G�OTOURISME

Le site de la G�ographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Le r�f�rentiel  

L'examen

La m�thodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015    

   
Des faits et des chiffres
  D�finition du touriste
  Les vacances des fran�ais
 

Approche th�matique

  Le Tourisme littoral
  Le Tourisme montagnard
  Le Tourisme urbain
  Le Tourisme culturel
  Le Tourisme religieux
  Le Tourisme de Sant�
 Le Tourisme rural
  Le Tourisme fluvial
   
   
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 M�thodologie
 Th�mes
 Destinations
 R�f�rentiels
  Bibliographies

  Le Tourisme rural en France

"Un seul espace touristique original reste profond�ment sous-employ� en France ( ... ). L'espace rural est le dernier lieu o� les possibilit�s du d�veloppement touristique sont sans limites  et o�, donc, les possibilit�s d'innovations subissent le moins de contraintes " (G. TRIGANO, 1988).

"L'espace rural est devenu un espace de vacances  peu valorisant parce que peu valoris�. Consid�r� comme un espace pauvre pour vacances pauvres, il a �t� le plus souvent choisi n�gativement (� d�faut de pouvoir aller au bord de la mer, on va � la campagne) " (GROLLEAU H. & RAMUS A., 1985 ).

 

Le tourisme en espace rural concerne :
85% du territoire national,
35% de la fr�quentation touristique nationale,
50% de la capacit� nationale d�h�bergement,
21% de la consommation touristique
mais c�est une activit� essentiellement non marchande, 70% des nuit�es effectu�es � la campagne ont lieu en r�sidence secondaire, chez des parents, des amis et est peu r�mun�rateur.

Les campagnes fran�aises se d�peuplent : les paysans �taient pr�s de 8 millions au XIXe si�cle , ils ne sont plus que 700 000 aujourd'hui. 40% du territoire conna�t une densit� de moins de 20 habitants/km2 et en milieu rural 18% seulement de la population est constitu�e d'agriculteurs." Certaines zones rurales sont d'ores et d�j�, semble-t-il, hors de port�e d'une politique de red�veloppement �conomique   (agriculture marginale, population vieillie, densit� tr�s faible, trame urbaine absente )" (Rapport D.A.T.A.R , 1990)

L'espace rural couvre en France 80 % du territoire et concerne pr�s de 23% de la population totale. Il concerne 30 000 communes sur les 36 000 que compte le territoire national. Les communes rurales regroupent 52% de la capacit� d'h�bergement touristique de la France. Les 370 millions de journ�es de vacances et de courts s�jours qui s'y localisent ne repr�sentent que 26% de la fr�quentation globale  et n'assument que 20% de la consommation touristique nationale.

En 1964 la Campagne attirait 35% des fran�ais qui prenaient des vacances. En 1989 elle attirait 30% de ceux qui partaient en France en hiver et 24% de ceux qui partaient l��t�. En 1993 ces chiffres �taient pass�s respectivement � 28,2 % et 15,3%. En 1997 le tourisme rural repr�sente 35, 5 % des nuit�es touristiques totales des fran�ais en France  ( soit 28,4 millions de nuit�es � la campagne ) et 39, 3% des s�jours .Cette fr�quentation a montr� une progression ascendante r�guli�re entre 1993 et 1996 ( + 3% par an ) .

La Campagne r�alisait 33,6% des nuit�es en 1993, 35,5 % des nuit�es en 1997 et 29% en 2000 (fran�ais et �trangers). Les s�jours en espace rural repr�sentaient en 2000 29% des nuit�es de la client�le fran�aise  sur l'ensemble du territoire, dont 24% de courts s�jours et 21 % des nuit�es de la client�le �trang�re, dont 14% de courts s�jours et 86% de longs s�jours. Elle �tait  la deuxi�me destination pour les vacances d'�t�  avec 23% des s�jours en 1989 et 39,3% en 1997. Elle est aujourd'hui en deuxi�me place derri�re la Mer (46,7% ) et avant la Ville ( 23, 9% ) .

En 2007 l�espace rural repr�sentait 80% du territoire fran�ais, il absorbeait 28% de la fr�quentation touristique et totalisait 19,3% des recettes touristiques. Il est essentiellement non marchand (78 % des nuit�es effectu�es � la campagne en 2005 ont eu lieu en r�sidence secondaire ou chez des parents et amis) et peu r�mun�rateur. Il repr�sentait en 2007 une consommation touristique globale de 117,6 milliards d'euros. L'espace rural repr�sentait 20,8% de la consommation touristique des r�sidents et 33,4% de leurs nuit�es. Il repr�sentait plus du quart de la fr�quentation touristique fran�aise (28,5 % des nuit�es). Il �tait essentiellement non marchand (75,2% des s�jours).

 Parmi les fran�ais ayant pris des vacances de septembre 1995 � septembre 1996, 53% avaient consomm� une prestation agritouristique  (achat de produits fermiers, repas � la ferme, visite d'exploitation agricole, �quitation, chasse, p�che, ...) et 3,5% avaient fr�quent� un h�bergement chez l'agriculteur .

Toprural a publi� les r�sultats de l��tude � Profil du touriste en g�te et chambre d�h�tes 2010 France �. � travers 1017 enqu�tes r�alis�es aupr�s d�internautes, en collaboration avec l�institut de sondage Sondea, Toprural analyse les habitudes de consommation du tourisme vert en France et les pr�f�rences des adeptes de g�tes et chambres d�h�tes.47% des Fran�ais se d�clarent utilisateurs r�guliers de logements ruraux et disent s��tre log�s au moins une fois durant l�ann�e en g�te ou chambre d�h�tes. L��tude men�e r�v�le que plus de 6 Fran�ais sur 10 (63%) disent avoir modifi� leurs habitudes en 2010 � cause de la crise �conomique. Ils sont 17% � �tre partis moins longtemps que les ann�es pr�c�dentes et 15% � avoir r�duits leurs d�penses de loisirs. 11% ont choisi une destination plus proche de leur domicile. Les touristes fran�ais adeptes du tourisme vert se logent en moyenne 2,4 fois par an en g�te ou en chambre d�h�tes. Les habitu�s de chambres d�h�tes partent avant tout durant les week-ends (57%). Ceux des g�tes le font surtout pendant les grandes vacances (51%) . 42% des sond�s partent en famille et 20% entre amis. Les Fran�ais d�pensent en moyenne 96� par jour et par personne lors de leurs s�jours � la campagne, dont 56 � par personne pour l�h�bergement. Le tourisme en g�te et en chambre d�h�tes est jug� bon march� par 70% des usagers. Les futurs voyageurs privil�gient la propret� avant de se d�cider pour un logement. C�est en effet le facteur le plus d�terminant pour 72% d�entre eux. Le prix de l�h�bergement arrive en deuxi�me position (61%), suivi par le calme (58%) et le confort du lieu (52%). (Plusieurs r�ponses possibles).

