GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Le référentiel  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015  

 
Le tourisme dans le Monde

Le bassin méditerranéen

  L'Espagne
  L'Italie
  La Croatie
  La Grèce
  La Turquie
  L'Égypte
  La Tunisie
  Le Maroc
 

Le Tourisme de croisière

L'Europe du Nord
  Les pays scandinaves

L'Afrique subsaharienne

Les îles tropicales

  L'espace caraïbe
  Cuba
 Les Seychelles
  Fiche signalétique
  Les Maldives
  Les îles du Pacifique
  Les Galápagos
Les Amériques
  Les États-unis
  Le Mexique
  Le Costa Rica
  Le Pérou
  L'Amérique du sud

L'Asie

  L'Inde
  Le Népal
  L'Asie du sud-est
  Le Viêt-Nam
  La Thaïlande
  L'Indonésie
  Singapour
  La Chine

Les régions polaires

 

L'Arctique et l'Antarctique

Le Tourisme et les risques
  Le Tourisme et le Terrorisme
 

Le Tourisme et les maladies

 

Le Tourisme sexuel

Les nouveaux tourismes

  Le Tourisme spatial
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiel
  Bibliographies

  Le Tourisme dans l'archipel des Seychelles

             


Les Seychelles sont un micro état insulaire. L'archipel compte 115 îles et îlots (445 km2). 45 îlots et îles centrales sont granitiques et montagneux et 70 îles extérieures sont coralliennes ( cayes ) . Ces dernières couvrent 213 km2 et douze seulement de ces îles coralliennes sont habitées . L'île la plus grande a une superficie de 12 km2 et la superficie moyenne de ces îles coralliennes est de 2,8 km2. S’égrenant entre 3° et 11° de latitude Sud, elles ont une disposition latitudinale. L’archipel se découpe en deux types d’îles : les îles granitiques forment le groupe intérieur et les îles coralliennes le groupe des îles extérieures. Ces îles périphériques sont organisées en cinq groupes (Amirantes, Alphonse, Farquhar, Aldabra et le groupe Corallien Austral). Si la distance la plus importante entre deux groupes d’îles coralliennes est d’environ 350 km (entre le groupe Aldabra et le groupe Farquhar), elle est cependant de 1200 km entre le groupe granitique et le groupe Aldabra (distance entre La Digue et Assomption). Ces îles se caractérisent par une latitude très faible  ( généralement inférieure à quatre mètres ) et les risques de submersion par des vagues de tempête est réel . En 1990 le cyclone Ikonjo a détruit une grande partie de l'île-hôtel de Desroches . Les îles seychelloises sont aussi très éparpillées  ce qui gêne leur accessibilité ( Les Seychelles coralliennes sont dispersées sur 1100 kilomètres du nord au sud ) .

L'archipel des Seychelles est un centre de Tourisme international depuis 1971 , date d'ouverture du premier aéroport international. En 1970 Les Seychelles avaient accueilli  1622 touristes  , 31750 en 1971 (date de l'ouverture de l'aéroport) , 37121 en 1975, 78852 en 1979.Les relations diplomatiques tendues avec l'Afrique du sud  et la crise économique qui affecta les grands pays industrialisés au début des années 1980, entraînèrent un recul significatif des arrivées de touristes  : 71762 en 1980, 60425 en 1981 , 47280 en 1982 .Une reprise s'amorça à partir de 1984 / 55867  touristes en 1984, 72500  en 1985. Les années 2003 et 2004 ont enregistré des récessions, respectivement de 7,7% et de 1,0% des arrivées, en raison de la moindre compétitivité seychelloise par rapport aux pays environnants qui proposent des services souvent de meilleure qualité et à des tarifs moins onéreux, comme Maurice ou les Maldives. En revanche, l’année 2005 s’est caractérisée par une reprise de 6,5% du nombre de visiteurs (128 654 arrivées en 2005 contre 120 765 arrivées l’année précédente) et par un accroissement des recettes en devises (119,5 millions d’euros en 2005).

