GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Le référentiel  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015  

 
Le tourisme dans le Monde

Le bassin méditerranéen

  L'Espagne
  L'Italie
  La Croatie
  La Grèce
  La Turquie
  L'Égypte
  La Tunisie
  Le Maroc
 

Le Tourisme de croisière

L'Europe du Nord
  Les pays scandinaves

L'Afrique subsaharienne

Les îles tropicales

  L'espace caraïbe
  Cuba
  Les Seychelles
 Les Maldives
  Fiche signalétique
  Les îles du Pacifique
  Les Galápagos
Les Amériques
  Les États-unis
  Le Mexique
  Le Costa Rica
  Le Pérou
  L'Amérique du sud

L'Asie

  L'Inde
  Le Népal
  L'Asie du sud-est
  Le Viêt-Nam
  La Thaïlande
  L'Indonésie
  Singapour
  La Chine

Les régions polaires

 

L'Arctique et l'Antarctique

Le Tourisme et les risques
  Le Tourisme et le Terrorisme
 

Le Tourisme et les maladies

 

Le Tourisme sexuel

Les nouveaux tourismes

  Le Tourisme spatial
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiel
  Bibliographies

              

  Le Tourisme dans l'archipel des Maldives

             

  Généralités


"On porte [ le concept de l'île ] en soi depuis le berceau. Une terre sauvage, un "ailleurs" possible dont on pourrait caresser la certitude, les jours de métro" ( GUILLEBAUD C.)

"Ainsi le mythe de l'île est-il partout et la pratique du Tourisme est-elle, dans bien des cas, une manière d'insulariser l'espace. L'île ne serait donc qu'une forme extrême, en quelque sorte préfabriquée, d'insularisation de l'espace, et la matérialisation, parfois décevante, d'une aspiration profonde" ( UGI, Lipari, 1982 )

" Ces îles (Maldives) sont au nombre des merveilles du Monde; on en compte environ deux mille. Il y a cent de ces îles, et davantage, qui se trouvent rassemblées circulairement en forme d'anneau; leur groupe a une entrée semblable à une porte et les vaisseaux n'y pénètrent que par là. Quand un navire est arrivée près d'une d'elle il lui faut absolument un guide parmi les habitants afin qu'il puisse se rendre , sous sa conduite, dans les autres îles. Elles sont tellement rapprochées les unes des autres que les têtes de palmiers qui se trouvent sur l'une d'elles apparaissent dès qu'on sort de l'autre. Si le vaisseau manque le chemin il ne peut pénétrer dans ces îles  et le vent l'entraîne vers le Ma'bar ou vers Ceylan" ( Ibn Battûta, Voyages, t.III (Paris, édit. La Découverte, 1982) )

« La politique menée (…)  consiste à isoler les touristes et d'organiser de véritables ghettos pour vacanciers. Ce qui fait que les touristes n'ont plus aucun contact avec la population locale » (J.Maillot , l'ancien président de Nouvelles Frontières, mai 2014)

 

Le sultanat des Maldives est formée d'un groupe d'îles couvrant une superficie terrestre cumulée estimée à 298 km2 et disséminé sur une étendue océanique de plus de 90000 km2. Ces îles se localisent de part et d'autre de l'Équateur et s'inscrivent dans un rectangle de 750 kilomètres sur 118. L'archipel des Maldives comprend 1198 îles  et îlots, incluant 26 atolls, et aucune des îles de l'archipel ne s'élève à plus de 1m80 au dessus du niveau de la mer. L'archipel est situé au large  de la côte sud-ouest du Deccan, à 735 kilomètres à l'ouest de Ceylan. Ces îles furent peuplées par des vagues d'immigration  successives  venues de l'Inde et de Ceylan dans les premiers siècles de l'ère chrétienne. Au XIIe siècle le berbère Abu El-Barakat entreprit, avec succès, l'islamisation des habitants. Dès 1518 les Maldives firent l'objet de tentatives répétées de conquêtes de la part des portugais. Au cours des siècles suivants les raids des pirates  Moplahs, venant de la côte de Malabar, obligèrent le sultanat à demande l'aide et la protection de l'administration hollandaise, puis anglaise .le protectorat britannique fut confirmé par un traité signé en 1887. L'économie du pays est basée sur deux activités principales: la pêche et le tourisme. Ces deux secteurs représentent 30% M du P.I.B  et constituent les deux principales sources de revenus de l'État et les principales recettes du commerce extérieur. Les atolls maldiviens sont entourés par une eau limpide et entourés de récifs coralliens. Le climat est tropical. Les températures varient peu tout au long de l'année.La température moyenne annuelle est de 28°C  avec un maximum de 32°C et un minimum de 25°C.

La population des Maldives s'élevait à 270100 habitants en 2002  répartis sur 113 km2 (263000 habitants en 1998) avec un taux de croissance annuel de 2,9%. et une densité moyenne de 2393 habitants/km2 (chiffres de 2000). Sur les 1200 cayes formant les terres émergées, la population est répartie sur environ 200 îles. L'île la plus peuplée et celle qui abrite les fonctions les plus développées est la capitale Malé  74000 habitants en 2002 ( 65000 habitants en 1998 ), soit 26% de la population totale ). Les autres îles sont, pour la plupart largement inhabitées à l'exception de 74  d'entre elles  qui ont été aménagées comme stations touristiques.