L��tude r�v�le l�existence de rois types de client�les du tourisme rural : 1- la client�le des "retours au pays": ce sont des personnes qui ont conserv� des liens ou des biens mat�riels sur les lieux de leurs "racines campagnardes". Elles pratiquent un tourisme non marchand en se rendant chez des parents ou amis ou dans leur r�sidence secondaire, 2- la client�le du tourisme social et associatif : elle est li�e au fort d�veloppement des villages de vacances et centres d'accueil mis en place autour des deux d�cennies 60 et 70. Aujourd'hui faute d'adaptation suffisante, la plupart de ces structures souffrent d'un faible niveau de leurs prestations en terme qualitatif et d'un grave d�ficit d'image, 3- La client�le des amateurs de campagne : client�le r�cente, enthousiaste et r�mun�ratrice, en hausse croissante, consommatrice de l'ensemble des prestations disponibles. Il s'agit d'une client�le relativement ais�e de jeunes retrait�s, de couples sans enfant, de c�libataires (randonneurs, sportifs) et d'�trangers du nord de l'Europe (surtout allemands, hollandais et anglais) incluant alors des familles avec un ou deux enfants.Ce dernier type est � l'origine d'une image positive de l�espace rural, renouant avec les origines du tourisme rural. Cette client�le est exigeante et attend de la campagne une grande qualit� des prestations. Elle y vient non par obligation familiale ou sociale, mais par choix.

Les formes d�h�bergements touristiques sp�cifiques au milieu rural (chambres d�h�tes, g�tes ruraux...) connaissent un succ�s croissant de la part des client�les tant �trang�res que fran�aises. Les agriculteurs contribuent pour une part importante au d�veloppement du tourisme en zone rurale. Cet accueil touristique au sein d�une exploitation agricole constitue souvent un compl�ment de revenu significatif pour les agriculteurs qui le pratiquent et conforte ainsi leur activit�, freinant de ce fait la d�prise du monde rural. Les prestations qu�ils offrent viennent compl�ter les prestations traditionnelles offertes par les caf�s, restaurants, h�tels et h�tellerie de plein air.

La fr�quentation touristique est tr�s in�gale selon les saisons. La bordure c�ti�re est tr�s recherch�e, quant aux espaces int�rieurs ils forment un vaste " no man's land " touristique.

Les loisirs de Nature  �taient �valu�s en 2000 comme suit : 483 parcours de golf , 500 sites de loisirs nautiques  avec 230 entreprises de tourisme fluvial, 800 bases de cano�-kayak, 4200 centres �questres, 1500 sites �quip�s pour l'escalade, sans compter les possibilit�s offertes pour la p�che, le v�lo, la randonn�e qui constituent les trois activit�s les plus pratiqu�es en espace rural. Il faut y ajouter les sites du patrimoine, dont la part sp�cifique � l'espace rural n'a pas �t� �valu�e avec pr�cision  : 50 000 monuments historiques, 4000 mus�es  et 2000 festivals pour l'ensemble des espaces . L'espace rural concentre la majeure partie de ce patrimoine .

L'eau est une composante essentielle du tourisme en espace rural. La France poss�de 125 000 kilom�tres de cours d'eau accessibles � des sports ( cano� , kayak , rafting, hydro speed, etc... ).

La France est riche en voies d'eau navigables. L'�tablissement Voies navigables de France (V.N.F ) g�re 8500 km de voies  qui pourraient �tre �tendues � 1300 par adjonction de voies actuellement d�saffect�es ou non am�nag�es. La flotte repr�sente 15100 bateaux � moteur de plus de 10 CV , 22000 de moins de 10 CV, 21000 bateaux de mer naviguant sur le r�seau int�rieur , 1930 bateaux de location , 400 bateaux � passagers. Le tourisme fluvial en France est anim� par 657 entreprises, 51 constructeurs , 101 organismes de formation , 353 soci�t�s d'entretien , 152 soci�t�s de location . La demande repr�sente 8,7 millions de clients, 7,1 millions pour la promenade, 1,1 million pour la promenade-restauration  et g�n�re un chiffres d'affaires de 1,1 milliard de francs. La client�le �trang�re repr�sente 65 % de l'ensemble.

La fr�quentation r�cr�ative des espaces bois�s est importante mais elle reste difficile � quantifier avec pr�cision notamment en zone rurale et en dehors des grands massifs contr�l�s par l'Office National des For�ts (O.N.F ). Les comptages de ce dernier soulignent l'importance ludique de ce secteur : -6 for�ts couvrant 4500 ha, toutes situ�es autour de Paris, drainent un flux constant de visiteurs tout au long de l'ann�e, -75 massifs (162000 ha) sont fr�quent�s surtout en fin de semaine et pendant l'�t� . Ils se r�partissent sur l'ensemble du territoire national, -143 autres (291000 ha) attirent les visiteurs quasi-exclusivement � la belle saison et ils restent d�serts en temps ordinaire. L'O.N.F s'est lanc�e ces derni�res ann�es dans la mise en tourisme des espaces forestiers : 64 % des massifs s'�tendant sur 90 % de la superficie domaniale  comportent au moins une installation ludique. Au total existent : 80000 places de parking, 700 aires d�accueil, 900 ha de parcs animaliers, 9000 kilom�tres de pistes cavali�res, 8000 de pistes cyclables et 11000 de sentiers balis�s.