Dans une proportion de plus de 70% la clientèle est essentiellement européenne .En 1985 le principal centre émetteur était la France  (11054 touristes, soit  17,4 % du total ) , suivi par l'Allemagne ( 8555 touristes ), le Royaume-Uni (7803 touristes ) et l'Italie ( 7101  touristes ) .En moyenne chaque visiteur passait 10, 8 nuits dans l'archipel, les séjours étant cependant plus long en juillet- août et en décembre -janvier .En 205e marché européen reste le principal marché des Seychelles avec 80,4% des arrivées. Les principales zones géographiques de provenance touristique pour l’année 2005 sont par ordre décroissant : l’Europe (103 382 touristes), l’Afrique (12 550 touristes), l’Asie et l’Inde incluse (7 933), le continent américain (3 867) et l’Océanie. Le premier pays européen pourvoyeur de touristes aux Seychelles en 2005 est la France (l’île de La Réunion incluse) avec 29 759 arrivées (soit 28,8% du marché européen), suivie de l’Italie (17,8%), de l’Allemagne (16,5%) et du Royaume-Uni (16,2%). Entre 2000 et 2002, le marché européen s’est stabilisé autour 104 000 arrivées touristiques en moyenne. Entre 2003 et 2004, ce marché décroit passant de 99 652 visiteurs en 2003 à 98 387 en 2004 (soit une baisse de 5,5% par rapport à l’année 2000). L’année 2005, en revanche, enregistre une hausse de 5,1% à 103 382 arrivées. Les européens représentent 80,3% des arrivées en 2005.

En 2007 les Seychelles ont reçu 161273 touristes , soit une augmentation de 341% par rapport à 1982. Le marché européen demeure le principal marché touristique seychellois ( 79,5% des touristes en 2007), malgré une baisse de 2% entre 2006 et 2007. Le marché français a connu une baisse de 8% entre 2004 et 2007 mais il conserve toujours la première place, suivi de l'Italie, de l'Allemagne et du Royaume uni. La plus forte hausse provient d'Asie. Les touristes asiatiques qui représentaient 4% des vacanciers en 2004 sont passés à 7,3% de la clientèle seychelloise en 2007.

En 2009 les Seychelles ont reçu 157541 visiteurs, soit une baisse de 1% par rapport aux résultats de 2008. Les arrivées des touristes français se sont élevées à 31470 personnes en 2009.

En 2010 les Seychelles ont reçu 174529 touristes, soit 17 000 touristes supplémentaires par rapport à 2009. Les français forment la première clientèle de l’archipel ( 35026 touristes ), suivis par les italiens (25 602 visiteurs) et les allemands (21 314).

2011 a été une bonne année pour le tourisme aux Seychelles avec une hausse de 11% du nombre de visiteurs à 194753 contre 174529 visiteurs en 2010. Le nombre de touristes français a augmenté de 12 % et celui des touristes en provenance du Royaume-Uni de 8 %. Le nombre de touristes allemands a fait un bond de 10 %. L’Italie a continué de générer une augmentation stable alors que l’on a assisté à une chute de 6 % pour la Russie.

En 2012 l’archipel a reçu 208034 touristes, soit une augmentation de 11% par rapport à l’année précédente, tandis que les recettes enregistraient une croissance de 17% pour s’établir à $US 250083 millions.

En 2013, les Seychelles ont reçu 230,272 touristes. Cette même année la croissance du PIB des Seychelles a avoisiné 3.5 % (contre 2.8 % en 2012) et devrait être supérieure à 3.5% en 2014 et 2015, principalement sous l’effet du rebond du tourisme (le nombre de touristes ayant progressé de 10 %).

232.667 voyageurs avaient visité les Seychelles en 2014 contre 230.272 arrivées touristiques enregistrées en 2013, soit une légère augmentation de 1,04%.Les touristes allemands ont été les plus nombreux avec 35.917 visiteurs. Les voyageurs français suivent ensuite avec 32.406 visiteurs. De leur côté, les touristes chinois ont augmenté de 73% (13 080 visiteurs chinois en 2014 ). L’essor touristique des Seychelles est essentiellement basé sur le tourisme de luxe avec l’implantation et la construction de complexes hôteliers très haut de gamme. Dans sa grande majorité la clientèle préférant profiter du soleil depuis la piscine de l’hôtel. Aux Seychelles, 1 employé sur 3 travaille directement dans le secteur du tourisme.

Depuis le début de l’année 2015, le nombre de voyageurs se rendant aux Seychelles a connu une hausse conséquente de 15%, selon le bureau national des statistiques de l'archipel. Les voyageurs français arrivent à la première place, avec 10.489 visiteurs de l'Hexagone recensés du 1er janvier au 5 avril 2015. En 2015 le « Seychelles Tourism Board » prévoit une augmentation de 10% du nombre de visiteurs dans l’archipel. Mais l’archipel souffre de la piraterie maritime somalienne qui menace deux secteurs centraux de l’économie : la pêche et le tourisme. Ce fléau affecte les approvisionnements de l’archipel, à 90% par voie maritime. Le pays a engagé des opérations de lutte contre la piraterie.

