GÉOTOURISME

Le site de la Géographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Le référentiel  

L'examen

La méthodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015  

   
Le tourisme dans le Monde

Le bassin méditerranéen

  L'Espagne
  L'Italie
  La Croatie
  La Grèce
  La Turquie
  L'Égypte
  La Tunisie
  Le Maroc
 

Le Tourisme de croisière

L'Europe du Nord
  Les pays scandinaves

L'Afrique subsaharienne

Les îles tropicales

  L'espace caraïbe
  Cuba
  Les Seychelles
  Les Maldives
  Les îles du Pacifique
  Les Galápagos
Les Amériques
  Les États-unis
  Le Mexique
  Le Costa Rica
  Le Pérou
  L'Amérique du sud

L'Asie

  L'Inde
  Le Népal
  L'Asie du sud-est
  Le Viêt-Nam
  La Thaïlande
  L'Indonésie
  Singapour
  La Chine

Les régions polaires

 

L'Arctique et l'Antarctique

Le Tourisme et les risques
  Le Tourisme et le Terrorisme
 

Le Tourisme et les maladies

 

Le Tourisme sexuel

Les nouveaux tourismes

  Le Tourisme spatial
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 Méthodologie
 Thèmes
 Destinations
 Référentiel
  Bibliographies

  Le Tourisme en Tunisie

 

Le Maghreb

  

Le terme arabe de Maghreb (El Maghrib) signifie  "Le Couchant" par opposition à Machrek ( El Machrek : " Le Levant "). C'est un ensemble géographique délimité par des frontières naturelles : au nord la mer Méditerranéen , au sud le Sahara , à l'est le désert libyen, à l'ouest l'Atlantique. Cette situation d'enfermement par des barrières géographiques difficilement franchissables a conduit les géographes arabes à  qualifier le Maghreb de "Jaziret El Maghreb " : "L'île du Maghreb". Le Maghreb inclut le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. La question de savoir si la Libye et la Mauritanie font aussi partie de cet ensemble géographique est sujette à discussions.

 

Algérie, Maroc et Tunisie ont un point commun : l'Islam. Cette religion dans son rite malékite est pratiquée par 95% de la population. Un autre point commun à ces trois pays est l'adoption de la langue arabe , même s'il existe au Maroc et en Algérie de fortes minorités berbérophones. Enfin la langue française est d'un usage très répandu dans ces trois états. Paradoxalement le Maghreb est une des régions du Monde où la coopération politique et économique est la moins développée. Maroc, Algérie et Tunisie ont la tête tournée vers l'Europe, mais ces trois pays s'ignorent quand ils ne s'affrontent pas ou ne cherchent pas à se déstabiliser réciproquement (crise du Sahara, Guerre des sables, évènements de Gafsa).

 

La Tunisie

 

"La Tunisie est un magnifique exemple, l'un des plus achevés de subordination du développement touristique aux mécanismes de fonctionnement  du "système commercial multinational" dans ses trois volets classiques, transport, organisation du voyage, accueil. Il en résulte une exceptionnelle homogénéité  du "produit" et de ses "consommateurs", proche souvent de la standardisation, par essence réductrice  des différences et des aptitudes réelles (...) "
 
(CAZES G., 1983.- Le Tourisme international en Thaïlande et en Tunisie: les impacts et les risques d'un développement mal maîtrisé, TIGR
n° 53-54, 154 p., p. 96)

 

"Le tourisme attend sa révolution"

(Mr Rahmouni, directeur de l’IHET de Tunis, 2015 )


Avec une superficie de 162155 km2, la Tunisie est le pays qui présente le relief le plus plat du domaine maghrébin. Elle occupe la façade du Maghreb donnant sur la Méditerranée orientale .Son altitude moyenne est de 700 mètres ( 800 mètres au Maroc et 900 mètres en Algérie). Le pays est doté d'un climat méditerranéen  au nord et le long des côtes et d'un climat semi aride à l'intérieur et au sud. Au nord se trouvent les plaines de la Medjerda. Entres les monts de la Medjerda et la dorsale tunisienne s'étend une couverture forestière dense. Au sud le pays se présente sous la forme de plateaux steppiques semi- désertiques tandis que le littoral est bas et sablonneux. A l'extrême sud quelques oasis sont disséminés dans le Sahara tunisien. La température moyen  est de 12°C en hiver et de 30°C en été. Très irrégulières selon les années, les précipitations se concentrent lors de la saison froide  ( 80% du total annuel ) et atteignent une moyenne de 800 mm au nord et de 100 mm au sud.
 

En 2003 la Tunisie a reçu 5063000 touristes internationaux, 5114000 en 2004 et 5997000 en 2005 et plus de 7048999 en 2008.
 

Le tourisme tunisien est un exemple classique du concept de "package tour " car 80% des arrivées s'effectuent en groupes. C'est aussi le développement du transport aérien et, en particulier l'intensification du trafic des vols affrétés non réguliers (charters) qui explique en grande partie l'essor du tourisme tunisien, surtout à partir de 1985. Cette particularité a nécessité l'installation d'une infrastructure élaborée  dans un laps de temps relativement bref  (programme majeur de construction d'hôtels de la décennie 1970-1980). Cette politique fit de la Tunisie un des pays du Monde a la croissance touristique la plus rapide (une capacité de 34000 lits en 1970, de 160000 en 1995, de 184000 en 1998, de 200000 en 2000, de 214000 en 2002 et de 226000 en 2004!).La majorité des lits se trouve concentrée dans la zone des premières stations (Nabeul - Hammamet), dans le Sahel et dans la région de Djerba/Gabès .