En mati�re d'h�bergements la France comptait en 1994 : 35805 g�tes priv�s, 3889 g�tes communaux, 8727 chambres d'h�tes ainsi que 6971 tables d'h�tes , 1202 g�tes d'�tapes , 990 terrains de camping � la ferme , soit 250000 lits touristiques . S'y ajoutaient  5000 �tablissements faisant partie des Logis de France (160000 lits)   et 144 relais et Ch�teaux  (8000 lits). En 2000 les h�bergements se r�partissent comme suit: 73 000 chambres dans l'h�tellerie , 55 000 lits en villages de vacances, 284 000 emplacements en campings de passage, 42 000 g�tes ruraux et communaux, 23 000 chambres d'h�tes, 2000 g�tes d'�tapes et une part non n�gligeable de meubl�s et de r�sidences touristique en espace rural qui n'est pas quantifi�e avec pr�cision. Parmi les principaux labels de notori�t� nationale en mati�re d'h�bergement rural, on peut citer: -" G�tes de France" : C'est l'organisation la plus ancienne . Sa capacit� globale contr�l�e est de 51 000 lits; -"Bienvenu � la Ferme" plac� sous l'�gide des chambres d'Agriculture, regroupe 2300 h�bergements install�s chez les agriculteurs ; - "Caf�- Couette " commercialise des chambres d'h�tes; -" Cl� confort " regroupe 12 000 meubl�s   ( soit 38 000 lits ) r�partis dans une vingtaine de d�partements; - " Logis de France " regroupe 5000 h�tels , dont 4000 environ sont localis�s en zone rurale; - " Relais et Ch�teaux " r�unit des �tablissements de prestige .

En 2006 les structures d�accueil en espace rural pr�sentaient une grande diversit� de cat�gories d�h�bergements: 94500 lits en h�tellerie rurale, 8% de l�offre nationale, avec une h�tellerie ind�pendante dominante, 308000 emplacements de camping, 33% de l�offre nationale(On remarquera, pour l�h�tellerie et le camping, une restructuration notable vers le haut de gamme), 50500 g�tes ruraux labellis�s, 31% de l�offre nationale, 32000 chambres d�h�tes labellis�es (+23% en 6 ans), 92% de l�offre nationale, 37000 lits en villages de vacances, 15% de l�offre nationale, 28000 lits en r�sidences de tourisme, 6% de l�offre nationale, 5% des r�sidences secondaires fran�aises ( source: enqu�te logements 2002, communes rurales), 500 fermes auberges labellis�es, tables d�h�tes, restaurants et go�ters � la ferme�Les agriculteurs contribuent pour une part importante au d�veloppement du tourisme en zone rurale.

 Au 1er janvier 2008, la r�partition de l�offre place en premi�re position les campings  (3804 terrains de camping, soit 727773 lits ). Viennent ensuite : les meubl�s (51617 structures, soit 206468 lits);  les h�tels (4755 �tablissements, soit 182 596 lits) ;  les chambres d�h�tes (32393 chambres, soit 64 786 lits);  les r�sidences de tourisme et h�bergements assimil�s (129 �tablissements, soit 45644 lits); les villages de vacances (chiffre non disponible).

Les r�sidences secondaires  ont connu un d�but de forte expansion au d�but des ann�es 70 .Ce dernier ne s'est pas d�menti depuis : 600000 r�sidences secondaires en 1960, 1,2 millions en 1982, 2,8 millions en 1990, dont 1,5 millions install�es en communes rurales. 60000 r�sidences secondaires sont construites chaque ann�e en France. Elles occupent une place importante dans les vacances des fran�ais avec 15% des nuit�es d'�t� et 14,1 % des nuit�es d'hiver. Elles sont particuli�rement nombreuses dans le Massif Central, les Alpes, le Midi et les Pyr�n�es. Les r�sidences secondaires constituaient en 1992 50 % de l'ensemble des logements en France.

Le camping conna�t en France un engouement constant : 150 � 200 nouveaux terrains apparaissent en France chaque ann�e .On assiste � une progression spectaculaire des emplacements de camping : 626 en 1981 et 1073 en 1992 et � une �volution continue du niveau de confort et de services  avec une forte expansion des campings class�s 3 ou 4 �toiles  (25,9 % du nombre des terrains et 40,8 % des emplacements). Le poids du camping est �crasant sur les littoraux atlantiques et m�diterran�ens (La Vend�e occupe le premier rang national avec plus de 50 000 emplacements  suivie par le Var ).

Le tourisme rural en France c�est aussi: un patrimoine culturel avec notamment: 7 parcs nationaux et 44 parcs naturels r�gionaux (12% du territoire national), 28 sites inscrit au patrimoine mondial de l�UNESCO,40000 monuments historiques, 90 Pays d�art et d�histoire, 6000 mus�es et un millier de festivals culturels et des activit�s de pleine nature en d�veloppement : randonn�es p�destres (180000 km de chemins et sentiers balis�s), tourisme �questre (fermes �questres, 160000 km de sentiers �questres balis�s), tourisme fluvial (8500 km de voies navigables), cyclotourisme (9000 km de v�loroutes et voies vertes programm�es), activit�s d�eau vive ( 250000 km de rivi�res, 26000 km de parcours am�nag�s )�

La faiblesse du tourisme en espace rural r�side essentiellement dans le caract�re atomis� de son offre. Elle est trop syst�matiquement ax�e sur une seule composante, par exemple un h�tel, un ch�teau, une activit� de loisirs. Les exp�riences tent�es de regroupement des prestations touristiques dans les espaces ruraux les plus attractifs, sont encore rares et inorganis�es.

En 2000, 146 700 exploitants agricoles exercent �galement une activit� non agricole . Un sur trois est agriculteur � titre principal, l'activit� ext�rieure �tant secondaire, et deux agriculteurs sur trois exploitants  � titre secondaire exercent une profession principale non agricole .Cette distinction d�termine deux mod�les de pluriactivit� .L'agriculteur � titre principal diversifie ses activit�s  pour s'adapter � un environnement �conomique en pleine �volution. L'exploitant � titre secondaire  est un salari� qui conserve � temps partiel une petite exploitation familiale, souvent destin�e � l'�levage .La pluriactivit� se d�veloppe comme strat�gie de diversification et le mod�le plus traditionnel de l'ouvrier paysan est en d�clin.