La capacité hôtelière s'est accrue au lendemain de la construction de l'aéroport .En 1972 fut lancé un plan d'édification de grands hôtels à Mahé  ( " Reef Hotel"  ( 172 chambres  ) en 1972), mais aussi à Beauvallon  ( " Coral Strand ", 103 chambres; " Beauvallon Bay Hotel "  (184  chambres, 1974 ) , etc... Des unités hôtelières plus petites ( 30 à 60 chambres ) furent aussi aménagées, ainsi que des petits hôtels de qualité et des pensions de famille, etc...La capacité d'hébergement des hôtels n'a cessé de croître ces dernières années. Le nombre de lits disponibles a connu une hausse de 6% entre 2006 et 2007.Les lits occupés ont aussi connu une récente et très forte augmentation ( 49% de lits occupés en 2006 et 56% en 2007 ). Les établissements hôteliers représentent les principaux logements des touristes ( 134980 lits occupés et 84% des hébergements de l'archipel en 2007 ) devant les bateaux (yachts et bateaux de croisière ).

Le séjour balnéaire est demeuré la motivation première des touristes, mais les plages de ces îles granitiques sont très belles , mais souvent impropres à la baignade. C'est ainsi que sur l'île de Mahé seule la plage  de Beauvallon présente un développement conséquent permettant des activités nautiques et aquatiques variées .

Le Tourisme joue un rôle économique majeur aux Seychelles. En 1985 les dépenses des touristes s'élevaient à 330 de rupees  ( contre 21 millions pour les recettes issues de l'exportation des produits locaux ( 10 millions pour le poisson et 8 millions pour le coprah ). En 1979 le Tourisme avait généré  2238 emplois  dans l' hôtellerie  pour une capacité d'hébergement de 2520 lits , soit 0,9 emploi par lit ( un des taux les plus élevés du Monde). En 1984 les chiffres ont enregistré une baisse sensible passant à 1737 emplois pour 2840 lits, soit un rapport  de 0,6 ( équivalent des Bermudes ou des Bahamas ) .Le poids du Tourisme sur l'ensemble du secteur de l'emploi est passé de 20% en 1979 à 14% en 1984 .

Les contraintes de développement touristique sont particulièrement fortes aux Seychelles . La première des contraintes est la faible superficie des îles . Dans l'archipel des Seychelles l'île la plus grande ( à l'exception d'Aldabra ) a une superficie de moins de 12km2.La superficie moyenne des îles coralliennes est de 2,8 km2 ( 0,7 km2 aux Maldives ).Par ailleurs en raison de leur faible altitude (80% à moins de 1 mètre d'altitude ) les  îles seychelloises sont soumises à un risque permanent de submersion lors des grandes tempêtes. Enfin la dispersion des îles sur une vaste superficie océanique  ( les Seychelles coralliennes sont disséminées sur 1100 kilomètres du nord au sud ) constitue un obstacle majeur aux communications et nécessite la construction de ports et /ou d'aéroports .

« Les trois-quarts des touristes qui se rendent aux Seychelles sont d’origine européenne. Comme à Maurice, les Français de métropole arrivent en tête de la clientèle (20,1 %), devant les Italiens (14,7 %) et les Allemands (12,2 %). A l’échelle régionale, le flux sud-africain oscille entre 9000 et 10 000 visiteurs. La clientèle touristique seychelloise est peu diversifiée ce qui rend la destination plus sensible aux aléas de la conjoncture européenne. La part des touristes européens a chuté depuis la crise débutée en 2007, passant de 79 à 75 %. Néanmoins, le nombre total de touristes n’a jamais été aussi élevé : 194 000 touristes en 2012, un record pour l’archipel. La baisse de la clientèle européenne a été compensée par l’arrivée de nouveaux touristes en provenance du Moyen-Orient (10 000 en 2011) dont l’acheminement est facilité par des liaisons quotidiennes depuis les hubs de Dubaï, Doha ou Abu Dhabi. L’apparition de nouveaux transporteurs aériens dans la zone, liée à la libéralisation plus ou moins partielle du ciel aérien régional, a conduit à une réduction des prix des billets d’avion et mis à jour une nouvelle « réserve » de touristes, en l’occurrence le Moyen-Orient. » (Marie-Annick Lamy-Giner, « La desserte aérienne de deux petits Etats insulaires : les Seychelles et Maurice », Cybergeo : European Journal of Geography, octobre 2014)

