G�OTOURISME

Le site de la G�ographie touristique en France et dans le Monde

Le Tourisme en France

  Le Tourisme dans le Monde

 La bibliographie

Le dictionnaire

 

Les lexiques

Les annales

Les cours en ligne

Les r�f�rentiels  

L'examen

La m�thodologie

La vie scolaire

Le sujet de la session 2011   

 

           
            Les lexiques
 

L'�gypte
La Gr�ce et Rome
La Chine
 Le tao�sme
 Le confucianisme
 Le bouddhisme
L'Inde
L'Asie du sud-est
Le Bouddhisme
L'Islam
L'empire ottoman
L'Afrique subsaharienne
Le Maghreb
L'Espagne
Le Mexique
L'Am�rique andine
L'Am�rique anglo-saxonne
Les �les tropicales
Les pathologies tropicales
 
 
 
 

 Plan du site
 Index
 Dictionnaire
 Lexiques
 M�thodologie
 Th�mes
 Destinations
 R�f�rentiels
  Bibliographies

 

 
La civilisation chinoise classique
Le bouddhisme

 


 
Le bouddhisme chinois en bref ...
 

"La vacuit� absolue, c'est le nirvana de puret�..."

Citation(s) / po�me(s) n� 1610:  Chen-houei du Ho-tso, (668-760),  moine et philosophe chinois, Bouddhisme, Mahayana, Zen ou Chan, Entretiens du Ma�tre de dhyana Chen-houei du Ho-ts�, Traduction annot�e par Jacques Gernet,

"La pratique qui est absence de pratique, c'est le passage sur l'autre rive ".

Citation(s) / po�me(s) n� 1606:  Chen-houei du Ho-tso, (668-760),  moine et philosophe chinois, Bouddhisme, Mahayana, Zen ou Chan , Entretiens du Ma�tre de dhy�na Chen-houei du Ho-ts�, Traduction annot�e par Jacques Gernet, Publication de l'�cole fran�aise d'Extr�me-Orient, Hanoi, 1949, p. 106-109, cit� dans Aux sources du Bouddhisme, Fayard, note p. 462-463.

 

C'est la tradition bouddhiste du Mahayana qui se r�pandit en Chine et dans d'autres parties de l'Asie septentrionale et orientale .

Le "Grand v�hicule" se caract�rise par une interpr�tation plus large de la doctrine  destin�e � parachever , en l'�largissant , l'enseignement du " Petit v�hicule ". Il se caract�rise par une �thique nouvelle: le but ultime du pratiquant n'est plus d'�chapper au cycle �ternel des r�incarnations (id�al de l' "arhat" (" saint ")), mais d'aider tous les hommes � parvenir � cet �tat, c'est l'id�al du boddhisattva qui, parvenu au seuil du Nirv�na, refuse d'y entrer, par compassion, avant que l'ensemble de l'Humanit� n'y ait acc�s. Le personnage du boddhisattva prend une importance consid�rable dans le "Grand v�hicule ".

Par ailleurs en d�veloppant une religion populaire , le " Grand v�hicule " (" Mah�y�n� " ) abandonna sa dimension ath�e  en pr�nant la d�ification du bouddha par la doctrine des " trois corps du Bouddha " : le Bouddha poss�derait un " corps  de cr�ation"  (" Nirmana Kaya " ) tant qu'il s�journe sur la Terre , un " corps de jouissance " ("Sambogh� Kaya " )  dans les r�gions " supra-terrestres "  et un "corps de la Loi " (" Dharma Kaya " ) quand , d�pouill� de toute personnification , il se confond avec l'Absolu. Dans le " Grand v�hicule " le bouddha historique devient un personnage  parmi une multitude de bouddhas et de boddhisattvas  apparus au cours de toutes les �res de l'histoire cosmique. Dans le " udharma Pund�rik� "  (" Lotus de la bonne Loi ") , Cakya Mouni pr�che d'un haut d'une montagne, entour� de centaines de milliers de bouddhas et  de 80000 boddhisattvas .

De fait le "Grand v�hicule" se  distingue par son culte  de bouddhas quasi-divins ("fo") et de bodhisattvas ("pusa"). Parmi les diff�rents bouddhas du panth�on mahayaniste, on peut citer: Adibouddha  dont la m�ditation � l'origine du Monde fit na�tre les cinq bouddhas de la m�ditation  ("Dhyanibuddhas") qui eux-m�mes engendr�rent les cinq boddhisattvas de la m�ditation ("Dhyanibodhisattvas "), eux-m�mes � l'origine des cinq bouddhas humains (" Manushi-bouddhas "),  Cakya Mouni �tant le quatri�me de ces personnages et devant �tre suivi de Maitreya ( " Mile " en chinois ), le cinqui�me et dernier bouddha des temps futurs .

C'est par les routes commerciales venant du nord-ouest de l'Inde et traversant l'Asie centrale  que le bouddhisme entra en Chine probablement sous le r�gne de Mingdi (57-75 apr�s J.C ) , sous la dynastie des Han. Il s'imposa comme une religion du salut en d�veloppant des th�ories particuli�res dans la lign�e des conceptions culturelles propres � la Chine. On peut, de ce fait, parler d'une sinisation du Bouddhisme.

C'est sous la dynastie des Sui  (501-618 ) et des Tang (618-907) que le Bouddhisme chinois conn�t son �ge d'or. Les Sui en firent une religion d'�tat.

Les �coles bouddhistes furent tr�s nombreuses en Chine. Parmi les plus durable l'�cole Chan et celle de la " Terre pure " ( "Qingtu " ou " Jingtu " ) .