En 2012, on d�nombre en France, en nombre d'�tablissements : 3592 Campings 53000 Meubl�s de tourisme, 35000 Chambres d�h�tes, 1400 Villages de vacances et maisons familiales, 190 R�sidences de tourisme et 4500 H�tels de tourisme. Les principales activit�s pratiqu�es � la campagne sont la randonn�e et la promenade, les visites de sites naturels, historiques et patrimoniaux, les activit�s nautiques, le v�lo et le VTT.Le minist�re charg� du tourisme a accompagn� la r�alisation d'un r�seau de v�loroutes et voies vertes de plus de 20 000 km. Ce programme est pilot� par une mission nationale interminist�rielle, constitu�e en 2003. Il pr�voit la r�alisation d�itin�raires cyclables de longue distance et de voies vertes d�di�es aux circulations douces, dans l�objectif notamment, de favoriser une forme durable de tourisme et le d�veloppement des territoires ruraux. Aujourd'hui, plus de 9000 km d'itin�raires ont �t� r�alis�s et une d�marche nationale France V�lo Tourisme, initi�e par le minist�re charg� du tourisme, propose un ensemble de services et d'information relatives au tourisme � v�lo en France dont la marque Accueil V�lo. La mise en �uvre du plan qualit� tourisme et le d�veloppement de la marque qualit� tourisme contribuent � relancer l��conomie touristique en s�appuyant sur le renforcement de la qualit� des prestations et � terme des activit�s touristiques. L��tat a accompagn� l�association France V�lo Tourisme pour la conception d'un site national d'information et de commercialisation de l'offre de tourisme � v�lo. Exemple de tourisme durable cette action est porteuse de renouvellement de l'offre et d'un surcro�t d'activit� pour de nombreux professionnels.

Les milieux agricoles restent assez sceptiques devant l'accueil et l'h�bergement touristiques. Le recensement de l'Agriculture de 1988 n'avait d�nombr� que 12000 exploitations d�clarant officiellement des revenus touristiques, chiffre qui repr�sente � peine 2% du nombre total d'exploitants contre 4% chez les agriculteurs allemands, 7% chez les anglais, 10% chez les autrichiens et 20% chez les su�dois. Une am�lioration s'est r�cemment dessin�e : en 2000 les agriculteurs �taient plus de 20 000 en France ( soit 2,2% ) � se livrer � des activit�s de Tourisme .Ce chiffre demeure faible au regard des autres pays europ�ens : 20 % des exploitations agricoles accueillent des touristes en Su�de, 10% en Autriche, 7% au Royaume-Uni et 4% en Allemagne .Les cat�gories concern�es par le tourisme � la ferme sont  les fermes -auberges , les tables d'h�tes, les go�ters � la ferme , la ferme de s�jour et les produits de la ferme .Une grande partie des agriculteurs fran�ais s'adonnant au Tourisme est affili�e � des organismes nationaux ( 97% ) : la F�d�ration des G�tes ruraux de France ( 74% ) , Agriculture et Tourisme ( label " Bienvenue � la ferme ") et Accueil Paysan.

Cependant, l�agritourisme en France concernait en 2013 seulement 2 % des agriculteurs, loin derri�re des pays tels que l�Autriche, le Danemark ou le Royaume-Uni. In�galement r�parti en France, l�agritourisme est d�abord d�velopp� dans les r�gions du Sud ou en Alsace qui b�n�ficiait d�j� d�une longue tradition d�accueil.

De nombreuses mesures ont �t� prises ces derni�res ann�es pour assurer le d�veloppement du tourisme en espace rural. Elles s'inscrivent dans le cadre des politiques inter- minist�rielles  men�es notamment avec les minist�res de l'Agriculture et de l'Environnement, ainsi qu'avec la D.A.T.A.R, auxquelles participent des structures telles que les Pays d'accueil touristiques , les Stations vertes, les parcs naturels r�gionaux  ou les plus beaux villages .La politique poursuivie s'est orient�e sur plusieurs axes pr�cis : -la r�alisation d'�tudes de client�le, -la valorisation et la protection du patrimoine naturel et rural , notamment les grands sites, les villages de caract�re , les monuments, les arts et techniques, ..., -l'am�lioration des h�bergements  en privil�giant la r�utilisation d'un b�ti de caract�re , - le d�veloppement des produits de qualit� gr�ce au soutien apport� aux structures de d�veloppement local capables de coordonner les initiatives d'acteurs isol�s, -la qualification de l'ensemble des partenaires  gr�ce aux programmes de formation dispens� avec l'aide des r�gions, -l'am�lioration de la commercialisation des produits du tourisme en espace rural par la cr�ation d'un serveur national de r�servation des produits du tourisme en espace rural d�cid� lors du Comit� interminist�riel de d�veloppement et d'am�nagement rural ( CIDAR Meuse ) de juin 1994 ( serveur RESINFRANCE ).

Ainsi pour soutenir les dynamiques d�initiative rurale et encourager l�innovation, l��tat a labellis� en 2006, 379 p�les d�excellence rurale. Ces projets innovants, cr�ateurs d�emplois directs et indirects s�inscrivent dans l�un des quatre domaines d�excellence que sont: � La valorisation et la gestion des bio ressources;� L�offre de services et l�accueil de nouvelles populations;� Les technologies pour les productions industrielles, artisanales et de services localis�s;� La promotion des richesses naturelles, culturelles et touristiques. Plus d�un tiers des p�les d�excellence rurale appartiennent � cette derni�re cat�gorie, d�montrant ainsi le r�le majeur du tourisme dans les territoires ruraux.

L�activit� agritouristique est particuli�rement saisonni�re et l��t� est la p�riode de pointe. L�agriculteur doit souvent cumuler l�accueil du tourisme avec les travaux ou productions agricoles les plus intensifs (moissons, vendanges, pic de productions des produits fermiers�). La p�riode hivernale, moins touristique, est l�occasion d�entretenir et de remettre en �tat le lieu d�accueil. N�cessitant une grande organisation pour recevoir une client�le et en m�me temps de continuer son activit� agricole, il n�est pas rare d�observer l�investissement de toute une famille durant la p�riode estivale. L�agritourisme n�cessite �galement la ma�trise des moyens de promotion, de communication et de d�marchage de la client�le. La connaissance des r�gles d�accueil du client et des moyens de communication est devenue indispensable

Le tourisme rural est la forme de tourisme que l�on associe le plus commun�ment au tourisme durable pour des motifs qui tiennent � ses aspects diffus, sa forte composante environnementale et aux activit�s de loisirs de nature qui lui sont associ�es. La mise en �uvre du d�veloppement durable du tourisme vise � conforter ses bienfaits sociaux (� travers la d�couverte d�autres cultures, la pratique d�activit�s de loisirs) et �conomiques (maintien et d�veloppement des emplois, cr�ation de richesses pour les territoires r�ceptifs) tout en s�effor�ant de r�duire voire de neutraliser les nuisances environnementales qu�il peut occasionner et parvenir � une utilisation �conome des ressources. Plusieurs labels nationaux permettent de relever ce d�fi. A titre d�exemple, le label station verte destin� aux communes disposant d�un patrimoine naturel, s�appuie depuis janvier 2014 sur une nouvelle charte qualit�, v�ritable d�marche de progr�s qui vise � positionner chaque station en tant que destination �cotouristique. Le label Plus beaux villages de France s�articule autour de 3 axes strat�giques : la qualit�, la notori�t� et le d�veloppement. Enfin, Destination Rando est un label qui distingue des territoires de r�f�rence en mati�re de randonn�e. Il garantit aux randonneurs des circuits, des prestations et une organisation de qualit� et permet � la collectivit� de valoriser sa politique de d�veloppement de la randonn�e via un site internet national. L�espace rural offre au tourisme durable un vaste champ de d�veloppement au travers des circulations douces.  Un sch�ma national de d�veloppement de v�loroutes et voies vertes est soutenu par l��tat afin de doter le territoire de pr�s de 8000 kilom�tres d�itin�raires cyclables et reli�s � de grands itin�raires europ�ens.

