G�OTOURISME

Le site de la G�ographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Le r�f�rentiel  

L'examen

La m�thodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2015    

 

 

L'�preuve de G�ographie
   
Les r�f�rentiels
  Vente et production touristiques
  La g�ographie en V.P.T
 

Animation et gestion touristiques locales

 

L'analyse spatiale en AGTL

Les �preuves
 La dissertation
  L'�tude de cas
  La carte
  La carte
  L'expos�
Annales des sujets de G�ographie
  Les annales
  Le sujet de 2000
  Le sujet de 2001
  Le sujet de 2002
  Le sujet de 2003
  Le sujet de 2004
  Le sujet de 2005
  Le sujet de 2006
  Le sujet de 2007
  Le sujet de 2008
  Le sujet de 2009
  Le sujet de 2010
  Le sujet de 2011
  Le sujet de 2012
  Le sujet de 2013
L'acc�s � l'information
  Les outils de recherche
  Les moteurs de recherche

Les formations post-BTS

 

Les formations  

 

Les licences professionnelles du tourisme

 

Annuaire des professionnels du Tourisme

La vie scolaire
   

Les liens

   
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 M�thodologie
 Th�mes
 Destinations
 R�f�rentiel
  Bibliographies

  


M�thodologie de l'�preuve de G�ographie au B.T.S

 

      

 
 1�re partie: M�thodologie de la dissertation
 


"Discourir sans aucune r�gle, c'est comme �tudier le levant et le couchant � partir d'un tour de potier en train de tourner : la distinction (...) entre vrai et faux ne saurait �tre connue clairement.(...) Tout discours doit avoir un fondement, une origine, une utilit� "
(Ma�tre Mozi, philosophe chinois, IIIe si�cle av. J.C)

 

1-QUELLE EST L' ATTENTE DU JURY?


"
L'�preuve doit avoir la forme d'"un rapport r�dig� et argument� �tabli pour un acteur touristique (le plus souvent europ�en) dont il s'agit de clarifier les connaissances ou d'�clairer la d�cision
".
 
 

-V�rifier vos connaissances ( partie r�dig�e et croquis )

-Tester vos comp�tences m�thodologiques � travers une activit� de type professionnel. Cette deuxi�me exigence est consubstantielle � la pr�c�dente. Dans la r�daction du rapport le fond et la forme sont indissolublement li�s. Vous devez donc accorder une extr�me importance aux param�tres de pr�sentation du rapport. 

 

A-LA FORME

 

-Vous devez imp�rativement et constamment vous mettre � la place du lecteur de votre rapport (jury, ou votre sup�rieur hi�rarchique dans un contexte professionnel ).Votre rapport est un outil d'aide � la d�cision .Il doit donc se caract�riser par une forme irr�prochable. 

-Votre rapport doit avoir pour premi�re qualit� d'�tre clair (au plan de la forme , comme au plan du fond !!). Proscrivez toute pr�sentation excessivement dense qui rendrait la lecture de votre travail malais�e. Sautez une ligne (ou deux !!) entre chaque partie et chaque sous partie.  

-Vous devez r�diger avec justesse et rigueur .Sachez utiliser le mot juste. Choisissez le sens exact des termes du vocabulaire g�ographique afin d'en faire usage � bon escient .Explicitez en toutes lettres un sigle utilis� pour la premi�re fois dans un devoir.

-Soignez la qualit� de votre expression. " Ce qui se con�oit ais�ment s'�nonce clairement "; ayez des id�es nettes sur ce que vous allez �crire avant de commencer � r�diger.

-R�digez simplement .Concevez des phrases courtes : l'ordre des mots le plus simple est souvent le meilleur. Veillez � la concordance des temps et � la ponctuation .Proscrire les phrases nominales (c'est � dire sans verbe) et les termes et expressions familiers.

-Veillez � l'orthographe: respectez en particulier les r�gles d'accord et l'orthographe des noms propres.

-Soignez l'�criture en partant d'un principe tr�s simple : dans un cadre professionnel personne ne fera l'effort de vous d�chiffrer .�vitez les ratures, Ne laissez pas d'espace au milieu d'une ligne sous le pr�texte que le blanc n'est pas sec. Disposez clairement vos paragraphes et vos sous- paragraphes. Soulignez les titres et les sous-titres, respectez la marge.