 

La proximité de l'Europe et des ses populations à haut niveau de vie donne au tourisme tunisien un aspect eurocentrique caractéristique. Malgré l'arrivée d'un contingent maghrébin important  sur le sol tunisien, 90 % des entrées de touristes étrangers en Tunisie viennent soit des pays voisins du Maghreb (la Libye), soit ( et surtout) de l'Europe  (1977: 849100 européens  (83% des arrivées de touristes étrangers ) et 104200 maghrébins (10%)/ 1989: 1,670 millions de touristes européens  (52%) et 1,443 millions de maghrébins (45%)/1995: 2,357 millions de touristes européens (57% ) et 1,640 millions de maghrébins (39%)). En 2002 la Tunisie a reçu 3482000 touristes européens (2918000 en 2002) dont 1020000 français  (885167 en 2002) et 569475 allemands (613666 en 2002). Les européens restent plus longtemps et dépensent plus d'argent  par personne et par jour que les maghrébins ( 10,5 nuits pour les européens et 2,5 nuits pour les maghrébins). Initialement les touristes français formaient le groupe national le plus nombreux. Une particularité liée aux liens historiques et économiques unissant la France à la Tunisie. Mais la stratégie du ministère du Tourisme tunisien a consisté à attirer des touristes originaires d'Europe du nord (Allemagne en particulier) durant la période hivernale. De ce fait à partir des années 90 les allemands sont devenus le groupe de touristes étrangers le plus important  (presque le double des entrées françaises dès 1995). Les français ont retrouvé la première place au début des années 2000.
 

En 2006 le secteur touristique tunisien représentait 6,5 % du P.I.B et fournit 340 000 emplois dont 85 000 emplois directs, soit 11,5 % de la  population active occupée avec une forte part d’emploi saisonnier. Au cours de cette même année la Tunisie avait enregistré une quasi-stabilité de sa fréquentation étrangère avec 6.549.108 visiteurs (+2,7% par rapport à 2005). La France arrivait en tête avec 1.234.736 touristes (+5,5%), suivie de l'Allemagne (547.403 ), (-4,3%), des Italiens (464.323) (-1,8%) et des Anglais (350.673) (+7,1%). Les touristes de la Turquie avaient enregistré la plus forte croissance (+19,4%) suivis de la Hollande (+18,8%) et de la Yougoslavie (+15,5%). Le nombre des Maghrébins qui étaient venus en Tunisie en 2006 était de 2 458 373 dont 1 472 411 de la Libye et 945 318 d’Algérie. Concernant les nuitées une augmentation de 1,2% par rapport à 2005 avait été enregistrée, la ville de Hammamet continuait d'être le premier pôle d'attraction.

En 2007 Tunisie avait reçu plus de 6,7 millions de touristes, essentiellement originaires de France et de Libye. Les recettes générées par le tourisme s'étaient élevées à  3,05 milliards de dinars (1,7 milliard euros).  Par rapport à 2006 le nombre de visiteurs avait augmenté de 3,2 %, les recettes étaient en hausse de 8 % en dinars (3 % en euros) et les nuitées avaient atteint 37,4 millions, pour un taux moyen d’occupation de 51,6 %. L’année 2007 avait été aussi marquée par une baisse des flux touristiques en provenance des marchés européens: - les allemands (-6 % en 2007), les britanniques (-10,8 %), les espagnols (-9,2 %) et les italiens (-4,3 %).

En 2008 la Tunisie a accueilli plus de 7048999 de touristes ( 3,2 milliards de dinars de recettes ). Les Français n'étaient plus en tête des visiteurs, avec 1 395 255 (+4,5%) de touristes, ils occupaient la seconde place. Les Libyens (1 776 881 ( +14,4% par rapport à 2007) de visiteurs) étaient en tête, suivis par les français ( 1 395 255), les algériens (968 499 (-1,2%), les allemands (521750) et les italiens (444 891). La clientèle européenne restait globalement majoritaire ( plus de 4 millions en 2007), mais le marché maghrébin était loin d'être négligeable, les quatre pays concernés représentaient près de 28% du volume global des entrées, soit 2,5 millions de touristes. Les marchés lointains (Asie, Amériques,...) demeuraient marginaux. Les nuitées ont dépassé les 38 millions en 2008, soit une hausse de 1,4% par rapport à 2006. Les trois principales régions enregistrant le plus de nuitées Djerba : 9 443 481 (+ 4,7%), suivi par Sousse : 7 795 361 (-3,1%) et Nabeul - Hammamet : 6 470 126 (+0,6%) représentant 63% des nuitées totales. En 2008 le secteur touristique contribuait à hauteur de 6% au PIB national et 12% des recettes courantes. Il représente 14% aux exportations de biens et de services et employait 482400 personnes ( emplois directs et indirects ).

En 2009, la Tunisie a accueilli 6,9 millions de touristes, soit une diminution de 2,1% par rapport à 2008, selon un bilan officiel établi par l'Office National du Tourisme Tunisien (ONTT). En 2008 la Tunisie avait atteint 7,04 millions de visiteurs. La Tunisie fait ainsi mieux que plusieurs autres destinations méditerranéennes, dont l'Espagne, la France et Malte. En termes de nuitées, l'année écoulée s'est soldée par 986 millions de nuitées, soit une baisse de 8,2%. On enregistre également une régression du taux d'occupation des hôtels de l'ordre de 3,6% par rapport à 2008. 

La Tunisie tournait déjà au ralenti depuis 2009 à cause de la crise économique mondiale. Les exportations tunisiennes, largement dépendantes de l'Europe, avaient reflué et la croissance du PIB, qui tournait autour de 6% en 2007, était tombée aux alentours de 3% en 2009 et 2010. La révolution a aggravé la situation. Après la chute du régime de Ben Ali, de nombreux conflits sociaux ont éclaté. Aux revendications salariales des employés se sont greffées des luttes pour reprendre les postes laissés vacants par les proches de l'ancien président. L'industrie du phosphate, vitale pour le pays, a particulièrement été touchée.La Tunisie a enregistré une récession de près de 2% du PIB en 2011. Certes, l'économie a rebondi en 2012, mais cette reprise n'a pas suffi à endiguer un chômage qui touche plus de 17% de la population active, en particulier les jeunes diplômés. Si ces soulèvements du Printemps arabe ont réussi dans certains pays à atteindre leur objectif primordial, celui de mettre fin à des décennies de dictature, ils n’ont pas encore produit, en revanche, les autres effets escomptés. Les révoltes populaires portaient en elles l’espoir d’un renouveau politique, certes, mais aussi d’un nouvel élan socioéconomique qui permettrait de mieux redistribuer les richesses, jusque-là concentrées entre les mains d’une minorité au pouvoir, et d’assurer justice et emplois à une nouvelle génération montante. 