La tradition affirme que l'�cole Chan aurait �t� fond�e au VIe si�cle par le patriarche indien Bodhidharma. Le Chan est le r�sultat d'une combinaison entre la pratique de la m�ditation (" dhyana " en sanskrit, "zen" en japonais)  et l'h�ritage tao�ste insistant sur l'importance de l'intuition, de l'impuissance des mots � rendre compte des v�rit�s profondes. Le Chan proclamait que l'enseignement devait se transmettre sans discours ni �crit ("Transmission sp�ciale hors des �critures. Ind�pendant  des mots et des lettres. Indiquant directement l'esprit humain  en voyant la Nature inn�e, on devient un Bouddha" aurait d�clar� Bodhidharma. Il pr�f�rait l'intuition � la d�duction rationnelle." (...) Le Dharma est absence de pens�e, et toute r�ponse implique une pens�e; il est exempt de mot, et toute r�ponse implique une parole; il est exempt d'interpr�tation, et toute r�ponse implique une interpr�tation; il est exempt de vision cognitive, et toute r�ponse implique une vision cognitive ; il est exempt de dualit� , et toute r�ponse implique une dualit� ; (...) Comme l'esprit n'est pas la forme, il ne d�pend pas de la forme; comme il n'est pas l'informe, il ne d�pend pas de l'informe;  (... ) Bien que l'on connaisse la vacuit� , la vacuit� elle-m�me reste inconnaissable. Bien que l'on connaisse l'insaisissable, l'insaisissable lui-m�me reste insaisissable "(Trait� de Bodhidharma, M�langes I, 17 ).

Le ma�tre entra�nait parfois son disciple dans un dialogue rapide condensant diff�rents niveaux de compr�hension destin� � lui faire d�couvrir en lui-m�me le niveau ultime de la r�alit�  et l'exprimer. Cette m�thode s'exprime dans le dialogue paradoxal typique  de la dialectique du "Madhyamaka " .

En voici un exemple :

"Moine: " Comment le silence peut-il �tre exprim� ?
Ma�tre: " Je ne l'exprimerai pas ici "
Moine: " O� l'exprimerez-vous? "
Ma�tre : " Hier soir, � minuit, j'ai perdu trois sous pr�s de mon lit "
(Cit� par W. T De Bary, Sources of chinese tradition , vol.1 , p. 366),
ou :
" Quel �tait mon visage originel avant la naissance de mon p�re et de ma m�re?", c'est-�-dire: "Quelle est ma v�ritable nature au-del� de l'existence dans le Temps et dans l'Espace? ".
 

Quant � l'�cole de la " Terre pure " elle se fondait sur le voeu du bouddha Amithaba  ("Amito Fuo ") d'user du m�rite acquis par ses perfections pour faire rena�tre ceux qui l'invoqueraient  dans son royaume de la " Terre pure "  (" Sukhavata " ). La r�citation psalmodi�e  de la phrase: " Namo amito fuo " (" Honneur au bouddha Amithaba " ) et la repentance des fautes commises suffisait au pratiquant pour atteindre le salut.

 


 

 
Le bouddhisme chinois sur le Net
 

Chinese Buddhism
http://en.wikipedia.org/wiki/Chinese_Buddhism

Timeline of  Chinese Buddhism ( Buddhist Studies )
http://www.buddhanet.net/e-learning/history/chin_timeline.htm

A Dictionary of Chinese Buddhist Terms by William Edward Soothill and Lewis Hodous
http://www.hm.tyg.jp/~acmuller/soothill/soothill-hodous.html

Les grandes �coles du bouddhisme chinois de Fran�oise Wang , Chercheur au CNRS (Clio, biblioth�que en ligne )
http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/les_grandes_ecoles_du_bouddhisme_chinois.asp

Le bouddhisme en Chine de Vincent Goossaert , Charg� de recherche au CNRS, �quipe � Groupe de sociologie des religions et de la la�cit� � (Clio, biblioth�que en ligne )
http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/le_bouddhisme_en_chine.asp

Les grandes �coles du bouddhisme chinois (Chine-Informations.com )
http://www.chine-informations.com/mods/dossiers/?action=fiche&id=1399

Dunhuang Art through the eyes of Duan Wenjie (1994 Indira Gandhi National Centre for the Arts, New Delhi )
http://ignca.nic.in/ks_19.htm

The history of Chinese bookbinding
http://idp.bl.uk/education/bookbinding/bookbinding.a4d

The International Dunhuang Project
http://idp.bl.uk/idp.a4d

Longmen Grottoes
http://www.longmen.com/Fran/index.html

Table of Buddhist Chinese Deities
http://www.art-and-archaeology.com/china/deities.html

The Yungang Caves
http://www.bergerfoundation.ch/Yungang/

Yungang Caves (Teaching Comparative Religion Through Art and Architecture )
http://ias.berkeley.edu/orias/visuals/buddha/caves/BuddhaCaves.html
 

Le bouddhisme tantrique au Tibet de L. Deshayes  ( Clio.fr, Biblioth�que en ligne)
http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/le_bouddhisme_tantrique_au_tibet.asp

 

 
 

    

Page  en plein �cran
( appuyez sur Alt + F4 pour sortir de la fen�tre  ) 

 

 


 

Accueil  |  Pourquoi un site ?  |  Le Tourisme en France  |  Le Tourisme dans le Monde | Le dictionnaire du Tourisme  | La bibliographie | L'examen


 


 
       Cette page a �t� mise � jour le 28/06/11.

      Copyright © 2007 by KEROURIO