 

 


1-Les recettes du Tourisme international aux Maldives et aux Seychelles 1977-1998 - en millions de dollars ) ( ( * ): Recettes du transport international ( Seychelles , 1994 et 1996 )

 

-

SEYCHELLES

MALDIVES

1977

35,0

-

1980

59,0

-

1982

40,0

-

1984

55,6

31

1986

68,0

43

1988

103,0

70

1990

127,5

85

1992

120,0

-

1994

106 + 45,3 ( * )

186,4

1996

108 + 49,4 ( * )

273,9

1998

114

312,9

 

 


2- arrivées de visiteurs aux Seychelles  ( 1975 - 2000  )
 

 

 

 


3-Recettes touristiques des Seychelles ( 1990-1999 )
 

http://geotourweb.com/nouvel29.jpg

 

 


4-Le Tourisme international aux Seychelles
( 1993-1997 )
 

 

 

1993

1994

1995

1996

1997

Visiteurs
( en milliers )

116,18

109,901

120,716

130,955

130,07

Durée moyenne de séjour
( en nuitées )

9,6

10,1

9,5

9,7

10,3

Motifs de visite

Vacances

80.1%

84.5%

78.2%

85.1%

85.2%

Vacances et affaires

 

 

 

 

 

Affaires

8.2%

8.2%

8.4%

4.8%

4.9%

Transit et autres 

11.7%

7.3%

13.3%

10.1%

9.9%

  Régions émettrices  

   Europe

80.8%

81.5%

76.9%

75.6%

78.6%

Afrique

11.7%

10.0%

11.8%

10.2%

10.8%

Autres 

7.5%

7.2%

11.3%

14.2%

10.6%

  Statistiques hôtelières  


Nombre de lits
 

3,96

4,24

4,34

4,49

4,6


Nuitées
( en milliers )
 

830

840

835

938

944

Taux d'occupation ( en % ) 

des lits

58%

54%

53%

57%

56%

des chambres

65%

60%

57%

63%

61%

Le Tourisme international aux Seychelles ( 1993-1997 )

 


4-Le Tourisme international aux Seychelles
(2000-2003)
 

 

 

2000

2001

2002

2003

Arrivées de touristes internationaux ('000)

130

130

132

122

Nombre de lits (Hôtels et établissements assimilés)

5000

4940

4780

4930

Nuitées ( Hôtels et établissements assimilés)

946

926

897

833

Taux d'occupation

52

51

51

46

 


5-Les principaux marchés du tourisme seychellois ((en %) 2004-2007)
 

 

Les principaux marchés
  2004 2005 2006 2007
France 21,6 21,4 19,4 19,8
Italie 14,2 14,4 16,5 15,8
Allemagne 12,8 13,2 13,7 12
Royaume uni 14,9 13,1 11,4 10,5

 

 

 

 

Documents annexes :
Les Seychelles sur le Net
 

Les îles Seychelles par J.P Doumenge, Ann. Geogr. 533, 1987, 29 p. Republic of Seychelles is an insular « micro-state » (area : 444 sq km, population : 65000). This archipelago is composed, of 115 islands (but only 20 are inhabited). The major part of population is living on granitic isles (Inner Islands) ; some very limited groups remain on the atolls and flat islands of Amirantes, Farquhar and Aldabra. A lot of endemic species are present too. The archipelago has been occupied lately (second half of 18th century). These islands were first a french colony (1742-1811) then a british settlement (1811-1976) ; since this date Seychelles are an independant country. One of the consequences of the colonization with a plantation agriculture is a widely mixed-blood population. The most important « center » is Mahé island (area : 154 sq km ; population : 57000). In Victoria, the capital and the only one city, are concentraded almost all service and manufacturing activities. Since 1971, when an international airport was built, Seychelles are a very important international tourist country. Tourism is now the leading sector of economy. Plantation agriculture is on the decay,  industry is poorly developed. But this « micro-state » has many heavy problems and the international aid is necessary.