Les données de 2009 font également ressortir une régression de la clientèle européenne, et surtout celle de l'Europe centrale et orientale (- 30 % à - 40 %), dont les monnaies ont été fortement dévaluées. Cependant les Européens restent les principaux visiteurs du pays avec 3,74 millions de touristes. Mais leur fréquentation accuse une baisse de 8,8%. France, premier client européen avec 1,4 millions de touristes en 2009, accuse une chute de 3,6%. Les Britanniques (-8,1%), les Allemands (-7,2%) et surtout les Italiens (-13,7%) et les Espagnols (-13,9%) ont été beaucoup moins fidèles à la destination. La principale progression est due aux Libyens (1,99 million de touristes et une croissance de 12,9%).  

 

L'évolution des arrivées de touristes européens en Tunisie ( 2006-2011 )

Les bouleversements politiques survenus au début de l'année 2011 ont occasionné un ralentissement sensible de l'activité touristique. Les professionnels du tourisme tunisien ont perdu 40% de leur activité en janvier. A la date d'avril 2011, le tourisme tunisien avait perdu 42,9% de ses entrées touristiques depuis le début de l'année. A la fin du mois de mars 2011 525704 non résidents étrangers  avaient été comptabilisés aux frontières. En 2010, et pour la même période, la destination avait déjà totalisée 920000 entrées de touristes, soit 13% de ses arrivées annuelles. Au final l’année 2011 a été une des plus difficiles pour le tourisme tunisien depuis la grande crise de 1991-1992, au lendemain de la guerre d’Irak, et celle de 2001-2002, au lendemain des attentats de New York. Les chiffres étaient significatifs de la dégradation du secteur. Les recettes se sont élevées à 2.364,5 millions de dinars (MD) contre 3.522,5 MD en 2010 (-32,9%), les nuitées globales à 21.236.067 contre 35.565.104 en 2010, les arrivées aux frontières à 4.781.896 touristes contre 6.902.749 en 2010. Quant au taux d’occupation relatif , il est passé à 31,8% contre 50,7% en 2010.En termes de nationalités, ce sont les Français qui occupaient toujours la tête pour les pays européens (807.000), devant les Allemands (270.000) et les Anglais (227.000). Côté arabe, les Libyens venaient largement en tête (1.641.000). Ils devançaient les Algériens (693.000) et les Moyen-orientaux (105.000).

En 2012, La Tunisie avait reçu  5,95 millions de touristes. 2,9 millions de touristes européens ont séjourné dans le pays en 2012, ce chiffre reste en recul par rapport à 2010, qui avait enregistré 3,8 millions d’Européens. La clientèle touristique russe a dépassé les 250 000, soit une croissance de 33% par rapport à 2010. Selon l’ONTT, les Libyens ont été les plus nombreux à entrer en Tunisie en 2012. On a recensé 1,88 million de Libyens, en hausse de 3.4% par rapport à 2010. Pour leur part, les algériens étaient près de 900 000 à visiter la Tunisie, contre 1,06 million en 2010 et 693.000 en 2011.Sans pour autant atteindre le niveau de 2010 (-9,2%). Les recettes touristiques ont quant à elles enregistré sur un an une baisse de 5,3% en euros (1,4 milliards d’euros) et une légère hausse de 1,5% pour les recettes en monnaie nationale (3 milliards de dinars), selon la Banque centrale.

Le nombre d’arrivées touristiques en 2013 s’est élevé à 6,27 millions, soit une hausse de 5,3% par rapport aux chiffres de 2012. Le nombre de nuitées passées dans le pays a accuse une baisse de 0,2% en 2013 et s’établit à un niveau inférieur de 15,7% aux chiffres de 2010. Le nombre des touristes en Tunisie a légèrement progressé en 2013, atteignant 6,3 millions de visiteurs, en hausse de 5% par rapport à 2012, sans pour autant atteindre le niveau de 2010 (-9,2%). Les recettes touristiques ont quant à elles enregistré sur un an une baisse de 5,3% en euros (1,4 milliards d’euros) et une légère hausse de 1,5% pour les recettes en monnaie nationale (3 milliards de dinars), selon la Banque centrale.En revanche, les recettes touristiques, paramètre le plus important pour le secteur, ont grimpé de 1,2% en 2013 pour atteindre 3,2 milliards de dinars tunisiens (1,5 milliard d’euros), soit 8,3% de moins qu’en 2010. En 2013, 43 fermetures définitives et 28 fermetures saisonnières ont été dénombrées dans les deux zones touristiques très prisées de Nabeul et Hammamet, selon les commissariats du tourisme dans ces régions. Pour la région de Sousse ce sont près de 23 hôtels, d'une capacité globale d'environ cinq mille lits, qui ont été fermés. Ces fermetures ont été décidées suite à une régression notable (33%) du nombre de touristes, notamment français.

Durant l’année 2014,  le nombre de touristes ayant visité la Tunisie a baissé de 3,2 % en 2014, à 6,06 millions d’entrées aux frontières contre 6,26 millions en 2013, selon les statistiques du ministère  du Tourisme dont 50% sont de nationalités maghrébines. Pa rapport à 2013, ce nombre a baissé de 2,8%. Parmi ces visiteurs, les Libyens étaient en tête du tableau avec 1,72 million d' entrées sur le territoire tunisien, en recul de 20,5% comparativement à 2013, puis les Algériens avec 1,19 million visiteurs, en progression de 37,4%. Par rapport à l'année de référence, 2010, l’affluence des Maghrébins demeure en hausse de 6,2%. Toujours selon les statistiques du ministère tunisien du Tourisme, du côté des Européens, qui constituent 46,9% des entrées (2,7 millions de touristes), le bilan fait état d'une baisse estimée à 2,9% par rapport à 2013 et une régression de 26,1% par rapport à 2010.. En revanche, les recettes provenant de ces entrées a enregistré un léger rebond (6,4%), à 1,59 milliard d'euros.