 

Le tourisme rural sur le Net

 

Tourisme rural. Bilan de l�activit�, 13 p., Tourisme de A � Z, Direction du Tourisme.

Obtenir le label G�tes de France. Rejoindre G�tes de France et devenir ambassadeur de la marque. Vous voulez am�nager un b�timent en g�te et vous souhaitez obtenir le label G�tes de France. Vous avez le projet d'acqu�rir une maison en vue d�accueillir des clients et vous vous interrogez sur nos conditions d'adh�sion ? Rejoignez le 1er r�seau europ�en d�accueil chez l�habitant !

Les attentes en mati�re de tourisme rural en France, Territoires en mouvement n�91, DATAR, 20 p.La campagne fran�aise peut-elle s�appuyer sur le tourisme pour assurer son d�veloppement ? C�est � cette question que la DATAR a souhait� trouver une r�ponse en commandant une �tude visant � mieux comprendre les attentes des Fran�ais et des Europ�ens pour ce type de destination. Les r�sultats, fort encourageants, remettent toutefois en cause l�approche traditionnelle qu�ont les professionnels du tourisme de ce secteur�.

Le tourisme vert un concept, une multitude d'appellations, Comment se distinguer dans un univers � hyperconcurrentiel �, 38 p.

Le tourisme rural en France et en Aquitaine de A.  Bidault, 6 novembre 2008, 28 p.

LES STRAT�GIES DU TOURISME ET LE D�VELOPPEMENT RURAL, ORGANISATION DE COOP�RATION ET DE D�VELOPPEMENT �CONOMIQUES, Paris 1994, 100 p. Depuis sa cr�ation en 1961, le Comit� du Tourisme de l�OCDE s�attache � appr�hender les grandes �volutions de l�industrie du tourisme, des voyages et des loisirs, y compris ses mutations structurelles, afin d��clairer les pouvoirs publics sur leur r�le ainsi que sur les n�cessaires adaptations � apporter � leur action. Ainsi, d�s 1987, le Comit� du Tourisme a entrepris une r�flexion sur la contribution des strat�gies du tourisme au d�veloppement des zones rurales. A partir de 1990, cette r�flexion s�est inscrite dans la perspective plus large du Groupe du Conseil sur le D�veloppement Rural de l�OCDE, qui a �t� mis en place � la suite du souhait manifest� par le Conseil r�uni au niveau minist�riel en 1990�.

La valorisation du tourisme de randonn�e dans les territoires ruraux. Guide p�dagogique sur l��laboration et la mise en �uvre d�un projet de randonn�e p�destre. �INNOVATION EN MILIEU RURAL�, CAHIER DE L�INNOVATION N�12, OBSERVATOIRE EUROP�EN LEADER, MARS 2001 , 76 p. Longtemps m�connu ou sous-�valu�, le tourisme de randonn�e est per�u aujourd�hui comme un enjeu du d�veloppement local. Constituant d�sormais une activit� largement r�pandue parmi la population des pays europ�ens, la randonn�e �volue, passant du rang de loisir informel au niveau de v�ritable d�marche touristique, potentiellement g�n�ratrice de retomb�es �conomiques au niveau local.

Cr�er une chambre d�h�tes. G�tes de France. Document d�accompagnement porteur de projet. G�tes de France Haute-Loire, 2014, 76 p.

La randonn�e �questre, un dispositif p�dagogique invisible, M�moire de Ma�tre Randonneur par Gracianne BAZAS, 2013 / 2014, 43 p. Ma premi�re id�e �tait que la randonn�e, en tant qu�activit� �questre, �tait une source p�dagogique inexploit�e, mais cette approche pr�sentait la question de fa�on n�gative. Gr�ce � la position du jury, puis, de mes formateurs je suis pass�e � une probl�matique plus positive: La randonn�e un outil p�dagogique � exploiter�

Le march� des sports outdoor. Analyse de march�, d�cembre 2011, 47 p. Cette synth�se s�int�ressera � l�industrie des sports de nature, regroupement les activit�s de fabrication d��quipements de sports, principalement appareils, articles, textiles. La notion de sports outdoor �tant proche de celle de sports de nature, ces deux notions seront ici utilis�es.

F�d�ration des parcs naturels r�gionaux de France .

GLOSSAIRE DES HEBERGEMENTS TOURISTIQUES. Travail r�alis� dans le cadre de la commission Observation de la FNCDT. ODIT France - Direction de l�Observation touristique / F�d�ration Nationale des Comit�s D�partementaux du Tourisme, 51 p. Ce document a pour vocation de faciliter l�identification et par la m�me le mode de gestion des diff�rents types d�h�bergements recens�s sur le territoire fran�ais. A ce titre, il s�adresse donc � tout professionnel et/ou institutionnel du tourisme voire d�un autre secteur d�activit�, s�int�ressant de pr�s ou de loin � la notion d�h�bergement touristique�..

Les espaces prot�g�s fran�ais. Ouvrage r�alis� sous la coordination de Carole Martinez et publi� par le Comit� fran�ais de l�UICN, Paris, France, 68 p. Les espaces prot�g�s fran�ais sont un �l�ment structurant de la politique de pr�servation et de gestion de notre exceptionnel patrimoine naturel, qu�il soit m�tropolitain ou d�outre-mer. La mise en place d�un syst�me d�aires prot�g�es bien g�r�, �cologiquement repr�sentatif et coh�rent avec nos engagements internationaux dans le cadre du programme de travail sur les aires prot�g�es de la convention sur la diversit� biologique est donc un enjeu majeur pour la France�..