Par beaucoup d'aspects les Maldives sont devenus l'archétype de la petite île touristique tropicale. Or ce type de destination possède une forte valeur symbolique en Occident. " Ensoleillées, baignées d'eaux turquoises et plantées de cocotiers, (ces îles) constituent la principale figure emblématique du paradis tropical, ayant alimenté dès le XVIIIe siècle  et au travers des récits de voyages, le mythe d'une tropicalité généreuse (...)" ( CAZES-DUVAT V. & MAGNAN  A., 2004, p.79 ). Protectorat anglais depuis 1887, les Maldives sont devenus indépendantes en 1965. Depuis peu l'archipel est confronté à un problème environnemental majeur  résultant d'un remontée générale du niveau de la mer liée au réchauffement climatique planétaire.

Le développement touristique des Maldives fut relativement précoce  et largement impulsé par l'initiative privée. L'essor touristique de l'archipel est intimement lié à l'aviation. Avant que la desserte aérienne des îles ne devienne effective, les Maldives n'étaient accessibles que par bateau et seuls quelques aventuriers et hommes d'affaires richissimes avaient la possibilité de les fréquenter. Ce n'est qu'en 1960 que la capitale fut dotée d'un aéroport. La "découverte " touristique des Maldives fut le fait d'un italien nommé  Georges Corbin qui conçut le projet de développer le Tourisme dans l'archipel au début des années 1970. Le premier "resort" ouvrit en octobre 1972 sur l'île de Vihamanaafushi: le "Kurumba village" comprenant une trentaine de bungalows. En 1972  on dénombrait 280 lits touristiques dans l'archipel. Ce chiffre dépassait 2400 à la fin de la décennie. Les premiers touristes étaient d'origine italienne. Ils furent rapidement suivis par des scandinaves. L'archipel reçut 1000 touristes en 1972, 9000  en 1975 ,12000  en 1976 et 42000 en 1980. En 1978 le gouvernement maldivien  créa un département  du Tourisme ("Department of Tourism and foreign investment" ) qui acquit ultérieurement le statut de ministère . Son objectif était de guider  et de promouvoir le développement de l'industrie touristique dans l'archipel.

Au début des années 1980 les grèves survenues au Sri Lanka  et qui avaient durablement affecté le tourisme dans ce pays, profitèrent aux Maldives. Au début des années 1990 les Maldives accueillaient plus de 240000 visiteurs. Dans les années  1990 le Tourisme représentait  18% du P.I.B  et occupait  11% de la population active. Les arrivées de touristes passèrent de 83814 en 1984 à 338733 en 1996 et 365563 en 1997. Durant la même période le nombre de lits touristiques passait de 13471 à 14129 .La forte demande touristique en provenance des pays nouvellement industrialisés du sud-est asiatique compléta à partir de cette date les arrivées des pays européens.

 

 

Le développement touristique

Dans l'archipel maldivien les opportunités d'un développement écotouristique terrestre sont quasi-inexistantes  en raison de l'exiguïté des terres émergées  (298 km2) et de la faible biodiversité des écosystèmes terrestres .Mais les 90000 km2 d'étendues marines, dans lesquelles prolifèrent les formations coralliennes , autorise le développement de la plongée sous-marine. Ce secteur constitue un complément non négligeable à une industrie touristique déjà largement développée sur la base des trois " S " (" Sun, sea and sand" ). La configuration physique  du tourisme aux Maldives est très atypique. Chaque station occupe une île  séparée  et chacune évolue en quasi-autarcie, accessible seulement par bateau depuis l'aéroport international ("îles-hôtels"). Ces "îles-hôtels" sont des produits touristiques haut de gamme  en raison des coûts élevés induits par l'ouverture et la gestion de tels établissements. La plupart des stations ont été installées sur les îles inhabitées  afin de réduire, autant que possible, les impacts sociaux et culturels consécutifs à l'afflux touristique." Chaque "resort" constitue une entité relativement autonome de production : il a ses propres structures de gestion et d'approvisionnement, souvent par commande directe avec l'étranger ... L'île-hôtel est une enclave à l'état pur  (...) qui peut prendre valeur de modèle. Elle atteint une telle "pureté "  parce qu' elle se situe en point d'intersection d'un pays insulaire- au point de vue de sa géomorphologie et ses pratiques  ( volonté politique ! )- et d'un tourisme international qui s'avère  éminemment insulaire dans ses pratiques et dans ses discours " (PLISS C., 1986. -Au fil des îles  : propos sur les Maldives et le Tourisme , Université  de Paris VII (Thèse de doctorat 3e cycle )). Le respect du code islamique et des coutumes vestimentaires conduit à prohiber le bain nu, mais cette pratique  demeure autorisée sur les îles touristiques .les touristes sont seulement admis à visiter les atolls désignés par le gouvernement et les visites sont strictement encadrées  et réglementées. Un programme éducatif ,destiné à expliquer l'importance économique du tourisme aux Maldives, a été lancé sous l'égide du ministère en charge de l'Education par le biais du système scolaire et des médias locaux .Un lycée formant aux métiers du Tourisme a ouvert ses portes en 1987 à Malé, co-financé par le  " United national development program" , le W.T.O et les fonds européens .

Chaque station possède ses propres installations destinées au logement de ses employés. Les familles des employés demeurent sur leurs îles d'origine .La plupart de ces stations  se sont développées  dans l'atoll de Kaafu ( Malé ) et, en nombre moindre, près de l'atoll  d'Arifu ( Ari ) .