SEYCHELLES, SMALL STATES IN TRANSITION – FROM VULNERABILITY TO COMPETITIVENESS, DEVELOPING COMPETITIVE ADVANTAGE THROUGH SERVICES EXPORT, Port of Spain, Trinidad & Tobago – January 2004, 9 p. The Seychelles has a small but significant export service sector, earning valuable foreign capital for the country. The main service export is tourism and the existing non-tourism service exports are related to activities extended to international fishing vessels and international companies operating in Seychelles. The development of service exports is fraught with many challenges. The government of Seychelles is intensifying its efforts to improve the environment to facilitate an expansion of services to increase exports and generate more revenues. This paper starts by giving a brief background about the Seychelles islands and is followed in the next section by an outline of the main existing services industry of the country…..

Seychelles Tourism Board

Indian ocean islands tourism sector review : Seychelles (English)by E. Charles, World Bank, July 2013, 29 p. The Seychelles tourism sector today is a success story. No doubt, the Seychelles has been endowed with wonderful natural tourism assets in its beautiful beaches and mountain backdrops, but its success has also been due to good governance and strategic...

Seychelles . Evaluation Office, December 2009, United Nations Development Program, 138 p.

SEYCHELLES 2014 by Susan Mpande & Asha Kannan, www.africaneconomicoutlook.org, 14 p., AfDB, OECD, UNDP 2014. After the collapse of the economy, which saw gross domestic product (GDP) growth drop from 10.4% in 2007 to -2.1% in 2008, Seychelles’ growth turned positive, averaging 2.7% per year. In 2013, the economy rebounded further, with real GDP growth estimated at 3.5%, up from 2.8% in 2012. Higher growth was due to tourism with a 10% increase in tourist arrivals as the country diversified its markets beyond Europe to new markets in Asia, Eastern Europe and Africa. Robust tourist earnings also led to a reduction in the current account deficit to 20.5% of GDP in 2013 from 24.7% in 2012. Foreign direct investment (FDI) inflows increased in 2013, largely in the construction sector, which also had a positive impact on growth. Private sector consumption continued to be the main driver of growth. Inflationary pressures that had plagued the country in 2012 abated in 2013 as international food and fuel prices steadied….

Tourisme, sports de nature et développement durable aux Seychelles par Olivier Naria et Kenneth Sherwin M.D, Études caribéennes [En ligne], 19 | Août 2011, mis en ligne le 03 juin 2013, 19 | Août 2011 : The changing world of coastal, island and tropical tourism. La République des Seychelles constitue un archipel formé de quelque 115 petites îles situées dans l’océan Indien, totalisant 455 km² et s’étendant sur 1 200 km. Les trois plus grandes îles intérieures sont Mahé, Praslin et La Digue qui regroupent 95 % de la population. Les îles des Seychelles offrent en raison de leur situation géographique, de leurs particularités climatiques et de l’attractivité de leurs images de destinations touristiques, la possibilité de pratiquer dans des conditions optimales une grande diversité d’activités de tourisme et de sports de nature tout au long de l’année. Les randonnées pédestre et équestre, le VTT, l’escalade, le surf, la plongée, la voile et le canoë-kayak marquent de leurs empreintes cet archipel. L’objectif de cette réflexion est d'identifier la place des activités de sports de nature dans l’offre touristique des Seychelles et de voir dans quelle mesure elles peuvent contribuer au développement durable de l’île…

Seychelles, Africa. Lonely Planet.

Growing Sustainable Tourism: The Seychelles Approach by Alain St. Ange, 5 p. Seychelles is an archipelago of some 115 sparkling islands, located between 4 and 10 degrees south of the equator in the western Indian Ocean. Only settled in 1756 by French settlers, it was first a French colony before being ceded to Britain in 1812, whose colony it remained until its independence in 1976. Today, the Republic of Seychelles has a multi-party political system with an executive president as head of state and government. We have been fortunate to have, by history, the opportunity to make of our isolation and remoteness, a very real strength – to weld the many ethnic strains of our people into a vibrant but tranquil nation. We, in the Seychelles, pride ourselves on our claim that our islands are not only the land of perpetual summer, but also a place where harmony is a way of life. That stability is the foundation of our society and, of course, the pillar of one of the lifelines of our economy – our tourism industry……

A Glimpse at the Future of Tourism in the Seychelles by Sarah Corry, GIVRAPD Intern, 4 p.