 

Secteur clé de l’économie tunisienne, le tourisme a été très affecté ces dernières années par les crises politiques et l’essor de la mouvance djihadiste. Avant la révolution, le nombre de touristes avait plus que doublé en 5 ans, passant de 3 à 6,5 millions entre2005 et 2010. Le nombre de nuitées touristiques a baissé entre 2010 et 2013 de plus de 15% (de 35,5 millions de nuitées à 30 millions). Au total, le tourisme a reculé environ de 15% en en 2011-2013. Ainsi les nuitées passées par les touristes français en Tunisie ont baissé de 53% entre 2010 et 2013, et de 31% entre 2013 et 2012. La Tunisie avait enregistré 8,7 millions de nuitées françaises en 2010, contre 4 millions en 2013 et 5,8 en 2012». Ainsi en 2012, Djerba a accueilli 1 million de touristes représentant 7 millions de nuitées, dont 40 % de Français. En 2010, avant la révolution et la crise économique, Djerba avait totalisé 8 325 133 nuitées. Les visiteurs allemands sont plus fidèles au point d’être redevenus le premier client touristique de la Tunisie . En 2013 le nombre de touristes allemands n’avait reculé que de 5,6% par rapport à 2010. Et il a même progressé entre 2012 et 2013, affichant plus de 5 millions de nuités. Le tourisme britannique a progressé de 12% en trois ans. Quant aux touristes russes  (3,2 millions de nuitées), ils sont désormais les quatrièmes plus nombreux derrière les Anglais, les Français et les Allemands. La fréquentation des Russes a augmenté de 69,5% entre 2010 et 2013.Le secteur touristique représente 7% du PIB tunisien, et compte près de 400 000 emplois directs et indirects (environ 12% de la population active). En 2014, les recettes touristiques avaient enregistré une légère croissance, tout en restant loin des niveaux de 2010. En 2014 le tourisme a rapporté 1,59 milliard d’euros à la Tunisie, soit 6,4 % de plus qu’en 2013, mais 14,5% de moins qu’en 2010, selon les statistiques du ministère du Tourisme. Le nombre de touristes a, lui, baissé de 3,2% à 6,07 millions, contre 6,27 millions en 2013. Les touristes français constituent de loin la première clientèle en Tunisie, à des niveaux toutefois incomparables à 2010. Selon l’Ambassade de France en Tunisie, aujourd’hui, 1/9e des touristes vient de France, contre 1/6e avant le printemps arabe, où ils étaient 1,4 million.

En 2015 la Tunisie a reçu 5,35 millions de touristes 2015. En six ans ( 2009-2015 ), la fréquentation touristique a baissé de 66%. Alors que l'Europe constitue un marché traditionnel pour la Tunisie, le nombre de touristes européens en 2015 (1,3 million) a plongé de 53,6% par rapport à 2014 (2,8 millions). Cette chute est même de 65,8% par rapport à 2010 (3,8 millions), année de référence pour le tourisme tunisien, selon des données du ministère du Tourisme. Les touristes maghrébins ont chuté de 36% (47,3% entre 2010 et 2015), les Nord-Américains de 22,2%)...Par nationalités, les touristes qui ont le plus tourné le dos à la Tunisie restent les Anglais (-84,7% entre 2014 et 2015), les Français (-43,7% entre 2014 et 2015, -58,5% entre 2010 et 2015), les Allemands (56,7%), les Russes (-72%)...Des dizaines de complexes ont dû fermer , faute de clientèle, mettant en difficulté des familles entières (le tourisme tunisien représente 7,4% du PIB national et employait jusqu'à 473.000 personnes), dans un contexte économique déjà dégradé (moins de 1% de croissance en 2015 et plus de 15% de chômage).En 2015 tous les indicateurs sont, en effet, passés au rouge: baisse des nuitées (-50%), des recettes (-45%), du taux d’occupation (-30%)… A cela s’ajoute la fermeture en cascade des hôtels (234 totalisant 100.000 lits) et un important manque à gagner pour les 350 mille opérateurs de l’artisanat, dont beaucoup sont condamnés au chômage, des dettes cumulées de 4 milliards de dinars et la baisse de moitié la participation du secteur au PIB, qui est passée de 8 à 4%. Engagé dans un plan de développement 2016-2020, le pays tente de séduire les investisseurs étrangers susceptibles de participer financièrement au lancement d'une cinquantaine de grands projets dont certains concernent les aéroports. Malgré les campagnes, l'effet des attentats continue à peser sur la destination. Même un an après celui de la plage de Port El-Kantaoui, près de Sousse (26 juin 2015 - 38 morts) et après la fusillade du Bardo (18 mars 2015 - 24 morts). Ces attaques terroristes, comme celles plus récentes d'un bus de la garde présidentielle à Tunis (novembre 2015 - 12 morts) et de djihadistes contre les forces de sécurité tunisienne à Ben Gardane (7 mars 2016 - 55 morts dont 36 assaillants), viennent à chaque fois frapper de plein fouet un secteur déjà sérieusement malmené depuis les Printemps arabes de 2010/2011. Au début de 2016 le tourisme était en recul de 54% par rapport à la même période de 2015. Selma Elloumi Rekik, ministre tunisienne du Tourisme, a déclaré attendre plus de 5 millions de visiteurs étrangers dans le pays en 2016. Elle table sur une hausse de 2,6% de la fréquentation internationale et sur 5,359 millions de touristes étrangers en Tunisie en 2016.

Les quatre premières régions touristiques tunisiennes sont: Tunis-Zaghouan (205464 touristes en 2002 (17,3% de la fréquentation touristique) et 203593 touristes en 2004 (16,4%) ), Nabeul-Hammamet (196148 touristes en 2002 (16,5% de la fréquentation touristique ) et 196645 touristes en 2004 (15,8%) ), Sousse-Kairouan ( 165810 touristes en 2002 (13,9% de la fréquentation touristique ) et 168159 touristes en 2004 (13,5%) ) et Yasmine-Hammamet (99754 touristes en 2002 (8,4% de la fréquentation touristique ) et 135896 touristes en 2004 ( 10,9%) )
 

Pour accueillir ces contingents croissants de touristes européens l'état tunisien a du déployer un programme d'équipements en aéroports des différentes régions du pays ( Tunis en 192, Monastir en 1968, Djerba en 1964, puis Sfax en 1978, Tozeur (1978 ), Gabès ( 1978 ), Tabarka ( 1992 ) .