Le tourisme rural, Groupe Monde Rural, PETIT-DEJEUNER DE LA RURALITE du GROUPE MONDE RURAL, Jeudi 12 juin 2008, 24 p. Fait de pratiques diffuses, le tourisme rural est le produit d'initiatives nombreuses mises en place par les acteurs des territoires (�). Le concept de tourisme rural est incertain. Il int�resse la quasi-totalit� du territoire national, except� le littoral (tourisme bleu), les villes (tourisme urbain) et la montagne (tourisme blanc).La  campagne occupe une place � part dans l'�conomie touristique�.

Quel avenir pour l�h�bergement touristique rural ? Le cas de g�tes et des chambres d�h�tes du Massif central (France) par Jean-Fran�ois Mamdy, Marion Guillot and Nathalie Disez, Teoros, 26-3 | 2007 : Tourisme et solidarit�, p.56-66. Le succ�s des formes d�h�bergement sp�cifiques du tourisme rural en France, g�tes ruraux et chambres d�h�tes, ne se d�ment pas aupr�s des client�les touristiques fran�aises ou europ�ennes. Pourtant les analystes s�interrogent sur l�avenir de ce type d�h�bergement, d�une part en raison de mouvements de retrait observ�s �� et l� apr�s une progression continue du parc de g�tes ruraux, d�autre part en raison d�une progression tr�s vive du nombre de chambres d�h�tes, qui risquerait (paradoxalement) de saturer la demande. Les g�tes et les chambres d�h�tes sont-ils des produits, au sens o� les d�finissent les sp�cialistes en marketing, lorsqu�ils parlent du couple produit-march� ? Les structures d�h�bergement touristique sont-elles des entreprises au sens d�organisations complexes, assemblant des activit�s diversifi�es, employant souvent du personnel salari�, recherchant le profit ?....

La valorisation du tourisme de randonn�e dans les territoires ruraux. Guide p�dagogique sur l��laboration et la mise en �uvre d�un projet de randonn�e p�destre, �INNOVATION EN MILIEU RURAL�, CAHIER DE L�INNOVATION N�12, OBSERVATOIRE EUROP�EN LEADER, MARS 2001, 73 p. Longtemps m�connu ou sous-�valu�, le tourisme de randonn�e est per�u aujourd�hui comme un enjeu du d�veloppement local. Constituant d�sormais une activit� largement r�pandue parmi la population des pays europ�ens, la randonn�e �volue, passant du rang de loisir informel au niveau de v�ritable d�marche touristique, potentiellement g�n�ratrice de retomb�es �conomiques au niveau local�.

GLOSSAIRE DES HEBERGEMENTS TOURISTIQUES (Actualisation mai 2006). Travail r�alis� dans le cadre de la commission Observation de la FNCDT, ODIT France � FNCDT � 30/05/2006,  51 p. Ce document a pour vocation de faciliter l�identification et par la m�me le mode de gestion des diff�rents types d�h�bergements recens�s sur le territoire fran�ais. A ce titre, il s�adresse donc � tout professionnel et/ou institutionnel du tourisme voire d�un autre secteur d�activit�, s�int�ressant de pr�s ou de loin � la notion d�h�bergement touristique�..

Guide � la cr�ation g�te d��tape et s�jour, 5 p.

Le march� du tourisme sportif de nature dans les syst�mes territoriaux des espaces  touristiques et ruraux : l'exemple de l'Ard�che par Marc Langenbach, Geography. Universit� de Grenoble, 2013, 421 p. Cette recherche s�attache � l�observation des dynamiques �mergentes de d�veloppement �conomique des territoires ruraux, par le prisme de la marchandisation des activit�s r�cr�atives. Elle propose alors de comprendre les effets de l��conomie li�e � l�activit� des entrepreneurs de l�encadrement sportif de nature sur les syst�mes territoriaux, touristiques et ruraux. Les sports de nature sont des activit�s r�cr�atives qui se sont dot�es depuis quelques dizaines d�ann�es d�une dimension commerciale et qui s�inscrivent d�sormais largement dans les territoires ruraux. D�s lors, les sports de nature constituent localement des fili�res professionnelles, suivant lesquelles les op�rateurs se structurent, se localisent ou �changent dans le but de d�velopper leurs activit�s. Celles-ci s�accompagneraient alors d�impacts �conomiques et territoriaux..

LE DEVELOPPEMENT MAITRISE DES SPORTS DE NATURE DANS LES PARCS NATURELS REGIONAUX : OUTILS et EXPERIENCES. Bilan des �tudes de cas r�alis�es dans le cadre de la Convention Pluriannuelle d�Objectifs CPO 2004 � 2006, octobre 2007, 75 p. Depuis une trentaine d�ann�e, les sports de nature ont connu un engouement consid�rable. On estime actuellement que ces activit�s sportives comptent plus de 20 millions de pratiquants1, soit pr�s d�un tiers de fran�ais pratiquant un sport de nature � titre occasionnel ou r�gulier, individuellement ou en groupe. Sous l�appellation � sport de nature � se regroupent ainsi de multiples activit�s sportives dont la pratique a pour principe commun de s�exercer en milieux naturels, agricoles ou forestiers, qu�ils soient terrestres, aquatiques ou a�riens, am�nag�s ou non2. Ces sports de nature sont associ�s aux loisirs comme � la comp�tition, � la d�couverte du patrimoine ou au maintien en bonne sant�.

Obtenir le label �G�tes de France�, G�tes de France, 8 p

Aides aux structures touristiques en zone rurale, D�partement des Alpes-Maritimes,  L�objectif de la politique touristique d�partementale est de contribuer � un meilleur positionnement des Haut et Moyen Pays des Alpes-Maritimes dans l��ventail des offres touristiques par l�am�lioration et la modernisation des �quipements, et par la valorisation des produits touristiques locaux. Le D�partement favorise �galement la qualification des professionnels et incite la diversification de l'offre touristique en soutenant l�obtention de labels et/ou marques reconnus au niveau national et international pour une qualit� d�accueil accrue. A cet effet, il conseille et accompagne les porteurs de projets touristiques�.

L�Agritourisme. Un outil de d�veloppement �conomique et d�attractivit� des territoires, 17 p. Le tourisme rural repr�sente une fili�re incontournable de l�offre touristique fran�aise, tant du point de vue �conomique � l�espace rural, premier espace touristique fr�quent� par les fran�ais en nombre de s�jours, g�n�re un chiffre d�affaires de 20 milliards d�euros �, que de l�image fa�onn�e par cette fili�re pour la destination France, notamment � l��tranger. Les consommateurs d�aujourd�hui se caract�risent �galement par une qu�te de rupture, de sens, mais souhaitent aussi davantage s�impliquer, participer � leur propre s�jour�.