 

B-LE FOND

 

Avant de r�diger un rapport il faut pr�voir son d�roulement, c'est � dire la structure de son d�veloppement : c'est ce que l'on appelle faire un plan. Pour b�tir un plan, il est n�cessaire de respecter quelques principes : 

 

2-LIRE ET COMPRENDRE LE SUJET

 

Assurez-vous de comprendre le sujet. M�me si le sujet appara�t en termes clairs, il impose de prendre le temps de la r�flexion. Cette premi�re �tape de votre travail correspond � deux pr�occupations : ne pas traiter qu'une partie du sujet et ne pas commettre de hors - sujet. Assurez-vous de comprendre le vocabulaire utilis� : "le Tourisme de sant�" n'a pas le m�me sens que " le Tourisme thermal ".D�finissez si besoin est certains termes du sujet propos�. Par exemple l'expression "Tourisme de sant�" inclut le thermalisme, la thalassoth�rapie et le climatisme. Cernez tr�s rigoureusement l'espace g�ographique concern� ( vous devez donc, d�s l'introduction , en pr�ciser les limites ).Tr�s souvent le libell� du sujet est pr�cis, d�taill� et directif c'est � dire qu'il propose une d�marche de travail qu'il est fortement conseill� de suivre.  

 

3-LIRE, COMPRENDRE ET SAVOIR UTILISER LES ANNEXES

 

Le libell� est accompagn� de documents annexes. Il ne s'agit pas seulement de les commenter, ni a fortiori de les paraphraser (La paraphrase des annexes est syst�matiquement sanctionn�e par le jury d'examen). Ces documents sont des aide- m�moires qui peuvent aider � pr�ciser les limites du sujet. Aborder le sujet c'est aussi observer les annexes jointes. Commencez par d�finir la nature des documents propos�s (articles de presse, extraits d'ouvrages, graphiques de r�partition, d'�volution,  etc� ). Regroupez ensuite ces annexes par centres d'int�r�t. Il s'agit , si n�cessaire, de rapprocher des documents traitant d'aspects proches. Recherchez et exploitez les informations fournies par ces documents. Ce travail de tri (classement des annexes par centres d'int�r�t), de r�flexion ( recherche des informations fournies par ces documents) et de confrontation (mise en relation des informations rep�r�es avec les connaissances acquises) doit susciter en vous des interrogations .Notez-les soigneusement .  

Ces documents peuvent �tre des images montrant des paysages, ou un ensemble de paysages, dans un espace plus ou moins vaste. Une photographie au sol, a�rienne oblique ou verticale, un tableau, un dessin, un croquis donnent � voir. N'oubliez pas qu'une �tude ordonn�e libre souvent les �l�ments d'une compr�hension ou d'une dynamique. Prenez le temps de d�crire, d'analyser et d'interpr�ter .

Description 

D�finissez la nature du paysage et ses composantes, rep�rez les plans. Ils se succ�dent perpendiculairement � l'observateur et guident souvent la lecture. La lecture peut aussi s'organiser � partir d'un document qui structure le paysage ( fleuve, ligne de rivage, construction monumentale , etc�). N'oubliez pas d'�valuer l'�chelle.

Analyse

Analyser c'est donner un sens � l'image .Il s'agit de mettre en relation les informations rep�r�es dans la description : analyse du paysage naturel ( formes de relief, nature du couvert v�g�tal, indices climatiques laiss�s par la v�g�tation, etc�), analyse de l'humanisation (mettre en �vidence les interventions sur le milieu naturel ) et analyse de l'espace (mettre en �vidence son organisation).

Interpr�tation 

Elle consiste � formuler des hypoth�ses mais aussi � faire varier les points de vue c'est � dire les modes de perception. Exemple: comment un versant montagnard est-il per�u par un promoteur d'une station de ski, par le touriste, par l'autochtone, etc� ?