Dans les années 1980 Le ministère du Tourisme  a élaboré des formules très strictes pour guider le développement touristique dans l'archipel et assurer la protection de l'environnement. Les pouvoirs du ministère du Tourisme sont étendus .Il peut décider de la fermeture des îles touristiques qui ne respecteraient pas les normes établis. Le gouvernement a établi des critères rigoureux permettant d'évaluer la capacité de charge des îles sur la base de plusieurs facteurs : - contrôle strict de l'abattage des arbres  de telle manière que le paysage naturel de l'île soit maintenu en l'état et qu'aucun bâtiment ne dépasse la cime des arbres, - la superficie maximale de l'île susceptible d'être lotie est de 20%. Les bâtiments ne doivent pas excéder 2 étages .Pour chaque bâtiment construit sur le lagon un espace d'une superficie équivalente doit demeurer vacant sur l'île, - afin de favoriser la perception du paysage par les touristes  et de promouvoir les activités de plage , toutes les chambres doivent faire face à la plage. Un minimum de 5 mètres  de linéaire côtier doit demeurer disponible en face de chaque chambre .68% de la longueur totale de la plage  de chaque île touristique  doit être utilisée  pour la disponibilité des chambres, 20% pour les services liés à l'approvisionnement et 12% doivent demeurer vacants .de nombreux critères ont été instaurés par le gouvernement maldivien  pour assurer la protection de l'environnement : -contrôle architectural des constructions à caractère touristique, -limitation de la hauteur des bâtiments et proximité du rivage, -collecte d'eau par désalinisation ( technique de l'osmose inverse ) et collecte des eaux pluviales  via les toits, afin de limiter les prélèvements dans les nappes souterraines, -contrôle de l'écologie marine avec l'interdiction faite aux touristes de prélever des fragments de récifs coralliens, des coquillages et des roches dans les zones récifales et leurs parages immédiats. Le ministère du Tourisme maldivien a aussi élaboré un plan ("Tourism master plan") identifiant les zones prioritairement réservées au développement touristique.

Dans les années 1990 des efforts considérables ont été entrepris pour diversifier les produits touristiques : surf, croisière, pêche au gros, etc... La croisière s'est considérablement développée  ces dernières années. La pression touristique a conduit le gouvernement a sélectionner de nouvelles zones de développement touristique. En 1983 l'atoll d'Ari  (au sud de l'atoll de Malé)  a été désigné comme nouvelle zone de développement.

Ces différentes initiatives ont suscité le développement du Tourisme aux Maldives. Le secteur touristique  est passé de 11,5% du P.I.B  en 1986 à 18%  en 1990. Il représente  aujourd'hui 1/3 des recettes totales de l'État et près de 60% des recettes du commerce extérieur. En 1997 le Tourisme a attiré aux Maldives 365000 visiteurs payant en moyenne $150 la nuit. En 2000 l'archipel accueillait 467000 visiteurs  (dont 27517 français) qui ont contribué pour 20% à la formation du   P.N.B, pour 32% aux revenus de l'État ( 59 $ M.U.S) et pour 75% aux entrées de devises. En 2001 les Maldives ont accueilli 460984 touristes étrangers (dont 30542 français), 484680 en 2002 (dont 31228 français ) et 563593 en 2003 ( dont 41055 français).

En 2002, un peu plus de 460 000 touristes s’étaient rendus aux Maldives, dont 364 000 en  provenance d'Europe. Les premiers visiteurs étaient des  Italiens (115 000 touristes), devant les Britanniques (77 000), les Allemands (66 000) et les Japonais (41 000). Les Français étaient  cinquièmes (30 000), juste devant les Suisses (28 000). Avec un total de 675 889 visiteurs internationaux, l'année 2007 a marqué un nouveau record en nombre d'arrivées pour les Maldives. L'archipel a enregistré une hausse de fréquentation de 12,3%. Le nombre total de nuitées atteint 5,293,224, soit une hausse de 9,7% par rapport à 2006. Le taux d'occupation sur l'année 2007 s'élevait à 82,9% et la durée moyenne de séjour était de 8,5 jours. Le Royaume-Uni conserve sa première place avec 125 158 touristes, suivi de l'Italie (117,246.), l'Allemagne (72,269 et la France qui se maintient au quatrième rang avec un total de 45,301 arrivées en 2007. A la fin de l'année 2006 on dénombrait un total de 235 établissements touristiques dans l'archipel soit une capacité d'hébergement évaluée à 20505 lits. En 2006 les Maldives ont reçu 601923 touristes ( contre 395320 en 2005 du fait du tsunami de décembre 2004 ).76% des touristes étaient européens ( soit 457735 ) dont 118929 italiens, 107995 anglais, 70830 allemands et 43627 français ...!. En 2007 8382928 touristes ont visité l'archipel.

Le tsunami de décembre 2004 a constitué une catastrophe de grande ampleur pour les Maldives 1 300 blessés, 83 décès et 25 disparus, quatorze îles ont été totalement détruites et ont du être évacuées, 12 500 personnes ont été déplacées et environ 8 500 ont été temporairement réinstallées. Les infrastructures portuaires d’environ un quart des îles ont subi de sérieux dégâts, privant les communautés de leur principal mode de transport. Le secteur de la pêche, qui constitue la principale source de revenus des populations insulaires, a été fortement perturbé. De nombreux équipements de collecte d’eau potable ont été endommagés et de l’eau de mer s’est introduite dans les puits et dans les nappes phréatiques. Dès la fin du mois de mars 2005 74 des 84 hôtels-resorts que compte l’archipel étaient à nouveau opérationnels. Mais la catastrophe a aggravé la pauvreté de la population autochtone.

Dans les prochaines années, 35 îles vont être aménagées et ainsi porter la capacité hôtelière de 5000 à 7000 lits. En 2008, plusieurs établissements vont ouvrir leurs portes : Beach House at Manafaru (68 villas ouverture février 2008) ; Zitahli Resorts & Spa Fuda-Funafaru 5*Luxe (50 villas / ouverture 20 juin 2008) ; Zitahli Resorts & Spa Dholhiyadhoo 5*Luxe (100 villas / ouverture le 31 octobre 2008) ; Coco Palm Kuda Hiti (1 résidence privée de 710 m² avec 3 chambres / ouverture octobre 2008) et Raffles Resort Konottaa (49 villas / ouverture fin 2008) .