Vers un tourisme durable. Guide � l�usage des d�cideurs par PNUE & WTO , 238 p. La sensibilisation aux questions de durabilit� qui faisaient r�f�rence initialement au milieu naturel mais qui incluent d�sormais �galement les sph�res sociale, �conomique et culturelle, ainsi que l�environnement b�ti, a elle aussi beaucoup �volu� au cours de ces 30 derni�res ann�es. Aujourd�hui, la plupart des gouvernements, des agences internationale d�aide au d�veloppement, des associations professionnelles, des �tablissements universitaires et des organisations non gouvernementales reconnaissent que, sans durabilit�, il ne saurait y avoir de d�veloppement qui profite � l�ensemble des parties prenantes, qui permette de r�soudre un certain nombre de probl�mes urgents et graves tels que l�extr�me pauvret�, et qui pr�serve les ressources naturelles et anthropiques pr�cieuses sur lesquelles repose la prosp�rit� humaine�..

Evaluer le potentiel touristique d�un territoire, Observatoire europ�en LEADER, 43 p. Ce guide est destin� en premier lieu aux groupes d�action locale, en particulier aux nouveaux groupes LEADER II, et � leurs partenaires locaux. Il vise d�abord � leur permettre de r�aliser par eux-m�mes une �valuation du potentiel touristique qui tienne compte de l�offre, de la demande, de la concurrence et des tendances du march�. Cette �valuation permettra �galement de d�terminer le territoire pertinent sur lequel sera mis en �uvre le projet de d�veloppement touristique. Ce territoire peut �tre l�ensemble ou une partie de la zone LEADER, ou encore concerner des zones limitrophes. Dans ce dernier cas, la coop�ration entre groupes d�action locale sera indispensable.

Les aides financi�res publiques en faveur du tourisme par Jonathan Grandin, Juin 2009, Institut Sup�rieur des M�tiers, 84 p.

Tourisme rural. Perception du territoire rural et cadrages globaux , �tude r�alis�e par la direction du tourisme (DSPES/BESCE/ Ludovic ARMAND), ao�t 2006, 48 p.

Le d�veloppement durable du tourisme rural par les activit�s physiques et sportives de pleine nature, R�gion Champagne-Ardenne, Conseil �conomique et social r�gional, S�ance pl�ni�re du 8 octobre 2004, 61 p. Le tourisme rural et la pratique sportive participent au d�veloppement �conomique et social et � la valorisation d�un territoire. La cr�ation des conditions d�accessibilit�s, d�accueil, d�une offre pertinente en mati�re d�h�bergement, de location de mat�riel, d�emplois pour encadrer les activit�s, de sites de pratique, de services de proximit� sont les caract�ristiques d�une �conomie touristique rurale p�renne et vecteur de d�veloppement �quilibr� et coh�rent�..

Le tourisme rural : les adresses utiles

 

G�tes de France

Maison des G�tes de France

40 Avenue Flandre - 75019 PARIS

T�l : 01 49 70 75 75 Fax : 01 42 81 28 53

Site : www.gites-de-france.fr e-mail : info@gites-de-france.fr

 

Relais d�partemental de C�te-d�or

5, rue Ren� Char � BP 17011 - 21070 DIJON

T�l : 03 80 45 97 15 Fax : 03 80 45 97 16

Site : www.gites-de-france-cotedor.com e.mail : gites-de-france21@wanadoo.fr

 

Relais d�partemental de la Ni�vre

Chambre d'Agriculture de la Ni�vre - 25 bd L�on Blum - BP 80 58028 NEVERS cedex T�l. 03.86.36.42.39 / R�sa : 03.80.45.97.15 Fax : 03 86 36 36 63

Site : www.gites-de-france-nievre.com  e-mail : gites-de-France-nievre@wanadoo.fr

  

Relais d�partemental de Sa�ne et Loire

Esplanade du Breuil - 71010 MACON CEDEX

T�l : 03 85 29 55 60 Fax : 03 85 38 61 98

Site : www.gites71.com e-mail : gites71@sl.chambagri.fr

 

Relais d�partemental de l�Yonne

14 bis, rue Guynemer - 89015 AUXERRE CEDEX

T�l : 03 86 94 22 22 Fax : 03 86 94 22 23

Site : www.gites-de-france-bourgogne.com e-mail : gitesdefrance@yonne.chambagri.fr

 

Assembl�e Permanente des Chambres d�Agriculture - SUAAT Tourisme

9, Avenue Georges V - 75008 PARIS

T�l : 01 53 57 10 50 Fax : 01 53 57 10 04

Site : www.bienvenue-a-la-ferme.com

e-mail : bienvenue-a-la-ferme@apca.chambagri.fr

 

Chambre d�Agriculture de Bourgogne

3, rue du Golf - 21800 QUETIGNY

T�l : 03 80 48 43 00 Fax : 03 80 48 43 43

Site : www.bienvenue-a-la-ferme.com/bourgogne

e-mail : chambagri.bourgogne@wanadoo.fr

 

Chambre d�Agriculture de C�te-d�Or - Service Tourisme

42, rue de Mulhouse - 21000 DIJON

T�l : 03 80 68 66 50 Fax : 03 80 68 66 51

Site : www.bienvenue-a-la-ferme.com/bourgogne

e-mail : bienvenuealaferme@cote-dor.chambagri.fr

 

Chambre d�Agriculture de la Ni�vre

25 Bd L�on Blum - BP 80 - 58028 NEVERS Cedex

T�l : 03 86 93 40 08 Fax : 03 86 93 40 19

Site : www.nievre.chambagri.fr e-mail : maud.perroy@nievre.chambagri.fr

 

Chambre d�Agriculture de Sa�ne-et-Loire

59, rue du 19 mars 1962 � BP 522 - 71010 MACON Cedex

T�l : 03 85 29 55 60 Fax : 03 85 38 61 98

Site : www.sl.chambagri.fr e-mail : gites71@sl.chambagri.fr

 

Chambre d�Agriculture de l�Yonne - Service Promotion Terroirs

14 bis, rue Guynemer - 89015 AUXERRE Cedex

T�l : 03 86 94 26 33 Fax : 03 86 94 28 93

Site : www.bienvenue-a-la-ferme.com/bourgogne

e-mail : promotion@yonne.chambagri.fr

 