Les annexes peuvent aussi comporter des s�ries statistiques c'est � dire des informations num�riques qui servent � quantifier un ph�nom�ne. Elles peuvent se pr�senter sous la forme de s�ries simples ou de tableaux plus ou moins complexes. Trois types de statistiques peuvent �tre pr�sent�es : a- des statistiques de r�partition servant � pr�ciser la distribution d'une valeur totale entre ses diff�rentes composantes, b- des statistiques de comparaison servant � confronter � long terme, � une date donn�e, des valeurs num�riques concernant des ph�nom�nes de m�me nature, c- des statistiques d'�volution servant � exprimer les �volutions et les fluctuations dans le temps d'un ph�nom�ne. Pour interpr�ter ce type de document, il est indispensable de disposer de quelques points de rep�re c'est � dire des ordres de grandeur de r�f�rence pour appr�cier correctement les donn�es num�riques propos�es. Vous pouvez ensuite traiter la s�rie statistique c'est � dire proc�der � quelques calculs, exprimer autrement les chiffres propos�s pour d�gager des �volutions significatives :

-Les donn�es num�riques peuvent �tre redonn�es afin de d�gager des ensembles homog�nes.

-Des valeurs brutes peuvent �tre exprim�s en valeurs relatives pour mieux appr�cier une �volution .

-Des pourcentages , des indices, des �carts ou des rapports peuvent �tre calcul�s pour mettre en �vidence des �volutions homog�nes simples ou des ruptures .

 

Les annexes peuvent aussi comporter des graphiques ( graphiques en barres, graphiques circulaires ou semi-circulaires, graphiques en courbes, graphiques � deux axes orthonorm�s). Lire et interpr�ter un graphique c'est mettre en �vidence des informations et les confronter � ses connaissances ou � d'autres sources documentaires ins�r�es dans les annexes .C'est aussi �tablir quel �tat de fait, quelle situation r�v�le le graphique. C'est enfin �mettre des hypoth�ses explicatives et augmenter de mani�re significative ses outils d'analyse. Commencez par r�aliser une lecture p�riph�rique du graphique (rep�rer l'�chelle employ�e, le point d'origine, la p�riodisation), d�gagez les grandes tendances du graphique (graphique de r�partition, d'�volution ou de dispersion?), confrontez les informations d�gag�es � vos autres sources et recherchez le contexte du ph�nom�ne repr�sent�, donnez du sens en extrayant les informations tir�es de la lecture du graphique et en apportant des explications aux ph�nom�nes constat�s. 

 

4-BATIR UN PLAN  

plan type du rapport de g�ographie
 

De mani�re g�n�rale il n'y a pas de probl�matique � d�gager dans la r�daction d'un rapport .La signification du sujet est tr�s clairement explicit�e et il est de surcro�t fr�quent que la d�marche d'analyse soit clairement sugg�r�e .N'oubliez pas que vous r�digez un rapport. Ce document a un destinataire sp�cifique .Il vous importe de le cerner au mieux. Par ailleurs le sujet exprime une demande sp�cifique,  la r�daction de votre rapport doit s'efforcer d'y r�pondre de la mani�re la plus exhaustive. Enfin le sujet se r�f�re � "un espace touristique "pr�cis dont vous devez d'embl�e clairement percevoir et souligner la sp�cificit�. Vous avez la possibilit� de suivre un autre plan que celui sugg�r� dans le sujet.

Vous devez cependant suivre une logique de progression. Le plan doit respecter une progression logique qui impose de diviser le d�veloppement en plusieurs parties .Le plan le plus fr�quent dans le domaine de la G�ographie touristique demeure le plan th�matique qui rep�re les diff�rents th�mes d'analyse et les caract�rise.

Structurez votre pens�e. Mettez au point le cheminement g�n�ral de la d�monstration suivant la logique de la progression retenue. Chaque moment de la progression constituera une partie du plan de votre rapport: il faudra lui donner un titre qui explicitera le th�me et/ou l'argument d�velopp�.  

Dans les faits c'est � la r�daction de votre plan que vous devez accorder le plus de soin. Vous regrouperez les id�es et les faits retenus suivant les diff�rentes parties du plan. Concr�tement vous pouvez diviser votre feuille de brouillon en autant de parties que n�cessaire, mettre les titres et les sous-titres, puis inscrire les �l�ments de connaissance � utiliser. Ordonnez id�es et faits � l'int�rieur de chaque partie en fonction de ce que vous voulez exposer ou d�montrer.

Vous devez imp�rativement respecter trois principes : 

-B�tir un plan en deux, trois ou quatre parties. Au del� de quatre il est imp�ratif de r�duire le nombre, votre d�marche devenant probablement longue, sinueuse et chaotique . 