En 2009 les Maldives ont reçu 655852 touristes, soit une baisse de 4% par rapport à 2008 (683012 touristes ). Le Royaume-Uni est le premier client des Maldives  avec 105950 visiteurs en 2009 ( 16% du total des arrivées ) malgré une chute de 9,3% par rapport à 2008. En seconde place vient l’Italie  avec 89292 visiteurs ( soit une baisse de 14% par rapport à 2008). L’année 2009 a vu une augmentation  des arrivées en provenance  de Finlande, du Portugal, de Grèce, de Slovaquie, de Belgique, de Roumanie et de Pologne. Les arrivées de visiteurs en provenance de Chine ont augmenté de 46%, celles en provenance d’Arabie saoudite  de 10,5%, des Etats-Unis de 6,6% et du Canada de 2,6%. 

En 2010 les Maldives ont reçu 791917 touristes, soit 130065 touristes de plus qu’en 2009. Les arrivées de visiteurs en provenance de Chine ont continué de croître ( + 96,1% pour la seule année 2010) atteignant 118961 touristes ( 15% du total des arrivées ). Le Royaume-Uni devient la deuxième clientèle de l’archipel ( 114158 arrivées , soit 14,4% du total des arrivées ).

 

 

 

En 2013 les Maldives ont enregistré 1,12 million d’arrivées de touristes. L’Europe reste le principal marché émetteur pour les Maldives mais elle perd progressivement sa position de leader au profit de la zone Asie-Pacifique. Sur la période 2009-2013 la part de l’Europe a reculé 5,2% par an, passant de 70,5% en 2009 à 46,9% en 2013. Trois des principaux marchés émetteurs (La France, l’Allemagne et la Suisse) ont enregistré des taux de croissance négatifs. Les Pays-Bas ont été le seul marché européen occidental ayant connu un taux de croissance positif en 2013. L’Europe centrale et orientale a enregistré un taux de croissance de 19,5% pour l’année 2013. Sur la période 2009-2013 la zone Asie Pacifique s’est caractérisée par un taux de croissance de 4,8% par an. La Chine s’est arrogée à elle seule 29,5% des parts de marché. Les Amériques forment le troisième pôle émetteur vers les Maldives avec une progression annuelle de 0,2% de 2009 à 2013.

En 2015 L’archipel des Maldives a reçu 1,184 millions de visiteurs, dont 1,234 million de touristes internationaux, soit une croissance de 2,4% par rapport à l’année précédente. Mais les touristes séjournent moins longtemps dans l’archipel et le taux d’occupation des hôtels est tombé à 76,2% contre 81,6% en 2014. La clientèle chinoise était majoritaire aux Maldives en 2015.359514 chinois ont visité les Maldives soit 29,1% des flux touristiques internationaux. Le nombre de touristes chinois a baissé de 1,1% par rapport à 2014. Les touristes allemands forment le 2ème marché (8,5%), suivi du Royaume-Uni (7,5%), de l’Italie (5,3%)  et de l’Inde (4,2%).Les arrivées en provenance de Russie et de France ont enregistré un net déclin en 2015 chutant à 33,2% et 17% respectivement. En 2015 les Maldives comptaient 616 établissements touristiques  dont 115 «resorts », 314 « guesthouses » et 17 hôtels.

Depuis le 1er novembre 2015, les visiteurs non-résidents aux Maldives sont soumis à une taxe de 6 $ par personne et par jour. Baptisée "Green Tax" ("taxe verte. Elle est payable par les clients en dollars américains au moment de leur check-in dans les resorts, les hôtels et les navires de croisières, et est ensuite reversée au gouvernement. Cette nouvelle fiscalité comble le vide laissé par la précédente taxe sur les nuitées de 8 $ par jour qui a été abandonnée le 1er novembre 2014. C’est également à cette date que le taux de TVA sur les services touristiques a augmenté de 8% à 12%.

Derrière l'image d'une destination touristique de luxe se mêle celle d'une nation confrontée à une grave crise politique. Les annonces sur l'éventuelle fermeture des spas et l'interdiction d'alcool dans les hôtels, ainsi que la peine de mort pour les mineurs à partir de 7 ans, ne redorent pas le blason de l’archipel. La république des Maldives , où l’islam est la religion d’Etat et où l’immense majorité de la population est musulmane sunnite, serait une zone de recrutement importante pour l’EI. Les services de renseignements indiens et occidentaux estiment que jusqu’à 200 citoyens maldiviens, sur une population totale de 359 000 personnes, se trouveraient actuellement en Irak et en Syrie – le plus gros contingent, proportionnellement à la population nationale, de tous les pays du monde. Plusieurs raisons expliquent ce chiffre au premier rang desquels les liens étroits tissés par le réseau djihadiste maldivien avec des groupes intégristes pakistanais, mais aussi l’incapacité des autorités à enquêter sur ces filières et sur leurs relais de recrutement que sont les réseaux sociaux. Pour les Maldives, dont l’économie dépend du tourisme, la possibilité d’attaques contre des touristes occidentaux en villégiature dans des hôtels isolés sur l’une des quelque 2 600 îles que compte l’archipel, constitue une source d’inquiétude grandissante.