 

Le défi majeur du tourisme tunisien réside toujours dans la diversification de ses produits. Le tourisme de santé a fait l'objet d'investissements considérables et la Tunisie est devenue la deuxième destination thalassothérapique du Monde (derrière la France) avec 250000 curistes par an dont 50% d'européens. Le pays comptait 28 centres en 2007 et 40 en 2008. En 2009 12 centres sont en cours de construction et 10 en cours d'étude. Parallèlement une étude sur le développement du thermalisme à l'horizon 216 a été lancée par l'état. Le tourisme golfique a fait aussi l'objet d'un net développement et le pays compte aujourd'hui 11 terrains de golf. Il cherche ainsi à attirer une clientèle aisée jouissant d'un pouvoir d'achat élevé. En 2007 le pays a accueilli 255000 green fees contre 249000 en 2006. La Tunisie accueille en moyenne 60000 golfeurs par an .Dans le sud du pays le tourisme saharien se développe depuis plusieurs années et le nombre de touristes visitant ces régions a augmenté de 8% par rapport à 2006. Enfin la Tunisie joue la carte du tourisme de croisière et ambitionne d'accueillir 1 million de croisiéristes d'ici 2010 ( 626278 en 2006 et 680000 en 2007).

 

Le tourisme médical est un secteur en plein essor en Tunisie. Le nombre des patients étrangers pour soins médicaux et séjours de convalescence dans des hôtels de luxe en Tunisie est passé d'environ 50000 en 2004 à plus de 150000 en 2007. Près de 70% de ces patients sont originaires des autres pays du Maghreb, l'Europe vient en deuxième position représentant 12% de la clientèle du secteur. Chaque patient dépense en moyenne 4000 euros par semaine contre 300 euros seulement pour un touriste ordinaire. Une intervention à cœur ouvert revient à moitié prix qu'en Europe, soit 10000 dinars (5500 euros). Un lifting cervico-facial coûte 3200 euros contre plus de 5000 en France. Les coûts des prothèses dentaires et de la chirurgie ophtalmologique sont également sans commune mesure avec l'Europe. Les tarifs sont de 40 à 70% moins chers que ceux pratiqués dans les pays occidentaux. La Tunisie a exonéré, depuis 2005, les soins dispensés aux étrangers de 6%, le taux de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) appliquée sur ce genre de prestations pour devenir une destination médicale mondialement reconnue à l'instar de la Thaïlande et de l'Inde", indique-t-on au Ministère de la santé publique. A la différence de pays concurrents comme la Thaïlande ou l’Inde, la Tunisie offre l'avantage d'être proche de l'Europe.

 

 

   

  
   Le tourisme en Tunisie
 
  (documents en ligne- accès réservé)
 

   Le tourisme en Tunisie (cours)

   Le tourisme en Tunisie (vocabulaire)

   Petit lexique de la civilisation islamique

   Fond de carte muet de la Tunisie

 



 


1-La place de la Tunisie dans le classement des dix premières destinations africaines en 1997 et en 2001
 

 

Pays

Classement en 1997

Effectifs des touristes internationaux,

...dont agrément et loisirs

Classement en 2001

Effectifs des touristes internationaux,

...dont agrément et loisirs 

1997...

2001...

Afrique du sud

1

4944

3938

1

5908

4962

Tunisie

2

4263

2558

2

5663

-

Egypte

3

3528

-

3

4648

4198

Maroc

4

3072

1690

4

4431

2302

Zimbabwe

5

1549

1075

5

2217

1781

Botswana

6

1083

120

6

1520

183

Kenya

7

1001

805

7

994

729

Algérie

8

635

-

8

901

-

Nigéria

9

632

-

9

831

277

Maurice

10

558

503

10

675

607

 


 

 

2-Population résidente et Tourisme dans les pays du " Grand Moyen-Orient",
1996-2001


 

 

 

Population résidente

1996

Rang

2001

Rang

Rapport Touristes /Population résidente

Turquie

68529

7966

1

10783

1

0,15

Tunisie

9673

3885

2

5387

3

0,5

Egypte

65176

3528

3

4357

4

0,06

Arabie saudite

21408

3458

4

6296*

2

0,2

Maroc

29170

2693

5

4223

5

0,14

Chypre

730

1950

7

2697

7

3,6

Israel

6362

2100

6

1196

11

0,18

Bahrain

651

1757

9

2420*

8

 

Dubai

2976

1768

8

4134

6

1,3

Jordanie

5030

1103

10

1478

9

2,7

Syrie

16593

830

11

1318

10

0,002

Algérie

30835

605

12

901**

12

0,02

Liban

4384

424

13

837

13

0,19

Qatar

597

327

14

76

18

0,12

Oman

2478

349

15

562

14

0,1

Irak

23750

345

16

127

16

0,005

Libye

5410

88

17

174*

15

0,013

Yemen

18045

74

18

76

19

0,004

Soudan

31694

65

19

50

20

0,001

Koweit

2044

33

20

78*

17

0,038

Total

297935

33348

_

47170

_

0,158

Les chiffres sont exprimés en milliers ( , OOO ) / ( * ) : données de 2000

 

 


 

3-Les principaux indicateurs du Tourisme tunisien ( 1990- 2000 )
( Source : Office National de Tourisme Tunisien )

 

 

 

 

1990

1995

2000

Investissement Touristiques (1)

118.8

449.1

320.0

Nombre d'établissement

508

612

736

Capacités en lits (2)

116.5

161.5

197.5

Emplois directs (2)

46.6

64.6

79.0

Entrées des non résidents (2)

3203.8

4119.8

5057.2

Nuitées des non résidents (2)

18841.3

23914.4

33168.5

Durée moyenne de séjour ( en jours )

5.9

5.7

6.6

Taux d'occupation relatif en %

54.0

48.7

55.8

Recettes en devises (1)

827.8

1322.9

2095.1

Recettes par nuitée en Dinars

43.9

56.3

63.2

Recettes au lit en Dinars

7104

8191

10668

( 1 ) En millions de dinars

( 2 ) En milliers

           

 

 


4-Entrée des non-résidents en Tunisie selon les mois
( en milliers  / 1990- 2001 )
(Source : Office National de Tourisme Tunisien)
 

 