-B�tir un plan �quilibr� aussi bien dans le domaine intellectuel (les th�mes successivement trait�s doivent �tre d'ampleur � peu pr�s �quivalente) que dans le domaine mat�riel (de m�me longueur).

-B�tir un plan coh�rent. Dans l'id�al le plan satisfaisant ne peut voir modifier l'ordre de ses parties.

Le plan d�taill�, r�dig� sous la forme d'un sommaire, pr�c�dera la r�daction du d�veloppement . La r�daction d'un sommaire pr�alable deviendra obligatoire � partir de la session 2005. De ce fait l'absence de sommaire sera sanctionn�e .

 

5-ELABOREZ L'INTRODUCTION (et si vous en avez le temps la conclusion!)

 

Introduction et conclusion se situent � deux endroits strat�giques de votre rapport. C'est par l'introduction que le correcteur prendra contact avec votre devoir : il faut donc �veiller son int�r�t. C'est la conclusion qui lui laisse l'impression finale. Introduction et conclusion doivent donc �tre particuli�rement soign�es .

L'introduction ( diagramme explicatif )

Dans l'introduction, pr�sentez le sujet. C'est l'entr�e en mati�re .Vous pouvez reprendre les termes de l'�nonc� en pr�cisant, si n�cessaire, le sens de certains termes de vocabulaire employ�s dans le libell�. Fixez les bornes du sujet si n�cessaire (le th�me, la d�marche) quand elles ne sont pas indiqu�es clairement.L�introduction permet d�abord de �cadrer � le sujet, c�est-�-dire situer la zone � �tudier et la d�limiter. Il est souhaitable de conna�tre la superficie du territoire  ainsi que ses dimensions g�n�rales (exprim�es en kilom�tres dans le sens nord/sud et est/ouest). Il est ensuite indispensable de souligner l�int�r�t du sujet, c�est-�-dire les liens de ce dernier avec l�actualit� g�n�rale et/ou professionnelle  r�cente(s). Annoncez le plan c'est � dire la progression du d�veloppement. Cette pr�sentation doit �tre concise. �vitez dans votre introduction les propos vagues et g�n�raux, recherchez la pr�cision la plus absolue.

La conclusion ( diagramme explicatif )

La conclusion doit dresser l'aboutissement de votre progression, de votre analyse. Vous n'avez pas de r�ponse � fournir la probl�matique �tant un param�tre absent dans la r�daction du rapport. Mais vous devez dresser un bilan qui prolonge votre r�flexion. Un exemple facilement utilisable dans le domaine de la g�ographie, et fortement conseill� dans celui de la g�ographie du tourisme : sugg�rer une �volution � venir. Il est utile de r�diger une prospective, c'est-�-dire une �vocation du devenir de l'activit� touristique � l'horizon 2020-2030, en mettant �ventuellement en �vidence les variantes pouvant r�sulter des strat�gies adopt�es par les autorit�s du pays concern�, de l'�volution g�opolitique r�gionale, etc....Cette analyse prospective doit, bien entendu, �tre reli� aux analyses d�velopp�es dans le corps de votre rapport.  �vitez, par contre, de r�p�ter les propos tenus en introduction . Abstenez vous de proph�tiser ou de dresser un r�quisitoire .  

 

 

Elle constitue la derni�re �tape de votre travail. Il faut lui consacrer au moins la moiti� du temps de travail imparti. Construisez des paragraphes et des sous-paragraphes ( introduits par des titres et des sous-titres) Chacun de vos paragraphes et de vos sous-paragraphes comprendra:

-Une id�e directrice (ou le th�me directeur). Elle est celle pour laquelle le paragraphe est construit. Chaque paragraphe n'en comportera qu'une.

-Une id�e argument. Elle d�veloppe l'id�e directrice (ou le th�me directeur) pour la faire comprendre et la justifier . En cas contraire l'id�e-directrice reste une affirmation gratuite.

-Des exemples. Ils peuvent �tre plac�s avant l'id�e et ils d�cident le point de d�part d'une analyse et permettent la d�monstration. Leur r�le est alors argumentatif. Ils peuvent �tre plac�s apr�s et leur r�le est alors de mieux faire comprendre ce que l'id�e affirme. Leur r�le est alors illustratif . dans le domaine g�ographique vos exemples peuvent �tre manuscrits et/ou graphiques.