Le développement touristique des Maldives , comme celui de la plupart des archipels coralliens , se heurte à de nombreuses difficultés. La première contrainte en matière de développement réside dans l'exiguïté  des îles qui menace la viabilité de nombreux projets. Ce problème est accentué par l'instabilité morphologique des côtes et a très grande vulnérabilité de ces lambeaux de terre émergée aux accidents météorologiques. Par ailleurs 80% des îles Maldiviennes  se trouvent  à moins d'un mètre d'altitude et les risques de submersion des îles lors des tempêtes est loin d'être négligeable ...Par ailleurs l'extrême dispersion des îles limite leur accessibilité et rend indispensable  la construction d'un port ou d'un aéroport dans chacune d'elles. Enfin la plupart des îles sont confrontées à une quasi-absence de ressources, en particulier en matériaux de construction et en eau douce. Dans le cas spécifique des Maldives la formule des " îles-hôtels" est très vulnérable et fragile. Outre la forte concurrence internationale  due à la proximité d'états très compétitifs dans le domaine du Tourisme (île Maurice, ou plus loin Indonésie, Thaïlande, ...), la formule peut être irrémédiablement fragilisée par toute dégradation environnementale, par des conflits sociaux amenant la dégradation de la qualité du produit touristique, etc... "L'île-hôtel est un système : le dysfonctionnement de l'une de ses composantes se répercute immédiatement  sur une autre et porte atteinte à sa rentabilité économique. La dimension de la plupart des autres îles ainsi que des pays continentaux  tend, non seulement à amortir les effets des crises, mais aussi à les étaler dans le temps, ce qui confère au milieu physique, comme humain , une certaine résilience. Cette dernière est, en revanche, très faible dans les îles-hôtels " ( CAZES-DUVAT V. & MAGNAN  A., op.cit. , 2004, p.86 )

La destination séduit moins les voyageurs européens, impactée par une hausse des prix, la baisse de l'euro face au dollar, mais aussi une mauvaise image. Le gouvernement maldivien vient de durcir la charia, la loi islamique, qui s’applique aux citoyens. Ravina Shamdasani, porte-parole du haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) pour l’Océan indien révélait en 2014 que « pour les infractions considérées comme les plus graves, les enfants sont passibles de la peine de mort dès 7 ans ». Aux Maldives où l'islam est religion d'Etat, l'application de la charia est stricte. La responsabilité pénale est fixée à 10 ans mais pour les infractions telles que le vol, ou la consommation d'alcool, elle est abaissée à 7 ans. La loi islamique estime que le vol et la consommation d’alcool font partie des infractions « hadd », c’est-à-dire potentiellement punies par la mort. Si le condamné est mineur, il sera emprisonné jusqu’à sa majorité et exécuté ensuite. Il y a deux semaines, un adolescent de 16 ans a été condamné à la peine capitale à Malé pour homicide. Les relations sexuelles hors mariage sont également interdites et sanctionnées par le fouet ou la lapidation. Même en cas de viol ! C’est ainsi qu’une jeune femme a été récemment fouettée en public pour avoir été victime d’un viol collectif. Ce rétablissement de la charia, après un moratoire de soixante ans, a ému des professionnels du tourisme français. D’autres vont plus loin et appellent carrément au boycott. Des pétitions circulent sur internet. Jacques Maillot, fondateur de Nouvelles Frontières et figure du tourisme français, a lancé en 2014 un appel aux voyagistes et aux compagnies aériennes pour une action immédiate : « Il y a moyen de peser, d’asphyxier ce pays et d’arriver à renverser ce pouvoir en place depuis 2012 », déclare-t-il.

Le modèle de développement touristique maldivien soulève le problème de  " l' enclave" , du " ghetto" touristique. " Les Maldives sont devenues synonymes d'îles-hôtels parce que le gouvernement a choisi de strictement séparer les touristes de la population locale  en implantant les hôtels sur des îles inhabitées (...) [ Ces ] mesures ont été prises pour limiter au maximum la dispersion des touristes parmi la population locale " ( GAY J.C ). La quasi-totalité des stations  (dont la taille varie de 6 à plus de 150 chambres) occupe des îles séparées. Chaque station constitue une entité autonome qui se procure, outre sa propre énergie, son eau et toutes les commodités nécessaires à vie des ses habitants. L'isolement délibéré des îles touristiques a permis de minimiser les aspects négatifs du Tourisme permettant aux cultures locales, aux traditions et aux styles de vie de subsister face à la pression étrangère. Ce programme ambitieux de développement touristique est cependant fragilisé par la remontée globale du niveau des mers  qui menace plusieurs îles de submersion.

Le succès touristique de l’archipel est à l’origine de problèmes divers dont celui du traitement des déchets ( chaque visiteur génère 3,5 kg de déchets par jour...).A quelques kilomètres de Malé, la capitale Maldivienne , l'île de Thilafushi sert de lieu de dépôt aux  ordures des Maldives s'y entassent au point de se déverser dans l'océan indien. Cet îlot ressemble depuis plus de quinze ans à une décharge géante. En 1992, le gouvernement de l'époque avait en effet décidé d'y faire acheminer les déchets des îles voisines.Longue de 7 kilomètres sur 200 mètres de largeur, Thilafushi est aujourd'hui davantage connue sous le nom de « Rubbish Island », autrement dit « l'île-poubelle ». Et s'étend de près d'un mètre carré par jour, soit par extensions cimentées construites par les industriels locaux, soit par dépôts sauvages des déchets dans les eaux peu profondes du lagon. Les quelques 150 travailleurs immigrés du Bangladesh, réquisitionnés pour assurer un traitement sommaire des déchets, ne suffisent plus à gérer les 300 tonnes acheminées par bateau quotidiennement. Les responsables industriels de Thilafushi en ont d'ailleurs saisi l'intérêt économique et vendent depuis peu leurs déchets métalliques à l'Inde voisine. Le gain n'est effectivement pas négligeable : la tonne de d'ordures compressées en blocs se vend plus de 175 dollars.