 -

1990

1995

2000

2001

Algériens

435.2

988.6

611.6

623.1

Allemands

479.4

837.1

1011.3

934.7

Autrichiens

38.6

65.0

110.2

114.8

Belges

74.4

74.2

139.8

150.7

Britanniques

191.4

239.6

299.4

314.7

Danois

27.1

26.0

19.6

16.5

Français

458.1

465.1

997.9

1047.4

Hollandais

96.7

70.5

67.6

62.4

Italiens

189.5

245.9

393.9

398.3

Libyens

795.8

618.7

685.2

1016.6

Marocains

143.9

26.7

37.7

35.5

Moyen - orientaux

45.7

33.1

27.7

30.0

Suédois

32.7

15.5

24.5

28.4

Suisses

48.2

74.5

118.4

114.2

U. S. A.

8.9

11.5

16.4

14.1

Autres nationalités

138.2

327.8

540.1

485.9

Total

3203.8

4119.8

5057.2

5387.3

 

 

1990

1995

2000

2001

Janvier

152.6

218.1

208.0

246.8

Février

165.3

223.8

262.5

301.9

Mars

218.4

286.6

342.4

401.4

Avril

269.7

380.4

484.0

552.2

Mai

246.1

328.9

407.9

461.9

Juin

261.3

372.4

586.5

538.7

Juillet

336.0

469.4

585.8

660.5

Août

395.0

496.8

664.2

738.0

Septembre

325.8

411.3

527.0

581.5

Octobre

300.8

405.3

521.8

433.0

Novembre

230.7

254.3

324.6

243.1

Décembre

302.1

272.5

264.4

228.2

Total

3203.8

4119.8

5179.1

5387.2

 

 

 

 

5-Place de la Tunisie dans les arrivées internationales en Afrique pour l'année 2000
( Source : O.M.T )

 

 

Premières destinations 

 Arrivées en 2000 

 Variation (%)

1. Afrique du Sud

  6 108 000

  + 1,4 *

2. Tunisie  

   5 057 000 

 + 4,7

3. Maroc    

4 100 000

+ 7,4

4. Kenya 

1 226 000    

+ 30,0 *

5. Algérie

859 000   

+ 13,8

6. Zimbabwe 

 840 000    

- 60,0 *

7. Maurice 

636 000  

 + 10,1 *

8. Zambie   

574 000    

+ 25,9

 

 


 

6-Le " décollage " touristique tunisien , 1956-1980
( sources : statistiques  O.N.T.T. )

 

 

 

Non-résidents

Hébergement et emplois

 

-

Entrées

Indice

Nuitées (en milliers)

Indice

Nombre établiss.

Lits

Emplois hôteliers directs

Indice Lits et emplois

1956

36000

66

-

-

-

3500

1400

86

1962

52752

100

395,77

100

74

4077

1631

100

1963

104731

199

540,76

136

84

5743

2297

141

1964

138238

262

694,38

175

91

7573

3029

185

1965

165840

314

1129,42

285

85

8726

3490

214

1966

218817

415

1636,88

414

118

14484

6194

395

1967

231088

438

2030,08

513

149

17996

7198

441

1968

330284

626

3082,31

779

173

23263

9305

570

1969

373320

708

3406,42

861

196

30421

12168

746

1970

410479

779

3819,62

965

212

35297

14119

865

1971

608206

1153

5821,10

1479

226

41252

16500

1012

1972

780350

1479

6777,78

1713

242

46306

18522

1135

1973

721897

1368

5882,49

1486

254

52924

21170

1298

1974

716003

1367

5636,38

1424

260

56748

22299

1367

1975

1013851

1922

8652,56

2186

273

62397

24959

1530

1976

977818

1854

8898,03

2248

285

63533

25333

1563

1977

1015966

1926

8117,58

2051

288

64097

25689

1572

1978

1141942

2165

8804,94

2225

250

66059

26424

1620

1979

1355951

2570

11170,94

2827

-

68843

27537

1628

1980

1602054

3037

12097,98

3095

-

71259

28612

1754

 

 


7-Entrée des non-résidents en Tunisie selon les mois
( en milliers  / 1990- 2001 )
(Source : Office National de Tourisme Tunisien)

 

 

 

1990

1995

2000

2001

Janvier

152.6

218.1

208.0

246.8

Février

165.3

223.8

262.5

301.9

Mars

218.4

286.6

342.4

401.4

Avril

269.7

380.4

484.0

552.2

Mai

246.1

328.9

407.9

461.9

Juin

261.3

372.4

586.5

538.7

Juillet

336.0

469.4

585.8

660.5

Août

395.0

496.8

664.2

738.0

Septembre

325.8

411.3

527.0

581.5

Octobre

300.8

405.3

521.8

433.0

Novembre

230.7

254.3

324.6

243.1

Décembre

302.1

272.5

264.4

228.2

Total

3203.8

4119.8

5179.1

5387.2

 

 


8-Entrées des européens et des maghrébins en Tunisie ( 1977-1981 / 1988-1995 )
( Source : O.N.T.T , 1995 )

 

 

ANNÉE

EUROPÉENS

( % DU TOTAL )

MAGHRÉBINS

( % DU TOTAL)

1977

849 100

83

104 300

10

1978

887 100

77

163 000

14

1979

1 068 000

78

211 800

45

1980

1 110 500

69

431 300

26

1981

1 146 100

53

915 800

42

1988

1 681 882

48

1 696 581

48

1989

1 670 500

52

1 443 215

45

1990

1 705 400

54

1 378 426

43

1991

1 086 500

34

2 058 721

63

1992

1 849 380

52

1 598 971

45

1993

2 158 851

59

1 372 970

37

1994

2 415 690

62

1 323 408

34

1995

2 357 242

57

1 640 410

39

 

 

 


9-L' hébergement en Tunis et la capacité d'accueil ( Lits ) ( 1970 - 1995 ) ( Source : O.N.T.T. )
 

 

ANNÉE

ÉTABLISSEMENTS

CAPACITÉ ( LITS )

1970

212

34 297

1975

273

62 937

1980

319

71 259

1985

420

93 275

1990

508

116 534

1991

532

123 188

1992

563

135 561

1995

912

161 498

 

 


10-Le rôle du transport aérien dans l'évolution du tourisme tunisien de 1961 à 2008 (source : O.M.T )