-Un sch�ma est la repr�sentation simplifi�e et rationnelle d'une r�alit� complexe. Il sert � faire comprendre, en les mettant en �vidence les diverses composantes de cette r�alit�. Il existe plusieurs types de sch�ma:

Le sch�ma lin�aire qui visualise soit des relations , soit un encha�nement. Il met en �vidence l'ordre chronologique ou la succession des relations causes- cons�quences dans l'�volution.

Le sch�ma circulaire visualise un processus cyclique .Il n�cessite que la succession des diff�rentes �tapes pr�sente une particularit�: la derni�re �tape doit se confondre avec la premi�re.

Le sch�ma syst�mique repr�sente une r�alit� complexe : un syst�me. Il distingue les composantes de cette r�alit� et il met en �vidence la multiplicit� des relations et des interactions entre composants. Ce sch�ma est organis� verticalement ou horizontalement. Le point de d�part est souvent plac� en haut ou � gauche, dans le sens normal de la lecture.

Le croquis, ins�r� dans l'analyse peut �tre utilis� pour annoncer, compl�ter ou �tayer une d�monstration. Comme le sch�ma, mais sur un mode plus strictement graphique, il est la repr�sentation simplifi�e et rationnelle d'une r�alit� complexe.

Un soin particulier doit �tre apport� � la r�alisation d'un sch�ma .Ce dernier doit �tre ins�r� dans un cadre , il doit porter un titre et �tre accompagn� d'une num�rotation ( exemples : sch�ma 1 ou figure (fig.1). Il doit s'accompagner, le cas �ch�ant, d'une l�gende ins�r�e elle-m�me dans un cadre pr�- �tabli .Les figures, les fl�ches , les dessins et les traits doivent �tre r�alis�s avec le plus grand soin ( �vitez l'usage du crayon � mine car les traits et figures ainsi r�alis�s sont souvent peu visibles). Les mots du sch�ma doivent �tre pr�sent�s horizontalement dans le sens de la lecture. Vous pouvez utiliser la variation de la taille des lettres pour indiquer une hi�rarchie. Les mots �crits dans le sch�ma doivent �tre figur�s en lettres majuscules d'imprimerie .

La pr�sence du sch�ma doit �tre l�gitim� par l'analyse qui le pr�c�de imm�diatement ou par celle qui le suit . Le sch�ma ( ou le croquis ) doit compl�ter, illustrer ou pr�ciser tout ou partie de votre analyse . Son emplacement dans votre rapport doit �tre soigneusement pens�. Il ne peut �tre d�termin� par le seul hasard. La r�alisation d'un sch�ma au moment opportun de votre analyse et dans des d�lais raisonnables ( 5 minutes ) suppose un entra�nement pr�alable .

Le d�veloppement ( diagramme explicatif )

Sur le fond, le d�veloppement constitue la partie centrale de votre travail. Il est traditionnellement tripartite.

1-Les potentialit�s touristiques
Vous devez �valuer les potentialit�s touristiques de la destination en classant, par ordre d�importance d�croissante) les caract�res attractifs de la zone. Il est aussi n�cessaire de souligner les handicaps existants . Au terme de cette analyse vous �tes � m�me d��tablir un diagnostic  final.

2-L�activit� touristique
Vous devez retracer l�histoire du tourisme dans la r�gion � �tudier  (la possession d�une chronologie minimale est indispensable). Evoquez les diff�rentes images attach�es � la destination, leurs gen�ses, leurs �volutions et leurs impacts respectifs sur les choix des client�les contemporaines. Dressez un tableau de l��tat actuel du tourisme  ( flux, infrastructures,�). Cette partie de votre travail doit, obligatoirement, comporter des donn�es chiffr�es.

3-Les types de tourisme
Votre analyse doit comporter une ( ou deux ) typologie(s).Une typologie r�gionale  ( d�taillant, exemples pr�cis � l�appui, les grandes r�gions touristiques class�es par ordre d�importance d�croissante) et/ou une typologie th�matique  ( �tablissant une liste class�e ( cf.-supra) des activit�s touristiques. Une typologie mixte int�grant , dans un m�me expos�, analyse r�gionale et th�matique est aussi possible.

 

       

                                  

R�sum�
 

 

 

 

Page  en plein �cran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fen�tre  ) 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme  | La bibliographie | L'examen


 


 

 
  Cette page a �t� mise � jour le 23/06/15.

      Copyright © 2007 by KEROURIO