Les simulations du GIEC prévoient que le niveau des océans s’élèvera de 15 à 95 cm au cours du XXIème siècle, et qu’il continuera à monter dans les siècles à venir. L’altitude des atolls maldiviens ne dépasse pas 1 mètre au dessus du niveau de la mer, et le point le plus élevé des Maldives culmine à moins de 2,50 m. Les Maldives pourraient perdre 80% de leur surface. Le processus est déjà enclenché et les Maldives en subissent régulièrement les effets. Par ailleurs le réchauffement climatique menace l’existence des récifs coralliens. Déjà en 1998, la température de la mer est montée de 29 à 33°C, faisant périr 80% des coraux maldiviens. La repousse est très lente. Ce phénomène constitue une véritable catastrophe écologique car les coraux entourent les îles et agissent comme des barrières de sécurité.

 

 

Documents annexes :
Le tourisme maldivien en chiffres
 

 


1-Les recettes du Tourisme international aux Maldives et aux Seychelles 1977-1998 (en millions de dollars) (*) (Recettes du transport international (Seychelles, 1994 et 1996)

 

 

-

SEYCHELLES

MALDIVES

1977

35,0

-

1980

59,0

-

1982

40,0

-

1984

55,6

31

1986

68,0

43

1988

103,0

70

1990

127,5

85

1992

120,0

-

1994

106 + 45,3 ( * )

186,4

1996

108 + 49,4 ( * )

273,9

1998

114

312,9

 

 


2-Arrivées de touristes et parts de marché des principales zones émettrices d'Europe et du Monde, 2009-2013 et 1998-2002
 

 

 

 

 

1998

1999

2000

2001

2002

Europe

304,9

(77.0)

340,469

(79.2)

362,196

(84.3)

364,1

(79.0)

10,48

(77.0)

Australie

14,78

(3.7)

13,55

(3.2)

11,725

(2.7)

10,49

(2.3)

10,48

(2.2)

Belgique

2,711

(0.2)

3,114

(0.7)

5,071

(1.2)

3,719

(0.8)

2,606

(0.5)

Danemark

837

(0.1)

715

(0.2)

772

(0.2)

891

(0.2)

938

(0.2)

Finlande

548

(5.2)

526

(0.1)

350

(0.1)

304

(0.1)

388

(0.1)

France

20,44

(19.3)

23,832

(5.5)

27,517

(6.4)

30,54

(6.6)

31,228

(6.4)

Allemagne

76,32

(0.3)

86,497

(20.1)

77,642

(18.1)

66,15

(14.3)

63,212

(13.0)

Grèce

1,272

(0.3)

2,128

(0.5)

1,776

(0.4)

1,775

(0.4)

2,446

(0.5)

Italie

79,3

(20.2)

88,697

(20.6)

106,451

(24.8)

115,7

(25.1)

114,96

(23.7)

Pays-bas

9,382

(2.4)

9,315

(2.2)

7,275

(1.7)

4,097

(0.9)

4,662

(1.0)

Norvège

715

(0.2)

750

(0.2)

945

(0.2)

577

(0.1)

772

(0.2)

Portugal

2,093

(0.5)

4,117

(1.0)

4,276

(1.0)

3,526

(0.8)

2,785

(0.6)

Russie

4,166

(1.1)

3,428

(0.8)

3,608

(0.8)

3,983

(0.9)

7,55

(1.6)

Espagne

3,97

(1.0)

5,634

(1.3)

5,322

(1.2)

4,203

(0.9)

5,16

(1.1)

suède

2,541

(0.6)

2,226

(0.5)

2,236

(0.5)

2,112

(0.5)

1,749

(0.4)

Suisse

22,51

(5.7)

22,856

(5.3)

24,528

(5.7)

28,31

(6.1)

31,707

(6.5)

Royaume-Uni

55,73

(14.1)

63,919

(14.9)

71,44

(16.6)

77,15

(16.7)

80,377

(16.6)

Autres pays 

7,595

(1.9)

9,165

(2.1)

11,262

(2.6)

10,53

(2.3)

12,413

(2.6)

Total 

395,7

-

429,666

-

467,154

-

461

-

484,68

-

Source Data: Department of Immigration and Emigration

 

 

3-Arrivées de touristes de Chine, 2009-2013

 

4-Arrivées de touristes de Chine, 2009-2013

 

5-Arrivées de touristes de France, 1998-2003 / 2009-2013

 

6-Arrivées de touristes d'Italie, 1998-2003 / 2009-2013

 

7-Arrivées de touristes d'Allemagne , 1998-2003 / 2009-2013


 

 

8-Arrivées de touristes du Royaume-Uni, 1998-2002 / 2009-2013

 

 


9-Recettes touristiques et taux de croissance (1998 - 2002 )
 

 

Année

Recettes du Tourisme (en millions de $U.S )

Taux de croissance (en %)

1998

303.0

5.9

1999

313.5

3.5

2000

320.7

2.3

2001

327.1

2.0

2002 *

318.4

-2.7

Source: Maldives Monetary Authority

* Estimated

 

 

 

 


10-Tendances des principaux marchés européens
(1998-2002)

Pourcentage
 

 

 

1998

1999

2000

2001

2002

Europe

11.7

11.7

6.4

0.5

2.6

Australie

7.4

-8.3

-13.5

-10.5

-0.1

Belgique

-13.7

14-.9

62.8

-26.7

-29.9

Danemark

-16,8

-14.6

8.0

15.4

5.3

Finlande

57.0

-4.01

-33.5

-13.1

27.6

France

18.3

16.6

15.5

11.0

2.2

Allemagne

0.3

13.3

-10.2

-14.8

-4.4

Grèce

208.7

67.3

-16.5

0.1

37.8

Italie

43.0

11.8

20.0

8.7

-0.7

Pays-Bas

-1.7

-0.7

-21.9

-43.7

13.8

Norvège 

1.0

4.9

26.0

-38.9

33.8

Portugal

12.9

96.7

3.9

-17.5

-21.0

Russie

-15.0

-17.7

5.3

10.4

89.6

Espagne 

-48.3

41.9

-5.5

-21.0

22.8

Suède

-5.4

-12.4

0.4

-5.5

-17.2

Suisse

6.4

1.5

7.3

15.4

12.0

Royauem-Uni

8.1

14.7

11.8

8.0

4.2

Autres pays 

41.7

20.7

22.9

-6.5

17.9

Total

8.3

8.6

8.7

-1.3

5.1

Source Data: Department of Immigration and Emigration

 