 

 

Années

Arrivées de touristes internationaux ( en millions )

dont par avion ( vols réguliers + charters )

1961

0,040

nc

1974

0,716

nc

1986

1,502

1,180

1987

1,875

1,596

1988

3,468

1,789

1989

3,222

1,781

1990

3,204

1,831

1991

3,224

1,197

1992

3,540

1,947

1993

3,656

2,275

1994

3,856

2,523

1995

4,120

2,502

1996

3,885

2,674

1997

4,263

3,030

1998

4,178

3,224

1999

4,832

3,591

2000 5,057  
.... ... ...
2006 6,50  
2007 6,70  

2008

7,04

-

 

 

 


12-Tourisme et commerce extérieur en Tunisie 1973 - 1995 ( source : O.N.T.T. )
 

 

 

1973

1975

1987

1989

1992

Tourisme

389.2

415.0

568.9

880.7

945.0

Pétrole

547.6

568.7

418.3

555.5

538.4

Huile d'olive

24.8

42.8

65.6

81.5

138.5

Phosphate

26.6

25.4

25.9

32.5

27.8

Phosphore

91.4

91.2

69.8

159.3

144.4

Textiles

21.7

283.4

496.2

816.0

1401.0

Dattes/ Citrons

18.0

35.1

46.0

47.4

51.6

Autres

617.7

823.4

1034.3

1494.1

2069.7

Total

1935.0

2285.0

2725.0

4067.0

5136.4

Tourisme %

20,1

18,1

20,8

21,6

17,7

 

 

 


13- Le tourisme international en Tunisie en 2006  (source : O.N.T.T)

 

 

 

  Pays Nombre d’arrivées
1 Libye 1472411
2 France 1234736
3 Algérie 945318
4 Allemagne 547403
5 Italie 464323
6 Royaume-Uni 350673
7 Belgique 164301
8 République tchèque 153926
9 Espagne 140225
10 Pologne 135400
11 Russie 109926
12 Suisse 103124

 

 

 

Tunisia’s Tourism Strategy For The year 2016, 14 p.

TOURISM AND DEVELOPMENT IN TUNISIA par Robert A. Poirier, Annals of Tourism Research, Vol. 22, No. 1, pp. 157-171, 1995, Une politique de libéralisation économique, des conditions structurelles impos6es de l'ext6rieur et l'avantage comparative de la Tunisie ont mené le gouvernement A poursuivre le tourisme sur une grande échelle. La croissance du tourisme a été phénoménale grâce aux grandes enclaves de lieux de vacances pour les Européens et aux engagements d'infrastructure pris par le gouvernement et le secteur priv6. L'impact économique a été impressionnant du point de rue de la réduction du d6ficit, de l'accroissement de capital et de la balance commerciale, mais il est vuln6rable aux vicissitudes des évènements internationaux. Malgré les gains 6conomiques, les d6cideurs tunisiens doivent faire face aux impacts sociaux et environnementaux et aux conflits entre les valeurs européennes et islamiques…..

Vers un tourisme durable en Tunisie : le cas de l’île de Djerba par présentée par Abderraouf DRIBEK, Institut Universitaire Européen de la Mer, Université de Bretagne occidentale, 2013, 425 p.

TENDANCES ACTUELLES DES POLITIQUES DE TOURISME DURABLE EN TUNISIE  par Nebiha Boussetta, Bruxzelles, 2012, 22 p.

Médina de Tunis : Patrimoine social, Patrimoine monumental. COMMUNICATION par Faïka Béja, 7 p. La ville de Tunis dispose à ce titre d’atouts importants : ville millénaire, elle offre une grande diversité de sites urbains où l’histoire se marie harmonieusement avec la modernité et la fonctionnalité. Les efforts déployés pour la sauvegarde de la Médina, vieille de 13 siècles et pour la requalification / embellissement de l’hyper centre de la ville du 19ème siècle, contribuent à renforcer l’attractivité de Tunis….

LE MODÈLE DU DÉVELOPPEMENT DU TOURISME EN TUNISIE. LE TOURISME CULTUREL À KAIROUAN : RÉALITÉ ET PERSPECTIVES par Mustapha Nasri, directeur de la formation des cadres à l’office national du tourisme tunisien., 10 p.

Tunisie : les formes du tourisme , 11 p., par Walid Ben Cheikh Ahmed, 2008.

Les formes de tourisme dans les régions ouest de la Tunisie: enjeux, opportunités et limites par Géraldine Froger & Mehdi Marzouki,  34 p.  Le tourisme tunisien se caractérise par une forte spécialisation autour d'un tourisme misant sur le trinôme «soleil-sable-mer}), jouant de manière conséquente sur le volune des arrivées, et principalement orienté sur le littoral est du pays. Aussi, pour désengorger ces zones, deux pôles ont été développés dans le nord-ouest et dans le sud-ouest du pays, se distinguant des pôles de l'Est en adoptant un tourisme orienté vers J'exploitation des patrimoines culturels et naturels de ces régions. Dans ce contexte, il apparaît que le tourisme pratiqué dans les régions de l'Ouest s'avère en cohérence avec certaines caractéristiques de formes alternatives de tourisme, notamment celles d'un écotourisme «faible» (soft ecotourism).

Improving the Competitiveness of the Tourism Cluster in Tunisia by Avnish Gunfadurdoss , Hala Hanna -, Jade Salhab  & Dalia Tarabay, MICROECONOMICS OF COMPETITIVENESS, May 2012, 34 p.

LA TUNISIE D’APRÈS LE 14 JANVIER ET SON ÉCONOMIE POLITIQUE ET SOCIALE .LES ENJEUX D’UNE RECONFIGURATION DE LA POLITIQUE EUROPÉENNE par BÉATRICE HIBOU, HAMZA MEDDEB & MOHAMED HAMDI, Fonds d’analyse des Sociétés Politiques ( FASOPO ) , 92 P. Le présent rapport a pour objet de présenter les enjeux économiques et sociaux auxquels les Tunisiens sont confrontés après le 14 janvier 2011 et de discuter la nature de la contribution de la communauté internationale, et notamment l’Union européenne à cet égard…..