CASE STUDY: MANAGING VISITORS AT THE SEYCHELLES. Ecotourism principles for Cousin Island Special Reserve, 1 p.

Birds as tourism flagship species: a case study of tropical islands by D. Ver´ıssimo, I. Fraser, J. Groombridge, R. Bristol & D. C. MacMillan, Animal Conservation 12 (2009) 549–558, 2009 .  Species selected as flagships to promote conservation activities around the world are typically well known and charismatic mega-fauna. Unfortunately this limits the scope for applying the concept as some critical areas for biodiversity conservation, such as tropical islands, lack such species. In this study, we explore the potential to apply the concept of ‘tourism flagship species’ to tropical island birds of the Seychelles, an archipelago of considerable importance for conservation that is highly dependent on international tourism. In particular we wish to identify which species attributes are most influential with regard to their potential for fundraising among international tourists. Using a choice experiment approach and using state-of-the-art econometric methods, we found that conservation attributes and physical appearance of the bird species are both important in terms of raising funds for conservation. Nevertheless, conservation attributes ranked higher in the respondents preferences. Our results suggest that there is considerable potential for a variety of species to effectively act as flagships in developing nations that are dependent on international tourism and rich in biodiversity but lack charismatic fauna.

Tourisme, politique et développement aux Seychelles par J.C Gay , Revue Tiers-Monde, n° 178, p. 319-339, 11 p. Après une forte croissance dans les années 1970, les effectifs touristiques de l’archipel des Seychelles ont connu une chute, puis une hausse incertaine. Cette évolution originale en milieu intertropical traduit des difficultés multiples. La volonté de protection de l’environnement n’est pas, à l’encontre des affirmations courantes, à l’origine de cette situation. L’État seychellois est dépendant du tourisme pour conserver sa viabilité économique, sa stabilité politique et son développement social.

Sustainable Tourism Development in the Seychelles: Economic effects of possible tourism development scenarios for the Seychelles, THESIS, par Jean-Pierre Valenghi, 2004, Universitats Zurich , 76 p. Especially for a country like Seychelles, which is often defined as the paradise on earth, the conservation of natural resources is essential to survive. Therefore, the policy-making authorities are interested in the effect of different possible developments of tourism on the island. The Geobotanical Institute and the Natural and Social Science Interface of the Swiss Federal Institute of Technology in Zurich (ETH) in collaboration with SEED Sustainability elaborated a study on a sustainable development of tourism in the Seychelles (Günther, 2004). The present master thesis is based on this study and will make a further analysis of the economic aspects of a sustainable development of tourism.

The future of the tourism industry in the Seychelles by J.Samuals, 2015. The tourism industry is critical to the future development and sustainability of the Seychelles economy. Tourists come from across the globe to enjoy the island’s glorious coral beaches, view the amazing wildlife, and participate in a range of watersports. Today, around 15% of people are directly employed through the tourism industry and the sector needs to continue attracting tourists if this is to be maintained in the future….

Mainstreaming biodiversity in the Seychelles - a Small Island Developing State by Didier Dogley, 16 p.

NATURE AND TOURISM ON TROPICAL AND SUBTROPICAL ISLANDS by Maciej Jedrusik, Miscellanea Geographica, Warszawa, 2004, vol.11, 10 p. Tropical and subtropical islands have become an important tourist destination. The islands are concentrated in eight areas of the world. Evaluating the natural tourist potential of these areas, it seems that the most attractive are the islands of Mid and West Indian Ocean and the Polynesia. Yet, these locations are less popular then the theoretically less naturally attractive Caribbean, Mediterranean and East Atlantic islands.

Wetland Tourism: Seychelles - Port Launay Wetlands by Dr. Pugazhendhi Murugaiyan. A Ramsar Case Study on Tourism and Wetlands, 4 p. The Port Launay Wetlands cover an area of 120.6 hectares on the western coast of Mahé, the main island in the Seychelles. The wetlands are one of the highest-diversity mangrove areas in the Seychelles, having all the seven species of mangroves (Rhizophora mucronata, Bruiguiera gymnorhgiza, Sonneratia alba, Avicennia marina, Lumnitzera racemosa, Xylocarpus granutum, Ceriops tagal) present in the region…..

           

 

    

 

 


Liens cartographiques

 

Page  en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme  | La bibliographie | L'examen


 

 


 
  Cette page a été mise à jour le 24/07/15

     

      Copyright © 2007 by KEROURIO