 


11-Les arrivées de touristes par mois 2009-2013 et 1998-2002

 

 

 

 

 

Mois

Jan

Fab

Mar

Avr

Mai

Juin

1998

38,679

37,046

38,82

34,92

23,499

22,184

1999

42,603

43,732

45,17

35,817

26,39

22,639

2000

45,297

48,974

45,393

43,458

27,019

24,033

2001

50,459

48,987

50,488

48,1

29,45

25,593

2002

47,024

47,024

49,28

42,647

31,529

23,641

Mois

Juill

Aout

Sep

Oct

Nov

Dec

1998

25,964

33,564

31,908

32,001

37,708

39,45

1999

30,188

38,738

34,45

39,923

29,923

36,261

2000

33,027

40,563

36,878

38,985

38,985

44,449

2001

35,481

38,744

31,726

30,341

30,341

40,426

2002

34,341

41,243

42,243

42,31

42,31

54,115

Source Data: Department of Immigration and Emigration

 

 


12-Contribution du Tourisme au Produit intérieur brut (1998-2002)
(en Millions de  Rufiyaa, en 1995 à prix constants)

 

 

Année

GDP

GDP Growth %

Contribution du Tourisme

% de la contribution du Tourisme

1998

5,648.20_/

32.2

1,854.2 _/

32.8

1999

6,056.6 _/

7.2

1,982.3 _/

32.7

2000

6,345.5 _/

4.8

2,094.0 _/

33.0

2001

6,564.4

3.4

2,093.5

31.9

2002

6,849.9

4.3

2,144.6

31.3

Source: Department of Immigration and Emigration

 


13-La capacité hôtelière des resorts maldiviens
 

 

 

 

Les Maldives. Atolls, plongées et spa par Pascal Kobeh, Jacques Soulié, Brigitte Thouvenot et Samantha Pagès, Editions Mondeos, 73 p. Le nom des Maldives est bien évocateur… Il vient du sanscrit mala, signifiant « guirlande », et dvipa, « île ». Une guirlande de 1 200 îles, réparties en atolls – le mot atoll est d’ailleurs le seul vocable que le divehi ait légué au monde entier –, dont seulement 100 sont habitées par les 300 000 Maldiviens. 100 autres sont abandonnées au seul bon plaisir des touristes, le reste étant réservé à autant de Robinsons Crusoé en puissance…..

Ministry of Tourism, Republic of Maldives

Tourism YEARBOOK 2014, Ministry of Tourism, Statistics & Research Section, Republic of Maldives, 57 p. Tourism Yearbook 2014 has been produced and published by the Statistics & Research Section of the Ministry of Tourism. This publication briefly presents the overall performance of the tourism industry of the Maldives through 2009 to 2012. In addition to the available national tourism statistics for the past five years, the publication contains major highlights of the tourism industry in 2013.

L’île-Hôtel symbole du tourisme maldivien de J.C Gay, 26 p.

Le tourisme dans les îles et littoraux tropicaux : ressources et enjeux de développement par Olivier Dehoorne et Pascal Saffache, Études caribéennes [En ligne], 9-10 | Avril-Août 2008, 9-10 | Avril-Août 2008 : Le tourisme dans les îles et littoraux tropicaux et subtropicaux. Cette étude souligne l’importance des enjeux touristiques pour les îles tropicales. La singularité des espaces est trop souvent négligée en raison de la vigueur des représentations fantasmées de l’île tropicale qui est perçue tel un lieu paradisiaque, un lieu d’accomplissement de désirs illimités  où s’écoule une vie facile, avec ses rivages ensoleillés, entre récifs coralliens et plages de sable blanc bordées de cocotiers. Ces richesses immatérielles reposent sur des ressources bien réelles, abondantes et vulnérables, à l’image des emblématiques récifs coralliens…

Le tourisme dans les îles et rivages tropicaux : enjeux, menaces et perspectives par Olivier Dehoorne et Pascal Saffache, Études caribéennes [En ligne], 9-10 | Avril-Août 2008, mis en ligne le 08 septembre 2008, 9-10 | Avril-Août 2008 : Le tourisme dans les îles et littoraux tropicaux et subtropicaux. L’époque de la quête de l’île paradisiaque, sur un archipel oublié, à l’autre bout du monde, est révolue. Le film « The Beach », tiré du roman de Garland (1996), qui révéla auprès du grand public, l’archipel thaïlandais des Phi Phi (mer Andaman), incarne ce fantasme qui déplaça tant de voyageurs (et autres « travellers » contemporains), hors des sentiers battus, à la recherche de « la plage ». Ces espaces ne peuvent plus accueillir les rêves d’expansion indéfinie qui animèrent des siècles de découvertes. Désormais le touriste évolue dans un monde fini. Les îles et rivages tropicaux sont identifiés, recensés. Les ressources y sont mesurées, les usages réglementés, les valeurs financières établies…

L’impact du tourisme haut de gamme sur le développement local : le cas particulier des Maldives, é & a (Etudes et analyses). Une tendance s’est révélée dans le monde du tourisme au cours de ces dernières années. Nous parlons aujourd’hui de plus en plus de « tourisme haut de gamme » et de « tourisme de luxe ». Face à la démocratisation du secteur, les professionnels ont su créer deux mondes distincts pour satisfaire les touristes les plus exigeants et à forte contribution : le tourisme haut de gamme et le tourisme à bas prix. Ainsi, le tourisme devient accessible à tous mais conserve son caractère élitiste….