Révolution tunisienne : enjeux et perspectives économiques par Aloysius Uche Ordu et alii , AfDB Note économique, mars 2011, 12 p. Pendant des décennies, la Tunisie a été considérée comme un exemple de réussite sur le continent africain. Elle s’est distinguée par une saine gestion macroéconomique accompagnée d’impressionnants acquis sociaux, qui en a fait l’un des pays les plus performants d’Afrique. Cette idée a été renforcée par les progrès accomplis par le pays ces dernières années, notamment son prompt redressement après la crise économique de 2009 caractérisé par une croissance du PIB de 3,7 % en 2010 et d’importantes avancées dans le sens de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. Beaucoup en sont venus à conclure que la Tunisie était, pour l’essentiel, un modèle de développement durable fondé sur de bonnes pratiques…..

Bédouins sédentarisés et société citadine à Tozeur  (Sud-Ouest tunisien) par Nicolas Puig, IRMC Kathala , coll. Hommes et sociétés , 302 p.

Le paradoxe de la révolution tunisienne : renforcement démocratique et ralentissement économique. Le sous thème : la gouvernance démocratique en vue du développement socio-économique par M. Ben Aissa Mohamed Saleh & Dallali Rana, 47 p. La Tunisie est en train de vivre une situation paradoxale qui décrit la persistance de la crise économique depuis une année et 5 mois, malgré les changements observés au niveau des institutions politiques et l'évolution constitutionnelle depuis la Révolution du 14 Janvier 2011. En effet, cette évolution démocratique et politique ne s'est pas traduite par une amélioration de la croissance et du développement économique et social. De ce fait, la transition en Tunisie pourrait avoir un effet contraire à celui prévu en raison de la montée des revendications sociales et de la forte dépendance vis-à-vis du budget de l’Etat et de la dette publique…..

Le Tourisme Médical : un Enjeu Stratégique pour la Tunisie par Lotfi Boumediene, décembre 2012, Institut arabe des chefs d’entreprise, 16 p. La Tunisie est bien placée en matière de tourisme médical grâce à des équipes médicales et chirurgicales hautement qualifiées et spécialisées. De plus, en matière de coût, la Tunisie reste compétitive : le personnel est moins couteux et les charges sociales moins élevées, sans compter que le taux de change favorise totalement les touristes de santé…..

The Jasmine Revolution and the Tourism Industry in Tunisia par Mohamed Becheur, NLV Theses/Dissertations/Professional Papers/Capstones. Paper 1141, Master of Science in Hotel Administration William F. Harrah College of Hotel Administration Graduate College, University of Nevada, Las Vegas, December 2011, 44 p. The purpose of this study is to develop recommendations on how the tourism industry in Tunisia can recover from the Jasmine Revolution…..

La Tunisie à la croisée des chemins. Quelles règles pour quelle transition? Par Mohammed Hachemaoui, SWP Research Paper, Stiftung Wissenschaft und Politik German Institute for International and Security Affairs, Berlin, août 2013, 29 p. Depuis la chute de l’autocrate Zine el-Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011, la Tunisie est volontiers décrite comme le « bon élève » de la « transition démocratique » dans le monde arabe. À moins de considérer les homicides des opposants Lotfi Naguedh en octobre 2012, Chokri Belaïd en février 2013 et Mohamed Brahmi en juillet 2013 comme des parenthèses, le processus politique à l’œuvre en Tunisie depuis les élections fondatrices du 23 octobre 2011 se révèle autrement plus complexe que ne le dépeignent à grands traits les deux récits en vogue. En mettant au jour les dynamiques inachevées et incertaines en cours depuis les élections de là. Pour beaucoup d’experts, le pays qui a déclenché les révoltes populaires dans la région serait même passé à la phase supérieure : celle de la « consolidation de la démocratie ». Ce récit vertueux s’est d’autant plus renforcé que les changements politiques amorcés depuis les « révolutions arabes » semblent osciller entre la guerre civile et le retour à l’autoritarisme…..

Le tourisme international en Tunisie. Vers de nouvelles formes et la réorganisation de l’espace touristique par Mohammed Souissi, Université Paris-Sorbonne Paris IV, Ecole doctorale de géographie de Paris, 7 P. La Tunisie, à limage de nombreux pays en voie de développement, dont ressources naturelles sont limitée, a opté peu de temps après son indépendance une stratégie de développement sappuyant sur le tourisme comme source rapide de devise et de création demplois. Ainsi depuis la fin des années 1950 et le début des années 60 la Tunisie a pu intégrer le club des pays touristiques en accueillant quelques milliers de touristes par an et atteindre en 2005 environ 6 millions de touriste par an (stat ONTT). Ceci montre clairement les progrès réalisés grâce à laccroissement des investissements privés dans le domaine touristique…..

La crise arabe : de la crise économique à la révolution politique ? par Jean-François Daguzan, Maître de recherche à la Fondation pour la Recherche stratégique, Rédacteur en chef de Maghreb-Machrek, Maghreb-Machrek, n° 206, Dossier « Le monde arabe dans la crise », 6 p. Les événements qui ont conduit à la chute des présidents Ben Ali et Moubarak en Egypte font apparaître la fin d’un modèle de gouvernance dans le monde arabe – celui de la stabilité autoritaire. La plupart de ces régimes autoritaires existent sous une forme ou sous une autre depuis les indépendances (en gros soixante ans pour les plus anciens). Ce modèle arrangeait globalement les pouvoirs occidentaux, qui, dès le milieu des années 1980, y voyaient un rempart contre l’islamisme radical…..

Tourisme et Patrimoine naturel au Maghreb, XIXe-XXIe siècles, Journées d’étude 18-19 décembre 2013, CENTRE JACQUES BERQUE (CJB) Rabat/Maroc, 2 p. Si l’orientalisme a certainement été une des sources du tourisme au Maghreb dès le XIXème siècle, si les voyageurs ont été attirés par les villes et les monuments du passé de l’Afrique du Nord, il est néanmoins certain que la séduction du milieu naturel a joué son rôle dans le développement touristique……

 

 

 
 


Liens cartographiques

Page en plein écran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fenêtre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme  | La bibliographie | L'examen

 


 


 
 

Cette page a été mise à jour le 19/08/16

 

Copyright © 2007 by KEROURIO