F�d�ration Nationale des Locations de France - Cl�vacances

54, boulevard de l�Embouchure - CS 22361 - 31022 TOULOUSE CEDEX 2

T�l. 05 32 10 82 30 Fax. 05 32 10 82 39

E-mail : infos@clevacances.com Site : www.clevacances.com

 

Rando�Accueil

7C, rue Pierre Texier - 35760 MONTGERMONT

T�l. 02 99 26 13 50

Site : www.rando-accueil.com

E-mail : info@rando-accueil.com

 

Assembl�e Permanente des Chambres d�Agriculture

(APCA)

9 avenue George V

75008 PARIS

T�l. : 01 53 57 1010

Fax : 01 53 57 10 05

accueil@apca.chambagri.fr

www.apca.chambagri.fr

 

F�d�ration Nationale des Comit�s R�gionaux

du Tourisme (FNCRT)

17, Avenue de l�Op�ra

75001 PARIS

T�l. : 01 47 03 03 10

Fax : 01 47 03 05 10

contact@fncrt.com

www.fncrt.com

 

F�d�ration Nationale des Comit�s D�partementaux du Tourisme (FNCDT)

74-76 rue de Bercy

75012 PARIS

Tel. : 01 44 11 10 20

Fax : 01 45 55 96 66

info@fncdt.net

www.fncdt.net

 

F�d�ration Nationale des Offices de Tourisme-Syndicats d�Initiative

(FNOTSI)

11 rue du Faubourg Poissonni�re

75009 PARIS

www.tourisme.fr

 

F�d�ration des Parcs naturels r�gionaux

9 rue Christiani - 75018 PARIS

Tel. : 01 44 90 86 20

Fax : 01 45 22 70 78

info@parcs-naturelsregionaux.tm.fr

www.parcs-naturelsregionaux.tm.fr

 

F�d�ration Fran�aise des Stations Vertes

6 rue Ranfer de Breteni�res

BP 71698

21016 DIJON CEDEX

Tel. : 0380541050

Fax : 0380541055

contact@stationverte.com

www.stationverte.com

Minist�re de l�Agriculture et de la p�che

78 rue de Varennes

75349 PARIS 07 SP

Tel : 01 49 55 49 55

Fax : 01 49 55 48 47

www.agriculture.gouv.fr

 

Minist�re du Tourisme

23, Place de Catalogne

75685 PARIS cedex 14

Tel : 01 70 39 93 00

Fax : 01 70 39 93 42

www.tourisme.gouv.fr

 

Association des d�partements de France

6, rue Duguay-Trouin

75006 PARIS

Tel : 01 45 49 60 20

Fax : 01 45 49 60 21

adf@departement.org

www.departement.org

 

Association des r�gions de France

282, boulevard Saint Germain

75007 PARIS

Tel : 01 45 55 82 48

Fax : 01 45 50 20 38

Regions.de.france@arfregions.org

www.arf.asso.fr

 

Conf�rence Permanente du Tourisme Rural

23, Place de Catalogne

75685 PARIS CEDEX 14

Tel. : 01 70 39 96 11

Fax: 01 70 39 96 15

info@cp-tourisme-rural.fr

www.cp-tourisme-rural.fr

 

Maison de la France

23, Place de Catalogne

75685 PARIS CEDEX 14

Tel. : 01 42 96 70 00

www.franceguide.com

 

ODIT-France

23, Place de Catalogne

75685 PARIS CEDEX 14

Tel. : 01 70 39 94 00

Fax : 01 70 39 95 30

www.odit-france.fr

Accueil Paysan

117 rue des Alli�s

38030 GRENOBLE CEDEX 2

Tel : 04 76 43 44 83

Fax : 04 76 17 01 78

info@accueil-paysan.com

www.accueil-paysan.com

 

Act�on

58 avenue du G�n�ral Leclerc

92100 BOULOGNEBILLANCOURT

Tel : 01 55 60 06 96/01 55 60 18 73

Fax : 01 55 60 07 15

info@acteon.asso.fr

www.acteon.asso.fr

 

Bienvenue � la ferme et March�s des Producteurs de Pays

9 avenue George V

75008 PARIS

Tel : 01 53 57 11 44

Fax : 01 53 57 11 94

bienvenue-a-la-ferme@apca.chambagri.fr

www.bienvenue-a-la-ferme.com

www.marches-producteurs.com

 

Cl�vacances F�d�ration Nationale des Locations de France Cl�vacances

54 boulevard de l�Embouchure

BP 52166

31022 TOULOUSE CEDEX 2

Tel : 05 61 13 55 66

Fax : 05 61 13 55 94

www.clevacances.com

 

F�d�ration Nationale des G�tes de France

59 rue Saint-Lazare

75439 PARIS CEDEX 09

Tel. : 01 49 70 75 75

Fax : 01 42 81 28 53

info@gites-de-france.fr

www.gites-de-france.com

 

France Passion

BP 57 - 84202 CARPENTRAS

Fax : 04 90 60 48 69

www.france-passion.com

 

Rando Accueil

7C Rue Pierre Texier

35760 MONTGERMONT

T�l : 02 99 26 13 50

info@rando-accueil.com

www.rando-accueil.com

Bergerie Nationale

Parc du Ch�teau

78120 RAMBOUILLET

Tel : 01 61 08 6849

animation.bn@educagri.fr

www.bergerie-nationale.educagri.fr

 

Cabinet Raffour Interactive

51 rue des belles feuilles

75116 PARIS

Tel : 01 47 04 02 27

www.raffour-interactif.fr

 

Conseil national des centres d��conomie rurale (CNCER)

18 rue de l�Armorique

75015 PARIS

Tel : 01 56 54 28 28

Fax : 01 56 54 28 29

E-mail :

conseilnational@cerfrance.fr

www.cerfrance.fr

 

Source (Centre national de ressources du tourisme et du patrimoine rural)

ENITA de Clermont-Ferrand

BP 35

63370 LEMPDES

Tel : 04 73 98 13 16

Fax : 04 73 98 13 68

E-mail : contact@source.asso.fr

www.source.asso.fr

 

VIVEA

81 boulevard Berthier

75017 PARIS

Tel. : 01 56 33 29 00

N� t�l. Azur : 0 810 12 13 13

Fax. : 01 56 33 29 19

contactsiege@vivea.fr

www.vivea.fr

 

 

 

 

Page en plein �cran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fen�tre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme   | La bibliographie | L'examen


 


 


 
Cette page a �t� mise � jour le 16/08/15

 

Copyright © 2007 by KEROURIO