Le développement des îles-hôtels aux Maldives : d’hier à demain par Alexandre Magnan, Études caribéennes [En ligne], 9-10 | Avril-Août 2008, mis en ligne le 17 septembre 2010, 9-10 | Avril-Août 2008 : Le tourisme dans les îles et littoraux tropicaux et subtropicaux. Cet article fait état de la logique de diffusion des îles-hôtels à travers l’archipel maldivien et propose une interprétation de la très modeste intégration de la population locale à l’économie touristique. Il aborde ensuite la question des répercussions socioculturelles et économiques de cette situation de semi-marginalité sur la stabilité de la société. Une approche à la fois spatiale, économique et socioculturelle permettra de montrer en quoi cette situation est facteur d’équilibre ou de déséquilibre au sein de la société…..

Development of Tourism in Maldives by Suresh Kumar Kundur, International Journal of Scientific and Research Publications, Volume 2, Issue 4, April 2012, 5 p. Tourism is the largest sector of the economy in the Maldives, as it plays an important role in earning foreign exchange revenues and generating employment in the tertiary sector of the country. The archipelago of the Maldives is the main source of attraction to many tourists visiting the country. Tourism began in the Maldives in the late 1900's. A United Nations mission on development which visited the Maldives Islands in the 1960s did not recommend tourism, claiming that the islands were not suitable. Ever since the launch of the first resort in Maldives in 1972, however, tourism in Maldives has flourished. Tourism in Maldives started with just two resorts. At present, there are over 80 resorts located in the different atolls constituting the Republic of Maldives. Over the past few decades, the number of tourists in Maldives has risen continuously…..

Climate change. Small island developing States, the CLIMATE CHANGE SECRETARIAT (UNFCCC), Bonn, Germany, 2005, 32 p. Small island developing States (SIDS) have long been recognized by the international community as a special case whose needs and concerns have to be addressed . Although these countries are among the least responsible for climate change, they are likely to suffer most from its adverse effects and could in some cases even become uninhabitable. This is what makes them a special case requiring the help and attention of the international community…..

Tourism in the Maldives : experiencing the difference from the Maldives. Tourism & Seductions of Difference by Benedicte Auvray, Sept. 2010, Lisbonne, Portugal, 11 p. According to the official website of the Maldives Tourism Promotion Board, the country looks like a white and blue world for honeymooners, divers and budding Robinson Crusoe. Indeed it is the international representation of the Maldives. The reason for this touristic development is segregation: vacationers are allowed (and waited) to spend time in luxury resorts whereas Maldivian inhabitants are contained on local islands. In view of this phenomenon of social and spatial separation, the term “visit” is inappropriate. “Experience” would be more suitable: Maldivian island-hotel is a model of enclosure, repeated at different scales and concerning different people. It enables tourists to maintain their habits in a heavenly environment while the opportunity of a dreaded “cultural contamination” is contained….

Tourism Development in Small Islands across the World by  J. L. McElroy, Geogr. Ann., 85 B (4), 231-242.

Whale shark economics: a valuation of wildlife tourism in South Ari Atoll, Maldives by Edgar Fernando Cagua, Neal Collins1, James Hancock and Richard Rees, PeerJ 2014, 2:e515 ; 17 p. Whale sharks attract large numbers of tourists, divers and snorkelers each year to South Ari Atoll in the Republic of Maldives. Yet without information regarding the use and economic extent of the attraction, it is difficult to prioritize conservation or implement effective management plans. We used empirical recreational data and generalized mixed statistical models to conduct the first economic valuation (with direct spend as the primary proxy) of whale shark tourism in Maldives….

VULNERABILITY AND POVERTY DYNAMICS IN THE MALDIVES, August 2007, IIDE discussion paper 200708-02, août 2007,  by Hans de Kruijk  & Martine Rutten, Stichting IIDE, Institute for International & Development Economics, 19 p. terms of poverty remains high. Using household panel data for the period 1997/98 – 2004 we show that, although the majority of the poor manages to escape from poverty, a substantial part of the non-poor falls back into poverty at the same time. Using Logit regression analysis, the most influential determinants of escaping household poverty are shown to be: the level of education, participation in community activities, and the proportion of adults employed. Factors that have the largest impact on impeding a poverty escape are: the proportion of household members not working due to bad health, living in the North, and the proportion of female household members….

Coral Reefs: Their Functions, Threats and Economic Value by HERMAN S. J. CESAR, Coral reef ecosystems provide many functions, services and goods to coastal populations, especially in the developing world. A variety of anthropogenic practices threatens reef health and therefore jeopardises the benefits flowing from these services and goods. These threats range from local pollution, sedimentation, destructive fishing practices and coral mining to global issues like coral bleaching…..26 p.

LES ÎLES HÔTELS, TERRAIN D'APPLICATION PRIVILÉGIÉ DES PRÉCEPTES DU DÉVELOPPEMENT DURABLE : L'EXEMPLE DES SEYCHELLES ET DES MALDIVES (OCÉAN INDIEN) par Virginie CAZES-DUVAT et Alexandre MAGNAN, Les Cahiers d'Outre-Mer, 54 (213), janvier/mars 2004, p. 75-100, 18 p.

           

 

    

 

 


Liens cartographiques

 

Page en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme  | La bibliographie | L'examen


 

 


 
  Cette page a été mise à jour le 20/08/16

     

  Copyright © 2007 by KEROURIO