédent. La zone de montagne comprend des communes ou des parties de communes caractérisées par une limitation considérable des possibilités d'utilisation des terres st un accroissement important des coûts des travaux dus: - soit à l'existence. en raison de l'altitude (minimum: 700 m partout, vosgien: 600 m et montagnes méditerranéennes: 800 m). de conditions climatiques très difficiles. se traduisant par une période de végétation sensiblement raccourcie; - soit à la présence à une altitude moindre. dans la majeure partie du territoire (au moins 80 %). de fortes pentes (supérieures à 20%). telles que la mécanisation ne soit pas possible ou nécessite l'utilisation d'un matériel très onéreux ; - soit à la combinaison de ces deux facteurs.

 

 

Zone de Protection Spéciale Directive Oiseaux ( Z.P.S  ):

 

Cette mesure de protection s'applique sur l'aire de distribution des oiseaux sauvages située sur le territoire européen des pays membres de la Communauté Européenne. Elle concerne : - soit les habitats des espèces menacées de disparition, vulnérables à certaines modifications de leurs habitats  ou les espèces considérées comme rares car leurs populations sont faibles  ou que leur répartition locale est restreinte; - soit les milieux terrestres ou marins utilisés par les espèces migratrices dont la venue est régulière . Chaque état désigne comme zone de protection spéciale les sites représentant un intérêt communautaire pour les oiseaux . Le site qui fait l'objet de ce classement doit présenter un intérêt particulier pour une ou plusieurs espèces d'oiseaux . Au 1er septembre 1997 la France avait désigné 105 Z.P.S pour une superficie d'environ 740 000 ha. Le réseau NATURA 2000 regroupe l'ensemble des Z.P.S et des Z.C.S sur le territoire européen . Il est destiné à assurer un réseau cohérent d'espaces protégés en vue d'assurer le maintien de la biodiversité des habitats naturels et des espèces sauvages sur le territoire européen des états-membres . Exemples de Z.P.S françaises : le lac de Grand -Lieu en Loire Atlantique , les marais de Bruges en Gironde , les marais du Contentin dans la Manche, l'estuaire de la Loire, le marais doux charentais, ...

 

 

Zone d'attraction : cf. Chalandise ( Zone de ...) 

 

Zone Spéciale de Conservation Directive Habitats (Z.P.C) :

 

Cette directive s'applique sur le territoire européen des états membres de la communauté européenne. Elle concerne :  - les habitats naturels d'intérêt communautaire en danger de disparition dans leur aire de répartition naturelle, disposant d'une aire de répartition réduite par suite de leur régression ou constituant des exemples remarquables  de caractéristiques propres  à l'une ou à plusieurs des six régions géographiques  ( alpine, atlantique, continentale, macaronésienne, méditerranéenne et boréale),  - les habitats abritant des espèces d'intérêt communautaire  qu'elles soient en danger, vulnérables, rares ou endémiques,  - les éléments de paysage qui ,  par leur structure linéaire   et continue ou leur rôle de relais , sont essentiels à la migration et à l'échange génétique d'espèces sauvages. Chaque état-membre élabore une liste de sites présents sur son territoire national et répondant aux caractères précédemment énumérées .Cette liste constitue la proposition transmise à l'Union Européenne . La deuxième étape est la définition par l'Union Européenne du projet de liste des sites d'importance communautaire. Cette définition se fait avec l'accord de chaque état-membre. Les états-membres doivent alors  prendre des mesures de conservation appropriées pour chaque site par voies administratives, contractuelles et /ou réglementaires

 

 

Z. P. P.A. U. :

 

Zone de protection du patrimoine architectural et urbain (loi du 7 janvier 1983). C'est une sorte de contrat et une  procédure associant l ' État et les communes afin de protéger le patrimoine digne d'intérêt dans les communes dotées ou non de P.O.S. La Z.P.P.A.U. assure une meilleure protection du patrimoine historique en l'adaptant aux conditions du site. Dans le cas de monuments historiques, le périmètre défini se substitue au rayon de protection de 500 mètres des abords et sa forme est adaptée à la configuration particulière du lieu. Ce document traduit la volonté de la commune de mettre en valeur son patrimoine selon des dispositions qu'elle arrête d'un commun accord avec l ' état. Elle fait référence aux lois du 31 décembre 1913 relative aux monuments historiques, du 2 mai 1930 sur les sites, du 7 janvier 1983 sur le transfert des compétences ( articles 69 à 72 ), des décrets 304 et 305 du 25 avril 1984 et de la circulaire 45 du 1er juillet 1985. La décision de sa mise à l'étude incombe aux conseils municipaux et fait l'objet d'une publicité. C'est une servitude d'utilité publique , mais ce n'est pas un document d'urbanisme : elle vient enrichir et compléter le P.O.S . Le succès des Z.P.P.A.U.P est lié à la souplesse de leur démarche qui , en instaurant un dialogue entre l'état , garant de la protection du Patrimoine national , et la commune , responsable de l'urbanisme  sur son territoire , permet d'identifier et de valoriser le patrimoine local en l'insérant dans un projet global.

 

 

 

 

 

 

Cliquez la lettre recherchée

 

 
 

 

 

Page  en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme | La bibliographie | L'examen


 


 


 
Cette page a été mise à jour le 30/05/15

Copyright © 2007 by KEROURIO